Activités de Élaine

Élaine a commenté ce livre

Les vagues

Par Virginia Woolf
(2,0)
1 commentaire au sujet de ce livre
Après avoir lu la biographie romancée d’Emmanuelle Favier, j’avais très envie de connaître enfin la plume de Virginia Woolf. J’ai choisi, pour ma première incursion, Les Vagues, dont on dit qu’il est le plus expérimental de ses romans. À vrai dire, je m’y suis beaucoup ennuyée, même si l’écriture est superbe et la construction originale. Six amis (Susan, Jinny, Rhoda, Louis, Bernard et Neville) soliloquent sur leur enfance commune, leur jeunesse et leur vie d’adultes, mais sans jamais interargir devant le lecteur. D’où cette profonde lassitude que j’ai ressentie à chaque page tournée. Et ces descriptions de la course du soleil sur la mer et du parcours de sa lumière sur toutes choses entre chaque monologue des personnages m’ont fait l’effet d’une scie lancinante. Avant d’écrire ce commentaire, j’ai parcouru quelques critiques sur Babelio, ce que je ne fais jamais, mais ici, j’en sentais le besoin. Et donc, entre malaise chez certains, emportement et admiration chez d’autres, ce roman m’a plutôt distillé un sacré coup de pompe. Peut-être n’ai-je pas abordé l’œuvre de Woolf par le bon angle?
Élaine a coté ce livre

Les vagues

Par Virginia Woolf
(2,0)

1 vote

Élaine a commenté ce livre

Le procès d'Oscar Wilde

(3,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Autre temps, autres mœurs. Mars 1895, à Londres : Oscar Wilde engage une poursuite en diffamation contre John Douglas, 9e marquis de Queensbury, bravant les avis contraires de son avocat et de ses amis. Le procès se déroule en avril de la même année et attire une foule curieuse. À la barre, Wilde est malmené par l’avocat de la défense dans un contre-interrogatoire serré et cinglant. Tous ses faits et gestes, ses rencontres masculines, ses dîners et sa correspondance sont passés au peigne fin. Et ultime affront, son roman Le portrait de Dorian Gray, se voit infliger l’étiquette sulfureuse de « sodomitique » ou « posant au sodomite ». Melvin Holland, petit-fils d’Oscar Wilde, préface cet ouvrage reprenant les minutes du célèbre procès. Une lecture qui s’est avérée fastidieuse par moments tant les questions répétitives des avocats se révélaient assommantes, mais pimentée heureusement par les réparties de Wilde, qui faisaient monter les rires dans la salle du tribunal. Conclu par une déclaration de non-culpabilité du marquis de Queensbury, les retombées de ce procès se retournent contre l’écrivain qui aura à subir deux autres procès et un séjour en prison. « En envoyant mon grand-père en prison, ils débarrassaient ainsi la société d’un rebelle : pas n’importe quel rebelle politique ordinaire mais quelqu’un qui remettait en question quelque chose de plus crucial – l’hypocrisie des valeurs sociales, sexuelles et littéraires sur lesquelles reposait si fermement la société victorienne. » Et pour accompagner ce texte édifiant, il me faut absolument lire une biographie d’Oscar Wilde; mon choix s’est arrêté sur celle écrite par Richard Ellmann, espérant que ce soit le bon.
Élaine a aimé ce livre

Le procès d'Oscar Wilde

(3,0)

1 personne apprécie ce livre

Élaine a coté ce livre
Élaine a commenté ce livre

La femme à la fenêtre

Par A. J. Finn
(4,0)
3 personnes apprécient ce livre
2 commentaires au sujet de ce livre
Depuis ma déconvenue littéraire avec le thriller psychologique de Franck Thilliez, La forêt des ombres, j’étais plus que méfiante envers celui de A.J. Finn, La femme à la fenêtre. C’est mon mari qui s’y est collé en premier et son avis enthousiaste m’a convaincue. Anne Fox, pédopsychiatre, s’est réfugiée dans sa maison de Harlem pour panser des blessures morales qu’on devine, dès les premières pages, subies à la suite d’un grand traumatisme. Vaguement alcoolo, accro aux médocs fournis par son médecin traitant, elle ressasse ses souvenirs pour le lecteur, entre ses observations du voisinage, Nikon en main, ses parties d’échecs en ligne et ses discussions avec des patients virtuels. Le point tournant du récit n’arrive qu’au milieu du roman sans que, toutefois, l’attente n’ait été pénible, la prémisse méritant d’être élaborée avec soin pour la suite. Et là-dessus, chapeau bas à l’auteur; je n’ai absolument rien deviné de la conclusion, étonnante il va sans dire. J’ai fait corps avec la narratrice éprouvée du début à la fin, son soliloque obsédant me tenant même éveillée durant plusieurs heures la nuit. Je n’ai eu de cesse d’arriver au bout avec l’espoir pour elle d’une sortie digne de ses nombreux tourments. Bien construit, bien écrit et bien ficelé, et un maintien constant de l’attention, c’est finalement tout ce qu’on attend d’un thriller.
1 commentaire plus ancien
Élaine a aimé ce livre

La femme à la fenêtre

Par A. J. Finn
(4,0)

3 personnes apprécient ce livre

Élaine a coté ce livre

La femme à la fenêtre

Par A. J. Finn
(4,0)

2 votes

Élaine a commenté ce livre

Richesse oblige

Par Hannelore Cayre
(4,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Hannelore Cayre se surpasse dans ce roman qui flirte avec la grande Histoire et ses trivialités et le quotidien d’une femme handicapée, mère célibataire d’une fillette. Blanche de Rigny n’avait jamais songé que son patronyme à particule pouvait receler certains pans cachés d’une histoire familiale ignorée à dessein. C’est à la faveur d’une conversation anodine entre des touristes, captée lors d’une traversée vers son île natale bretonne, que Blanche, piquée par la curiosité, entreprendra des recherches poussées sur sa lignée, facilitées par son emploi au sein de l’appareil judiciaire français. Après Toiles de maître et La Daronne, Hannelore Cayre use encore une fois de son imagination débridée pour concocter une intrigue audacieuse parsemée de faits historiques étonnants sur la guerre franco-allemande de 1870. Un roman aux effets bien dosés, porté par des dialogues savoureux et une verve pétillante qui nous entraîne allègrement jusqu’à la fin, trop vite arrivée. Un heureux mélange des genres littéraires parfaitement réussi.
Élaine a aimé ce livre

Richesse oblige

Par Hannelore Cayre
(4,0)

1 personne apprécie ce livre

Élaine a coté ce livre

Richesse oblige

Par Hannelore Cayre
(4,0)

1 vote

Élaine a commenté ce livre

Récolter la tempête

Par Benoît Côté
(3,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Que faire à Saint-Hyacinthe en 1995 lorsqu'on a quinze ans? C'est l'année du deuxième référendum, une année-charnière pour Sam, le narrateur, qui découvre et s'initie à la lecture des grands philosophes de ce monde, tout en souhaitant bien trivialement perdre sa virginité. Ses potes traînent avec lui dans une suite de mauvais coups, de soûleries et de chamailleries, espérant tous sortir de leur milieu étriqué. Entre les emplois d'été, les week-end en forêt et les réunions familiales, Sam s'imagine une vie exaltante à mi-chemin entre le coureur des bois, l'ermite et le révolutionnaire, comme son oncle Gabriel, qui s'est suicidé quelques années auparavant. Benoît Côté, dont c'est le premier roman, a pondu un roman d'apprentissage qui m'a plu d'emblée. Cependant, son parti pris d'écrire les dialogues entre ados dans un parler joual phonétiquement difficile à déchiffrer m'a déplu. J'ai buté sur le phrasé à de multiples reprises, ce qui cassait le rythme et la fluidité de la lecture. J'ai tout de même apprécié les personnages bien campés, l'humour potache et les références maîtrisées d'une époque pas si lointaine mais qui paraît déjà située dans un autre univers. Bref, un roman à déguster pour ce qu'il apporte de fraîcheur et d'authenticité.
Élaine a aimé ce livre

Récolter la tempête

Par Benoît Côté
(3,0)

1 personne apprécie ce livre

Élaine a coté ce livre

Récolter la tempête

Par Benoît Côté
(3,0)

1 vote

Élaine a commenté ce livre

Chez Lesley : mes secrets pour tout réussir en cuisine

Par Lesley Chesterman
(3,0)
2 personnes apprécient ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Lesley Chesterman, que j’ai découverte en tant que chroniqueuse culinaire dans la défunte émission Médium Large à Ici Première, m’apparaissait une figure intéressante d’une cuisine pratiquée au quotidien. J’ai préféré emprunter son livre à la bibliothèque municipale car plus d’une fois, il m’est arrivé d’acheter ce type d’ouvrage pour ensuite le regretter, les recettes s’avérant compliquées et peu adaptables au jour le jour. Malheureusement, celui-ci n’échappe pas à ce travers, sauf quelques exceptions qui m’étaient déjà connues et que je réussis très bien. Lesley Chesterman adore la crème et le beurre, on peut la comprendre… Mais qu’elle complexifie ou réinvente inutilement des plats à cuisiner, tel le poulet rôti ou les brioches à la cannelle, entre autres, là, je décroche. À part ce penchant déplaisant, j’ai apprécié ses conseils et astuces culinaires, ainsi que les anecdotes personnelles rattachées à la réalisation de chaque plat. Le message à retenir : qui aime bien manger doit impérativement être à ses fourneaux et ce, dans un plaisir certain. Bon appétit!