Découvrez de nouvelles lectures, donnez votre avis et consultez les commentaires d’autres lecteurs, profitez de conseils exclusifs de vos libraires indépendants et, surtout, joignez-vous à la plus grande communauté de partage de lectures au Québec!

Activités de la communauté

Red Fox

Par Anthony Hyde
(5,0)
1 commentaire au sujet de ce livre
Relu 25 ans plus tard, ce thriller n'a rien perdu de ses qualités et il s'avère visionnaire concernant l'évolution actuelle de la Russie. L'écriture, l'intrigue, le dépaysement, les mystères sont captivants. Mais ce qui surprend aujourd'hui, c'est combien ce roman d'espionnage montre, de façon limpide comment le fascisme guerrier de Poutine était prévisible, car enraciné dans le système soviétique, la culture militaire et étatique russe. Étonnant !

Le quidditch à travers les âges

Par Joanne Kathleen Rowling et Tomislav Tomic
(3,5)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Le livre, le Quidditch à travers les âges, fait partie du trio de littérature avec les animaux fantastiques, vie et habitat et les contes de Beedle Barde. J’avais beaucoup aimé les contes de Beedle et quand cela est venu au tour de celui-ci. J'étais sceptique vu que dans l’univers magique de Harry Potter, le Quidditch n’est pas ce qui m’intéresse le plus… Mais, je suis devenu agréablement surprise suite, à quelques pages lus. Je voulais en savoir plus et je ne suis pas déçu ! Le Quidditch à travers les âges est un livre considéré comme extrêmement populaire dans la saga. Le bouquin en question (et c’est précisé dans le livre) est l’une des littératures préférées des sorciers et l'ouvrage serait même dans la grande bibliothèque de Poudlard. Cela est décrit par ``l’auteur fictif`` au commencement du livre comme les autres tomes de la même catégorie. Cela est réellement plaisant et immersif pour le lecteur. Le livre comprend plusieurs domaines comme : les règles du jeu, l’apparition du vif d’or, l’évolution des balais et beaucoup d’autres sujets reliés au ``sport des sorciers``. Mais ce que j’ai énormément aimé est l’évolution du Quidditch, d’où cela vient ? Comment les règles du jeu sont apparues ou encore les solutions et précautions faites contre les moldus. Le bouquin m’a vraisemblablement surpris de vouloir en savoir plus sur le sujet. Je dirai même plus que celui des animaux fantastiques, vie et habitat. Donné une chance à l’ouvrage, si vous êtes une fan de Harry Potter, je ne crois pas que vous serez déçu de votre lecture !

De Saint-Denys Garneau

Par Michel Biron
(4,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
C’est entre malaise et fascination que j’ai lu avidement cette biographie du poète De Saint-Denys Garneau (1912-1943), auteur d’un seul recueil de poèmes édité en 1937 à mille exemplaires, Regards et Jeux dans l’espace, dont une bonne partie est restée invendue et l’autre, partiellement brûlée par Garneau lui-même. Michel Biron retrace donc le parcours peu banal de cet artiste mythifié par une mort subite dans la fleur de l’âge et son effacement de la sphère publique très tôt dans son existence. Puisant à la source du Journal de Garneau, de sa correspondance et de celle de ses amis, Biron offre ainsi une biographie complète et fascinante de son sujet. Une vie portée par une hypersensibilité et une fragilité physique qui le poussent à s’extraire du monde actif, faisant de lui un être asocial, protégé par le cocon familial. Des accès de déprime conjugés à des excès d’agitation effrénée le laissent souvent à moitié vivant. C’est cette souffrance constante que l’on ressent à la lecture de l’ouvrage. Un très beau travail de réminiscence sur une étoile filante de la littérature québécoise qui m’a longtemps intriguée et qui comble donc toutes mes interrogations passées.

Un Roman Francais

Par Frédéric Beigbeder
(4,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
« Finalement, un commissariat de police, c’est comme une garderie : on vous déshabille, on vous donne à manger, on vous surveille, on vous empêche de sortir. Il n’est pas illogique que ma première nuit en prison me ramène si loin en arrière. » Le 28 janvier 2008, Frédéric Beigbeder est mis en garde à vue par la police pour avoir étalé son savoir-faire de cocké sur le capot d’une voiture, avenue Marceau, Paris. Pendant quarante-huit heures d’enfermement en cellule, Beigbeder dégrise et fait le constat d’une existence frivole, dédiée au plaisir instantané, éloignée le plus loin possible de tout lien familial. Retour obligé sur l’enfance et l’adolescence d’un petit bourgeois, dont le divorce des parents a plombé les jeunes années, en plus de lui infliger un frère aîné plus-que-parfait. C’est joliment écrit, teinté d’humour et de nostalgie. J’apprécie toujours la verve de Beigbeder (j’en suis à mon cinquième ouvrage), et celui-ci m’apparaît un de ses plus réussis. Un récit personnel absent de pruderie et totalement assumé.

L'Histoire nous le dira : Tabarnouche, pâté chinois et autres...

Par Laurent Turcot
1 commentaire au sujet de ce livre
J'ai un immense respect si ce n'est pas un amour profond pour l'ensemble du travail de vulgarisation et c'est peut-être, paradoxalement, la raison pour laquelle je n'ai pas aimé cet ouvrage. Un y retrouve essentiellement des versions textuelles de ses chroniques disponibles sur YouTube. J'aurais certainement préféré un travail plus original.

Coming in

Par Samuel Champagne
(4,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Second opus de la série #Sans Tabou, dont vous n'avez pas besoin d'avoir lu le premier tome, est un recueil de nouvelles, donc des histoires courtes, ayant toutes le même thème, à savoir la découverte de son orientation sexuelle chez cinq adolescent.e.s. C'est ce que l'auteur appelle "Le coming in", le moment où les ados comprennent qu'ils ne sont pas hétéros, mais homosexuel.les ou bisexuel.les. L'histoire de Zachary, 15 ans, est l'un des plus gros clichés de la littérature ( et cinématographie) sentimentale, avec un sportif rebuté par l'école qui est "forcé" de travailler avec le gars ayant les meilleurs notes de sa classe, ce qui fait de lui un Intellectuel aux yeux des autres. Le nerds et le Sportif, en somme. Il y a des fois où je me dis que l'école étant une micro société, le duo "sportif-nerds" est très probablement l'équivalent du Noble courtisant une paysanne (ou l'inverse). À croire que ce fantasme persistant repose sur l'énorme écart de statu social entre le haut de la pyramide et le plus bas de celle-ci, expliquant pourquoi ce genre de duo est encore si intensément présent dans les romans comme dans les films! Bref, une fois encore , on a un gars un peu trop centré sur sa réputation qui se retrouve coincé avec un gars qui prend ses études au sérieux et bien sur, découvre que même les Intellos ont des sentiments ( notez le sarcasme). Mais dans le cas qui nous occupe, notre Sportif hockeyeur et basketteur se découvre des sentiments d'une nature différente de la simple amitié et du même coup, son orientation homosexuelle. Adriana, 16 ans, fait parti d'une famille mexicaine très pratiquante et croyante, ce qui l'amène a être à l'église chaque dimanche. Le fait qu'elle soit croyante n'empêche en rien de trouver ces longs sermons passablement ennuyeux et sans intérêt. Quand elle rencontre Victor, elle vit sa première relation amoureuse, mais quand ce dernier se fait insistant, elle met fin à leur relation. Adriana fait ensuite la rencontre d'Anouk, drôle et pimpante, qui rend ses dimanche moins pénibles et lui fait une présence lors des soupers post-église avec la communauté mexicaine du quartier. Quand Anouk révèle que les filles lui plaisent, Adriana suspend leur relation, avec de grands questionnements à gérer. En fait, elle aussi se sent attirée par sa meilleure amie, mais alors, que penser de ses émotions liées à Victor? Et puis, est-ce que sa bisexualité peut être compatible avec ses croyances? Car l'Église n'a pas de tendres sentiments pour la diversité sexuelle ( même si 85 % des prêtres catholiques sont gays ( Source: Sodoma, F.Martel)). Adriana est le personnage qui a la ligne temporelle la plus longue, de 14 ans ( en Juillet) à 16 ans, en Juin, donc 2 ans. Jesse, 13 ans, entre au secondaire, une jungle sociale qu'il n'arrive pas à comprendre et qui le confine à un rang de "rejet". Il est petit de taille, roux de cheveux, très peu doué pour les sports, n'a pas de répartie et aimerait faire la chorale, alors que son père macho a des idées très arrêtées sur ce qui fait "un mâle", un "vrai". Jesse se fait, en outre, traiter de "fife"( l'équivalent de "pédale" ou "pédé" en français européen). Quand Jesse rencontre le très dynamique Matthew, alias "Garfield", il se découvre aussi une réelle homosexualité, une énième "différence", qu'il ne se sent pas prêt à assumer. Ce qu'il aurait besoin, surtout, c'est un ami, au moins une personne avec qui se tenir dans cette vaste école qu'il déteste déjà beaucoup. Maxime est une jeune ado qui ne comprend pas les filles. Elle s'insurge d'être traitée par rapport à son genre, alors qu'elle n'a rien de la fille "typique". Les robes, le rose, les bavardages insipides à propos des garçons, la fragilité physique, vraiment rien à voir avec elle, qui aime au contraire les activités physiques intenses, le noir et les vêtements confortables. Elle aimerait être traitée comme son frère. Ce côté d'elle qui est perçu comme étant "un garçon manqué" par les autres filles est aussi perçu comme du transgenre. Mais ça n'a rien à voir. Elle ne veut pas devenir un garçon, elle ne veut juste pas coller aux impositions dites "féminines" parce que sa féminité se manifeste autrement. Maxime est en colère, très en colère. Ce monde tente de la faire fondre dans un moule préconçu pour les "filles", qu'elle refuse d'adhérer. Son frère a le loisirs d'être fidèle à lui même, juste sous le prétexte qu'il est né garçon, alors qu'elle reçoit jours après jours des commentaires désobligeants, pas seulement de la part des filles de son école, mais aussi de ses parents, de son entourage. Un jour, Maxime reçoit un ballon en pleine tête par une joueuse de soccer/football. Une jeune femme aux cheveux coupés très courts, féminine à sa manière et des étoiles pleins les yeux. William travaille dans une épicerie, dans un village. La seule du village, d'ailleurs, ce qui lui donne le loisirs de porter les sacs de ses clients chez eux, selon leurs besoins. Alors qu'il revenait de l'une de ses livraisons à domicile, il croise un jeune homme de son âge sur son chemin et comme il a faillit lui foncer dedans, se propose de l'aider à transporter ses sacs d'épicerie. Sa rencontre avec Étienne, de son petit nom, est le début d'une profonde réflexion qui va durer toute la journée. William pense notamment à son cousin, Dominique, qui a quitté le village pour trouver l'amour ailleurs. C'est que ce n'est pas forcément facile de trouver l'âme sœur quand on est dans une minorité d'orientation sexuelle, dans un village où il a peu de chance d'être quelques uns à en faire parti. Contrairement aux autres personnages, William a réellement une révélation sur son orientation bisexuelle: en moins d'une journée, il a l'impression de s'être enfin comprit. Tant mieux, dans un sens, car les "coming in" n'ont pas à être tous le résultat de longues réflexion. Parfois, ça tombe comme une évidence. Donc, cinq histoires à géométrie variable, certaines longues et laborieuses, d'autres rapides et simples. Les cinq ados ont tous un thème parallèle à leur découverte de leur orientation sexuelle. Pour Zack et Jesse, nous sommes dans la composante de clivage social, en contexte scolaire, l'un ayant réussi à se hisser vers le haut, l'autre coincé tout en bas. Ça n'a rien d’inhabituel, puisque l'école est une version plus petite d'une société, régie par ses codes sociaux, ses conventions, sa hiérarchie et ses dynamiques de groupes. Pour Adriana, on est dans l'ordre de la religion, sur le fait que celle-ci peut être ostracisante, mais également accommodante, selon ce que nous en faisons. "Dieu", peut importe son nom, devrait être d'abord un concept personnel, entre le croyant et la divinité, plutôt que d'être conditionnel à moult conditions stigmatisantes. Ce n'est pas aux autres de juger qui peut être croyant et pratiquant, ou qui en est digne. Enfin, avec Maxime, on navigue entre deux concepts trop souvent corrélés, mais qui ne devrait pas l'être: celui d'identité sexuelle et celui d'identité de genre. On peut être une coquette fille aimant les paillettes et les licornes, en étant aussi homosexuelle. Au même titre, on peut être une fille aimant le confort, les sports et les couleurs foncées sans être forcément une fille gay. Genre et préférences personnelles ne devraient jamais être corrélées, mais elles le sont sans doute parce que la société a construit un seul archétype féminin de référence, contrairement aux gars, qui en ont des dizaines. Mais même les gars qui apprécient des choses qu'on associe à l’archétype idéal féminin sont sujets à moqueries et condamnations sociales, parce que même les gars ont des restrictions de genre liés aux préférences. Bref, on a du chemin à faire. Cinq points de vus différents, cinq histoires ayant leurs enjeux. Cinq pistes de réflexions. Une plume efficace et un texte facile à lire qui a été inspiré d'histoires réelles, offertes par des ados à l'auteur dans le cadre de sa démarche pour monter ce petit livre, dont vous trouverez des infos dans la préface. Vous trouverez également les numéro téléphoniques et adresses courriel des ressources d'aide et d'informations à la jeunesse à la fois Québecoises ET Françaises à la fin du roman. Pour un lectorat du premier cycle secondaire, 13 ans+. Pour les profs et les bibliothécaires: Ce recueil de nouvelles ne contient pas de scènes sexuellement explicites et de violence outrancière. Certains propos des personnages secondaires peuvent être indélicats ou légèrement confrontant, mais de manière général pas révoltants.

La mort du roi Tsongor

Par Laurent Gaudé
(5,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
À faire lire à Poutine. Récit, fable redoutable sur l'impossibilité pour la guerre de déclarer un vainqueur. 200 petites pages du pur jus. Aucun mot de trop. PS Le livre me fait constater une des limites de https://www.quialu.ca/ qui en propose plus de 5 éditions et aucun historique d'appréciation par les lecteurs en page de résultats. Laquelle choisir pour y consigner ses propres impressions et engager une conversation?

Les resistantes

Par Judy Batalion
(5,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Le commentaire de Lynda : ♥ Coup de cœur ♥ Des histoires sur la guerre, on en a tous lu, vu à la télévision, de tous les genres et de tous les styles, mais pour ma part, ce récit qui se rattache à la deuxième guerre mondiale, je n'en avais jamais entendu vraiment parlé. Judy Batalion, s'est intéressée de très près à ces femmes juives qui sont tombées, d'une certaine façon, dans l'oubli. Et pourtant, quel rôle important elles ont joué. Ces femmes, ont tout fait pour aider les Juifs, en faisant passer des messages, mais pas que, des armes également, que l'on pouvait trouver dans des miches de pain, et ce, en toute innocence, on ne les soupçonnait pas. La plupart d'entre elles se sont retrouvées dans les ghettos. Judy Batalion, par l'entremise d'un petit cahier qu'elle a retrouvé, et étant une descendante directe d'une de ces femmes, a recueilli de nombreux témoignages, pour, à son tour, nous raconter, et la raison est fort simple, que ces femmes ne tombent jamais dans l'oubli, mais qu'elles demeurent bien vivantes en chacune de nous, pour leur courage, leur résilience, pour leurs morts qui auront sauvé tellement de personnes. Nous n'avons aucune difficulté à imaginer les années de recherches que cette auteure a dû effectuer pour arriver à produire un document d'une telle richesse. Elle met les projecteurs sur quelques-unes de ces femmes, entre autre Renia, et peut-être que je me souviendrai longtemps de cette femme, et de bien d'autres. Plusieurs de ce type de lectures ont été écrits par des hommes, cette fois, c'est une femme qui se lève, se démarque et parle de ces femmes qui auront marqué l'histoire de façon anonyme malheureusement. Je dois avouer que ce livre n'est pas vraiment facile à lire, mais ayant lu plusieurs livres sur la deuxième guerre mondiale, bien des choses n'étaient pas inconnues, par contre la plume de July Batalion, rend le tout encore plus réel, et du coup plus difficile à lire émotionnellement. Une plume directe, descriptive, honnête, précise, c'est ce que vous trouverez dans ce livre, qui m'a littéralement brisé le cœur, même étant au courant de toutes ces atrocités durant la guerre. Ce livre met l'emphase, oui bien sûr, sur la guerre, mais surtout sur le courage de ces femmes. Écrit comme un roman, on prend connaissance des dialogues entre certaines femmes, et il est impossible que l'on ne soit pas touché et affecté. Je vous recommande cette lecture, je vous suggère de faire connaissance avec ces femmes qui auront marqué l'histoire à leurs façons, mais sans toutefois avoir la reconnaissance qui leur était due. Un coup de cœur énorme, et pour l'auteure, et bien, c'est mission accomplie, parce que je me souviendrai très longtemps de certaines d'entre elles. https://lesmilleetunlivreslm.over-blog.com/2022/08/les-resistantes-l-histoire-inedite-des-femmes-dans-les-ghettos-d-hitler-judy-batalion-guy-saint-jean-editeur-par-lynda-massicotte.html

Mazilla : Entre désire et vengeance

Par Ouseni Mbohou Nfifin
(5,0)
1 commentaire au sujet de ce livre
c'est tout simplement passionnant ce livre! après l'avoir lu je me suis senti guéri par le charme et ses mots je vous le conseille vivement il est très attrayant

Sous un ciel d'abîme

Par Steve Laflamme
(4,2)
2 personnes apprécient ce livre
4 commentaires au sujet de ce livre
J'aime les polars qui nous font sombrer dans la folie et qui nous tiennent sur le qui-vive. En fait, j'adore les polars qu'ils soient intenses, psychologique ou les cosy crime. Mes tops sont: Patrick Sénécal, Martin Michaud, Franck Thilliez et bien d'autres. Je peux vous affirmer que Steve Laflamme et son enquêteur Xavier Martel ont réussi à se faire une place dans mes coups de cœurs. Je vous le recommande à 100%. Bonne lecture !!!!

Une histoire populaire des États-Unis

Par Howard Zinn
1 commentaire au sujet de ce livre
Franchement, il y a bien peu de choses que je puisse dire de ce livre qui n'ont pas déjà été dite. Il s'agit de l'ouvrage par excellence de l'histoire de l'Amérique, mais plus précisément des États-Unis depuis sa sortie et il restera l'ouvrage par excellence sur le sujet pour encore bien longtemps. Si j'ai une critique à y apporter, c'est davantage sur la forme que sur le fond. Il s'agit d'un ouvrage somme toute assez lourd d'information(Je considère que c'est une qualité pour un ouvrage d'histoire), il serait donc souhaitable d'en adopter une forme qui rend le tout plus digérable. Au lieu d'avoir un ouvrage de 750 pages avec un texte écrit en taille 10, peut-être 2 ouvrages de 450 pages chaque en taille 12. Aussi la qualité du papier laisse un peu à désirer. Il n'est pas normal à mon avis de voir l'écriture de la page recto en lisant la page verso. Un ouvrage que j'aurais certainement dévoré si ce n'était pas de ces petits détails. J'ai fini par le lire sur une période de 2 ans entrecoupé de d'autres lectures.

Ames animales

Par José Rodrigues Santos et Catherine Leterrier
(4,5)
3 personnes apprécient ce livre
3 commentaires au sujet de ce livre
Le commentaire de Lynda : Un récit intéressant qui met en scène des thèmes qui sont d'actualité, le réchauffement climatique, l'intelligence animale, l'écologie, les gaz à effet de serre, etc. Le centre de l'intrigue concerne les élevages intensifs et les massacres d'animaux. Dans ce roman, on plonge dans la cause animale qui est démontrée par des multitudes d'informations et de faits scientifiques sur l'intelligence des animaux et de leurs interrelations avec les humains. Le déroulement des événements, décrit les abus envers les animaux, élevage excessif, les traitements inhumains, la violence envers les animaux, l'abattage pour une consommation intense, le capitalisme relié à l'industrie alimentaire, les changements climatiques, tous ses comportements ont une influence qui veut faire valoir les enjeux financiers. Une bonne lecture qui amène le lecteur à la réflexion, qui offre une prise de conscience sur la cause animale et l'industrie qui l'entoure. Pour chaque roman de cet auteur, on peut affirmer qu'il a fait une recherche approfondie de son sujet, c'est la richesse de ces romans, son professionnalisme est légendaire et offre une crédibilité des sujets travaillés. L'intrigue est bien menée et les personnages sont toujours très crédibles, marquants et attachants surtout pour notre couple Tomás Noronha et sa femme Maria Flor qui vivent des moments difficiles. Un agréable moment, une enquête intéressante, percutante et surprenante. C'est une autre bonne enquête scientifique policière, ésotérique qui mérite d'être lue. https://lesmilleetunlivreslm.over-blog.com/2022/08/ames-animales-j.r.dos-santos-editions-herve-chopin-via-interforum-canada-par-lynda-massicotte.html

1500 trucs du jardinier paresseux

Par Larry Hodgson
(5,0)
1 commentaire au sujet de ce livre
J'aime bien le titre. L'auteur nous informe, nous évite de trop travailler et corrige certaines conceptions de l'horticulture. La nature sait bien faire les choses et le livre nous le rappelle. Les feuilles sur le terrain, à l'automne, on n'a qu'à les laisser là. Elles protègent les plans existants et servent d'engrais au printemps. Mais, beaucoup enlève les feuilles en novembre parce que ce n'est pas beau!! Le livre m'a appris aussi que ce que nous appelons le cèdre est en fait le thuya. Aussi, j'ai bien aimé qu'on me rappelle que les roches à la base d'un arbre lui sont nuisibles.

Le Club des dames d'argent T.1 : Avant

Par Dominique Drouin
(5,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Le commentaire de Lynda : ♥Coup de coeur ♥ Quelle lecture et quel gros coup de cœur pour le premier tome de cette nouvelle série de Dominique Drouin. Nous allons suivre ces femmes qui entrent dans la soixantaine. Chacune a ses propres défis, ses problèmes, ses désirs. Joanne, qui vit avec un homme qui n’a jamais voulu l’épouser, et qui se retrouve avec plus rien quand elle le trompe, et qui se retrouve presque dans la misère et dans l’alcool. Françoise, la comédienne laissée de côté et qui se laisse affecter par son âge et son vieillisement. Micheline, qui elle se retrouve complètement désemparée quand elle perd son conjoint et qu’elle se retrouve avec son fils trisomique. Chantal, homosexuelle, mais sa relation s’en va nulle part. Lise, qui ne vit que pour le bonheur de sa petite-fille et ses arrière-petits-fils, petite-fille prise dans une relation toxique. Claire, ouf... Veuve et mère de trois enfants adultes, qui n’ont pas de place dans leurs vies pour leur mère. Marie, un peu solitaire et pas toujours d’accord avec les autres femmes. Mais voilà, l’une d’elle décide de faire revivre le club de lecture qu’elles formaient quelques années auparavant, à tour de rôle, l’une d’elle sera l’hôtesse et elles discuteront d’une lecture commune, telle que le Why Café, Le Petit Prince, Le complexe de Cendrillon, Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as rien qu’une...Et plusieurs autres, pratiquement tous des livres que j’ai lu et que j’ai adoré. Elles discutent des bienfaits, des réflexions, des constatations et des changements que le livre les poussent à faire. Et puis l’une divorce, l’autre se fait mettre à la porte, et puis l’une d’elle veut faire une coupure avec ses enfants, etc. C'est alors que l’une d’elle propose un projet commun, soit s’acheter un immeuble de 8 logements et de vivre en co-propriété toutes ensembles dans le même immeuble. Bon je ne vais pas tout vous raconter, je peux, pas contre, vous dire qu’à chaque fois que j’ai lu une série de Dominique Drouin, ce fut un coup de cœur massif et ce premier tome ne fait pas exception. J’ai adoré chacune de ces femmes, les situations qu’elles vivent et auxquelles elles doivent faire face sont diversifiées, mais ce sont des situations que vous et moi, avons probablement vécu un jour ou l’autre. De plus, ces femmes, qui entrent dans la soixantaine, viennent mettre le doigt sur plusieurs petits bobos du vieillissement de la femme, qu’on le veuille ou non. Des émotions très fortes à plusieurs reprises, les larmes ont coulées, l’auteure nous parle de tout, séparation, divorce, maladie, homosexualité, handicap, vieillesse, autonomie, mais avant tout AMITIÉ sous toutes ses formes, quand l’une est là pour l’autre et bien sûr, la lecture qui est leur trait d'union. Je termine ce premier tome, avec une grosse boule dans la gorge, je ne voulais tellement pas les quitter, je me suis sentie comme faisant partie de cette bande de femmes, qui veulent tout simplement continuer à vivre et surtout être heureuse. Un gros coup de cœur que je vous recommande vraiment, et prendre note que le deuxième tome est prévu pour le mois de septembre, et je ne me possède plus de retrouver toutes ces femmes que je considère maintenant comme des amies. https://lesmilleetunlivreslm.over-blog.com/2022/08/le-club-des-dames-d-argent-t1-avant-dominique-drouin-editions-libre-expression-groupe-quebecor-par-lynda-massicotte.html

L'iguane de Mona

Par Michael Uras
(3,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
« Les heures de ramassage des encombrants! Je pourrais peut-être me glisser dans leur camion. » Paul, le narrateur de cette histoire, ne va pas bien. Coincé dans un quotidien qui l’accable, aucune échappatoire n’est à sa portée. Épouse et fils évoluent autour de lui, sereins et motivés. Peinant à trouver un sens à son travail, c’est à la faveur d’un congé d’une maladie inventée qu’il trouvera le moyen et la force de se sauver. Ce personnage de Paul m’a beaucoup fait penser à celui des romans de Jean-Paul Dubois, distillant son mal-être dans une auto-analyse éprouvante. Sans conteste, Michaël Uras sait raconter. Cependant, j’ai trouvé à un moment que le récit tournait à vide, encombré de dialogues plaqués et de certaines incohérences dans les motivations des personnages. Loin d’être désopilant, comme mentionné dans la quatrième de couverte, le roman possède une aura de tristesse que quelques pincées d’humour n’arrivent pas à atténuer. J’accorde tout de même trois étoiles à ce roman que j’ai découvert dans une liste sur la paresse…

Le sommeil des loutres

Par Marie-Christine Chartier
(4,33)
8 personnes apprécient ce livre
3 commentaires au sujet de ce livre
Excellente lecture légère pour l'été! Une excellente surprise, une belle histoire bien écrite.

Les marins ne savent pas nager

Par Dominique Scali
(5,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Les marins ne savent pas nager explore un XVIIIe siècle alternatif situé sur la mythique île bretonne d'Ys qui selon le légendaire aurait fini par disparaître sous les flots. Scali en fait ici une république méritocratique qui confine le commun et les déshérités à une vie de parias naufrageurs ayant le choix entre rebâtir perpétuellement ce que les grandes marées balaieront bientôt comme châteaux de sable ou grappiller ce que les nombreuses tombes marines de la prospérité élective laissent entre de tranchants récifs. Sur plus de sept cents pages, l'élégance du style et la densité du propos ne faiblissent jamais, gonflant la grand-voile de cette caravelle aventurière, manœuvrant avec grâce entre les hauts-fonds et évitant les écueils narratifs. On lit avec la fièvre que seuls les maîtres du feuilleton savent inspirer et on s'émerveille de découvrir en Scali une bâtisseuse de monde, qualité prisée entre toutes des adeptes de littérature d'imaginaire. Avec Les marins ne savent pas nager, elle fait la preuve de l'immense versatilité de son talent, révélant l'endurance de ceux qui sauront faire œuvre et l'unicité de sa voix. Larguez les amarres!

Supersourde

Par Cece Bell et David Lasky
(4,5)
1 personne apprécie ce livre
2 commentaires au sujet de ce livre
Ce roman graphique auto-biographique a gagné le prix de littérature jeunesse "John Newbery Medal" de 2015. Elle raconte sans apitoiement sa jeunesse en tant que sourde alors qu'elle est dans une classe d'entendant. Elle a dit elle même qu'elle avait fait les personnages en lapin pour mettre l'accent sur les oreilles... ses grandes oreilles qui ne servent à rien sauf à montrer qu'elle porte des appareils auditifs. Même son "sonic ear" est vraiment beaucoup plus gros que dans la réalité, parce que, encore une fois, elle a voulut représenter ce qu'elle ressentait. C'est un livre que toutes personnes qui a à côtoyer des enfants ayant une déficience auditive devraient lire pour comprendre le ressenti des enfants. Surtout qu'ils sont à un âge où il est parfois difficile d'exprimer clairement ce qu'ils ressentent. Mais même pour les autres, c'est très instructifs. J'ai grandement apprécié ce livre.

Le bruit des gens

Par Nikesco
(5,0)
1 commentaire au sujet de ce livre
Au départ la qualité des dessins m'a rebuté. Cependant, l'auteur a un grand humour cinglant. Il décrit sa vie de Sourd, les quiproquos et événements cocasses que sa surdité lui apporte. Pas du tout un apitoiement, plutôt un portrait de sa vie avec les entendants et avec ses amis sourds. J'ai bien rit.

Chroniques de l'abîme et autres récits des profondeurs

Par Charles Beauchesne, Pierre Bunk et Simon Predj
(4,5)
1 commentaire au sujet de ce livre
Mission réussi pour les Chronique de l'abime et autres récits des profondeurs! Le livre propose plusieurs histoires, d'environs 50 pages chaque, enrichies de graphiques magnifiques et de quelques interventions d'évènements réels de la part de Charles Beauchesne. Toute ces histoire sauront vous décontenancer si ce n'est pas de vous faire carrément peur. A chaque histoire, nous marquons un bref moment d'arrêt d'une bande dessiné pour nous poser les questions existentielles qui servent parfaitement de but de transition entre chaque histoire. Je pense que le prix pour l'ouvrage est totalement raisonnable ou plutôt même avantageux. Si vous êtes fan du genre horreur, lancez vous sur un exemplaire. Si vous ne l'êtes pas, peut-être est-ce la lecture idéal pour vous intéresser à un autre style.
Club de lecture en vedette

Le comité de sélection du projet Une ville, un livre, composé de bibliothécaires et de libraires de Québec et de Wendake, présentait au début de cette année les quatre finalistes de l’édition 2022. C'est finalement la bande dessinée Rien de sérieux de Valérie Boivin (Nouvelle adresse) qui avait été lue durant le mois de mars! En compagnie de nos libraires, nous vous invitons à poursuivre de plus belle les discussions autour de ce livre.

L’initiative, inspirée de celle de la ville de Seattle, consiste à choisir un livre et de le célébrer par différentes activités auprès des concitoyens et concitoyennes. Rassembleur et polarisant, ce projet permet d’inspirer le goût de la lecture aux différentes communautés qui composent la ville. Ce projet nous a ainsi inspiré ce club de lecture!

Lecture en cours :

Rien de sérieux
Par Valérie Boivin
Éditeur FRONT FROID
Collection Nouvelle adresse
Paru le 2 mars 2021
Aller au Club de lecture
Joignez-vous à quialu.ca et participez à la discussion!
Créer un compte
Vous êtes un libraire du réseau?

Alimentez la discussion!

  • Faites profiter la communauté de vos connaissances.
  • Donnez votre avis au nom de votre librairie.
  • Devenez une référence pour les lecteurs.
Créer un compte
Plus de 800 000 titres disponibles :

Acheter local et en ligne n’a jamais été aussi facile!

La revue Les libraires, c’est :
  • un bimestriel distribué gratuitement;
  • des actualités littéraires d’ici et d’ailleurs;
  • des entrevues, des chroniques, des dossiers, des suggestions de vos libraires indépendants et bien plus encore!