Découvrez de nouvelles lectures, donnez votre avis et consultez les commentaires d’autres lecteurs, profitez de conseils exclusifs de vos libraires indépendants et, surtout, joignez-vous à la plus grande communauté de partage de lectures au Québec!

Plus de 4430 discussions en cours

Cinq minutes de plus à Berlin

Par Stephens Gerard Malone
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre

J'ai découvert dans ce roman un pan de l'Histoire de la deuxième guerre dont même mes cours sur le sujet ne m'auront instruite. Un sujet si tabou que même le nom ne se retrouve pas dans le livre. On vous parlera d''eux", cette "engeance" encore plus mal vue encore que les juifs, ces "invertis" qui sont la honte suprême allemande. On vous parlera de ses hommes, dont la seule faute est d'avoir aimé d'autres hommes. Et de la manière qu'on les a humiliés, répudiés, puis assassinés. Ils portaient le triangle rose, le "pire de tous les triangles" que portaient les prisonniers des camps de travail. Résumé maison: Ce roman relate l'histoire de Michael, canadien habitant la Nouvelle-Écosse, qui fut obligé de renouer avec ses racines allemandes lorsque sa famille l'expédie à Berlin pour prendre soin de sa grand-mère, en 1932. Il fait alors une incursion dans une Allemagne défaite, grande perdante de la guerre 14-18. Mais c'est sans compter l'arrivé au pouvoir d'un dictateur charismatique qui promet de redonner la gloire à la patrie. Entre-temps, le jeune Michael est un peu au-dessous de tout ça, occupé surtout à se chercher. Il fraye avec des gens originaux, certains même marginaux, constate que le pays de radicalise et que de nouvelles règles et dogmes viennent gérer une population au cœur gangréné par la peur et les préjugés. Il se marie, tente de trouver sa place, mais Michael est continuellement celui qui se fait mener par les autres. Il tombe sous le charme de Jan, jeune et beau prostitué dont le charme n'a d'égal que sa cruauté. Quand les tentions sociales s'accentue et que la guerre est imminente, l'ostracisation des minorité ( Juifs, communauté gay, étrangers, handicapés) se fait encore plus sentir, Michael pourrait bien tout perdre pour assurer la sécurité de Jan, même si ce dernier démontre clairement qu'il n'est pas intéressé. J'ai eu un peu de mal au début à m'insérer dans l'histoire, car la manière de l'auteur de jouer avec les dialogues m,a un peu confondue. Par contre, une fois passé le cap de la vie tranquille pour entrer dans le vif de la guerre, on se s’ennuie pas et l'horreur s'accumule alors lourdement. Plusieurs vérités choquantes et coup de massue attendent au final au détour d’une phrase, l'auteur sait bien amener ses "punchs". J'ai aimé être en sol allemand, acr si j'ai bien lu plusieurs romans sur la deuxième grande guerre, on est rarement de côté des allemands. Là, en pleins Berlin, on suit le peuple, qui connait une montée progressive de patriotisme et de fierté, doublé d'une colère et d'un désir de changement, qui ultimement seront le terreau fertile de l'antisémistisme et de toute leur mépris de la différence qu'on leur connait. Bien sur, relativisons, cela ne concerne pas tous les allemands. Mais dans la famille mondaine et "allemande de souche" et le milieu social de Michael, la radicalisions est spectaculaire. En parallèle, dans le "Berlin sous-terrain", les laissés pour contre et les différents luttent pour leur survie. C'est un monde bipolaire qui devient rapidement terrifiant et où la déshumanisation prend alors plusieurs formes. Michael est un jeune homme "mou", qui derrière des airs souvent abattus, cache une quête existentielle permanente ou du moins, son identité sexuelle réprimée donne cette impression. Au contraire, Jan est extravertis, se cache derrière une armure contre toute intrusion sentimentale et vend son corps sans honte. Il ne cache pas ses "tendances". On a donc deux personnages importants aux antipodes l'un de l'autre. Les mots "amour" et "homosexuel" n'apparaissent pas du tout dans le livre et cela traduit tout le malêtre derrière la condition gay de cette époque, à mon sens. C'est terriblement triste. Ni Michael ni Jan ne parviennent d'ailleurs à y mettre des mots. Mais à défaut de mots, Michael se montre persévèrent, patient, décidément trop concilient et se soumet volontiers aux quatre volontés de son exigeant ami. Parce que c'est évident que Jan a le dessus. Pourtant, tranquillement et au gré de leurs mésaventures s'opèrent des changements, souvent plus dans l'ordre de l'action que du dialogue, entre les deux hommes. Et au gré du récit, ils croisent la route d'autres infortunés, certains aussi gay, mais d'autres conditions aussi comme la déficience intellectuelle, la transsexualité et bien sur, les gens de confession juive ou sectaire. J'aimerais bien dire qu'une certaine beauté résulte de tout ça, mais à mon sens, c'est surtout horrible. ce ne sont pas seulement les actions posées qui sont terribles, car elles ne sont au fond que la continuité des pensées, des mentalités et des préjugés alors entretenues à l'époque. Il faut comprendre que l'Allemagne, alors grande perdante d'une guerre déclenchée par l'Autriche ( la première guerre mondiale) a ensuite été économiquement très ébranlée et même lestée de certains territoires. Le moral ambiant alors très bas, tout ce qui pouvait le remonter semblait le bienvenue, surtout en appuyant sur la fierté raciale. Et c'était si facile alors de mettre tous les maux du pays sur les "indésirables", les riches juifs, les gay dépravés qui ne participaient pas à la procréation, aux "dégénérés" qui devenaient des charges, etc. On voit tout cela dans le roman. Ce serait plus bref de dire que ce roman instruit et fait mal, comme la plupart des œuvres sur la guerre. Il y a de nombreux passages marquants qui se traduise avec une certaine poésie. Le genre de roman qu'on en peut pas oublier, assurément. Et j’ajouterais, un roman dont le sujet ne devrait jamais quitter la mémoire collective, au risque de voir pareille mentalité et comportement se traduire à nouveau. Bien que ce soit sans doute le cas dans certains endroits du monde. "Aimer" ne devrait pas être un sentiment condamnable.

Partir pour raconter

Par Michèle Ouimet
1 commentaire au sujet de ce livre

Michèle Ouimet, Partir pour raconter - 2019 - Récit - ⭐️⭐️⭐️⭐️ L’Afghanistan, le Liban, le Rwanda, la Syrie, l’Arabie saoudite, les soldats, la torture, l’indignation. Autant d’événements que la journaliste questionne. Entre peur et désir de savoir et de dire, Michèle Ouimet se confronte à elle-même et nous apprend en toute simplicité. Moi, si perdue dans les jeux du monde et de la politique, j’ai cru comprendre quelques petites choses et avancer. J’ai sauté un chapitre, car il devient un peu lourd de voir la souffrance causée par les guerres et l’aveuglement des hommes. Les derniers chapitres, plus personnels encore, redonnent toute sa place au je et nous aident à comprendre son itinéraire et le métier de journaliste et à répondre à la question que l’on se pose : peut-on sortir indemne d’une telle proximité avec l’horreur ?

Petit Billy Stuart T.4 : FrouFrou a peur de l'orage

Par Alain M. Bergeron
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre

Le commentaire de Lynda : Dans cet album pour enfants, le petit caniche FrouFrou est très agité, et la raison, et bien il y a de l'orage dans l'air. Foxy, demande à Petit Billy de reporter la promenade de FrouFrou, mais Petit Billy décide tout de même de faire cette promenade. Ce qui devait arriver, arriva, un orage éclate et Froufrou est de plus en plus nerveux...Pourquoi?? Encore une fois, une histoire toute mignonne qui expliquera aux enfants que souvent, les animaux, les chiens entre autres, ressentent un orage avant même que les humains la voie venir. De belles illustrations rendent cette lecture très amusante et surtout très intéressante pour les touts-petits. Peut-être également pour expliquer les orages et les effets sur les gens et animaux. Recommandés pour une belle lecture avec un tout-petit. http://lesmilleetunlivreslm.over-blog.com/2020/07/petit-billy-stuart-t4-froufrou-a-peur-de-l-orage-alain-m.bergeron-et-sampar-editions-michel-quintin-par-lynda-massicotte.html

Calendar Girl. Novembre

Par Audrey Carlan
1 commentaire au sujet de ce livre

Même pour du chicklit léger, c'est rendu pénible. La série aurait déjà dû se terminer. C'est tellement répétitif et sans développement.

Jean-Paul, fenêtres intimes

Par Huguette Vachon
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre

Très touchant, extrêmement personnel. La présentation de l'éditeur ci-dessus est d'une grande justesse. Incontournable pour toute personne qui s'intéresse au parcours de cet artiste et à son oeuvre.

Fun Home : une tragicomédie familiale

Par Alison Bechdel
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre

Bon roman graphique où l'on traite de sujets contemporains à travers l'intime, tout en nourissant une recherche d'universalité. Par contre, il vous faut un bon bagage sur la littérature anglo-saxonnne pour apprécier l'oeuvre dans son entièreté.

Les collines de Bellechasse. Éva

Par Marthe Laverdière
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre

On m'a offert le premier roman de Marthe Laverdiére... Oui, oui, la madame qui fait des capsules de jardinage qui nous font sourire. Eh bien, j'ai dévoré en quelques jours les 185 pages de «Les collines de Bellechasse - Eva», le premier tome d'une trilogie annoncée. Roman historique qui se déroule fin 19e début 20e siècle, avec la colonisation qui se poursuit. Il nous raconte le dur quotidien de Québécois et surtout de Québécoises de ce coin de pays qu'est Bellechasse. Ce roman ne laisse pas indifférent puisqu'il est basé sur des faits vécus et que ceux-ci sont très difficiles à «accepter» ou à «comprendre» avec nos yeux de 2020... Vous allez devoir respirer par le nez à quelques reprises... Nous sommes au max du pouvoir et du contrôle de l'église sur les citoyens, les femmes ne sont que des ménagères, des reproductrices et encore moins... Les terres que l'on offre aux colons sont pleines de roches et la vie y est dure comme un lit de planche. J'ai bien aimé, c'est raconté simplement et les dialogues utilisent la langue de l'époque.

Confidences d'une coiffeuse (exaspérée!)

Par Marie-Krystel Gendron
1 personne apprécie ce livre
2 commentaires au sujet de ce livre

Le commentaire de Carole : Un chick-lit amusant qui dénonce un fond de vérité. Maria, 27 ans, est coiffeuse au salon de coiffure Cosmos qui appartient à sa mère depuis 30 ans, et effectivement, elle est parfois exaspérée. Demeurant moi-même en région, je sais que les potins voyagent à une vitesse plus rapide que la F-1. Comme le titre le dit si bien Maria nous raconte les propos de ses clients. Malgré que l’on perçoit qu’elle adore son métier, elle nous raconte plutôt ce qui l’énerve. Nous avons tous un jour ou l’autre demandé presqu’un miracle à notre coiffeuse pour notre chevelure qui était désobéissante, et que dire quand nous arrivons avec une photo et que c’est cette coupe ou cette couleur que nous voulons, pourtant le résultat final sur nous est presque identique si on regarde seulement les cheveux, mais la photo nous avait reflété une jolie fille sans aucun défaut au visage. Bianca, sa pire ennemie, a ouvert un salon de coiffure juste en face de celui du Cosmos, et son but est de détruire tout ce qui touche de près ou de loin Maria ce qui mets celle-ci hors d’elle. C’est drôle, relaxant et ça se lit sans aucun casse-tête. J’ai bien aimé la philosophie du père de Maria qui tente de lui faire comprendre comment être heureuse. Une remarque très personnelle de ma part, je croyais que mon chien avait un nom unique, mais non celui de Maria porte le même nom que le mien, naturellement ça m’a séduit et j’aurais aimé en savoir plus sur cette petite créature. L’auteur a une plume agréable qui m’a plu, par contre, c’est une écriture purement Québécoise qui va peut-être déranger ceux qui ne connaisse pas notre jargon. Je vais attaquer le deuxième tome rapidement pour connaître la suite de la rivalité entre Bianca et Maria. http://lesmilleetunlivreslm.over-blog.com/2020/06/confidences-d-une-coiffeuse-exasperee-marie-krystel-gendron-editions-les-editeurs-reunis-par-carole-emery.html

Babylone

Par Yasmina Reza
1 commentaire au sujet de ce livre

Plutôt curieux ce roman qui se déroule autour d'un homicide suite à une petite soirée entre voisins et amis et à une chicane de couple au sujet du déroulement de la soirée en question...

Jazzman : Chroniques et anecdotes autour d'une passion

Par Stanley Péan
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre

Ce rassemblement de chroniques de Stanley Péan regroupées sous le titre «Jazzman» a paru en 2006. Les textes proviennent de cinq ou six publications différentes et l'auteur les a légèrement remaniés. C'est plaisant à lire sauf lorsque Péan s'égare au sujet de son ex. Ce qui est également très intéressant, à chaque chapitre il nous offre une liste d'une douzaine de disques du répertoire jazz en rapport avec les artistes qu'il a rencontrés.

Histoire des sciences

Par Yves Gingras
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre

Un petit «Que sais-je?» au sujet de l'«Histoire des sciences» par Yves Gingras, un prof de l'UQAM. ce livre est probablement dans ma pile d'essais à lire depuis sa parution en 2018. C'est pour vous dire qu'il n'y a pas assez de jours dans une semaine et d'heures dans une journée pour tout lire ce que je voudrais lire... Il y a encore une bonne douzaine de livres comme celui-là qui m'attendent! Alors cette histoire des sciences est accessible à tous et toutes, Gingras l'aborde en trois périodes: Les sciences anciennes (500 av. J.-C. à 1600 apr. J.-C.), Le renouvellement des sciences (1500 à 1800) puis Multiplication et convergences des disciplines (1800 à 2000). On y discute de l'importance de l'écriture, des traductions, de l'imprimerie, des instruments - télescope, microscope, etc. Le déplacement géographique de l'activité scientifique est très intéressant. C'est 125 pages à lire et à relire.

La confusion des sentiments: notes intimes du professeur R. de D.

Par Stefan Zweig
1 commentaire au sujet de ce livre

Extraordinaire, profond et qui vous tord l’âme quand l’on ressent la douleur des personnages. C’est un vrai chef d’œuvre.

La belle mélancolie

Par Michel Jean
2 commentaires au sujet de ce livre

J'ai tellement adoré les autres livres de Michel Jean, que celui-ci m'a paru bien mais sans plus. J'ai trouvé que ça allait un peu trop vite et un peu trop lentement en même temps. L'histoire est intéressante, l'écriture est efficace.

Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon

Par Jean-Paul Dubois
1 personne apprécie ce livre
2 commentaires au sujet de ce livre

Après mon blitz Jean-Paul Dubois de l'automne dernier, j'avais hâte de lire son dernier-né, prix Goncourt général 2019. Tout commence à la prison de Bordeaux à Montréal, où Paul Hansen subit une peine de deux ans de détention. Toulousain du côté maternel et danois, par son père Johanes, « le pasteur qui disait sans foi la Loi », Paul est aussi naturalisé canadien depuis quelques années. Le récit est introspectif, enfermement oblige, et le narrateur nous ramène dans son passé d'enfant unique, son parcours professionnel atypique qui prend naissance à Thetford Mines et se poursuit dans un immeuble à condos dans le quartier Ahuntsic montréalais. De détails triviaux en envolées littéraires, Jean-Paul Dubois nous raconte cette histoire; sous sa plume lyrique et évocatrice, on le suit docilement page après page, lecteurs ensorcelés par la justesse, la précision et l'imaginaire de son récit. J'ai cependant trouvé étrange de ne pas entendre aucun Tabarnak! ou Câlisse! bien sentis retentir à l'intérieur des murs d'une prison québécoise. Mais cela relève de l'anecdotique et n'enlève rien à la maîtrise du conteur, maintes fois constatée avec bonheur.

Maktub

Par Paulo Coelho
1 commentaire au sujet de ce livre

Ce petit livre sans pagination n'est pas un roman, mais un recueil de courts textes et de pensées. Certains relèvent de l'anecdote, d'autres sont tirés d'ouvrages. On y trouve une flopée de paroles et de leçons issues de diverses religions ou de courants de pensée. Ils ont pour point commun de parler des gens, de leur spiritualité ( à ne pas confondre avec leur religion), de leur passage sur terre, de leur vision des choses, de leur âme, de leur vie, de leur routine, etc. C'est le premier livre de ce genre que je croise et ça fait différent. On peut en lire des bouts un peu n'importe quand. Certaines pages ont suscité un intérêt vif, d'autres sont restées plus ou moins intéressantes. Je dirais que le fait que tout était justement pêle-mêle avait du bon: chacun y trouvera son compte. Et on a le plaisir de trouver un quelque chose de nouveau à chaque page. Un constat: c'est fou ce que les ermites, les religieux et tous les représentants de Dieux ont en commun d'être des hommes. Où sont donc les femmes?

Maktub

Par Paulo Coelho
1 commentaire au sujet de ce livre

Ce petit livre sans pagination n'est pas un roman, mais un recueil de courts textes et de pensées. Certains relèvent de l'anecdote, d'autres sont tirés d'ouvrages. On y trouve une flopée de paroles et de leçons issues de diverses religions ou de courants de pensée. Ils ont pour point commun de parler des gens, de leur spiritualité ( à ne pas confondre avec leur religion), de leur passage sur terre, de leur vision des choses, de leur âme, de leur vie, de leur routine, etc. C'est le premier livre de ce genre que je croise et ça fait différent. On peut en lire des bouts un peu n'importe quand. Certaines pages ont suscité un intérêt vif, d'autres sont restées plus ou moins intéressantes. Je dirais que le fait que tout était justement pêle-mêle avait du bon: chacun y trouvera son compte. Et on a le plaisir de trouver un quelque chose de nouveau à chaque page. Un constat: c'est fou ce que les ermites, les religieux et tous les représentants de Dieux ont en commun d'être des hommes. Où sont donc les femmes?

Maktub

Par Paulo Coelho
1 commentaire au sujet de ce livre

Ce petit livre sans pagination n'est pas un roman, mais un recueil de courts textes et de pensées. Certains relèvent de l'anecdote, d'autres sont tirés d'ouvrages. On y trouve une flopée de paroles et de leçons issues de diverses religions ou de courants de pensée. Ils ont pour point commun de parler des gens, de leur spiritualité ( à ne pas confondre avec leur religion), de leur passage sur terre, de leur vision des choses, de leur âme, de leur vie, de leur routine, etc. C'est le premier livre de ce genre que je croise et ça fait différent. On peut en lire des bouts un peu n'importe quand. Certaines pages ont suscité un intérêt vif, d'autres sont restées plus ou moins intéressantes. Je dirais que le fait que tout était justement pêle-mêle avait du bon: chacun y trouvera son compte. Et on a le plaisir de trouver un quelque chose de nouveau à chaque page. Un constat: c'est fou ce que les ermites, les religieux et tous les représentants de Dieux ont en commun d'être des hommes. Où sont donc les femmes?

Dark Bone, un nouveau héros T.1 : La découverte

Par Daniel Leduc
1 personne apprécie ce livre
2 commentaires au sujet de ce livre

Je lis très peu de roman fantastique. Les Éditions de l'Apothéose m'ont fait la surprise en me faisant parvenir ce livre de Daniel Leduc. J'ai donc profité de cette occasion pour découvrir Dark Bone. Dans la vie de tous les jours, j'ai de la misère avec les choses exagérées, qui ne se peuvent pas. J'ai donc eu un peu de difficulté à embarquer dans cette histoire. J'ai dû me parler souvent pour me rappeler que je lisais justement du fantasy ! Il faut dire qu'avec ce livre, je sors vraiment de ma zone de confort ! Et je me suis surprise à me dire que finalement, ce n'est pas si pire que ça. C'est même très bon ! J'ai beaucoup aimé la plume de cet auteur, pour qui ce roman est son premier. Je n'ai pas trouvé de temps mort, les événements s'enchaînent à vive allure ! Je serais portée à dire que le public cible est les ados. Ceux-ci seront assurément enchantés de se plonger dans cette histoire où le personnage principal, Antonin, découvre des objets qui appartenaient à des extraterrestres. Quand il porte ces objets, il devient un super-héros et se découvre une force incroyable ! Il se sent invincible ! La curiosité l'a vite emportée, toute cette histoire m'intriguait et je n'avais qu'une hâte: me dépêcher de terminer ce roman pour savoir comment toute cette folle histoire se terminerait. Le seul petit bémol: la longueur des chapitres. Je les ai trouvés beaucoup trop longs. Je n'aime pas devoir arrêter ma lecture en plein milieu d'un chapitre car j'ai comme l'impression de rester sur ma faim. Mais avec ce livre, j'ai dû le faire régulièrement. http://letempsdlire.blogspot.com/2020/06/dark-bone-un-nouveau-heros-t1-la.html

Demi-vie T.1 : Rupture

Par Magali Laurent
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre

Le commentaire de Lynda : COUP DE COEUR! Vous me connaissez suffisamment maintenant pour savoir que la science-fiction, n'a jamais été mon genre préféré, sauf quelques exceptions et les romans de Magali Laurent, figure parmi ces exceptions et encore plus celui-ci qui fut un coup de cœur pour moi. Je ne suis pas certaine en quelle année, cette histoire se situe, mais le monde n'est plus le même, ce n'est pas le monde que vous et moi connaissons. Ysia, comme tous les autres habitants, vit une vie à temps partiel, c'est-à-dire qu'elle dort un mois et vit un mois. Par contre cette fois-ci, Ysia, se retrouve dans le monde des adultes, à cause de son âge, c'est donc dire qu'elle aura les avantages d'un adulte et perd ses avantages d'enfant. Après son réveil, on lui installe le Clairécran, cet outil prend la place de l'ordinateur, tablette, téléphone et avec des lunettes spéciales, il est le centre de toutes leurs journées et leurs vies. J'ai trouvé une certaine analogie avec les gens d'aujourd'hui, pour qui plusieurs, leur téléphones, tablettes, etc., est le centre de leurs vies. Vous comprendrez davantage en lisant ce livre. Ysia qui ne vit pas, contrairement à tous les autres, une addiction pour cette chose, remarque autour d'elle que les choses changent, et beaucoup trop rapidement. Ysia, qui se retrouve dans une attitude différente par rapport aux autres, verra sa vie en danger. Que se passe-t-il avec tout le monde, que se passe-t-il avec son amie Kat, dont la vie se dégrade et rapidement, et quand on voit que Kat n'est pas la seule, on se pose des questions. J'ai vraiment adoré cette lecture, et je vais attendre la suite avec une grande impatience. J'ai hâte de retrouver Ysia, et voir comment cette jeune fille compte agir pour sauver les autres de cette étrange dégradation. Va-t-elle réussir, à ramener tout le monde dans une réalité, elle n'hésitera pas à mettre sa propre vie en danger pour découvrir ce qui se passe, pour savoir quel est le but ultime de l'organisation en place. Une lecture qui se fait rapidement, très bien écrit, nous arrivons facilement à visualiser les décors et les personnes, tout comme si nous étions dans un film. Ce roman est classé jeunesse ou encore jeune adulte, mais je vous parie, que vous entrerez dans ce livre à pieds joints et ne pourrez le lâcher qu'à la toute fin. On reconnaît facilement le talent de cette auteure, une renommée solide qui s'améliore encore et toujours. Je vous recommande cette lecture, même si vous n'êtes pas fan de science-fiction, vous allez adorer, que vous soyez adolescent ou adulte. Ce suspense vous tiendra en haleine du tout début jusqu'à la fin. http://lesmilleetunlivreslm.over-blog.com/2020/06/demi-vie-t1-rupture-magali-laurent-editions-de-mortagne-par-lynda-massicotte.html

Stalkeuses : 16 nouvelles indiscrètes

2 personnes apprécient ce livre
3 commentaires au sujet de ce livre

En commençant la lecture du recueil Stalkeuses réalisé sous la direction de Fanie Demeule et Joyce Baker, je craignais vaguement que les nouvelles soient répétitives en raison de leur point de départ commun. Il n’en est rien. Les textes sont très diversifiés : le sujet est abordé sous plusieurs angles; chaque auteur•e possède son propre style; et les genres varient (ex. : suspense, surnaturel, humour). En refermant ce livre, vous serez sans doute troublé de constater à quel point il est facile de devenir un stalker.

Joignez-vous à quialu.ca et participez à la discussion!
Créer un compte
Vous êtes un libraire du réseau?

Alimentez la discussion!

  • Faites profiter la communauté de vos connaissances.
  • Donnez votre avis au nom de votre librairie.
  • Devenez une référence pour les lecteurs.
Créer un compte
Plus de 800 000 titres disponibles :

Acheter local et en ligne n’a jamais été aussi facile!

La revue Les libraires, c’est :
  • un bimestriel distribué gratuitement;
  • des actualités littéraires d’ici et d’ailleurs;
  • des entrevues, des chroniques, des dossiers, des suggestions de vos libraires indépendants et bien plus encore!