Découvrez de nouvelles lectures, donnez votre avis et consultez les commentaires d’autres lecteurs, profitez de conseils exclusifs de vos libraires indépendants et, surtout, joignez-vous à la plus grande communauté de partage de lectures au Québec!

Activités de la communauté

Furious Jumper T.1: La vidéo de tous les dangers !

Par Jean-Christophe Derrien, Furious Jumper, Emmanuel Nhieu et Alla Khatkevic
(1,0)
1 commentaire au sujet de ce livre
C'est de la grosse momise, ma mère me l'a commandé et il n'arrive pas depuis 2 mois

Amoureuse

Par Nathalie Kuperman et Julie Safirstein
(1,0)
1 commentaire au sujet de ce livre
Mention ATTENTION "Amoureuse" est un petit roman d'environ 90 pages, une taille que j'estimais intéressante pour mes ados Lecteurs à la librairie, mais je me heurte à plusieurs éléments qui m'agacent beaucoup. "En proie à divers sentiments face à son nouveau camarade de classe, comme la jalousie, l'angoisse, l'obsession et la peur, la jeune narratrice comprend qu'elle tombe amoureuse", peut-on lire comme quatrième sur Sens Critique. Pardon? Jalousie? Angoisse? Obsession? C'est tomber amoureux? Clairement, l'autrice et moi avons des visions opposés sur la question, parce que je vois strictement rien de positif dans ces états émotionnels, alors taxer ce mélange infâme de "sentiment amoureux", ça me confronte. Il y a de quoi avoir peur! Des histoires d'amour, dans les romans ados destinés aux adolescentes, il y en a plus que de raison, comme si la principale préoccupation des adolescentes était de tomber amoureuse. Ce dont je doute, très sincèrement. Mais bon, admettons qu'on y consacre encore un roman, qu'y trouverait-on de pertinent? Hélas, pas grand chose. Nous sommes encore dans une romance de type "Coup de foudre". Notre ado, Salomé, nous parle de son gros béguin irrationnel pour Julien, le petit nouveau aux airs ténébreux, évidemment super beau et évidement inaccessible qui fait son entré dans sa classe. Encore un! Dès le départ, on nous présente donc un amour qui ne tient par rien du tout, si ce n'est une grosse décharge physiologique qui prend la tête, qui empêche de se concentrer, qui rend "jaloux" ( j'y reviendrai), qui sollicite l'imaginaire et rend agressif. Je comprend l'idée que c'est pénible, parfois, de tomber "amoureuse",même si "avoir un coup de foudre" aurait été plus exacte: il n'y a pas réellement d'amour au sens réel du terme dans cette débâcle physiologique. Là est un de mes soucis, d'ailleurs. Étant fille moi-même, je me souviens que ça m'a énormément induite en erreur à l'âge de Salomé, parce qu'on nous a vendu l'amour comme un coup de foudre. Les papillons, la déraison, l'illogique de la chose, l'extase, le fait qu'on devient obnubilée par le garçon, etc. On nous a vendu cette salade comme la "seule façon de tomber amoureuse". On ne peut plus faux, en fait, ce n'est absolument pas un prérequis. Et l'ennui est que dans la culture, littéraire et cinématographique, on nous vend l'amour comme cela également. Ce roman n'y fait pas exception. Qu'en-est-il alors de la complicité, du respect, de la progression, de la construction relationnelle saine, des comportements et des atomes crochus? Facultatifs? Ça viendra ensuite? Ce sont pourtant les bases de toute relation qui se veut constrictive et profonde, pourtant. Un autre élément qui m'a heurtée est le fait qu'encore une fois, on a un '"bad boy", Julien. Il a volé une fois des résultats d"examen, ça ne fait donc pas de lui un vrai gros bad boy confirmé, mais ça teinte son attitude, qui est renfermée et secrète. Et bien sur, notre adolescente va lui trouver une explication rationnelle à son comportement: "Tu n'es pas un voleur, mais un joueur. Tu as voulu jouer avec ceux qui ne voulaient pas jouer avec toi et tu as perdu." Hum. Hum. Et là, bien sur, notre garçon a une révélation: C'est la SEULE qui le comprend! Ah non, encore cette histoire "d'ÉLUE"! Ça aussi j'en ai marre, parce que ça foisonne en littérature adolescente l'idée que pour être une petite amie, il faut aussi le mériter.Et quand je dis mériter, c'est d'être la bouée de sauvetage. En l'occurrence, être la personne parfaitement compréhensive et supportaire, celle qui a vu l'invisible, celle qui a transcendé les préjugés, bref, la "fille spéciale". Sérieusement, mais quelle idée néfaste. Où sont les motivations sérieuses du genre " Parce que tu es intelligente, parce qu'ensembles, on a du plaisir, parce qu'ensemble, on se comprend bien et on se sent en sécurité, on sent estimés". Non, on en revient aux autres romans romantiques ( mais tant que ça) où l'important est d'être "spéciale", de voir le prince charmant au-delà du bad boy. D'être l'exception. Bref, surtout, de ne pas être "ordinaire". La jalousie, parlons en. Je déteste qu'on nous présente cette émotion comme un incontournable des relations amoureuses. Ce ne l'est pas et on ne devrait pas insister autant sur sa présence. C'est même l'un des indices des relations dites "toxiques". Avoir envie d'être avec la personne est une chose, en vouloir à ceux et celles qui sont en présence de ladite personne est une autre. C'est malsain. La personne n'a pas être la chasse gardée de l'autre ( surtout quand la personne n'est même pas en couple avec elle) et je ne parle pas du fait d'établir une confiance mutuelle, qui ne peut se faire avec la jalousie. Qu'en sera-t-il alors avec les amis de cette personne, ce sera toujours un sujet épineux parce que "je ne veux pas que mon conjoint soit avec d'autres filles"? Va falloir plancher sur le fait que d'être jaloux n'est en rien être "amoureux", c'est lié à des désirs de contrôle, une possessivité mal placée et à une mauvaise estime de soi, ça n'a donc rien de positif. Et d'ailleurs, c'est ce que nous avons ici, une jeune ado qui ne se fait pas confiance, alors plutôt que de s'interroger sur elle-même, sur les entraves qui peuvent se former dans son esprit, elle met le blâme sur les filles qui tournent autours de Julien, comme sa meilleure amie. Je trouve le sujet de la jalousie mal traité, ou du moins utilisé comme un "Ingrédient amoureux" et je ne suis pas d'accord, vraiment pas. La dernière chose qui devrait servir l'amour est l'accaparement de la personne concernée. La relation devrait aux contraire tendre vers la communication, comme ce fut le cas vers la fin. Au final, que penser de ce que Salomé ressent pour Julien? Elle le trouve beau et il a eu la gentillesse de ramasser une carafe pour elle. Hormis ça, pas grande chose. On a donc une relation amoureuse ( si on peut qualifier ça de "relation") basée sur le physique. Les coup de foudre ont souvent ce genre de base, parce que c'est une réaction biologique qui implique l'olfactif et le visuel. Donc, on implique vraiment peu la composante psychologique et sociale. Certains diront que "oui, mais ce sont des ados, ils sont en apprentissage, les premières relations peuvent être superficielles". Certes, oui, c'est possible. Mais quand la seule représentation de l'amour est le coup de foudre irrationnel, que ce soit dans les livres, les films et les séries, qui est une forme très peu profonde et superficielle qui de dure pas dans le temps ( moyenne de 6 mois), je m'interroge. Pourquoi valorise t-on autant ce type de réaction chez les filles? Pourquoi verser dans le grandiose? Pourquoi toujours impliquer la grande beauté de la personne aimée? Pourquoi ne pas traiter du fait que parfois on tombe amoureux de belles personnes qui ne sont au fond pas grand chose d'autre que ça ? Pourquoi, aussi, n'aborde t-on pas les premiers amours plus normaux, plus sains? Ceux qui se construisent dans le temps, ceux qui se base sur autre chose que le strict physique ou l'inaccessibilité du mystérieux nouveau de la classe? Sur les éléments communs, par exemple, sur la personnalité de l'autre, sur les activités communes, sur l'amour progressif? C'est malheureux, mais ça n'arrive pratiquement jamais dans les romans jeunesse, comme si l'amour complet était trop lent, banal ou ennuyeux. C'est le cas aussi dans les romans adulte sentimentaux. Ça me déprime beaucoup, parce que ça implique de glorifier des amours vides, mais "intriguant", parce que c'est divertissant. Pire, on valorise des aspects superficiels,qui font servir d'exemples aux filles et aux femmes dans leur vie réelle. le message qu'on envoi me semble trompeur ou à tout le moins, très incomplet. De plus, Salomé m'a semblé chercher des raisons d'être en "amour" avec lui. À quel point ça la rassurée que son ténébreux collègue marabout ne soit que la victime de la méchanceté des autres, sans penser une minute au fait que son action est grave. Ça aussi, c'est énervant. Trouver des excuses, il me semble que ce soit pas la chose à faire,surtout quand est aveuglé par un coup de foudre. Julien est décrit comme un personnage pas sympa, peu sociable, mais très beau. Encore une fois, ça me nargue que parce qu'il est "dont beau" et "il me fait de l'effet" qu'il faut donc absolument investiguer. Sentiment: 1, Raison: 0. Si le gars est considéré "pas sympathique", il me semble que c'est une bonne raison de se tenir loin, non? Si Julien avait été "ordinaire" ou pire, "laid", croyez moi bien que Salomé ne l'aurait jamais approché. Mais comme dans tous les romans sentimentaux et romantico-fantastiques, les gars qui ont des airs bêtes et une attitude arrogante, qui sont en quelques mots franchement désagréables, sont pourtant tous adulés par l'héroïne du roman. Parce qu'ils sont physiquement avantagés. et inaccessibles, j'imagine. Est-ce moi où dans notre société actuelle, on considère normal de "se battre" pour un amour? Que ça vient avec de la souffrance? Qu'il faut insister, investiguer et ne surtout pas abandonner? Qu'il FAUT que la responsabilité soit du côté de la fille, qui va devoir trimer sur sa relation probablement jusqu'à ce que le mâle abdique ou s'emporte. Qu'il faut que les filles sauvent les beaux bad-boy parce qu'ils ne sont pas capable de s'en sortir tout seuls? Qu'il faut avoir pitié d'eux, pauvre incompris aux allures d'Apollon? Dans mon livre à moi, ça s'appelle du "fanatisme" et les groopies et les fangirls sont de bons exemples de fanatisme. Et dans la vraie vie, ça ne les mène nul part. D'ailleurs, est-ce moi où l'amour au féminin est fanatique alors que celui des gars est tempéré ( voir facultatif) dans les représentations culturelles? L'amour coup de foudre pour les ténébreux est légion en littérature jeunesse. Ou pour les princes charmants. Un ou l'autre. Et bien sur, quand il s'agit de la situation des gars, on a l'inverse: Les garçons tombent amoureux des filles gentilles, belles, douces, cool, soit la plus belle fille de la cour de récré ou de la fille la plus populaire. Un contraste, tout-de-même. Jamais la fille torturée, bad-girl qu'il faut réparer et apprivoiser, ils n'ont pas de temps et d'énergie à perdre à convaincre la fille de leur laisser une chance ou de leur trouver des points positifs insoupçonnés, histoire de se donner une raison d'être en couple avec elle. Non, ça c'est le sort du personnage féminin. Mais pourquoi?? Je me demande si c'est là la vision des hommes sur les femmes qui a engendré cela: Peut importe à quel point le gars est magané/torturé ou différent, il FAUT lui donner une chance, alors que je n'ai jamais vu un gars donner sa chance à la fille moche ou ordinaire. On a du chemin à faire! La partie entre les deux soeurs aussi m'énerve pour une chose: Elles se découvrent enfin un élément commun, le fait de "tomber amoureuse" et cela solidifie concrètement leur relation. Ce qui me navre, c'est que c'est encore pour une histoire de garçon et non pour elles en tant que personnes. Si vous connaissez le test de Bechdel, un des rares tests qui sert à mettre en évidence l'importance du regard masculin dans les oeuvres de fiction et la faible représentativité des personnes féminin, même si ce roman est le résultat d'une femme, on a ces critères: Le test repose sur trois critères : -Il doit y avoir au moins deux femmes nommées (nom/prénom) dans l'oeuvre ;(Ok) -qui parlent ensemble ;(Ok) et qui parlent de quelque chose qui est sans rapport avec un homme.( Heu...) Ah. Donc, le test échoue au troisième point pour les deux soeurs. Et pour Salomé et Louise, sa meilleure amie. En outre, leur relation me semble malsaine. Ça sent la manipulation et les non-dits, d'une part comme de l'autre. Pour un gars pas sympa, en plus. Bref, je ne vais pas dire que j'ai apprécié, peu s'en faut. Ce roman aurait pu s'appeler "Coup de foudre", mais "amoureuse", pas vraiment. On en reparlera dans six mois pour Salomé, quand elle aura de vrais éléments amoureux, mais comme le roman s'arrête juste avant son premier rendez-vous, on en saura rien. Dommage, c'est le suite qui aurait été intéressante. Bref, un exemple à ne pas suivre et une énième représentation féminine rabaissée à sa plus simple expression. Pour un lectorat du premier cycle secondaire, 13 ans+.

Petits poèmes sur mon père qui est mort

Par Georgette LeBlanc
(4,5)
1 personne apprécie ce livre
2 commentaires au sujet de ce livre
Moi qui vient de perdre mon père, j'ai adoré ce petit livre qui évite les poncifs et qui est un témoignage de la part de Georgette LeBlanc. Même si cette fois-ci son français est "standard", on reconnait tout de suite la voix poétique de Georgette qui caresse ses mots.

L'Ankou : Une enquête d'Onésime Gagnon en terre bretonne

Par Monique Le Maner
(5,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Le commentaire de Martine : Dès le début de ce récit, on embarque dans l'aventure avec Onésime Gagnon, il se retrouve héritier d'un manoir en Bretagne. Pour cet homme qui est vieillissant et qui est reconnu par son ami comme le plus grand détective du Québec, l'annonce de ce bien qui lui est légué, soulève en lui plein de questionnement. Il va quitter son Abitibi pour s'envoler vers la terre bretonne, dès son arrivée tout déboule. Le dit bien hérité est qualifié de maudit, on prétend qu'il referme des secrets. Onésime va demander à son ami le sergent-détective Turgeon de venir le rejoindre pour l'aider à enquêter, mais dès l'arrivée de l'ami, une autre tuile s'abat sur le manoir, on retrouve le jardinier mort. Comme à son habitude légendaire, Onésime Gagnon va entreprendre une enquête pour démystifier tous les secrets, les histoires vraies ou fausses, en s'intéressant sur la légende bretonne qui entoure l'Ankou. L'Ankou est une figure de la mythologie bretonne qui est souvent confondue avec la Mort, mais c'est plutôt son serviteur. C'est un personnage que l'on nomme psychopompe, il collecte les âmes des personnes décédées pour les amener dans l'Autre Monde. Alors, Onésime Gagnon se sent impuissant devant toutes les croyances, il ne peut plus faire appel à son sens d'analyse, son rationnel et sa perspicacité. Il est complètement chamboulé par ses découvertes et il devra prendre un recul, pour redéfinir son intérêt à garder ce bien légué. Un roman captivant et j'aime retrouver Onésime Gagnon et son ami Turgeon, car je passe toujours un bon moment avec eux. Monique Le Maner écrit très bien et ses romans sont faciles à lire, j'ai hâte de la relire prochainement. https://lesmilleetunlivreslm.over-blog.com/2022/05/l-ankou-une-enquete-d-onesime-gagnon-en-terre-bretonne-monique-le-maner-editions-du-tullinois-par-martine-levesque.html

Une dose de rage

Par Angeline Boulley
(4,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Alors que c’est sous fond de trame folklorique que se bercent plus souvent qu’autrement préjugés et fausses croyances, on préfère regarder ailleurs, sinon éviter les miroirs, quand mouise et gangrène sont démystifiées et tonnent dans le sens. Dans « Une dose de rage » d’Angeline Boulley, tout comme dans la vraie vie d’ailleurs, la grande faucheuse se fait les dents au détriment de la cécité volontaire des différents paliers de gouvernement, où plus souvent qu’autrement, c’est l’anishnabekwe qui en paie les frais de sa vie. Malgré sa traduction parfois douteuse, roman jeunesse à lire, à découvrir !

Le chant d'Achille

Par Madeline Miller
(4,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Madeline Miller explore comme nul autre la richesse romanesque que recèlent les mythes de la Grèce antique. Il faudrait en tout cas être de bien mauvaise foi pour ne pas se laisser embarquer dans cette machine aventureuse aux accents épiques. Dans l’étoffe de la tragédie, Miller taille cette grandiose relecture de l’Illiade en adoptant le point de vue de Patrocle, compagnon d’Achille et ici présenté comme son grand amour. En dépit des dieux qui foulent le même sol que ces héros de chair et de sang, des enseignements prodigués par le centaure Chiron et de la tutelle cruelle de la néréide Thétis, on ressent toute l’intimité propre aux grandes histoires d’amour, tout le bruit et la fureur des batailles et toute la bassesse des humaines raisons qui servent de prétextes à déclarer une guerre qui égrène les années comme les jours les cadavres. Helléniste et latiniste, Miller prend ce qu’il faut de liberté avec la rectitude historique tout en prouvant, à la manière de la Yourcenar des Mémoires d’Hadrien, qu’elle connaît si bien son sujet qu’elle peut sans crainte se permettre d’improviser en virtuose sur des thèmes indémodables. À mettre dans les mains d’amateurs de romans historiques, de lecteurs de fantasy et de passionné.e.s de l’Antiquité!

Paris-Briançon

Par Philippe Besson
(4,0)
3 personnes apprécient ce livre
4 commentaires au sujet de ce livre
Dans ce court et très intéressant roman, Philippe Besson nous fait faire le voyage de nuit en train de la capitale vers les Alpes. Ça se lit bien et rapidement, les personnages sont attachants, puis un événement vient bousculer la paix instillée par le roulis du train. J’ai presque envie de dire qu’il s’agit là d’un roman de gare, mais sans la part de superficialité qui caractérise normalement le genre. Ici, les personnages ont tous une très intéressante profondeur et ils se laissent porter par la part de hasard que l’exiguïté d’un wagon couchette impose. À la fin, je me suis dit que j’aurais aimé faire l’expérience de lire ce livre lors d’un trajet en train.

Celles qui ne meurent pas

Par Anne Boyer et Céline Leroy
(5,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
J'adore le petit résumé introductif qui présente la "tumeur technique".

Survivaces

Par Geneviève Rioux
(5,0)
1 commentaire au sujet de ce livre
La poésie de Geneviève Rioux est un électro-choc. Elle nomme la vérité, sans concession. Cela demande beaucoup de courage pour partager tant de soi, mais elle en transmet plus encore. Ce livre est un don de force, un rappel de la capacité de chaque femme à vaincre ce fléau, Geneviève Rioux nous livre la puissance au naturel. De tous les livres de poésie sur la violence faite aux femmes que j'ai lue, Survivaces est celui qui, selon moi, est le plus authentique et transparent. Sa parole devient celle des autres. Elle ne laisse personne derrière, ni ses collègues, bouleversés par tant de cruauté, ni sa famille qui la soutenue et l'aide dans cette épreuve tout en portant les marques de Geneviève dans l'âme. Ce recueil est à l'image de l'autrice, puissant et réparateur. Coup de cœur assuré. Il me tarde déjà de lire ce qu'elle va écrire par la suite!!

Du coeur au combat : Françoise David en cinq temps

Par Françoise David et Lisa-Marie Gervais
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
J'ai littéralement adoré ce livre. Françoise David, est une femme authentique, dévouée à sa cause toute sa vie, une battante, un modèle à suivre. Je suis membre d'un Centre Femmes L'Ancrage, nous sommes très sensibilisées aux difficultés rencontrées par les femmes ainsi que les enjeux de la société actuelle. J'éprouve un grand respect à cette femme, Je recommande ce livre, bien vulgarisé et fort intéressant .

Rayonnements

Par Ying Chen
(4,5)
2 commentaires au sujet de ce livre
BRi
Pour en ajouter: J’ai beaucoup aimé « Rayonnements » tellement que j’ai regretté qu’il soit si court. J’en ai fait mon préféré, pour le rappel de la place de la femme dans la société à cette époque qui n’est pas si lointaine, de même que le fait de traiter des inquiétudes des chercheurs sur l’usage que pourrait faire la société du fruit de leurs recherches. Je suis aller lire la biographie de Marie Curie après avoir lu « Rayonnements » et j’avoue que je ne perçois plus la vie de Marie Curie de la même façon. WoW! quelle grande femme, dévouée et déterminée.

Ma fin du monde

Par Simon Roy
(4,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Entre les peurs causées par les canulars et une réflexion sur la mort prochaine de l'auteur, se trouve une réflexion sur la vie, dans sa noirceur et sa lumière.

Rita enquête

Par Claude Champagne
(4,25)
3 personnes apprécient ce livre
3 commentaires au sujet de ce livre
Le commentaire de Lynda : ♥ Coup de cœur ♥ Un gros coup de cœur pour cette lecture, mais plus spécialement pour Rita, cette octogénaire des plus spéciale. Je vous garantis qu'une fois que vous aurez fait sa connaissance, plus jamais vous ne l'oublierez. Rita, est sommée de se présenter pour le choix d'un jury, mais à cause de son âge, on la refuse, disons qu'elle est un peu déçue notre Rita, mais à compter de ce jour, un de ses passe-temps favoris, sera d'assister à des procès avec un trio qu'elle avec qui a fait connaissance au Palais de Justice. Mais il n'y a pas que ça, de drôle de choses se passent dans le bloc d'appartements où elle vit, sans oublier, les petites rencontres bizarres dans le stationnement du McDonald, derrière chez elle. Il n'en faut pas plus pour que Rita et des amis, se mettent à la recherche de l'énigme du stationnement. On survole également sa relation avec ses fils, qui sont présents, mais elle n'en parle pas beaucoup, et ses petits-enfants, et bien pas du tout. Rita, est curieuse de nature, alors elle va fouiller autant qu'elle le peut pour trouver ce qui se passe chez elle, mais bien sûr, à quatre-vingts quelques années, la santé ne suit pas tout le temps, on va l'accompagner d'ailleurs à l'hôpital à quelques reprises. Est-ce que leur enquête connaîtra un dénouement, est-ce qu'il se passe réellement quelque chose dans le stationnement du McDonald, ou bien est-ce l'imagination un peu fertile de Rita et ses congénères, et bien pour le savoir, il vous faudra lire ce roman. On tombe facilement sous le charme de Rita, cette vieille femme que rien n'arrête, un franc-parler qui est bien souvent drôle, un quartier de Montréal, le quartier Hochelaga-Maisonneuve, que je connais bien, des situations cocasses, des personnages secondaires que j'ai beaucoup aimés, voilà ce que Claude Champagne nous offre avec ce roman contemporain. Avec tout ce que j'ai aimé de ce roman, ça ne peut pas faire autrement que d'être un énorme coup de cœur, et c'est avec un peu de peine que j'ai refermé le livre et quitté. https://lesmilleetunlivreslm.over-blog.com/2022/05/rita-enquete-claude-champagne-editions-stanke-groupe-quebecor-par-lynda-massicotte.html

American Dirt

Par Jeanine Cummins, Françoise Adelstain et Christine Auché
(5,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Quelle terrifiante réalité que celle vécue par les citoyens des villes mexicaines gangrenées par les guerres entre les différents cartels de drogues! Un abandon et une faillite à tous les niveaux administratifs du gouvernement incitant nombre de familles à migrer vers « el norte » par tous les moyens. C’est le cas de Lydia et de son fils Luca, seuls survivants d’une rafle meurtrière ayant fauché seize membres de la famille, réunis chez la grand-mère pour fêter l’anniversaire d’une nièce. C’est le début d’un long et pénible périple de dix-huits jours sur plus de 2 600 kilomètres, à partir d’Acapulco, un endroit de rêve tombé aux mains assassines du gang Los Jardineros, jusqu’à Nogales située à la frontière américaine. « Si une Mecque touristique comme Acapulco pouvait se désagréger, alors plus aucun endroit sûr n'existait au Mexique. » À pied, en bus ou sur les toits des trains de marchandises, les deux fugitifs craignent continuellement pour leur vie et se méfient de tous. Heureusement, certaines rencontres s’avèrent bénéfiques, soulageant temporairement une souffrance morale et physique que l’on devine insoutenable par moment. Jeanine Cummins m’a émue tout du long avec cette histoire de migration forcée dont certains passages m’ont amené à plusieurs reprises des sanglots dans la gorge. Un roman puissant au propos implacable et prégnant, de surcroît fort bien écrit et construit, raconté d’une seule voix prenant tour à tour les pensées et les actes des personnages principaux. Sans contredit, cet ouvrage mérite amplement cinq étoiles.

De zéro à millionnaire : Investir en bourse sans souffrir

Par Nicolas Bérubé
(4,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Le commentaire de Martine : Un très bon livre à mettre dans les mains d'investisseurs ou de futurs investisseurs, un plaidoyer facile à lire et à comprendre. Cet ouvrage regorge de précieux conseils pratiques pour tous les genres de portefeuilles. Il est accessible pour tous les investisseurs du novice à l'expert. Nicolas Bérubé explique très bien les démarches à suivre afin de bien investir, le commencement, les frais, le rendement des investissements qui sont sécuritaires pour débuter avec une certaine stabilité. Un livre que j'ai bien apprécié, il est très intéressant, puisque l'auteur ajoute quelques anecdotes et faits historiques qui aident à bien comprendre le monde de l'investissement. https://lesmilleetunlivreslm.over-blog.com/2022/05/de-zero-a-millionnaire-investir-en-bourse-sans-souffrir-nicolas-berube-editions-la-presse-groupe-fides-par-martine-levesque.html

U-Merlin T.4: L'arène de Salamandria

Par Jean-François Laliberté et Sacha Lefebvre
(5,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
J'ai malheureusement appris de source sûre que l'aventure de nos chevaliers de l'espace va prendre fin au sixième tome. Bien que ce soit une triste nouvelle, je vous recommande vivement de vous la procurer. Aucune des 4 quêtes actuelles n'a été décevante. Au contraire, on plonge rapidement dans l'action et les rebondissements. Les dessins et les jeux de couleurs sont toujours aussi magnifiques et impressionnants. Nous avons de quoi être fier de ce beau produit québécois qui n'a rien à envier aux supers héros de Marvel et à l'univers des DC Comice. Bonne lecture à tous petits et grands!!!

Eaux sombres

Par Susanne Jansson
(5,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Le commentaire de Lynda : ♥ Coup de cœur ♥ Un roman noir qui vous frappera en plein cœur, du moins c'est ce qui m'est arrivé. Cette lecture pourrait très bien être une légende, cette histoire pourrait très bien être vraie, mais elle pourrait aussi être complètement imaginée, saurez-vous avant la fin de la lecture ? Martin, son épouse Alexandra et leurs deux enfants, Adam 3 ans et Nellie, encore bébé, viennent d'emménager dans une résidence d'été sur une île. Martin profite de tout son temps pour faire de la plongée. Alors qu'Alexandra part pour quelques jours avec Nellie, Martin sur le bord de la plage, perd son fils de vue le temps de répondre au téléphone, à son retour, Adam n'est plus là, que des traces de lui, comme son seau et sa pelle. Après enquête, on conclut à une noyade. Martin est tout simplement dévasté, la dépression le guette, rongé par la culpabilité et se sentant responsable de la disparition de son fils. En fouillant le grenier, il met la main sur un vieux journal, d'autres enfants sont morts à cause de la mer. Il fera la connaissance de Maya, ancienne photographe de police, qui décide de prendre en main l'enquête. Les découvertes sont assez phénoménales. Les habitants du village ont bien des choses à cacher, et puis la mer, personnage important de cette histoire, parce que oui l'auteure nous la décrit comme un personnage entier. Que vous dire de plus sans rien dévoiler, et bien ce thriller est rempli de rebondissements, nous allons de découvertes en découvertes, et même si on parvient à se faire une idée, l'auteure nous envoie complètement dans un autre sens. Les légendes créent une atmosphère assez envoûtante, on a l'impression d'être tout simplement enveloppé dans un brouillard, et que c'est petit à petit que l'auteure nous dirige. Je ne connaissais pas cette auteure, je sais qu'elle a écrit un autre roman du genre, et je me promets bien de le lire. Une auteure qui sait manier les émotions de ses lecteurs, et qui pour couronner le tout nous offre une fin que nous ne voyons pas venir, et qui nous jette tout simplement par terre. Coup de cœur pour une lecture qui a su me surprendre, et surtout qui m'a tenu en haleine une bonne partie du livre... Légende ou vérité ? https://lesmilleetunlivreslm.over-blog.com/2022/05/eaux-sombres-susanne-jansson-les-presses-de-la-cite-distribue-par-interforum-canada-par-lynda-massicotte.html

Dieu : La science, les preuves

Par Michel-Yves Bolloré et Olivier Bonnassies
(4,5)
1 personne apprécie ce livre
3 commentaires au sujet de ce livre
J'ai toujours eu l'impression que science et religion étaient en opposition, et j'ai l'impression que ces deux visions sont en voie de se rapprocher, voir même se fusionner à mesure que les connaissances progressent et ce livre en est une preuve éloquente de rapprochement et je dirais que c'est plutôt réjouissant. Est-ce que ce rapprochement arrive trop tard à un moment où le matérialisme est en train de tout détruire, cette question demeure entière mais cette lecture donne de l'espoir à ceux qui comme moi s'efforcent de conserver une vision rationnelle de la question.

Raconte-moi l'amour

Par Nicole Vachon
(5,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Le commentaire de Carole : ♥ Coup de coeur ♥ "Raconte-moi l’amour" est une histoire vraiment très belle et j’aimerais spécifier que la couverture est superbe. Le titre m’a un peu mise sur une fausse route, car je m’attendais à de la romance un peu style chick-lit, mais j’étais dans l’erreur et pas du tout déçue. Jasmine et Hans sont divorcés et leur fille Alixia demeure chez son père à Ste-Foy. Mélissa, la grande amie de Jasmine, est en grande partie la cause de la séparation des parents d'Alixia, un geste mal intentionné posé par Hans a fait basculer le mariage. Mélissa habite Montréal et va souvent rendre visite à Jasmine qui demeure dans un coin isolé de Charlesbourg. Quand Alixia, Mélissa et Jasmine sont réunis ce n'est que du bonheur qui est invité à leur table. Jusqu'au jour où Lou un voisin trappeur fait fureur auprès de Mélissa et Alixia, mais attention, Alixia a seulement 17 ans tandis que Lou en a 40. En toute innocence, et sans le vouloir, Lou va semer la discorde auprès du trio de femme, jusqu'au point où le silence va s'installer entre elle. Un suspense s'installe quand Jasmine se sent surveillée par drone par un inconnu, l'inquiétude et la peur s'installe ce qui va remettre en question l'avenir de Jasmine. Quant à Lou, il tente bien d'utiliser son charme sur Jasmine, mais elle a su qu'il avait perdu son permis pour faculté affaibli, elle hésite à vouloir se rapprocher d'un tel style d'homme ayant déjà eu des problèmes dans ses relations antérieurs. J'ai franchement aimé ma lecture, la relation entre les gens est mise à l'avant que ce soit entre mère et fille, entre amis ou père et fille nous réalisons que la vie peut être compliqué quand il manque de conversation. Les non-dits ouvrent la porte à des suppositions qui peuvent s'avérer fausses. Je ne voudrais pas oublier les détails du paysage en forêt, c'est superbe à lire. Un beau coup de coeur pour la plume magique de Nicole Vachon, qui m'a séduite de la première à la dernière page. https://lesmilleetunlivreslm.over-blog.com/2022/05/raconte-moi-l-amour-nicole-vachon-editions-crescendo-par-carole-emery.html

Le petit astronaute

Par Jean-Paul Eid
(5,0)
10 personnes apprécient ce livre
6 commentaires au sujet de ce livre
Si on a le droit d'avoir un coup de foudre avec un bédéiste en plus de l'avoir pour ces œuvres, je vous confirme que c'est mon cas. Je suis tombée en admiration avec le travail de Jean-Paul Eid lorsque j'ai lu La femme aux cartes postales pour une rencontre que j'ai eue la chance d'animer. Je peux vous certifier que c'est toujours le cas avec son chef d'œuvre Le petit astronaute. Les thèmes : tolérance, surmonter l'adversité, amour, différence, résilience et émotions fortes sont abordés magnifiquement et nous font réaliser bien des choses. Au-delà du textes, il faut prendre le temps de savourer les graphiques et les jeux de couleurs. Bonne lecture à tous!
Club de lecture en vedette

Le comité de sélection du projet Une ville, un livre, composé de bibliothécaires et de libraires de Québec et de Wendake, présentait au début de cette année les quatre finalistes de l’édition 2022. C'est finalement la bande dessinée Rien de sérieux de Valérie Boivin (Nouvelle adresse) qui avait été lue durant le mois de mars! En compagnie de nos libraires, nous vous invitons à poursuivre de plus belle les discussions autour de ce livre.

L’initiative, inspirée de celle de la ville de Seattle, consiste à choisir un livre et de le célébrer par différentes activités auprès des concitoyens et concitoyennes. Rassembleur et polarisant, ce projet permet d’inspirer le goût de la lecture aux différentes communautés qui composent la ville. Ce projet nous a ainsi inspiré ce club de lecture!

Lecture en cours :

Rien de sérieux
Par Valérie Boivin
Éditeur FRONT FROID
Collection Nouvelle adresse
Paru le 2 mars 2021
Aller au Club de lecture
Joignez-vous à quialu.ca et participez à la discussion!
Créer un compte
Vous êtes un libraire du réseau?

Alimentez la discussion!

  • Faites profiter la communauté de vos connaissances.
  • Donnez votre avis au nom de votre librairie.
  • Devenez une référence pour les lecteurs.
Créer un compte
Plus de 800 000 titres disponibles :

Acheter local et en ligne n’a jamais été aussi facile!

La revue Les libraires, c’est :
  • un bimestriel distribué gratuitement;
  • des actualités littéraires d’ici et d’ailleurs;
  • des entrevues, des chroniques, des dossiers, des suggestions de vos libraires indépendants et bien plus encore!