Découvrez de nouvelles lectures, donnez votre avis et consultez les commentaires d’autres lecteurs, profitez de conseils exclusifs de vos libraires indépendants et, surtout, joignez-vous à la plus grande communauté de partage de lectures au Québec!

Après Céleste

Par Maude Nepveu-Villeneuve
1 commentaire au sujet de ce livre
Un énorme coup de cœur que ce petit livre de Maude Nepveu-Villeneuve, choisi un peu au hasard, en raison de sa thématique (le deuil périnatal) qui m'a toujours intéressée. On y retrouve Dolores qui retourne dans son village natal, après avoir perdu la petite Céleste et avec elle, tous ses espoirs d'avoir un enfant. Le livre est magnifique et transcende la tristesse puisque c'est aussi un livre sur l'espoir et la guérison, avec des personnages attachants et juste un petit peu de magie.

Tant que la paix durera

Par Hélène Buteau
1 personne apprécie ce livre
2 commentaires au sujet de ce livre
Le commentaire de Lynda : Moi qui suis une grande adepte de l'histoire du Québec, ce titre et le résumé, m'ont fait anticiper une excellente lecture! Ce roman est un mélange d'histoire, d'archéologie, et même une romance qui viendra compléter le tout, qui devient le point central du roman. La découverte d'un coffret, vieux de plusieurs siècles, dans la cour d'un restaurant de la ville de Québec, pousse Stéphane Bernou archéologue a entamé des recherches plus loin, pour en savoir plus. Ce coffret contient tout ce qu'il faut pour aiguiser la soif de découverte de l'archéologue et accompagnée de sa collègue Fanny Santerre, il creusera dans les entrailles de ce coffret qui lui parle de cette Nouvelle-France, de son histoire et de son côté historique. C'est de cette façon qu'il découvrira l'histoire d'une famille, une famille ordinaire, mais oh surprise, ce ne fut pas le cas. J'ai retrouvé avec grand plaisir des personnages réels qui ont fait partie de notre histoire, d'autres créés par la plume de l'auteure sont venus se joindre à l'histoire pour mon grand plaisir. Le côté historique est très bien développé, en apprendre davantage sur l'archéologie, a aussi grandement satisfait ma curiosité sur les faits et gestes d'un archéologue, et tout ça, ici au Québec, je me sentais en terre connue, et j'y ai appris un bon nombre de faits. L'amour pointera son nez, mais ce ne sera pas un amour facile, non ce n'est pas un amour de conte de fée, loin de là. C'est peut-être le seul point de l'histoire, que j'aurais aimé voir approfondi un tout petit peu, pour cette partie, je suis restée un peu sur ma faim. En bref, une excellente lecture, je ne connaissais pas cette auteure, et ce fut une belle rencontre entre moi et celle-ci, à travers ses mots, riches en détails historiques, je me promets bien de lire ses autres romans, tous des romans historiques. Une plume fluide, une histoire qui se passe hier et aujourd'hui, des allers-retour entre les deux époques. Quelques petites longueurs, mais qui en avançant dans l'histoire nous permettent de comprendre exactement le cœur de l'histoire. J'ai aussi aimé voir la place qu'occupait le roi à l'époque des découvertes et l'histoire de ces hommes qui étaient sous ses ordres. Alors, si comme moi, vous aimez l'histoire du Québec, si les personnages de cette époque vous attirent, je vous recommande ce roman, très bien écrit, des descriptions qui facilitent le visuel. Un bon nombre de pages, mais il se lit facilement une fois entré dans le cœur de l'histoire. https://lesmilleetunlivreslm.over-blog.com/2021/10/tant-que-la-paix-durera-helene-buteau-guy-saint-jean-editeur-par-lynda-massicotte.html

La désidérata

Par Marie Hélène Poitras
2 personnes apprécient ce livre
3 commentaires au sujet de ce livre
« Celui qui nous observe d’en haut et nous tient en joue jusqu’au dernier moment sans jamais relâcher sa surveillance. » Les personnages de La Désidérata, dernier roman de Marie-Hélène Poitras, évoluent sous le poids de regards tapis dans l’ombre. Au domaine de la Malmaison, le père Berthoumieux et son fils Jeanty chérissent le souvenir de Pampelune, épouse et mère bien-aimée, morte il y a fort longtemps dans des circonstances obscures. Appréciés et respectés des villageois de Noirax, les deux hommes récemment réunis, s’évertuent à redonner vie et prospérité à leur domaine ainsi qu’à leur communauté. Mais Victoire la bougresse, servante de la famille, pressent que ce bonheur tranquille tire à sa fin avec l’arrivée prochaine d’une femme aux desseins mystérieux et inquiétants. Il plane sur le récit une aura fantastique rappelant les contes anciens que les comptines enfantines et les chansons aux origines médiévales complètent à merveille. Marie-Hélène Poitras déploie sa plume agile et imaginative au service d’une histoire qui m’a beaucoup plu dès les premières phrases. Cependant, les personnages une fois installés dans un décor champêtre des plus invitants, l’intrigue s’est dispersée dans plusieurs directions, n’offrant plus de fil conducteur, pourtant présent dans la première moitié du livre. À ce titre, légère déception mais qui n’altère en rien le plaisir ressenti à la lecture. Je remercie Masse Critique de Babelio pour m’avoir donné l’opportunité de renouer avec l’écriture sublime de cette autrice, découverte avec le roman Griffintown.

La chronique des Bridgerton T.2 : Anthony

Par Julia Quinn
3 personnes apprécient ce livre
3 commentaires au sujet de ce livre
Bon livre. Les personnages sont attachants, chacun ayant ses propres traits physiques et psychologiques. La qualité d’écriture, le vocabulaire, les tournures de phrases et les expressions sont très riches. Bonne histoire romanesque.

La chronique des Bridgerton T.6 : Francesca

Par Julia Quinn
1 commentaire au sujet de ce livre
Dans ce roman, on apprend enfin à connaître Francesca, l’une des sœurs Bridgerton dont nous avons moins entendu parler de toute la série. Contrairement aux autres livres où les Bridgerton cherchaient à se marier pour une première fois, on assiste ici à la fin du 1er mariage de Francesca et sa quête, quatre ans plus tard, d’un nouvel époux. Comme cette dernière est veuve, la dynamique entre elle et ses prétendants est plutôt différente et c’était très agréable à lire.

Tunnels T.4: Plus proche

Par Roderick Gordon et Brian Williams
1 commentaire au sujet de ce livre
Le tome 4-5-6 ne sont pas disponibles "facheux" rendu au 3 j'ai pris ces livres dans la chambre de mon gars je pensais qu'il n'y avait que 2 tomes !!!

Les singes bariolés ou le déclin de l'espèce humaine

Par Bernard Gilbert
1 personne apprécie ce livre
2 commentaires au sujet de ce livre
Les singes bariolés est le meilleur roman que j’ai lu cette année. Un roman singulier, une œuvre magistrale de fiction sur l’avenir de la planète et le sort de l’humanité. L’auteur y démontre un large éventail de connaissances sur l’histoire du monde et le comportement des humains à ce jour. La construction du livre est originale pour un roman. L’auteur met en scène des personnages qui interviennent à diverses époques et divers points du globe. Il introduit aussi un cadre temporel, le calendrier « Nouvelle Ère » qui débute 8000 ans avant Jésus-Christ et situe le lecteur en rapport avec le calendrier grégorien de l’ère chrétienne, jusqu’en l’an 11 000 NÈ ou 3000 ans après J-C. Nous sommes alors guidés dans le futur du monde actuel avec des repères géographiques précis inspirés des noms connus des lecteurs et la description des conséquences climatiques, sociales, politiques, économiques et démographiques que la gestion humaine aura entrainées depuis l’époque des singes. Ce livre m’a plu par la qualité de son écriture et son originalité, mais m’a laissé avec un froid dans le dos par son degré de réalisme en pensant à ce qui attend mes petits-enfants et arrière-petits-enfants. Gilbert Lacasse Ex-président éditeur des quotidiens Le Droit et

L'école des superhéros T.1 : Attaque mordante

Par Carine Paquin et Mathieu Benoit
1 commentaire au sujet de ce livre
Cette BD jeunesse a été reçu dans le cadre de l'opération "Masse Critique Édition Québec", première édition. Je remercie donc la maison Michel Quintin pour cet envoi. Cependant, je sort très déçu de ma lecture et je considère, avec mon expérience dans le monde de la BD jeunesse, que cette série n'est franchement pas novatrice, ni pertinente et en réalité peu divertissante. Compte tenu du peu de lecture qu'on y trouve, je pense que cette Bd est destinée au lectorat du premier cycle primaire, autours de la deuxième année, donc les 7-8 ans environ. C'est une lecture que j'ai faite en 5 minutes top chrono. Côté scénario, c'est expéditif: On nous présente le héro principal, Noah, et ses amis, qui nous informe du processus de vieillissement des héros, du superbébé au superdécès. Puis, ils doivent aller en cours où les attendent un examen. Noah s'enfuit parce qu'il n'a pas étudié et cherche à y échapper. Son alter égo professoral le renvoie en classe où il trouve ses amis ligotés. C'est parce que le Super Vilain SuperVilain a endormie les profs et a ligoté les élèves parce qu'il veut conquérir le monde. Mais finalement les version âgés des super-héros vont se joindre à Noah pour battre le Méchant. Noah se réjouit de les avoir sauver et d'avoir échappé à son examen. Dans les éléments qui m'ont particulièrement dérangés, on trouvera la manière maladroite, voir indélicate de traiter le troisième âge. On nous explique dans cette histoire que les super-héros semblent immortels parce qu'ils se renouvellent de génération en génération. On a donc des bébés super-héros qui passent divers stades de leur vie jusqu'à la mort. Mais la façon qu'on a dans la BD de parler des désavantages physiques de la vieillesse, de la perte des dents, de la surdité, de la lenteur de déplacement, etc, est dérangeante. Pire, on nous explique qu'après une jeunesse couverte de gloire et de vitalité, puis une période en tant que professeur pour la vie adulte, on passe ensuite au stade de vieux croutons grabataire concierge dans l'école. Wow, quelle chouette façon de montrer que l'expérience et la connaissance sont récompensés par un statut humiliant et ouvertement moqué par les plus jeunes! ( Notez le sarcasme). Nous sommes dans une école de super-héros, mais dans les faits on ne verra strictement aucuns entrainements ni cours. Mais on nous montrera une énième personnage qui "foxe/sècher" un examen - bel exemple, merci bien. J'ai toujours trouvé un brin désespérant ces BD et romans qui illustre à quel point une école c'est le summum de la platitude, au lieu de remanier simplement l'école en elle-même pour la rendre attrayante. Merci de rappeler aux enfants que les examens sont chiants, ça va les aider à passer au travers de onze ans d'école primaire et secondaire. Sérieusement, cessez de mettre ce genre de détail plate dans la littérature jeunesse, on sait que c'est pénible les évaluations, mais quand on a à peine 48 pages à remplir, ce genre de truc est inutile et surfait. Pour les personnages, ça ne vole pas haut. Rien à voir avec "les Incroyables" ou même les "Légendaires", on est au degré zéro du super-héro avec des noms nazes tels que "SuperTorpille" pour l'héroine qui tourne sur elle-même ou SuperMusclar pour le duchebag de service super fort. Incroyablement cliché et basique, je ne vois par le moindre élément nouveau dans la palette des personnages. On a même le droit au SuperVilain ( oui, c'est son nom), qui bien sur est moche, méchant et veut , sans raisons logiques, veut contrôler le monde...bien sur, évidement. Pfff Il y a plusieurs incohérences, dont la plus évidente est l'école en elle-même: beaucoup de classes, seulement quelques profs et quelques élèves. Le fait que l'école a une énorme pancarte qui stipule "École des super-héros" alors que leur filiation générationnelle est supposée être un "secret". On ne nous explique pas non plus d'où viennent les héros, naissent-ils super ou sont-ils recrutés puis formés? Parce que si on suit la logique des auteurs, il y a un remplaçant pour chaque héro type. Donc, comment marche ce système de remplacement perpétuel? Côté graphique, on ne vole pas haut non plus, avec des super-héros masqués assez standards, des pouvoirs vus et revus, le beau blond caucasien qui tiens la vedette, la meilleure amie qui tiens le rôle de compagnon, un tas de super-héros sans personnalité pour meubler le décor...Les mouvements manquent cruellement de fluidité, les expressions sont très figés et caricaturales. C'est très voyant au niveau des couleurs et les décors sont très peu exploités, voir inexistants sur certaines pages. Tout ça respire le travail rapide et un manque chronique d'originalité. Je ne comprend pas du tout ce qu'on a essayé de faire avec cette BD aussi soporifique qu'insipide. Mon impression est que les auteurs ne connaissent pas grand chose de l'univers des super-héros. L'action est mauvaise, les personnages stupides, les répliques clichés et déjà-vue, l'univers pas le moins du monde original. On ne sort ni plus intelligents ni plus instruits. Ça se lit en moins de 5 minutes et ça donne une très mauvaise image des personnages âgées, représentés comme l'âge ingrat, grabataire et quasi-inutiles. Je suis donc assez insatisfait de ma lecture et si on compare aux autres BD jeunesse sur le même univers, c'est sans aucun doute la pire BD du genre que j'ai lue. Je ne recommande donc pas cette BD. Pour un lectorat du premier cycle primaire, plus spécifiquement la deuxième année, 7-8 ans.

Ania T.1 : La Montagne d'ébène

Par Sarah Degonse
1 personne apprécie ce livre
2 commentaires au sujet de ce livre
Le commentaire de Martine : ♥ COUP DE COEUR ♥ Ce roman jeunesse est très intéressant, on se retrouve avec Laurence qui vivra une aventure, où des dragons pourraient peut-être exister. Pour aller vérifier s'ils existent, il va se retrouver dans un monde de l'univers du fantastique, ou il va vivre des aventures extraordinaires. Ce premier tome, installe bien l'univers d'Ania, avec la menace qui plane sur cet endroit florissant et vivant, Laurence devra faire preuve de bravoure pour aider les êtres fantastiques. Une belle mise en place bien réussie, un univers palpitant, avec des personnages marquants. Sarah Degonse pique ma curiosité dès le départ, j'adore les histoires qui nous font tanguer entre les légendes, l'imaginaire et la réalité. Une belle histoire qui nourrit bien mon imaginaire, c'est intéressant, car l'auteure a su m'intéresser aussi. J'ai hâte que la suite soit publiée, j'ai ressenti un petit pincement de quitter Laurence et l'univers d'Ania. C'est une bonne recommandation à offrir aux jeunes de 9 ans et plus, mais ne mettez pas un frein si vous êtes plus âgés. https://lesmilleetunlivreslm.over-blog.com/2021/10/ania-t1-la-montagne-d-ebene-sarah-degonse-editions-fides-par-martine-levesque.html

Corto Maltese

Par Martin Quenehen et Bastien Vivès
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Le tandem Quenehen et Vivès se réapproprie avec brio le célébrissime personnage d'Hugo Pratt, dont il conserve l'esprit tout en le faisant entrer dans le XXIe siècle.

Place des Érables T.2 : Casse-croûte Chez Rita

Par Louise Tremblay-D'Essiambre
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Le commentaire de Lynda : ♥ COUP DE COEUR ♥ Un pur bonheur que de poursuivre la lecture de cette saga. Un gros retour dans le passé pour moi cette histoire, la mention de certaines chansons, le casse-croûte du coin de la rue, tout ça, c'est bel et bien une image de ma jeunesse, alors cette lecture a été un vrai régal. Madame Rita, est la propriétaire du casse-croûte chez Rita, et ce bien malgré elle, car elle est devenue propriétaire après le décès de son mari. Mais elle voudrait bien que les choses changent un peu, elle n'a plus une seule minute pour elle, et tout ça devient très lourd. Elle se confie à Joseph-Arthur, qui vient faire son petit tour comme tous les matins, c'est à lui qu'elle va confier ses problèmes avec Gepetto Romano, son cuisinier qui est en train de transformer le casse-croûte en restaurant italien, ce qui ne fait pas l'affaire de tous les clients qui préfèrent le pâté chinois à la pizza, et ça Rita, le sait et le sent, en bref ses craintes pour l'avenir du casse-croûte. Il n'en faut pas plus pour que les méninges de Joseph-Arthur se mettent en branle, et on sait qu'il est capable des meilleures idées. Comment va-t-il pouvoir aider Rita, sans sacrifier Gepetto ? Mais à travers tout ça il y a d'autres choses, la famille par exemple, Léonie, sa belle-fille, son petit-fils Joseph-Alfred, et son fils, une famille comme tant d'autres avec ses hauts, ses bas, ses petits bonheurs et les petits malheurs, et bien sûr les années passent pour Joseph-Alfred, il ne rajeunit pas c'est certain et puis le jeune Joseph-Arthur, qui voudrait bien annoncer à son père qu'il ne veut pas prendre la relève de la quincaillerie, chose pas facile, quand la quincaillerie est cédé de père en fils. Quand il décidera de révéler son plan, d'abord à Léonie, qu'il veut impliquer dans son projet et ensuite à Gepetto et à Madame Rita, et bien, il va en brasser des choses, mais un bon vieux dicton qui dit : qui ne risque rien n'a rien, et ça c'est la façon de penser de Joseph-Alfred. Les personnages de cette saga sont hyper attachants, ils sont colorés, et on s'attache très fort à eux. Gepetto, et bien celui-là, est vraiment tout un numéro, j'ai vraiment aimé. Et puis Joseph-Alfred, lui, c'est un coup de cœur pour moi, j'ai adoré ce vieux monsieur aux idées bien arrêtées. Les autres personnages sont également des personnes que vous vous rappellerez longtemps. Tout est typique des années 60, et je n'ai eu aucune peine à m'imaginer assise à ce casse-croûte en train de déguster un gros sundae au chocolat... En écoutant un air des Beatles et en piquant une petite jasette avec Rita. La réputation de Louise Tremblay d'Essiambre, n'est plus à faire, et à chaque fois, c'est toujours une belle constatation de ressentir ce petit pincement au cœur quand on a adoré une lecture. Il y aura un troisième tome, et je suis trop impatiente de pouvoir le livre. Un gros coup de cœur, pour cette lecture, qui m'aura procuré de belles heures de plaisir et un petit tour sur le chemin des souvenirs! https://lesmilleetunlivreslm.over-blog.com/2021/10/place-des-erables-t2-casse-croute-chez-rita-louise-tremblay-d-essiambre-guy-saint-jean-editeur-par-lynda-massicotte.html

Ancestrales

Par Goliarda Sapienza
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
''Ancestrale'', de Goliarda Sapienza, paru cette année, est le recueil de ses poèmes écrits dans les années 1950. Ce sont les premières écritures de sa vie. Jeux d’ombres et de lumières, il met en image les moments de l’enfance, la maternité, la guerre. Elle a vécu la politique sanglante du fascisme italien et les années de plomb de 1960. Entres autres, elle s’enrôla dans la résistance antifasciste et dû se cacher dans un couvent. Aussi, elle a composé ses poèmes suite à la mort de sa mère. Grande figure du mouvement socialiste, autoritaire, sa mère trouvait que l'écriture intime et personnelle était futile. Sapienza a écrit pour elle-même. Sa mère, à la fin de sa vie, a perdu de ses capacités mentales et motrices. Elle dû inversé les rôles, nourrir sa mère et s'occuper d'elle. Sapienza a écrit pour se libérer. L'auteure était infertile, elle a écrit pour les enfants qu'elle n'a pas eu. ''La moisissure du silence fait germer des ombres entre tes cheveux et les miens. Éclore tes poignets à l'obscurité de mes paumes. À la fenêtre la nuit tourne sur les gonds des étoiles.'' Ce recueil est une nouvelle preuve que Sapienza était en avance sur son temps. Elle a tenté de faire publier ses poèmes, en vain. Même avec l'appui de sa mère, qui était une figure reconnue auprès du gouvernement, ses écrits étaient considérés comme non terminés. La structure du texte est morcelée, les vers ne se terminent pas là où ils devraient. Là où les classiques linéaires et bien construits primaient, les textes de Sapienza brillent aujourd’hui comme un clair-obscur sur le fond noir de son temps. ''Du jasmin éclot de tes mains posées sur le sable humide. Tes yeux s'ouvrent aux lumières des bateaux de pêcheurs qui partent dans la nuit réunir la mer et les étoiles.'' L’édition bilingue nous permet d’apprécier la beauté de la langue italienne. Aussi, la maison d'édition Tripode honore bien la mémoire de Sapienza: non seulement elle a été le premier mouvement pour publier l'œuvre de l'auteure, mais on retrouve à la fin de chacun des romans une biographie complète qui regroupe les moments de sa vie mouvementée et artistique, avec des photos d'archives. C'est suite à la publication du Tripode du grand roman ''L'art de la joie'' que l'auteure fut connue, bien des années après sa mort. Elle fut ensuite reconnue en Italie. Ses œuvres sont aujourd'hui étudiées dans son pays d'origine. https://revue.leslibraires.ca/articles/litterature-etrangere/goliarda-sapienza-femme-intemporelle/

La nuit de la fête foraine

Par Gideon Sterer et Mariachiara Di Giorgio
1 commentaire au sujet de ce livre
Gros coup de cœur pour cet album ! Des images magnifiques d'où se dégagent de la joie, de l'humour, et une touche délectable de subversion. Et quelle finale !

Chaos sur la toile

Par Kristín Marja Baldursdóttir
1 commentaire au sujet de ce livre
Histoire magnifique

La Terre plate: biographie d'une idée fausse

Par Violaine Giacomotto-Charra et Sylvie Nony
1 commentaire au sujet de ce livre
Le résumé du livre publié sur Les Libraires laisse entendre que le mythe de la terre plate provient du Moyen Âge. Ce livre vise pourtant à dire exactement l'inverse: personne au Moyen Âge ne croyait sérieusement que la terre était plate, ce mythe a plutôt été inventé au 19e siècle.

Capitaine Aime-ton-Mou contre les ténèbres du suif

Par Guylaine Guay et Boum
1 commentaire au sujet de ce livre
Guylaine Guay manie habituellement de façon redoutable l’humour et l’autodérision dans ses écrits. Je suis fan de ses chroniques qui paraissent régulièrement dans les magazines féminins et lors de ses passages à la télé, elle m’épate par son discours bienveillant et ses réparties savoureuses. Son personnage de super héroïne, Capitaine aime-ton-mou, se voue à tirer du pétrin les dodu(es) de ce monde aux prises avec les préjugés tenaces véhiculés dans toutes les sphères de la société. Aidée de ses atouts physiques et de sa psychologie à cinq cennes, Capitaine gagne toutes ses batailles de sauvetage, racontées dans différentes saynètes que j’ai trouvé inégales, autant dans la narration que dans la scénarisation. Ce sont plutôt les dessins de Boum (Samantha Leriche-Gionet) qui sauvent la mise de cette BD dédiée principalement à un public jeunesse. Je n’ai pas retrouvé la verve piquante de Guylaine Guay dans ce ramassis de bons sentiments, étalés un peu trop épais sur la tartine de la tolérance. Quelques bons jeux de mots ici et là mais rien pour transcender le propos. Une démarche noble et nécessaire mais dont le message est dilué dans une parodie par toujours de bon aloi.

J'ai montré toutes mes pattes blanches je n'en ai plus

Par Sylvie Laliberté
3 personnes apprécient ce livre
5 commentaires au sujet de ce livre
C'est d'abord son récit autobiographique Quand j'étais italienne qui m'attirait, mais grâce à Masse Critique de Babelio, j'ai eu la chance de lire son tout dernier au titre révélateur : J'ai montré toutes mes pattes blanches et je n'en ai plus. Sylvie Laliberté parle à son frère retrouvé mort dans son appartement : suicide ou mort subite, on ne le saura pas. Cette disparition fait remonter à la surface un passé qu'elle a toujours tenu secret. Un père qui n'allait pas bien. Un bel euphémisme pour dire les dysfonctionnements d'une schizophrénie mal soignée, accompagnée de brefs séjours en hôpital psychiatrique, suivis des tâtonnements médicaux nécessaires afin d'« ajuster » son père. Donc, une enfance détonante pour son frère et elle, hors de la normalité ou de ce qu'ils en voyaient à l'école et dans leur quotidien. « Tous les quatre on aura été les joyeux naufragés sur l'île désertée de la maladie mentale. » On peut imaginer que ses confidences sont versées au jour le jour sur le papier; parfois elles ne remplissent pas la page et c'est encore plus poignant. de courtes phrases-choc laissent affleurer toute la peine et le désarroi de l'auteure face à l'absence inéluctable de son frère « C'est difficile de vivre quand on est pas certain d'exister. (…) Maintenant c'est fini; t'as fini d'essayer d'essayer. » Même si le propos est infiniment triste, le récit de Sylvie Laliberté dégage une certaine tendresse pour sa famille disloquée. Dans sa tentative de compréhension de la dynamique familiale, se révèle une puissante force d'adaptation de chacun à vivre dans le chaos. Il le fallait. Pour donner le change, éviter de trop y penser. Mais le passé finit toujours par nous rattraper. Une lecture qui brasse pas mal d'émotions. Inévitablement, on ne peut que penser à tous ses enfants mal aimés, mal orientés ou qui sont tombés sur des parents inaptes. « Les enfants sont des constructions. Il faut les bâtir. »

Grand-mères (Les)

Par Doris Lessing
1 commentaire au sujet de ce livre
Avoir su que ce roman de Doris Lessing avait inspiré la réalisatrice Anne Fontaine, je ne l’aurais pas lu. C’est bien là le problème car j’ai vu le film Adore. J’avais plus ou moins aimé. Mais de toute manière, je ne lis jamais un livre qui a servi de scénario à un film, apprécié ou pas. J’aime mieux passer par l’écriture avant d’aborder les images. Ce n’est pas le meilleur de Doris Lessing. Heureusement, c’est bref. Beaucoup trop bref cependant pour fouiller les personnages et leurs motivations. Deux mères amies depuis l’enfance se partagent l’amour de leurs fils respectifs jusque dans les zones les plus interdites de la moralité. Explosif? Ça aurait pu l’être. Pour moi, l’histoire n’a jamais vraiment décollée, engluée dans la superficialité, sans profondeur réelle. Je n’abandonne pas pour autant l’œuvre de cette auteur, appréciée antérieurement dans d’autres romans.

Ce qu'on n'a jamais osé dire

Par Francine Lavoie
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Le commentaire de Lynda : ♥ COUP DE COEUR ♥ Un premier roman, une auteure qui a su me surprendre avec ce premier titre, et j'attendrai avec impatience, le deuxième. Deux grandes amies, qui étaient très proches, mais subitement cette amitié est fragilisé, quand Julie, quitte pour la Suisse, sans explication, décision subite et inattendue, et Maria sans vraiment savoir pourquoi, sait qu'elle y est pour quelque chose dans cette décision. Des échanges par lettres, à quelques reprises, mais le lien n'a jamais été ressoudé entre les deux. Les années ont passé, presque 30 ans, et Maria s'apprête à quitter pour aller visiter le Costa Rica, pour son plaisir personnel, mais aussi parce que la dernière lettre de Julie, provenait de cet endroit. Nous allons accompagner Maria, dans sa quête, mais aussi à travers tous les souvenirs qu'elle garde de cette grande amitié, qui était considéré comme, hors du commun. On revit presque, pas à pas, ces trente ans qui ont passé. Les belles choses, mais aussi les moins belles, comme l'accident qui avait affecté la famille de Maria. Tout ce qui a fait que l'amitié était si solide et surtout si importante pour les deux, alors pourquoi ? Pourquoi Julie est-elle partie de cette façon, pourquoi avoir cherché à presque couper les ponts ? C'est ce que Maria, veut savoir. Ce roman est une perle, écrit avec une grande sensibilité, provoquant des émotions très fortes pendant la lecture. Les personnages sont vraiment attachants, et autant l'une que l'autre vient prendre une grande place. De plus, l'auteure nous fait profiter d'un beau voyage, alors que nous sommes bien confortablement installées dans notre fauteuil. Un roman du cœur écrit avec les mots du cœur, une amitié comme nous avons toutes souhaité connaître. Et la lecture qui m'aura poussée à penser à mes propres amies, d'il y a longtemps, que sont-elles devenues ? J'ai adoré, un roman que j'ai lu assez rapidement, et surtout une fin qui m'aura surprise beaucoup plus que je m'y attendais. Avez-vous compris que je vous recommande cette lecture ? https://lesmilleetunlivreslm.over-blog.com/2021/10/ce-qu-on-n-a-jamais-ose-dire-francine-lavoie-les-editeurs-reunis-par-lynda-massicotte.html

Action boréale, 20 ans Livret manifeste

Par Henri Jacob, Richard Desjardins et Michel Dubé
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Un heureux mélange de données rigoureuses et de sentiments. La tête et le cœur....vingt ans de militante bien rapportée,
Club de lecture en vedette

Le Vecteur (Blogue littéraire québécois) propose une lecture d'un roman d'ici incontournable. Le Vecteur (Billy Robinson) va choisir une nouvelle parution qui mérite votre attention par sa qualité littéraire, son originalité et son potentiel à se retrouver entre toutes les mains. Vous pouvez en discuter ici !

Lecture en cours :

Une odeur d'avalanche
Par Charles Quimper
Éditeur Alto
Paru le 13 septembre 2021
Aller au Club de lecture
Joignez-vous à quialu.ca et participez à la discussion!
Créer un compte
Vous êtes un libraire du réseau?

Alimentez la discussion!

  • Faites profiter la communauté de vos connaissances.
  • Donnez votre avis au nom de votre librairie.
  • Devenez une référence pour les lecteurs.
Créer un compte
Plus de 800 000 titres disponibles :

Acheter local et en ligne n’a jamais été aussi facile!

La revue Les libraires, c’est :
  • un bimestriel distribué gratuitement;
  • des actualités littéraires d’ici et d’ailleurs;
  • des entrevues, des chroniques, des dossiers, des suggestions de vos libraires indépendants et bien plus encore!