Élaine B.
Intérêts littéraires : Biographies, Littérature, Voyages, Psychologie

Activités de Élaine B.

Élaine B. a apprécié, commenté et noté ce livre

Pieds sales (Les)

Par Edem Awumey
(3,5)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
« Longtemps, nous avons été sur les routes, mon fils. Et partout, on nous a appelés les pieds sales. Si tu partais, tu comprendrais. Pourquoi ils nous ont appelés les pieds sales. » Ainsi parlait la mère d’Askia lorsqu’il était enfant, tous deux exilés et revenus d’un périple à pied dans le Sahel, ayant perdu en chemin la trace du père, Sidi Ben Sylla Mohammed. En fuite lui-même à quarante-sept ans, Askia est maintenant chauffeur de taxi sans papiers à Paris et court la clientèle la nuit. En constante recherche de son père, l’homme au turban blanc, il croit l’apercevoir au détour des rues et s’en persuade au contact d’une photographe qui affirme l’avoir pris pour modèle une dizaine d’années plus tôt. Un récit peuplé d’errances, de fantômes, d’idéaux brisés et de fatalité, fort bien écrit et construit, et dont la brièveté agit ici comme une fulgurance. Une lecture belle et triste par un après-midi ensoleillé et venteux.
Élaine B. a apprécié, commenté et noté ce livre

L'abolition des privilèges

Par Bertrand Guillot
(4,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Au-delà du 14 juillet 1789, le 4 août de cette même année revendique aussi sa notoriété dans l’histoire de la Révolution française. À la faveur d’une séance nocturne, c’est à cette date que la toute jeune Assemblée nationale vota pour l’abolition des privilèges. Députés issus de la noblesse, du clergé et du tiers-état s’entendirent pour faire voler en éclats l’un des points les plus litigieux du royaume. Bertrand Guillot décortique pour nous les événements ayant mené à cette décision inattendue qui allait servir de tremplin pour toutes celles qui allaient transformer la France à tout jamais. Un récit original porté par les voix des acteurs de l’époque qui revivent sous la plume blagueuse mais studieuse de l’auteur. La narration, en ce sens, donne tout son éclat au livre, Bertrand Guillot intervenant de-ci de-là, n’hésitant pas à donner son opinion et établissant des parallèles fort adroits avec notre monde actuel. C’est brillant, léger et sérieux tout à la fois, édifiant et divertissant. Éric Vuillard a de la concurrence.
Élaine B. a commenté et noté ce livre

Mémoire des embruns (La)

Par Karen VIGGERS
(2,0)
1 commentaire au sujet de ce livre
Franchement, je me suis passablement ennuyée dans cette histoire de famille. Les personnages qui la peuplent sont falots, l’écriture plate et la construction boiteuse. Un récit à deux voix, celle de la matriarche Mary, malade et ancrée dans le passé et celle de son fils Tom, qui vit plutôt au jour le jour. Le début s’avérait pourtant prometteur avec l’arrivée d’un mystérieux étranger porteur d’une lettre embarrassante, mais le choix d’une narration duelle n’a pas fonctionné ici. Et que dire de l’absence de style littéraire! Entre les sempiternelles descriptions des nuages, de la mer et des oiseaux, rien n’est venu donner du tonus à l’intrigue, dont j’ai deviné les ressorts bien avant la fin. Grosse déception, mise à part la découverte d'un coin du globe méconnu, l’île de Tasmanie.
Élaine B. a apprécié, commenté et noté ce livre

Saint-Tourment : Récits du presque pays

Par François Racine
(3,66)
2 personnes apprécient ce livre
2 commentaires au sujet de ce livre
Troisième opus des récits du presque pays concoctés par François Racine, Saint-Tourment est composé de sept nouvelles ralliant des événements marquants du territoire québécois tels le séisme de 1663 en Nouvelle-France, la légende amérindienne du Wendigo, la conscription durant la Seconde Guerre mondiale, l’ascension du FLQ (Front de libération du Québec) à la fin des années 1960, le déluge du Saguenay à l’été 1996 et l’hécatombe mortelle dans les CHSLD durant la pandémie de COVID-19. L’auteur aborde tous ces thèmes disparates à travers des personnages de fiction crédibles sur une toile de fond historique respectée à la lettre. J’ai beaucoup aimé ce voyage temporel entrepris avec Saint-Calvaire et Sainte-Souleur et j’espère que François Racine n’en a pas fini avec cet exercice littéraire original et instructif.
1 commentaire plus ancien
Élaine B. a apprécié, commenté et noté ce livre

De bonnes raisons de mourir

Par Morgan Audic
(4,0)
2 personnes apprécient ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
La Zone, un territoire de trente kilomètres autour de la centrale nucléaire de Tchernobyl, se trouve au cœur de l’intrigue de ce roman policier, menée tambour battant par Morgan Audic. Et de son dénouement, peu nous importe à la fin, car tout ce qui habite le récit est autrement plus intéressant. La vie autour de la Zone, une trentaine d’années après la catastrophe, inquiète toujours la population, tout en générant par ailleurs un tourisme de voyeurs ainsi qu’une propension à attirer de douteux personnages qui s’y réfugient pour fuir la loi. Ainsi, entre des policiers affectés à la Zone par leur hiérarchie en guise de punition, des survivants de l’explosion de 1986, des mafieux qui tirent profit des débris laissés sur place et des groupes néo-nazis, Morgan Audic dresse un portrait saisissant de l’Ukraine déchirée par une guerre civile dans le Donbass pro-russe. « L’ancien militaire le regarda avec intensité. - Venir dans la Zone, c’est assister à l’avant-première de l’apocalypse. À ce que sera le monde sans nous, un jour. Et puis c’est le seul endroit qui soit bon pour des gens comme nous. Ici, on est libre, répéta-t-il. Totalement libre. »
Élaine B. a apprécié, commenté et noté ce livre

Saisons du voyage

Par Cédric Gras
(4,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Qu’est-ce que le voyage? Pourquoi voyager? Cédric Gras, l’éternel bourlingueur, se pose, l’instant d’un récit, pour décortiquer ce besoin viscéral de quitter et de revenir. « Ceux qui ont l’espace dans le ventre et qui butinent le nectar du monde » trouveront à s’y repaître et ceux qui ne partent pas comprendront un peu mieux les premiers. « La Terre, vaste salle des pas perdus » arpentée joyeusement dans la jeunesse et plus sérieusement à l’âge mûr, Cédric Gras en rend compte magnifiquement dans ce recueil qui est plus qu’un compte-rendu de voyages mais bien une réflexion sensible sur la frénésie du tourisme et ses effets sur les beautés de ce monde. L’auteur nous invite à voyager autrement qu’à la vitesse de l’éclair, à s’arrêter aux lieux le temps d’appréhender l’autre et pourquoi pas, apprendre les rudiments de sa langue. Aller voir autre chose que l’attendu. Écrit avant la pandémie, Saisons du voyage arrive à point alors que l’humanité a des fourmis dans les jambes et souhaite renouer avec les horizons lointains. Un très bel ouvrage à posséder afin de pouvoir relire et savourer les phrases joliment tournées de Cédric Gras. « Nous ne sommes peut-être qu’une espèce de rupture dans l’évolution, un de ses plus marquants visages. Et cela aussi c’est un vertigineux voyage… »
Élaine B. a apprécié, commenté et noté ce livre

Simili

Par D. Strévez La Salle
(3,5)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Dès les premières pages, mon mari a décroché en m’avouant, penaud, qu’il abhorre le joual dans la littérature. Il y trouve une dénaturation de la langue française, une sorte d’indignité qui l’attriste, particulièrement lorsque cet ersatz de français occupe toute la place. Je suis passée aussi par cette phase de rejet, au début de mon incursion dans la grande littérature classique. Comme si l’univers bien particulier du Canada français ou du Québec ne pouvait exister à sa pleine mesure dans le monde des livres. Michel Tremblay m’a depuis guérie de ce complexe. Dominique Strévez-La Salle retire les bienfaits qu’a apportés Tremblay avec ses personnages romanesques et théâtraux. L’action de Simili se déroule dans le village fictif de Saint-Silence-sur-la-Lièvre dans l’arrière-pays de l’Outaouais, où se côtoie une jeunesse avide d’action mais résignée à tourner en rond dans la campagne. Adolescents, Michelle Lamirande et Gabriel Marchand y débutent un bref béguin qui n’aura pas de suite. Dix ans plus tard, lorsque Gabriel, habitant désormais Montréal, aura la chance de renouer avec elle, ce sera dans un cadre plutôt inhabituel et aux conséquences douloureuses. Une histoire de gens ordinaires mais qui cherchent un sens à leur existence, englués dans les problèmes financiers et voulant s’y soustraire et s’en distraire à tout prix. J’ai aimé cette écriture un peu bravache, un brin baveuse qu’emploie l’auteur pour décrire son monde. La narration s’en trouve enrichie et le lecteur aussi. J’ai donc beaucoup aimé et m’en suis vantée auprès de mon chéri, espérant ainsi le guérir de ses opinions préconçues envers la littérature québécoise.
Élaine B. a apprécié, commenté et noté ce livre

La vague

Par Todd Strasser
(4,33)
2 personnes apprécient ce livre
3 commentaires au sujet de ce livre
« Aujourd’hui, l’un de mes élèves m’a posé une question à laquelle je n’ai pas su répondre. - Et alors? - Le problème, c’est que la réponse ne figure dans aucun livre. Peut-être que les élèves doivent la trouver par eux-mêmes. » Ben Ross, professeur d’histoire au lycée Gordon, bute à expliquer à ses étudiants pour quelles raisons le peuple allemand a suivi jusqu’au bout l’idéologie nazie et son dogme sur l’eugénisme, aboutissant à la solution finale, dans l’extermination froide et méthodique d’une population ne correspondant pas à la race aryenne, celle élue par le Troisième Reich. L’expérience pratique qu’il met alors en place dans sa classe dans le but d’une compréhension pleine et entière de l’état d’esprit existant à l’époque hitlérienne aura des effets aussi étonnants sur les adolescents que sur lui-même. Un roman que j’ai lu dans une sorte d’urgence, un après-midi orageux, entraînée dans la spirale d’endoctrinement et d’influence créée peu à peu de façon géniale par l’auteur dans une formidable démonstration de l’importance pour chacun d’exercer son jugement et de constamment l’affûter. Une lecture à conseiller aux adolescents et à ceux qui oublient trop facilement les leçons de l’Histoire.
2 commentaires plus anciens
Élaine B. a apprécié et noté ce livre

La volonté

Par Marc Dugain
(4,0)
1 personne apprécie ce livre
Élaine B. a apprécié, commenté et noté ce livre

La guerre est une ruse T.1

Par Frédéric Paulin
(4,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
« Et puis la tristesse, le deuil, en Algérie, de nos jours, c’est comme le sable dans le désert : des milliards de grains, les uns contre les autres, une étendue tellement vaste qu’on n’en voit pas la fin. » 1994, une année noire pour les Algériens pris au cœur d’une guerre civile que se mènent les diverses factions islamistes et les militaires à la tête du gouvernement. Décapitations, tortures, emprisonnements arbitraires, espionnage, exécutions sommaires, actes terroristes, filatures, explosions, chantage et menaces illustrent le quotidien dans lequel baigne l’Algérie en ce début des années 1990. Une toile de fond formée de sombres entrelacs se déployant dans un épouvantable chaos orchestré par des hommes sans scrupule et assoiffé de pouvoir, aux desseins mystérieux sur lesquels les services secrets français achoppent. De nombreux personnages peuplent ce roman aux multiples imbroglios et aux revirements inédits, dans une narration nerveuse qui sied bien au récit. J’en ai apprécié le montage et la portée historique, les relations franco-algériennes demeurant délicates et parfois sous haute tension. La guerre est une ruse étant le premier tome d’une trilogie, je continuerai donc mon incursion dans cet exercice romancé de la géopolitique avec le deuxième intitulé Prémices de la chute.
Élaine B. a apprécié, commenté et noté ce livre

Ce lien entre nous

Par David JOY
(3,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
« La balle de .45 à pointe creuse avait coupé le corps de l’animal en deux. La partie arrière du rat se débattait sur le sol tandis que la partie avant, toujours consciente, se mit à tourner sur elle-même sur ses pattes, puis rampa jusqu’à la moitié arrière qui gigotait et se jeta dessus comme si ce sale truc vivant était le responsable. Dwayne Brewer éclata de rire comme si c’était la chose la plus drôle qu’il ait vue de sa vie. Il était presque en larmes lorsqu’il reposa le pistolet à côté de lui sur le canapé et regarda l’endroit où le sang avait éclaboussé le mur, la viande d‘un violet rougeâtre semblable à de la chair de gibier. » La banalisation de la violence emprunte dans ce roman le visage de cet homme, Dwayne Brewer, dont le frère un peu simplet, Carol dit Sissy, est abattu accidentellement un soir par un braconnier à l’affût, lequel s’empresse de camoufler son forfait avec l’aide d’un ami appelé à la rescousse. S’enclenche alors une spirale vengeresse portée par un homme spolié du seul être qu’il aimait et dont la fureur, tempérée parfois par la lecture de versets bibliques, peine à être assouvie. David Joy connaît bien ces habitants des montagnes sauvages des deux Caroline. Chaque foyer possède ses armes à feu que l’on se transmet de père en fils avec fierté et qu’on utilise officiellement à des fins de chasse et de survie, mais qu’on réserve aussi pour se faire justice, une tenace arrière-pensée qu’un jour, il faudra se défendre ou se venger en les retournant contre un voisin, un parent, un policier ou quiconque aura offensé l’autre. Il y a quelques années, mon mari et moi avions campé dans les Blue Ridge Mountains, en toute candeur, émerveillés par la beauté farouche de l’endroit et sa nature luxuriante. Mais en terminant ce roman, je n’ai pu empêcher un frisson glacé me parcourir l’échine.
Élaine B. a apprécié, commenté et noté ce livre

Le Mammouth

Par Pierre Samson
(4,0)
4 personnes apprécient ce livre
4 commentaires au sujet de ce livre
L’action du roman se déploie autour d’un événement survenu le 6 mars 1933 à Montréal, alors qu’un policier tire à bout portant sur Nikita Zynchuck, un immigré ukrainien qui tentait alors de récupérer une malle remplie de ses vieilles fringues durant une opération d’expulsion de locataires. Celui qui était affublé du surnom de mammouth par son entourage peuplé de filles de joie, d’ouvriers au chômage et de quelques compatriotes, s’écroule sur le pavé, abattu d’une balle dans le dos. Pierre Samson s’est plongé dans les archives de la Ville de Montréal et dans celles de la Bibliothèque nationale du Québec pour pondre un roman au style baroque, « (…) formidable condensé d’un univers complexe, un macrocosme aux rouages plus sophistiqués qu’il n’y paraît, composé de boutiquiers et de pouilleux qui rêvent de s’alimenter, de s’habiller dignement, de se doter d’un toit, de prier en paix et qui, torturés par la faim, mal chauffés, couverts de haillons, ne croient plus en rien et contemplent les richards qui confient leurs voitures aux mécaniciens en salopette. » Ce meurtre perpétré par la force policière condense autour de lui les luttes prolétariennes menées par le parti communiste et ses tentatives d’embrigader le monde ouvrier alors bien présent à Montréal. Le mammouth, c’est aussi le portrait d’une ville ouverte à tous, se voulant cosmopolite, mais engluée dans les diktats de la religion catholique qui vouait aux gémonies la juiverie et son emprise sur le commerce local. Montréal s’affichait alors essentiellement en anglais, et même si aujourd’hui encore on parle de la lente et constante anglicisation de la métropole, rien n’est comparable à ce qui sévissait à cette époque. Une lecture étonnante sur un fait divers méconnu qui mérite le détour malgré quelques lourdeurs dans le récit, notamment ces longues énumérations d’entités commerciales apparaissant telles des litanies insérées dans un sermon. Trois étoiles pour l’originalité du sujet et son traitement dans un univers romanesque.
3 commentaires plus anciens
Élaine B. a apprécié, commenté et noté ce livre

Koba

Par Robert LITTELL
(3,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Dans une tentative de justification et de réhabilitation face à la postérité représentée ici par Léon, un garçon de dix ans dont les parents ont été victimes du régime, le vieux Staline, terré dans son bureau surveillé jour et nuit par des gardiens, s’adresse à son jeune interlocuteur en lui cachant sa véritable identité. Soliloquant plus souvent qu’autrement, Koba (surnom de ses années de jeunesse) dresse un portrait édulcoré de sa gouvernance sous les yeux scrutateurs de Léon, qui le questionne innocemment sur son rôle dans la révolution bolchevique et l’avènement du communisme. Robert Littell connaît bien son sujet et l’a traité de diverses manières dans son œuvre romanesque et Koba ouvre une perspective intéressante sur l’époque stalinienne en donnant la parole aux enfants privés de leurs parents au nom du dogme politique. J’ai aimé cette approche mais j’aurais apprécié que le roman soit plus étoffé au niveau des personnages. Cela dit, les dialogues à eux seuls valent le détour et pour mieux comprendre l’histoire russe à travers le roman, Robert Littell s’avère incontournable.
Élaine B. a apprécié, commenté et noté ce livre

Yoga

Par Emmanuel Carrère
(3,5)
3 personnes apprécient ce livre
4 commentaires au sujet de ce livre
En ayant au préalable l’intention d’écrire « un livre souriant et subtil sur le yoga », Emmanuel Carrère s’est plutôt enfoncé dans un voyage intérieur pas mal rock’n roll. En janvier 2015, il se présente dans un centre de méditation Vipassanā pour, pendant dix jours, retraiter dans le silence en méditant intensivement parmi d’autres humains, assis sur un coussin zafu, dans une posture hiératique conforme au rituel yogique. Il n’y restera pas jusqu’à la fin. À partir de ce moment, le récit prend une autre tangente, celle qu’on n’attendait pas et caractéristique du style de l’auteur. C’est ce que j’apprécie particulièrement chez lui, cette maîtrise de la digression, de l’égarement narratif contrôlé. Il parle de ce qu’il connaît le mieux, soit lui-même, après tout comme il dit « Je suis un homme narcissique, instable, encombré par l’obsession d’être un grand écrivain. » Ses plongées dans des dépressions successives, spirale infernale du mal-être, l’ont amené à fréquenter des voies de guérison parallèles à la science médicale : la pratique du yoga, du tai-chi et de la méditation. Son expérience parle à tous et il sait trouver les mots justes pour montrer les méandres tortueux d’un cerveau perturbé, enlisé dans ses pensées négatives. Contrairement à William Styron, dans son récit Face aux ténèbres, Carrère arrive à parler de cette misère morale avec un certain détachement et une pointe d’humour, assurant ainsi un équilibre salutaire pour le lecteur et j’imagine aussi, pour lui.
3 commentaires plus anciens
Élaine B. a apprécié, commenté et noté ce livre

La saga des Cazalet T.1 : Étés anglais

Par Elizabeth Jane Howard
(3,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Ma sœur m’avait glissé un mot il y a un peu plus d’un mois de cette saga familiale dans laquelle elle baignait confortablement depuis quelques tomes. Intéressée et confortée par son enthousiasme, j’en ai fait la réservation à la bibliothèque municipale. Mon chéri y a jeté un rapide coup d’œil et, d’une de ses mimiques qui veut tout dire, l’a promptement écarté de ses prochaines lectures. Ainsi soit-il. Il faut convenir que ce roman contient peu ou pas d’action, consistant en gros à une longue chronique du quotidien de la famille élargie des Cazalet lors des deux étés passés dans la demeure patriarcale située dans le Sussex en 1937 et en 1938, avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. Un arbre généalogique est placé judicieusement en début de roman, facilitant ainsi sa compréhension, la narration s’employant à changer abruptement d’interlocuteurs au fil des pages. Chacun des personnages s’expriment donc dans un joyeux méli-mélo, entremêlant amourettes, relations conjugales, jeux d’enfants, liaisons adultères, préparations des repas, études et réunions d’affaires. Un style qui rappelle les séries britanniques dans lesquelles maîtres et domestiques se côtoient dans un ballet bien réglé, tout en évoluant dans deux mondes parallèles. Les premières pages du prochain tome qui sont révélées à la fin du livre ne m’ont pas tant emballée. Je ne ferme pas la porte à une seconde plongée dans cet univers, peut-être entre deux lectures plus exigeantes.
Suggestions de lectures pour Élaine B.

Voici des recommandations de livres personnalisées pour Élaine B..

Par Karl Ove Knausgaard et Marie-Pierre Fiquet
Éditeur DENOEL
Collection Mon combat
Paru le 21 janvier 2019
Par Véronique Côté
Éditeur Atelier 10
Collection Documents
Paru le 11 novembre 2014