Activités de Murmures_numériques

Voici les activités récentes de Murmures_numériques :

Murmures_numériques a aimé ce livre

Partir au-delà des frontières

Par Francesca Sanna

1 personne apprécie ce livre

Murmures_numériques a commenté ce livre

Partir au-delà des frontières

Par Francesca Sanna
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
J’avais acheté cet album à ELCAF en juin dernier et je l’ai relu récemment. Il est paru chez Flying Eye Books, mais il existe en français quelque part ! On suit l’histoire d’une famille qui face à la guerre doit fuir avec ses deux enfants. Ils traversent la peur, la foret et divers endroits hostiles. On suit bien la prise de décision : le choix de la mère qui la déchire mais qui lui semble la seule possibilité viable pour ses enfants. On suit ses efforts pour le protéger et leur épargner sa propre tristesse et son découragement. La malveillance de certains et les aides qu’ils reçoivent. Tout est transmis par l’image : souvent symbolique surtout dans les échelles employées. Les compositions sont fortes avec des lignes de force marquées. Les contrastes : couleurs chaudes sur les personnages et décor assez froid et sombre, fonctionnent également très bien pour nous faire vivre l’oppression dont ils sont victimes. Malgré tout cet album est relié d’espoir et d’amour. Les dernières pages sur la mer sont vraiment très belles ! (j’adore la mer et le phare est adorable alors forcément j’ai été d’autant plus émue ! ) Le travail éditorial est top, comme toujours pour cette maison d’édition : un dos toilé eut ouvrage résistant avec un grand format vraiment agréable. La typographie a également été choisie avec soin, elle évoque bien quelque chose de manuscrit tout en restant un peu rigide. Elle s’inscrit en blanc sur des zones d’aplats toujours assez sombres ou en bleu foncé sur le clair. En somme un beau moyen de parler d’immigration aux enfants, en douceur, avec cet exemple concret. Un moyen d’évoquer la guerre et les tension politiques… en évitant le traumatisme du journal de 20h.
Murmures_numériques a aimé ce livre

Envoyée spéciale

Par Jean Echenoz

2 personnes apprécient ce livre

Murmures_numériques a commenté ce livre

Envoyée spéciale

Par Jean Echenoz
2 personnes apprécient ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
On suit une jeune femme, Constance, désoeuvrée et en cours de divorce. Riche et jolie. Qui va se retrouver propulsée dans le monde de l’espionnage sans avoir rien demandé. On suit aussi son mari dans ses diverses conquêtes, le demi-frère de celui-ci dans ses diverses embrouilles. Mais finalement cette parodie de roman d’espionnage n’est peut-être pas le propos de l’oeuvre. C’était une lecture agréable, légère et drôle. Téléphonée parfois et parfois surprenante. mais le propos, au delà du divertissement offert est justement, je pense, ce jeu du chat et de la souris entre l’auteur et son lecteur. On pense avoir percé à jour sa manière de faire et il nus retourne, ainsi de suite. Son écriture est elle-même dans cette veine : par ses apostrophes au lecteur, à l’aspect méta de sa narration(notamment lorsqu’il avoue que tel ou tel évènement est bien pratique pour faire avancer l’histoire). On joue à la lisière du réel, du crédible, brisé régulièrement par les intervention du narrateur et par ces coïncidences « extrêmes ». Finalement qu’attendre d’autre de la part des Editions de Minuit ? de fins limiers comme toujours, bien que ce ne soit pas ma tasse de thé. J’aime cette lecture : j’ai passé un bon moment. Mais il me manque une forme de profondeur. Contrairement à certains comme Viduite ou Bibliblogueuse, je n’ai pas eu l’impression de perdre mon temps. J’ai lu ce roman en très peu de temps finalement et je l’ai parcouru sans encombre, avec un petit sourire pour les facéties de l’auteur. Mais sans y plonger profondément : et c’est cela qui ma manqué. Ce n’est pas un univers ou on s’immerge totalement, plutôt quoi traverse a gué en se disant que ce ruisseau sur nos chevilles est bien agréable.
Murmures_numériques a coté ce livre

Envoyée spéciale

Par Jean Echenoz

1 vote

Murmures_numériques a coté ce livre

Shangri-La

Par Mathieu Bablet

2 votes

Murmures_numériques a aimé ce livre

Shangri-La

Par Mathieu Bablet

2 personnes apprécient ce livre

Murmures_numériques a commenté ce livre

Shangri-La

Par Mathieu Bablet
2 personnes apprécient ce livre
2 commentaires au sujet de ce livre
J’aimerais vous parler de cette bande dessinée nominée à Angoulême cette année. Je suis en pleine crise de SF, j’ai envie de plonger dans ces univers futurs, alternatifs, potentiels… Et honnêtement celui-ci est un des meilleur que j’ai croisé ! L’ouvrage commence tout en douceur, et permet d’atterrir dans l’univers et de s’y familiariser avant que tout deviennent fou. Un très très bon point pour moi qui aime m’installer dans les mondes évoqués, d’autant que celui-ci est plus complexe qu’il en à l’air au départ. Ce temps est relativement rare en BD, le format pousse les one-shot à foncer tête baissée, ce qu’évite cet ouvrage. Nous suivons un technicien/chercheur en navettes spatiales, on découvre peu à peu la station sur laquelle s’est retranchée l’humanité. On a un bref aperçu du régime totalitaire qui la régit. Les co-équipiers de notre héros le mènent à remettre tout cela en question. Même si j’aimerais vous raconter par le menu toute l’histoire ce serait ma foi bien dommage ! je vais donc m’arrêter là. Dans ce monde des animaux ont été « améliorés » pour devenir humanoïdes, doués de parole et vivant exactement comme leurs confrères humains. Le racisme a donc muté, on pourrait dire qu’il est devenu totalement spéciste. La violence de cette société totalement régie par la consommation est extrême… On passe par l’évolution de quelqu’un qui veut sortir de la machine, on approche des jeunes gens qui rêvent d’aventures sur un banc, leur questionnement sur le bonheur, sur le risque. En un tome on a un panorama assez complet et détaillé de ce qui fait nos vies. Cependant l’auteur se garde bien d’avancer une quelconque réponse. Le dessin est vraiment superbe. Encore une fois j’ai craqué pour ça au départ : le travail des couleurs est parfait l’ambiance créée est extrêmement forte et prenante. J’avais un peu des doutes sur le charadesign. Ce qui appuie bien le propos. (et puis c’est dans l’espace ! c’est génial les vaisseaux volants !) La vision de l’auteur m’a touchée, je la pense très juste. Aussi bien sur les gens qui épuisés par leur quotidien se laissent mener pour survivre, ceux qui se veulent engagé mais cèdent à la première difficulté et la masse qui « fait avec ». C’est peut-être la meilleure lecture en cette période post électorale… pour se motiver à (ré)agir. Mais je n’arrive pas vraiment à savoir si ça finit bien ou pas.
1 commentaire plus ancien
Murmures_numériques a commenté ce livre

Sauvage

Par Emily Hughes
1 commentaire au sujet de ce livre
On suit une petite fille qui est élevée par les animaux de la foret et qui y vit très heureuse. Mais un jour des humains la retrouvent et tentent d’en faire une « vraie petite fille » mais échouent totalement à la comprendre ce qui la pousse a les fuir de nouveau. J’aime beaucoup cette histoire de communion avec la nature. Alors qu’elle comprends instinctivement les enjeux de la forêt elle doit apprendre ceux de la vie humaine ce décalage est évident dit comme ça et pourtant j’aime qu’il soit présenté aux enfants de cette facon. Le dessin laisse apparaitre les traits de crayon, ce qui donne un ensemble très vivant, très agité, qui va bien à notre héroine. Il fourmille de détails, ce qui me fait un peu penser au travail de Fanny Ducasse mais en plus brouillon. « you cannot tame something so happily wild. » Je ne sais pas ce que vaut la version française « sauvage ». Mais en tout cas il est simple en anglais, je ne pense pas qu’il pose de soucis à qui que ce soit : et ça permet aux petits de se familiariser avec la langue ! Ce qui honnêtement n’est pas superflu.
Murmures_numériques a commenté ce livre

Lysistrata

Par Aristophane
1 commentaire au sujet de ce livre
Il s’agit d’une pièce nous racontant ce qu’il se passerait si les femmes prenaient le capitole, faisant la grève du sexe et ce jusqu’à ce que les hommes arrêtent de faire la guerre (contre Sparte où la même stratégie est mise en oeuvre). Elles se réunissent au capitole et discutent avec les hommes qui viennent récupérer leurs épouses. ou du moins ils essaient. On est face à une pièce vraiment drôle (et pourtant je suis assez peu sensible aux comédies) le mélange de blagues potaches et de réflexions politiques m’a plu. Il est rare d’avoir des pièces et encore plus des pièces comique, complètes de cette époque, autant en profiter ! On est juste après les défaites de l’expédition en Siciles (415-413) et Athene est sous la menace de Sparte. Il était donc délicat de faire rire avec ces sujets… c’est pourquoi Aristophane donne la parole à celles qui se taisent d’ordinaire ! La société ne demandait pas l’avis des femmes sui se devait d’être obéissantes à leurs maris et donc à leurs décisions pour la cité aussi. On retrouve ici un ancrage très fort dans le quotidien, notamment par les taches quotidiennes qui reviennent aux femmes et qui les inquiètent : l’une d’elle est très inquiète d’avoir laissé son fils à son mari, persuadée qu’il ne saura pas quoi faire… Crainte qui est confirmé un peu plus loin. Les hommes même se rendent compte de leurs incapacités quand ils viennent chercher leurs compagne. La grève du sexe est le principal levier de cette « révolte » mais pas le seul. Qu’à cette époque on soulève la question du pouvoir effectif des femmes sur l’administration de la cité m’intéresse. c’est un sujet délicat et je ne pense pas que ce soit par l’attrait de leurs petits culs qu’elles peuvent l’exercer, mais on retrouve de jolies réflexions, comme la comparaison de la gestion du foyer privé et du foyer de la Cité. il en résulte une oeuvre souriante, rapide, et très accessible (pour peu qu’on soit tolérant au blagues en dessous de la ceinture).
Murmures_numériques a aimé ce livre

Morgane

Par Simon Kansara et Stéphane Fert

1 personne apprécie ce livre

Murmures_numériques a commenté ce livre

Morgane

Par Simon Kansara et Stéphane Fert
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
On suit la demi-soeur d’Arthur : Morgane. J’aime ce point de vue : il est moins courant et a l’avantage de féminiser le récit. On la suit dans son enfance avec ses parents puis auprès de Merlin, puis d’Arthur. Dans l’ensemble on retrouve les personnages classique de la légende arthurienne : Lancelot amoureux de Guenièvre, Gauvain et ses échecs, la fourberies pas toujours très claire de l’enchanteur… certains manquent à l’appel comme Viviane, mais vu le format ce n’est pas un soucis et on n’en ressent pas de manque. L’histoire se tient et on suit le déroulé sans soucis. L’aspect sorcière/femme forte de Morgane m’a plu, d’autant qu’elle le transmet à d’autres femmes de la cour. J’ai envie d’y lire une lutte des femmes qui se libèrent de leur inaction et s’épanouissent un peu en se prouvant qu’elles sont capables d’agir. Ce qui ma foi est un message positif à transmettre à des jeunes filles ! Les réflexions faites à Morgane tout au long du récit, les personnages masculins qui tentent de la mettre de cout sans jamais parvenir la décourager vont dans ce sens (à mes yeux). On retrouve la force que Chrétien de Troyes (mais d’autres écrivains de cette légendes comme Thomas Malory dans une certaine mesure) lui offraient déjà au Moyen-Age… Bien qu’aujourd’hui l’accusation de sorcellerie ne soit plus mise en avant et qu’étant de son point de vue à elle on ressent d’autant plus ces injustices. Le charadesign est très original ça fait plaisir qu’une « grosse » maison d’édition comme Delcourt donne leur place à ces écritures particulières ! Notre héroïne a un « vrai » corps, dans le sens où même si elle est parfois masculinisé, souvent sexualisée (ce qui est toujours volontaire de SA part ce qui mérite d’être souligné), elle a des hanche, elle est bâti. Ca change des filles filiformes ! Pour le reste le dessin est fort surtout dans la gestion des couleurs, l’univers est très bleuté (avec de joies nuances de vert et de violet). Les paysages sont évoqués par des masses mais on s’y retrouve toujours bien et les plantes sont détaillées. Ils m’ont évoqué les enluminures médiévales, ce qui est un bon point pour ce genre de récit haha !
Murmures_numériques a aimé ce livre

De longues nuits d'été

Par Aharon Appelfeld

1 personne apprécie ce livre

Murmures_numériques a commenté ce livre

De longues nuits d'été

Par Aharon Appelfeld
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Il s’agit d’un roman jeunesse, mais je ne sais pas dans quelle mesure ce qualificatif est pertinent. Ce roman est très fort : on suit un petit garçon que son père confit à un vagabond pour échapper aux persécutions contre les Juifs. On comprend peu à peu qu’on est en Ukraine pendant la Seconde Guerre Mondiale. On perçoit par bribes l’actualité de la guerre, l’avancée de l’armée rouge, ces évènements sont vécus par les yeux de notre jeune héros. On est immergé dans la difficulté du quotidien, du jour le jour et de leurs survie ; confronté en même temps que lui au rejet et à la bêtise des gens. Nombre d’entre eux trouvent tout à fait justifié les violence faite au nom de la « race » et les Pogroms ne sont pas loin … Ils rejettent également les vagabonds, quelque soit la raison de leur errance, et d’autant plus que leur nombre augmente à cause de la guerre. On saute ainsi de village en village, de rencontre en rencontre. Souvent seules les femmes sont positives et prennent en pitié nos protagonistes et les aident. Le point de vue subjectif employé participe fortement à notre immersion en nos identifiant totalement au héros. On traverse la région sans en avoir vraiment la description mais on voit les lumières que l’enfant décrit, on sent certains arbres où ils font halte. Nous n’avons que des détails, ceux qui sont marquant pour un garçon de 11 ans qui se retrouve sur les routes avec la certitude que sa famille a été déportée. Le lien entre ce vieux militaire et ce petit garçon inquiet fonctionne à merveille et chacun y trouve sa profondeur. J’avais un peu peur que cela soit artificiel et finalement tout s’installe au fil de l’histoire, de façon assez naturelle pour être parfaitement crédible. Comme l’ambiance les relations humaines sont évoquées avec une grande douceur. Il se dégage une force de vie assez incroyable de ce livre, malgré tout ce qui peut leur arriver les personnages vont de l’avant et continuent d’avancer. Ils contemplent le monde d’une façon étrangement apaisée et positive pour cette période, que ce soit par leur foi ou simplement par amour de la vie. Cette « morale » transmise par Grand-Père Sergueï à travers ses silences et sa bienveillance généralisée. Un livre que j’aimerais vraiment faire lire aux ados et qui leur ferait je pense beaucoup de bien. Pour moi ce roman est un exemple parlant de Réconciliez-vous de Marek Halter, un appel à la tolérance qui cette fois trouvera à coup sûr un public à toucher droit dans le coeur. Les deux vont vraiment bien ensemble bien que le propos soit légèrement différent. sortie en mars 2017 chez l’Ecole des loisirs, j’en profite pour noter la superbe couverture qui transcrit vraiment bien l’ambiance du récit, ce choix est parfait.
Murmures_numériques a commenté ce livre

Le château des étoiles T.3 : Les chevaliers de Mars

Par Alex Alice
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Le troisième tome du Château des Etoiles est enfin arrivé ! (et j’ai enfin eu le temps de le lire ! ) On retrouve nos héros : Séraphin, Sophie et Hans, en Bretagne… Exactement la où ils s’étaient caché a la fin du tome 2. Seulement un vaisseau spatial en forme de cygne n’est pas le véhicule le plus simple à cacher et des rumeurs commencent à circuler au village… d’autant que le grand-père de Séraphin qui les accueille est pourchassé par les services secret de Napoléon III. Bref ce n’est pas si simple ! Rien ne s’arrange quand les Prussiens reviennent dans la course… L’histoire est prenante et j’étais vraiment contente de retrouver cet univers de ballons dirigeables et de vaisseaux d’exploration galactiques. Le charadesign est toujours aussi maitrisé, c’est une belle réussite ! J’aime toujours autant le style au crayon et à l’aquarelle : l’aspect « fait main », le contact semble plus direct, et puis ça change pas mal de ce qu’on lit d’habitude (dans mon cas en tout cas). Je regrette un peu le manque d’évolution propre à chaque personnages, mais l’histoire elle meme prend la place. Même si on retrouve la logique de la course à l’espace, un peu sur le même principe que pour l’exploration de la Lune dans les tomes précédents. J’espère que nos protagonistes grandiront au fil des volumes, mais ils ont le temps. Je ne sais pas combien de volumes vont suivre meme si un tome 4 est prévu. Ces deux derniers tomes constituent le deuxième cycle : visiblement consacré a Mars ! Ce qui explique la couleur des couvertures et des tranches. Editorialement ça fait plaisir ! Je n’ai relevé aucun défaut à ce niveau : l’impression est bonne, le colophon précise même le papier utilisé ! C’est rare mais ça fait plaisir ?