Activités de Murmures_numériques

Voici les activités récentes de Murmures_numériques :

Murmures_numériques a commenté ce livre

Le lièvre d'Amérique

Par Mireille Gagné
15 personnes apprécient ce livre
14 commentaires au sujet de ce livre
6 commentaires plus récents
Diane a une vie normale, un appartement en ville et un job de bureau. Elle vient d’une île du Québec et est « montée à la grande ville » il y a des années coupant les ponts avec sa famille. Elle vient de subir une opération visiblement assez lourde : elle en constate peu à peu les impacts sur son organisme. C’est à peu près tout ce qu’on sait au début du roman, des bribes d’une enfance à courir dans la forêt et d’un âge adulte de stress. Pourtant le basculement est violent : la déroute est merveilleuse. Si la narration des chapitres préopération est quasi sans ponctuation, dans un souffle de panique quasi totale ; les souvenirs de l’île sont d’une facture assez classique. Les allers-re tous n’en sont que plus flagrants (violents?). Le fluage de la voix narrative n’est pas sans évoqué les romans de Marie-Claire Blais. Bien sûr on en apprend plus sur cette étrange femme et son étrange évolution, qui m’évoque Truisme de Darrieusecq... qui tournerait plutôt pas si mal.
7 commentaires plus anciens
Murmures_numériques a aimé ce livre

Le lièvre d'Amérique

Par Mireille Gagné

15 personnes apprécient ce livre

Murmures_numériques a aimé ce livre

Iroquois

Par Patrick Prugne

1 personne apprécie ce livre

Murmures_numériques a commenté ce livre

Iroquois

Par Patrick Prugne
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Il s’agit d’une bande dessinée racontant une bataille entre conquérants français (l’histoire prend place autour de Quebec) et Iroquois. Elle est parue chez Daniel Maghen, et j’y reviendrai ! L’histoire est inspirée d’une histoire vraie. Pour être honnête je n’y connais rien donc je l’ai lu simplement comme une aventure… et c’en est une bonne ! Les personnages sont attachants même si certains ne sont qu’évoqués et que peu d’entre eux s’expriment véritablement. On est bien pris par la bataille… L’histoire ne m’a pas transportée mais elle est bonne, suffisante pour passer un bon moment de toute façon 🙂 MAIS SURTOUT les dessins ! chaque case est une merveille ! L’ambiance est magnifique : l’aquarelle permet des lumières incroyables ! J’ai été très touchée par l’atmosphère. J’ai choisi cette BD pour cela, et j’ai été conquise. Il me semble que l’auteur a déjà traité ces thématiques mais je n’ai pas eu l’occasion de lire ces tomes (mais je les ai vu passer à la bibliothèque et j’en ai eu des retours assez positifs!) Comme toujours chez Daniel Maghen l’édition est impeccable et à la fin on a droit à un carnet de croquis/peintures. Ca me fait toujours extrêmement plaisir comme « bonus » ! Jusque là je n’ai eu que des coups de coeur de la part de cette maison… Je les en remercie infiniment ! les éditeurs abattent un boulot incroyable ! 🙂
Murmures_numériques a commenté ce livre

Zalim T.1

Par Carina Rozenfeld
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Il s’agit d’un roman « young adult » paru chez scrineo, d’ailleurs je les remercie pour ce partenariat (par le forum livraddict) !!! C’est le premier tome de la série. Nous suivons les deux princesses d’Arensdaal ainsi que la nouvelle fiancé du roi, visiblement d’inspiration médiévale, au milieux d’une guerre dont on ignore tout au départ. Nous ne savons pas vraiment pourquoi les royaumes s’opposent… mais nous savons que la capitale est menacée et que les armées sont proches, toutes proches ! Elles vont chacune évoluer, et nous allons en découvrir beaucoup sur elles. Nous suivons également le premier ministre : Ederinn Maley, qui joue un rôle de premier ordre dans la gestion du pays. Il a la force du héros mais sait rester à sa place… mais j’y reviendrai ! Au fil du roman nous suivons les évolutions de cette guerre. Elle repose en grande partie sur la figure du monstre (qui est en couverture !) : il viendrait défendre le royaume lorsque celui ci est menacé. Nous apprenons rapidement qu’il s’agit en vérité d’un démon qui agit depuis un hôte humain, qu’il choisi à sa convenance sans trop tenir compte des choix humains. Au début, j’ai eu un peu de mal à rentrer dans l’histoire, je ne sais pas vraiment pourquoi… Peut être parce que j’avais l’impression que les noms propres n’étaient pas très originaux, pour ne prendre qu’un seul exemple : Ellinor (ancienne reine du royaume) me rappelait Elinor, la tante de Mggie dans la série Sang D’Encre. Finalement ces personnages sont la force de cette histoire ! Ils sont tous très différents, par leurs physiques (une princesse blanche, une pleine de taches de rousseur et une noire par exemple), comme par leurs personnalités. J’aime beaucoup les histoires d’amour qui sont évoquées avec beaucoup de délicatesse, qu’elles soient hétéro ou homo sexuelles, sans jamais tomber dans la niaiserie. Ce qui dans un roman ado fait plaisir à lire ! Les princesses sont assez clichés : belles, futiles mais désireuses d’être utiles… mais elles ont une belle évolution au fil du roman ce qui fait vraiment plaisir à lire. Elles se révèlent, deviennent « femmes », que ce soit dans leur sentiments intimes ou dans leur choix. On oublie assez vite les bals qui deviennent un simple évènement dans leur vie. Le premier ministre également est plus complexe qu’il n’en a l’air aux cours des premiers chapitres. Je ne vais pas en dire plus pour ne spoiler personne, mais j’ai véritablement apprécié son rôle dans la politique du royaume, sa complicité avec les princesses : sans lui les évènements prendraient une tournure bien plus tragique. Les humains ont plus d’importance que la politique : ce que l’on sait sur la guerre passe par les yeux d’un soldat. Nous le suivons dans son quotidien au camp, dans sa peur, dans ses espoirs… et dans ses souffrances. Ces chapitres sont très bien dosés pour moi. Comme il est dans le camp « Rakeshin » qui attaque les autres personnages ; j’ai trouvé fort qu’on se place parfois de son point de vue. Au front nous suivons également une infirmière qui fait son possible pour laisser le moins de morts possibles derrière elle. Il m’a semblé que cette figure était fondamentale dans cet univers. La guerre semble totalement absurde : dans les deux camps ce sont des humains, ni parfaitement bons ni méchants, qui se retrouvent embarqués dans cette histoire centenaire sans trop voir eu le choix. Cette vision m’a plu. Les espoirs de paix qui sont évoqués de tous les cotés laissent pressentir une belle suite pour ces royaumes… si tant est qu’ils parviennent à s’entendre… Je n’ai pas accroché à toutes les images employées mais le style est très fluide et une fois qu’on est rentré dans l’histoire elle se lit très vite et sans accro. La fin est en suspens, si ça nous fait attendre le tome 2 je trouve tout de même ça dommage. J’aime bien avoir l’intégralité d’une histoire et avoir eu des réponses quand je referme un ouvrage… Du coté de l’édition elle -même je n’ai rien à redire nous avons un bel objet. La couverture est vraiment belle (réalisée par Benjamin Carré), même si je trouve qu’elle en révèle beaucoup sur l’intrigue…
Murmures_numériques a aimé ce livre

Zalim T.1

Par Carina Rozenfeld

1 personne apprécie ce livre

Murmures_numériques a aimé ce livre

Crépuscule des bibliothèques

Par Virgile Stark

1 personne apprécie ce livre

Murmures_numériques a commenté ce livre

Crépuscule des bibliothèques

Par Virgile Stark
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
« pourquoi lis-tu mon livre ? » Parce que j’étudie les métiers du livres et que je suis perdue. Parce que je travaille en bibliothèque et que je suis perdue. Nous sommes encore contemporains, et tes mots me plaisent, je vais les lire jusqu’à plus soif… « tu te souviens de certains livres que tu as lu. (…) De tous les livres qui ont marqué ton existence, tu connais la forme, le poids, l’épaisseur et le parfum ». Ce « crépuscule des bibliothèques » se hisse sans peine aux rangs de ceux la. Ceux qui, au coeur de ma bibliothèque me rassurent, que je reprends quand je doute, quand je ne sais plus bien pourquoi je me suis retrouvée à travailler sur des fenêtres de papier que tout le monde veut voir disparaitre. Ce livre ré-alimente mes espoirs pour la survie même secrète, même confidentielle, de mes chers, si chers ouvrages. C’est très égoïste de réagir ainsi mais pour moi ce livre est épidermique. J’en suis tombée amoureuse, pour son début sur les collections personnelles de chacun, pour son corps sur la numérisation et son refus (qui n’a jamais cru exploser face à un intranet récalcitrant refusant de livrer les secrets du Réseau Externe ne peut pas pleinement compatir avec les déboires de notre bibliothécaire excédé). Pour sa fin pleine de vie. Je l’aime pour l’écho qu’il m’offre… et aussi parce que c’est rassurant de savoir que quelqu’un a les mêmes habitudes que soi. Je ne sais pas qui est ce Virgile, je ne sais rien de plus que ce livre acheté d’occasion a Gibert Joseph. Je ne sais pas à quel point je suis d’accord avec lui, mais du haut de mes doutes, je ne peux que le remercier du plus profond de mon coeur ! j’avais besoin de ses mots à poser sur ce que je crois. Et ils y ont collé à merveille. Bien sur je ne suis moi aussi qu’une bloggeuse qui écrivaille son avis. Je n’ai pas de lettres de noblesses pour l’appuyer, je n’ai pas grand chose d’autre qu’un sentiment. C’est pourquoi, Virgile, je relirai ton livre. Nous discuterons encore.
Murmures_numériques a coté ce livre

Onibi : Carnets du Japon invisible

Par Olivier Pichard et Cécile Brun

1 vote

Murmures_numériques a aimé ce livre

Onibi : Carnets du Japon invisible

Par Olivier Pichard et Cécile Brun

1 personne apprécie ce livre

Murmures_numériques a commenté ce livre

Onibi : Carnets du Japon invisible

Par Olivier Pichard et Cécile Brun
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Onibi, carnets du Japon invisible est une BD-carnet de voyage où l’on suit nos auteur dans leur recherche de Yokaï paru chez Issekinicho. Et très honnêtement je trouve qu’on en parle pas assez ! Je n’ai pas vu de critiques sur les blogs que je suis… et je trouve ça injuste pour cette oeuvre ! Cécile Brun achète un appareil photo en arrivant sur place qui, d’après le vendeur, permet de capturer l’image de ces démons locaux. Elle part donc avec Olivier Pichard en « quête » pour remplir la pellicule. On les suit dans leurs promenades, leurs rencontres, etc. J’ai beaucoup apprécié la place offerte aux gens qu’ils croisent: chacun a son caractère, ils sont très vivants. On sent les personnes derrière les personnages ! Et le folklore évoqué est a la fois mystérieux et étrangement familier… presque aussi vivant que les humains rencontrés. Les dessins sont vraiment chouettes ! Si j’ai choisi la BD sur son « histoire » ils m‘ont vraiment conquise. Les paysages sont très beaux et très réalistes ce qui donne un cachet « carnet de voyage » vraiment top ! Le charadesign est plus simple mais il fonctionne assez bien. Ils sont assez expressifs, même s’ils n’ont pas de nez (ce qui m’a un brin dérangée haha). Le fait que les photos ponctuent les chapitres, chacun correspondant à la prise de l’une d’elle, est assez chouette aussi. Elles sont très sympa. J’aime le cachet « vieillot » et « trafiqué » qu’elles nous offrent. Sinon le travail éditorial est bon, on a un gros volume bien qu’un peu petit (mais je veux toujours des livres plus grands, et je sais que je ne peux plus avoir mes histoire en Album Géant) en hard cover. Un bel objet !
Murmures_numériques a commenté ce livre

Le navigateur obsolète

Par Virgile Stark
1 commentaire au sujet de ce livre
Après son Crépuscule des Bibliothèques, Virgile Stark se plonge dans son rapport personnel au Réseau. Il avoue sa dépendance : il ne peut plus vraiment s’en passer. C’est vrai qu’internet prend de plus en plus de place dans notre quotidien. Il sent une baisse de sa concentration : il ne se sent plus capable de lire des heures et des heures sans lâcher son ouvrage… Pour lui c’est clairement à cause de sa sur-connexion… et pour le coup je ne suis pas tout à fait d’accord ! Peut-être parce que je suis née avec un clavier, mais je ne pense pas que la lecture soit incompatible avec la lecture. Je ne ressens pas son malaise. Je ne suis sans doute pas des mieux placées pour parler du sujet, je n’y connais pas grand chose et je vais réagir simplement avec mes petites réflexions, n’hésitez pas à me répondre et me contre dire. Désolée pour toutes mes imprécisions et autres flous ! Je vis mon expérience numérique comme une prolongation de ma passion : je vais de forum en video sur les livres ! La confrontation de nos avis de lecteurs me semble fondamental pour tracer son parcours, de livres en livres, on s’entre conseille pour découvrir de nouvelles choses. Ce « bouche à oreille » me plait bien. On retrouve son aversion pour le blogueur-hypster-connecté… mais je ne pense pas qu’on doive l’opposé à la figure du bibliothécaire, simplement celui ci est « hors les murs »… et se permet de disserter sur tout (et parfois n’importe quoi il faut bien l’avouer). Je travaille en bibliothèque et dans ma BMI (big up les gars) on tweete (ceci est un verbe ?) pas mal, surtout nos coups de coeur et souvent les gens viennent nous demander « le livre du tweet » peut être que dans ces personnes certaines ouvriront ainsi un nouveau parcours de lecture. Alors on aura fait notre boulot. On retrouve le style de l’auteur : fluide et clair. Il exprime très clairement ses idées, c’est plaisant de suivre son raisonnement. Ce livre est intéressant, j’y suis moins sensible mais la réflexion m’a plu. Je suis moins fascinée par le Réseau lui-même je pense qu’il existe et que nous devons tout simplement faire avec : autant s’en servir pour diffuser ce que nous aimons que de le rejeter et finir par être rejeté par lui. Et puis nous sommes humains même si on lit : et c’est vraiment plaisant d’échanger autour d’un coup de coeur (ou de gueule) ! Trouver un écho à ses sentiments est essentiel dans le parcours de lecteur (à mes yeux du moins). Dans le quotidien de l’auteur on se retrouve : on est tous confronté à ces questions. Il conclut sur une note super angoissante : nous avons mis nos cerveaux dans nos ordinateurs nous rendant incapables de vivre par nous-même. Il voit un futur où nous sommes dans des cocons sous perfusions pour tout, nourriture, eau, informations et connaissances. Ca fait pour le moins froid dans le dos ! Cet ouvrage est également paru chez les belles lettres, et si l’auteur se destine à en publier un par an, j’ai hâte de lire le suivant !!! Je serai bien curieuse de voir quel sera le prochain sujet, peut être la confrontation avec la blogosphère ou le booktube ? Je serai curieuse de lire son avis plus précis sur ces questions 🙂 En tout cas je conseille ce livre si vous avez aimé l’essai précédent de l’auteur. Mais quitte à n’en lire qu’un : plutôt le Crépuscule que j’aime d’amour. Depuis j’ai commencé « d’or et d’airain » d’Eric Briys (également chez les Belles lettres décidément!), qui prend le problème dans l’autre sens : il est partisan du (livre) numérique. Mais je vous en parle bientôt !
Murmures_numériques a commenté ce livre

Lire, vivre et rêver

1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Ce livre est un recueil de nouvelles,parus aux Arènes, où de nombreux (22) auteurs contemporains nous parlent de leurs librairies/bibliothèques favorites. Beaucoup nous évoquent leurs librairies d’enfance ou d’études. Je me suis vraiment reconnu dans l’obsession pour Gibert Joseph, et dans la malédiction voulant que n’import ou que l’on se perde dans Paris on se retrouve face à Gibert… Bien sûr mon amour pour ce livre est sans doute au moins en partie du au fait qu’ils parlent de lieux que je connais et que j’aime (je pense surtout aux librairies du quartier latin)… Aucune nouvelle n’est vraiment en dessous des autres même si bien sur certaines m’ont moins parlé que d’autres. On retrouve des lieu Parisiens mais aussi en province et à l’étranger. On a un peu de tout en somme ! Mon coup de coeur va au « Terrier et le Moulin » de Sophie Bassignac pour l’ambiance « librairies spécialisées » où un univers prend corps entre passionnés. J’aime beaucoup l’idée qu’il existe des bulles où des univers fous existent sans qu’on le sache, et qu’il suffit de pousser la bonne porte pour y entrer. L’amour des livres est la, comme l’amour pour des lieux qui font notre vie : mine de rien quand on est un gros lecture on passe beaucoup de temps en librairie ! Personnellement je comprends la passion boulimique de nombre de ces auteurs haha ! Par contre je ne me suis pas retrouvé dans le rejet des lieux « universitaires » sans doute parce que j’aime trop mes études sur les livres pour créer une frontière entre mes lectures et… mes lectures ! « Heureusement » les Puf ont presque toujours une place d’honneur dans les biographies de lecteurs qui nous sont présenté. J’ai aussi apprécié que certains soit libraires : la mise en abîme est plaisante ! Certaines aventure éditoriales racontées nous semble de vrais romans, je pense notamment à celle ou nous observons la naissance d’Album… et sa victoire sur ses voisines ! Je note aussi l’amour de beaucoup pour les livres d’occasion et cette espèce de quête qui nous prend quand on cherche dans les piles et les caisses pour trouver LE livre qui nous plaira au prix le plus acceptable possible ! Apres tout il tient à chacun de nous de faire vivre nos librairies .. Avec un peu de chance j’aurais bientôt de nouveau un bon libraire en bas de chez moi (#YOUPI) et en tout cas je ne suis pas prêté d’arrêter de chiner mes bouquins ! Les textes ont été regroupés sous la direction d’Alexandre Fillon, à qui je tire mon chapeau ! Cet ouvrage est top ! Le boulot édito est sobre mais fonctionne bien, et la couverture m’a vraiment beaucoup plu ! Bref c’est du sans faute !
Murmures_numériques a aimé ce livre

Lire, vivre et rêver

1 personne apprécie ce livre

Murmures_numériques a commenté ce livre

Nils T.1 : Les élémentaires

Par Jérôme Hamon et Antoine Carrion
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
cette bande dessinée nous raconte l’histoire d’un monde où les élémentaires de la nature disparaissent… nous suivons Nils un jeune homme qui quitte son village natal ou plus rien ne pousse pour chercher avec son père ce qui peut bien en être la cause. J’aime les rencontre que fait notre héros avec d’autres peuples : les habitants de ce monde sont multiples que ce soit physiquement ou psychologiquement. Ils sous entendent des mythologies et des croyances variées et denses, qui sont laissées (pour l’instant du moins) à notre imagination ce qui est génial ! libre à nous de peupler ce monde. Nous avons pour l’instant des aperçu de la mythologie nordique et shintoïste. J’ai hâte de voir la suite ! je suis curieuse de savoir ce qu’ils nous mijotent ! Venons en au meilleur : les dessins ! Carrion est excellent. Comme toujours. C’est magnifique, en tout point ! Le charadesign est très bon : on suit sans problèmes qui est qui, qui appartient à quel peuple/tribu/clan. Carrion a réalisé lui même ses couleurs et vraiment c’est cool ! Comme dans Temudjin elles sont nickelles : les bleus sont nombreux riches et donnent une véritable atmosphère. Les décors de forets fourmillent de détails mais semblent également véritablement profondes. Tous les décors sont chouettes et semblent « véritables ». On est face à une fable nous racontant comment un peuple industrieux réagit face à des tribus qui vivent dans la nature, les rôles féminins et masculins sont équilibrés : les deux ont leurs importances. J’aime cela. Bref pour moi il s’agit clairement d’un coup de coeur ! Je n’avais pas entendu parlé de cette bd, je ne l’attendais pas, j en la cherchais pas… mais j’ai été très contente de la trouver ! je vous conseille vraiment de filer la lire.