Activités de Murmures_numériques

Voici les activités récentes de Murmures_numériques :

Murmures_numériques a aimé ce livre

Le château des étoiles T.3 : Les chevaliers de Mars

Par Alex Alice

1 personne apprécie ce livre

Murmures_numériques a coté ce livre
Murmures_numériques a aimé ce livre

Overlord T.1 : Le roi mort-vivant

Par Kugane Maruyama et So-bin

1 personne apprécie ce livre

Murmures_numériques a commenté ce livre

Overlord T.1 : Le roi mort-vivant

Par Kugane Maruyama et So-bin
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Il s’agit d’un light novel nous plongeant dans l’univers fantasy d’un jeu vidéo où le personnage principal se retrouve coincé. Le « light novel » est une forme de littérature populaire, surtout en Asie, mais de plus en plus traduit chez nous. Par exemple cet ouvrage est paru en 2012 au Japon et il y a quelques jours chez nous. Généralement paru dans des magasines, mensuels ou hebdomadaires, parfois, comme ici adapté de mangas (que je n’ai pas lus). Le style se veut très accessible, direct, et lisible par n’importe qui n’importe ou. J’aime bien ce principe de « littérature détente » sans prétention mais divertissante. Parfois ça fait plaisir de plonger dans un univers différent pour y faire une jolie balade. Malheureusement ce coup-ci j’ai été pas mal déçue. Le pitch était très alléchant : un jeune homme se retrouve coincé dans l‘univers de son MMO et transporté dans un autre monde. Il doit s’y débrouiller avec ses pouvoirs et ses serviteurs, l’explorer et y faire sa vie d’aventurier mort-vivant surpuissant. Vendeur n’est-ce pas ? J’étais super motivée : j’avais envie d’un bon roman de fantasy et de combats un peu brutaux, le genre gros divertissement pour oublier mon rapport de diplôme (la technique de pause ultime quoi) alors j’attendais ce partenariat avec impatience ! Je remercie d’ailleurs vraiment les éditions Ofelbe (éditeur de ce volume) et Livr’addict pour cet envoi ! Mais si au début j’ai accroché, je me suis lassé au fil du livre : au départ la curiosité l’a emporté ! Je voulais explorer cet univers et le personnage s’il semblait assez lambda pouvait être assez juste. Petit à petit on est déçu par le peu de réponses que l’on reçoit sur ce monde, bien sûr étant au niveau du héros on ne découvre que ce qu’il sait mais du coup on est un peu sur la touche. C’est dommage parce que le tout semble vraiment riche ! Régulièrement les combats et les aventures sont prenantes, mais ce sont plus des épisodes mis bout à bout qu’un ensemble cohérent. Les coupures sur la « psychologie » des personnages cassent un peu le rythme. C’est dommage ! D’autant que les pouvoirs de Momonga (notre Mort-Vivant en chef) sont tellement supérieurs à ceux de ses adversaires qu’il n’y a pas vraiment d’enjeu. Difficile de s’attacher à un personnage qui ne craint jamais la moindre défaite. Je ne sais pas si ce défaut sera corrigé dans la suite, je suppose qu’en poursuivant son évolution dans ce monde il rencontrera des opposants à sa mesure mais ça semble mal engagé puisqu’il vainc de grands chevaliers (réputés le plus fort du royaume admiré de tous etc) sans grandes difficultés. Cependant mon soucis est vraiment avec les personnages, au départ tout va bien. Si certains sont clichés ils s’intègrent super bien dans cet univers fantasy… Ce sont bien les PNJ classique que l’on y croise. On suppose qu’ils évolueront puisqu’ils semblent développer des volontés propres, ce qui pourrait créer de vrais enjeux et des développements d’intrigues intéressants : qu’est-ce que ça donnerait si des intelligences artificielles avaient une volonté propre ? Si du jour au lendemain elles prenaient leur indépendance des codeurs ? mais ce n’est pas ce chemin qui est choisi, non, on se concentre sur le désir débordant de démons lubriques.. mais sans le coté sexy ou démoniaque de l’affaire. J’ai plus eu l’impression de regarder une scène de drague difficile et un peu forcée entre adolescents. C’est en grande partie dû au caractère « réel » de Momonga, de l’humain qui l’incarne en tout cas. Il semble assez reclus et finalement incarne le cliché de l’otaku qui n’expérimente la vie que sur un plan virtuel.. il est ainsi complètement étranger aux relations humaines et affirme lui-même qu’il est aussi bien dans ce monde et que personne ne l’attend IRL (in real life). J’aurais préféré que l’auteur appuie moins ce trait du personnages, cela a vraiment fini par me sortir de l’histoire. Je n’avais plus aucune envie de suivre ce héros beaucoup trop fort, incarné par un humain un peu trop nul. Ce n’est pas les seuls moments étranges, je pense par exemple aux combats entre les filles du jeu pour savoir qui se reproduira avec Momonga, personnages féminins qui n’ont pas d’autres enjeux véritables que ça. Je ne sais pas si c’est sensé être drôle ou divertissant mais personnellement qu’une ado de 14/15 ans parle de l’état de sa culotte à la vu d’un squelette… vraiment ça ne m’enjaille pas. Sur le plan éditorial par contre le boulot est soigné et abouti : si l’ensemble a un petit air de brique le texte est bien découpé ce qui permet une lecture fluide et les illustrations de Sô-bin sont un vrai plus. On en a deux grandes au début et à la fin de l’ouvrage (sous forme de dépliants) et une pleine page au début de chaque chapitre, c’est cool ! et puis ça permet de mieux visualiser les personnages. A la toute afin (après l’épilogue du « deuxième livre ») on a également des fiches personnages, comme dans un vrai jeu de rôle, illustrées. Ce sont des petits plus vraiment agréable. L’objet est vraiment agréable, même si la couverture est un peu confuse (j’en parlais dans le TAG sur les couvertures) et puis la tranche est vraiment classe. Avec ce premier tome j’ai également reçu un poster, qui doit être vendu avec si j’ai bien compris. Pour moi c’est un flop. Je n’ai pas apprécié ma lecture, même en repensant aux moments épiques ça ne rattrape pas le reste ! Je me demande où s’arrête l’excuse du « mais c’est du light novel, c’est pour le fun ». Ce roman est sexiste et sexualisant, souvent violent, et assez méprisant : je veux dire par la que le protagoniste utilise les autres à ses propres fins sans vraiment se poser de questions, qu’il sacrifie des gens juste pour tester sa puissance… J’aurais vraiment aimer vous faire une chronique positive, vous parler d’un bon roman pour l’été… A moins d’être fan des mangas, ou des univers de MMO médiéval-fantasy, je ne sais as si ce roman peut vous plaire. Il est d’ailleurs déconseillé aux moins de 14 ans.
Murmures_numériques a coté ce livre

Overlord T.1 : Le roi mort-vivant

Par Kugane Maruyama et So-bin

1 vote

Murmures_numériques a aimé ce livre

Retour en Gaule

Par Claudius Rutilius Namatianus, Jean Vessereau et François Préchac

1 personne apprécie ce livre

Murmures_numériques a commenté ce livre

Retour en Gaule

Par Claudius Rutilius Namatianus, Jean Vessereau et François Préchac
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
On ne sait pas grand chose de la vie de Rutilius, mais l’introduction de l’ouvrage est bien construite et nous expose ses différentes fonctions officielles… Il a été redécouvert au XVè (il était tombé dans l’oubli depuis sa mort). Il serait originaire de Poitiers et après sa parenthèse à Rome, pour ses études et des postes de fonctionnaire, il retourne en Gaule pendant les soulèvements en Armorique. La chute de cette partie de l’Empire est proche, les révoltes nombreuses… pourtant je l’aime à cette période : qu’autant de peuples se croisent dans les allées du pouvoir, que les cultures se soient mélangées au point qu’un Pictave vénère Isis, me plait ! L’auteur est probablement païen : malgré la progression du christianisme à cette époque, il fait référence au culte d’Isis et d’Osiris, et se moque des moines à plusieurs reprises. L’auteur nous raconte son voyage pour retourner en gaule après des fonctions à Rome : il doit prendre la mer et longer les cotes avant d’arriver à destination. On n’a que le début de son voyage la suite n’a soit pas été écrite soit perdue… mais ce début est remarquable ! On commence sur un éloge de Rome, qu’on sent venu du fond du coeur ! Il sent vraiment le plaisir de vivre à Rome qui lui manquera beaucoup… Ces pages sont vraiment belles : l’ambiance italienne y est sensible, parfaitement soutenue par la traduction. Si ce texte ne sent pas l’improvisation, et qu’il a peut-être été retouché pour arranger les vers, les ciseler au mieux, dans un bureau, cela ne me pose pas de problème : après tout un carnet de voyage est aussi le souvenir que l’on en garde ! Les deux livres qui composent cet ouvrage sont très inégaux, le premier couvrant le voyage jusqu’à la frontière, le second abandonné (ou perdu) rapidement. L’auteur affirme son intérêt à ne pas s’étendre outre mesure sur son sujet, au risque de lasser son lecteur, cependant le tout semble trop précipité pour une version finale. Et puis ce ne serait pas le premier auteur a promettre de « faire court » et d’ajouter des pages et des pages après cette promesse ! Entre ces deux livres (à la fin du premier ) l’auteur s’attarde sur les constellations et les étoiles, j’ai adoré ce passage ! Il est poétique et doux, comme une pause dans un voyage fatiguant. Ce sentiment d’apaisement de savoir qu’une carte gigantesque veille nos nuits est bien transmis ainsi que leur beauté. La traduction, de Vessereau, est excellente et très agréable à lire. Elle conserve l’aspect poétique du texte originale bien que le transcrivant en prose. Editorialment j’étais aux anges : ce volume est extrêmement soigné et très travaillé. Il a le même format que les Budés, mais avec une couverture bleue (dans un papier fort être agréable sous les doigts). L’impression dorée qui est en couverture ou dans le livret d’illustration est soignée et sans accro. entre le corps du texte et le livret e notes se trouve un livret d’illustrations dorées sur papier bleu nuit, représentant des constellations (chacune correspondant à une étape du voyage). Le papier utilisé est riche, légèrement à grain, peut-être du Munken ? je serai curieuse de le savoir mais ce n’est pas mentionné dans le colophon. C’est en tout cas un très bon choix. C’est le point qui me fait souvent préférer cette maison d’édition : même pour des textes « rébarbatifs » ou entendus comme tels, pour des ouvrages qui s’adressent majoritairement à des spécialistes, des passionnés, ou des étudiants, ils soignent l’objet (je ne dis pas, certains de leurs poches ont des typo grecques peu lisibles, qui ralentissent un peu la lecture, mais je soupçonne des réimpressions de versions plus anciennes plus qu’une erreur ou une négligence). On a droit a plus qu’au papier ultra blanc et au service minimum des notes de bas de page. Certes tout cela a un prix (j’en remercie d’autant plus l’éditeur et Babelio qui ont permis ce partenariat), mais ce plaisir le vaut ! Clairement. Je regrette souvent de ne pouvoir me les offrir, après tout c’est en étudiant qu’on a besoin des meilleures éditions, mais le plan est bon puisque certains d’entre nous après s’être usés les yeux sur les versions poches, s’offriront de plus grandes pages et de belles illustrations pour la suite de leur carrière… Il y a une forme d’amour qu’on sent dans ces livres : ils sont fait par des gens qui croient profondément au savoir qu’ils transmettent et à son utilité à d’autres qui en ont besoin. Cela ne dispense absolument pas de mettre en oeuvre le meilleur des éditeurs !
Murmures_numériques a coté ce livre

Retour en Gaule

Par Claudius Rutilius Namatianus, Jean Vessereau et François Préchac

1 vote

Murmures_numériques a coté ce livre

Saga T.7

Par Brian K. Vaughan et Fiona Staples

1 vote

Murmures_numériques a aimé ce livre

Saga T.7

Par Brian K. Vaughan et Fiona Staples

1 personne apprécie ce livre

Murmures_numériques a commenté ce livre

Saga T.7

Par Brian K. Vaughan et Fiona Staples
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Ce nouveau tome de la série est dans la droite lignée des précédents : on retrouve nos héros exactement là où ils en étaient à la fin du tome 6. Hazel continue son récit, dans ce tome elle a 5ans (ce qui tranche avec le recul de la narratrice). J’aime vraiment cet univers et cette fois on se concentre sur une astéroïde qui à son tour est devenu le champ de la bataille opposant continentaux et Luniens. Malgré la proximité des batailles et des catastrophes stellaires la famille parvient à se poser un peu et à profiter d’un moment de répit pour profiter enfin d’être ensemble. Ce tome nous permet également de retrouver des personnages secondaires comme les chasseurs de primes, ou le Chat Mensonge et ses « humains », le duo formé par Sophie et Gwen me touche beaucoup. Qu’elles soient aussi efficace, qu’on en profite pour découvrir un peu l’histoire de la planète d’origine de la petite : l’ensemble fonctionne très bien. Au passage on découvre une nouvelle espèce spéciale de « chiens de prairies » vraiment trop mignons ! On retrouve les réflexions sur la différence qui règnent dans la saga : quelque soit les physiques des uns et des autres, leurs aspirations sentimentales ou leurs attirances ils ont tous une place dans cet univers. Et ce d’autant plus au sein de la tribu qui se constitue autour du métissage d’Alanna et Marko. Le dessin est toujours efficace et la couverture est vraiment sublime (comme les débuts de chapitre, Le 38 ayant ma préférence, avec la nounou-fantôme qui raconte une histoire à Hazel) ! Les charadesigns sont vraiment bons et j’aime de plus en plus le personnage de Petrichor. Le fait qu’elle se protège en gardant son secret me plait : même dans cette enclave de tolérance, elle sent que ça pourrait poser problème. Lui poser problème. La connivence avec l’enfant qui elle aussi, a dû se cacher est bien trouvée et accentue encore l’impression de bonté qui se dégage de la fillette. Il résulte de ce volume un monde violent et rude mais déjanté et fun qui me plait beaucoup ! J’attendais ce tome avec impatience … comme j’attends déjà le suivant ! Je suis un peu surprise que l’histoire n’avance pas plus mais ce tome met en place plein de pistes pour la suite : reste à voir ce que les auteurs en feront.
Murmures_numériques a commenté ce livre

L'assassin royal T.1 : L'apprenti assassin

Par Robin Hobb
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Je l’avais lu il y a longtemps, je devais être en fin de collège je crois. J’en gardais un bon souvenir d’aventure et d’intrigues politiques… C’est avec grand plaisir que j’ai retrouvé cet univers. On suit un enfant déposé comme bâtard (Fitz) du prince héritier du royaume (Chevalerie, les Nobles ayant des noms en lien avec ce qu’ils sont ou ce que leurs parents veulent qu’ils soient) dans une forteresse secondaire du royaume. Il grandit peu à peu, aux soins du maître des écuries. Il entame une fois adolescent une formation d’assassin (vu le titre ce n’est pas une surprise !). On suit donc son évolution et les tensions politique de ce royaume côtier harcelé par les pirates. On suit donc la famille royale et quelques proches de la cour, un assassin, un fou… les hommes de l’ombre qui font fonctionner le royaume. On s’attache à ces personnages autant qu’au héros, chacun a ses forces et son histoires. Ils font partie de l’ambiance générale et donnent de l’épaisseur à l’intrigue, vu qu’on ne sait pas comment ils vont réagir, on a plus de mal à prévoir leur réactions, on en est donc plus souvent surpris. Dans ce monde deux pouvoirs « magiques » cohabitent : le Vif qui permet de communiquer et de partager les perceptions des animaux et l’Art qui est une sorte de force mentale qui sert à peu près à tout. Tout deux épuisent leurs utilisateurs, mais leur ouvrent de vastes possibles. Cependant si l’Art est réservé à la noblesse (à la famille royale pour être exacte) le Vif est secret et très mal vu. On ne saisi pas encore toutes les implications qu’aura l’assassin dans l’avenir de ce monde mais on en perçoit l’importance. On est conscient qu’on ne comprend pas tout des intrigues politiques qui se tissent pendant ce tome. De nombreuses rancunes en ressortiront : ça on le sait ! C’est dans ce monde tiraillé par les intrigues que l’on se retrouve sans tout comprendre, à la hauteur de notre héros. L’écriture de Robin Hobb nous permet une immersion totale. On sent les peurs et les espoirs de FitzChevalerie qui fait tout ce qu’il peut pour « garder une ligne »… comme on sent la traitrise et le mépris. On perçoit bien l’ensemble ! J’aime ce style parfois un peu direct mais qui permet à l’histoire d’avancer à un bon rythme. Malgré les éclipses temporelles (nécessaires pour couvrir toute l’enfance et l’adolescence de Fitz en un seul tome) je ne me suis jamais sentie perdue dans le récit. Si certains personnages sont purement antipathiques d’autres sont très attirants et j’ai hâte de suivre leur histoire, notamment celle du fou. J’avoue que ma lecture est biaisée puisque j’ai déjà lu les premiers tomes et je sais donc en gros ce qu’il s’y passe. Mon plaisir de lecture a pourtant été grand, l’écriture nous dévoile de nombreux secrets, des détails disséminés partout qui nous permettent de tisser pour nous même la toile des évènements à venir. Et puis la richesse qu’ils nous offrent vaut le coup d’oeil ! La Lecture commune du tome 2 est prévue pour le 15 aout, on se retrouvera alors pour mon retour sur la question ? On lira ainsi tous ensemble les 14 tomes de la série ce qui mettra un certain temps soyons honnêtes !
Murmures_numériques a aimé ce livre

L'assassin royal T.1 : L'apprenti assassin

Par Robin Hobb

1 personne apprécie ce livre

Murmures_numériques a coté ce livre
Murmures_numériques a aimé ce livre

Gloutons & dragons T.1

Par Ryoko Kui

1 personne apprécie ce livre