Activités de Robert Allie

Voici les activités récentes de Robert Allie :

Robert Allie a commenté ce livre

C'est le coeur qui meurt en dernier

Par Robert Lalonde
2 personnes apprécient ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Après avoir écouté la lettre d'amour aux aînées de David Goudreault à l’émission Bonsoir Bonsoir, je vous glisse quelques mots au sujet de «C'est le coeur qui meurt en dernier» (2013) de Robert Lalonde. C'est un court récit, moins de 200 pages, que vous lirez avec intérêt et beaucoup d'émotions. L'auteur nous raconte ce qu'il sait de sa mère maintenant âgée, ce qu'elle s'est permis de lui raconter en fait. Il décrit sa relation avec elle, relation qui change avec les jours, les mois qui passent. Ce qui est bouleversant, c'est de constater en écoutant sa mère que cette femme a réalisé ce qu'on lui demandait de faire de sa vie... et non ce qu'elle aurait voulu en faire. Combien de femmes, tout de même heureuses, ont l'impression d'avoir été emportées dans ce genre de tourbillon!
Robert Allie a aimé ce livre

C'est le coeur qui meurt en dernier

Par Robert Lalonde

2 personnes apprécient ce livre

Robert Allie a coté ce livre

C'est le coeur qui meurt en dernier

Par Robert Lalonde

1 vote

Robert Allie a coté ce livre

Fond de l'Enfer (Le)

Par Ian Rankin

1 vote

Robert Allie a aimé ce livre

Fond de l'Enfer (Le)

Par Ian Rankin

1 personne apprécie ce livre

Robert Allie a commenté ce livre

Fond de l'Enfer (Le)

Par Ian Rankin
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Voilà, je viens de terminer «Le fond de l'enfer» (2004), officiellement la deuxième enquête de John Rebus, l'enquêteur à succès de Ian Rankin. Tout d'abord on notera que la traduction du titre est plutôt bizarre puisque le titre anglais est «Hide and Seek» (1990), il n'y a pas de lien évident avec le récit. Par contre, c'est typique de l'humour de Rankin puisque le chef du club secret se nomme Hyde (hide), le comparse du Dr Jekyll... D'ailleurs un des enquêteurs se nomme Holmes et le superintendant de la police se nomme Watson.... Tout commence lorsqu'un jeune toxicomane, Ronnie, est retrouvé mort dans un squat à Édimbourg. Il serait mort d'une overdose puisqu'un sac héroïne pur a été retrouvé près du corps. De plus, la façon dont le cadavre est disposé, les bougies qui l'encerclent et les symboles peints sur le mur laissent croire qu'il s'agit possiblement d'un rituel satanique. Toutefois, il a eu le temps de prévenir Tracy, une amie, qu'on allait l'assassiner... L'inspecteur John Rebus se demande quel sens donner à cette mise en scène. Ça lui semble trop beau pour être vrai... Rapidement il sait que Ronnie avait raison, les examens toxicologiques démontrent que de la mort-aux-rats a été mélangée à l'héroïne qu'il se serait injectée, ce qui a provoqué sa mort. Il apprend que Ronnie aimait prendre des photos originales d'Édimbourg, mais son appareil photo a disparu... Des photos prises par Ronnie deviennent un enjeu... Dans le cadre de la mise sur pied d'une campagne antidrogue, le superintendant Watson a invité John Rebus à déjeuner dans un restaurant chic de la ville. Il y fait la connaissance de quelques notables biens en vus, dont James Carew, qui dirige une agence immobilière, Finlay Andrews, qui possède un établissement de jeu, Malcom Lanyon, un avocat et Tommy McCall, un entrepreneur prospère. Une bonne partie de l'intrigue vise à cerner qu'elles pourraient être les liens entre la mort du jeune Ronnie et ces hommes d'affaires... Bien sûr on l'apprendra et j'avais vraiment l'impression d'avoir vu ce scénario quelque part dans un des multiples films policiers que j'ai vus... Fait notable, il s'agit du deuxième roman de Rankin où personne n'est véritablement condamné parce qu'il y a trop de «personnalités» d'impliquées.
Robert Allie a commenté ce livre

Double disparition

Par Chrystine Brouillet
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Chrystine Brouillet n'a pas besoin de présentation. J'ai lu «Double disparition» paru en 2011 aux éditions de la courte échelle. En principe, il s'agit d'une enquête de la détective Maud Graham, mais je suis resté sur l'impression que la détective n'enquêtait pas beaucoup dans cette histoire. C'est peut-être un effet de la qualité de l'écriture ou encore de l'enchevêtrement de la vie familiale et professionnelle. C'est un roman policier intéressant notamment parce qu'il n'y a pas ici de scène sanglante ou de torture à proprement parler. Cependant, c'est votre imagination qui le rendra effrayant puisqu'il s'agit d'un thriller psychologique impliquant des enlèvements d'enfants, de la pédophilie et de l'inceste... Ce n'est pas rigolo! Un autre très bon roman de madame Brouillet, c'est à lire.
Robert Allie a aimé ce livre

Double disparition

Par Chrystine Brouillet

1 personne apprécie ce livre

Robert Allie a coté ce livre

Double disparition

Par Chrystine Brouillet

1 vote

Robert Allie a aimé ce livre

Orphéon (L'): Crématorium circus

Par Roxanne Bouchard

1 personne apprécie ce livre

Robert Allie a commenté ce livre

Orphéon (L'): Crématorium circus

Par Roxanne Bouchard
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Je viens de terminer la lecture de «L'Orphéon - Crématorium circus» de Roxanne Bouchard. Pour tout vous dire, je voulais plutôt lire «Nous étions le sel de la mer», la première enquête du sergent Joaquin Moralès, aussi de Roxanne B., mais dans les livres d'occasion on n'a pas toujours le choix... Je ne l'ai pas regretté, j'ai apprécié ce bouquin, c'est rafraîchissant, amusant et bien écrit. C'est fou comme la différence est grande entre un auteur québécois et une traduction... on dirait qu'il y a une barrière de moins. Il faut savoir que cette histoire s'inscrit dans le projet de «L'Orphéon». Ici, «L'Orphéon» est un édifice à bureaux dont les cinq étages sont respectivement peuplés par les personnages de cinq auteurs différents. On retrouvera dans la même série, Patrick Senécal avec «Quinze minutes» au 1er étage, Véronique Marcotte avec «Coïts» au 2e étage, Geneviève Jannelle avec «Odorama» au 3e étage, l'histoire de Roxanne B. est en lien avec le 4e étage et Stéphane Dompierre avec le titre «Corax» se trouve au 5e étage. Les personnages des différents romans apparaissent sous la forme de caméo à l'intérieur des histoires se déroulant sur chacun des étages. Après, avoir habillement mis en place le personnage principal de l'histoire. L'auteur nous apprend que quelque chose a mal tourné dans le tir de l'Homme Canon au Cirque Flagada Circus. L'accident présumé a tué le Cracheur de Feu, envoyer la Contorsionniste aux soins intensifs et le Clown a fait un arrêt cardiaque. Un des propriétaires du Phénix crématorium, qui se trouve au quatrième étage de l'Orphéon, propose au directeur du cirque de préparer une fabuleuse cérémonie crématoire... dont le prix sera à la hauteur de sa satisfaction! Je vous dirais que nous sommes au coeur d'une sorte de «drame comique». Dés le début, j'ai apprécié le ton humoristique voir satirique notamment à l'égard des gens qui «étale» leur culture. Par exemple, quand le père qui indique à son fils qu'une bonne ligne pour intervenir dans une conversation autour d'une oeuvre, c'est de dire que «tu apprécies ce qui est moderne et authentique», l'art de faire semblant!
Robert Allie a coté ce livre

Orphéon (L'): Crématorium circus

Par Roxanne Bouchard

1 vote

Robert Allie a commenté ce livre

Jardin des pendus (Le)

Par Ian Rankin
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
«Le jardin des pendus» de Ian Rankin est la 5e enquête de l'inspecteur John Rebus. J'ai bien aimé, probablement le meilleur des trois Rankin que j'ai lus jusqu'à maintenant. Encore une fois sa fille Sammy est impliquée indirectement dans l'affaire, il ne faudrait pas que sa famille soit impliquée dans chacune des aventures, ça devient redondant. Comme vous vous en doutez, il s'en boit du whisky et de la bière dans ce genre de roman écossais. D'autre part, il est mentionné dans la bio de Rankin qu'il a déjà fait partie d'un groupe de pop rock et que ses romans étaient parsemés de nom de groupe et d'allusion à des titres de chanson. Jusqu'à maintenant, rien n'y paraissait vraiment, mais là dans le «Le jardin des pendus» c'est la folie, il y en a partout. Il y est question de The Bluesbreakers, Patsy Cline, Elton John, The Who, David Bowie, Bob Dylan, Van Morrison, Leonard Cohen, etc. C'est un roman qui nous tient en haleine puisque nous sommes aux prises avec trois chefs mafieux qui complotent l'un contre l'autre pour obtenir le terrain de jeux de l'autre entrecoupé de l'accident mystérieux de sa fille et d'une chasse aux tortionnaires nazis, la postface du livre départage le vrai du faux.
Robert Allie a aimé ce livre

Jardin des pendus (Le)

Par Ian Rankin

1 personne apprécie ce livre

Robert Allie a coté ce livre

Jardin des pendus (Le)

Par Ian Rankin

1 vote