Activités de Shaynning

Shaynning a aimé ce livre

Les carnets de novembre

Par Marie-Hélène Jarry
(4,0)

1 personne apprécie ce livre

Shaynning a commenté ce livre

Les carnets de novembre

Par Marie-Hélène Jarry
(4,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Nouveauté d'octobre 2021, "Les carnets de novembre" ets un petit roman pour ados québecois qui met en scène deux personnages principaux qui vont tenir une courte correspondance par l'intermédiaire d'un carnet, et dont la détresse de l'un trouvera l'empathie de l'autre. Marjorie voulait simplement tester l'épaisseur d'un carnet avant de l'acheter, mais elle n'avait pas remarqué que la couleur de la couverture ne lui plaisait pas. Mais ce carnet de couleur vert fluo marqué de sa phrase va trouvé une réponse chez un autre ado, Théo, venu se procurer un carnet bleu nuit. Ce dernier y déverse son mal de vivre, sa détresse psychologique et sa solitude. Commencera alors une étrange correspondance et entre les lignes, Marjorie va percevoir le drame de Théo et son mal être. Alors que la papeterie va fermer bientôt et que les messages du mystérieux(se) correspondant deviennent inquiétant, Marjorie va devoir trouver son identité rapidement. Roman à deux voix, alternant un récit au "il" avec Marjorie et un récit au "je" avec Théo, j'ai trouvé ce roman court addictif et touchant. On se demande bien comment va tourner cette curieuse rencontre sur papier. On aura deviné que Théo passe une mauvaise passe, avec des idées suicidaires, des parents peu impliqués, une absence d'amis et un vague à l'âme constant. On comprend mieux aujourd'hui que la dépression touche aussi les plus jeunes, et heureusement, Marjorie n'a pas minimisé les propos de Théo et a cherché à l'aider, avec le concours de ses amies et de PM, le commis de la papeterie, qui a remarqué leur correspondance. C'est un roman court, doux et mélancolique, où la neige est presque un personnage à lui tout seul et où le jeu des mots à permis une rencontre qui a tout changé. La fin est ouverte, mais avec la dernière phrase, on sent déjà que le vent a changé pour Théo. Le tout fait référence à de nombreux poètes eux-aussi mélancolique, ainsi que des chansons de Dédé Fortin, auteur, compositeur et interprète québecois aujourd'hui décédé par suicide. Le roman est en outre ponctué de dessins au plomb eux-aussi très doux, très souvent des images en écho l'une de l'autre et des rencontres croisées entre les deux protagonistes ( assez frustrant quand on sait que Marjorie le cherche!) . Pour les européens qui se le demande, le français employé est essentiellement international et le peu de textos contenus dans le roman sont clairs et sans fautes. Un beau petit livre porteur d'espoir. Pour un lectorat du premier cycle secondaire, 13 ans et plus.
Shaynning a coté ce livre

Les carnets de novembre

Par Marie-Hélène Jarry
(4,0)

1 vote

Shaynning a commenté ce livre

Ti-Bou : No 3 - Le premier vol

Par Andy Runton
(5,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Troisième opus de cette série de BD destiné au préscolaire, cette fois nous allons en apprendre plus sur la jeunesse de Ti-Bou. Lors d'une belle journée à planter un arbre à papillon pour leur amie commune, Volette le papillon, Ti-Bou et Vermi vont apercevoir une curieuse créature. C'est auprès de madame Raton qu'ils obtiendront des réponses quant à son identité. Il s'agit d'un écureuil volant nommée Ombre, dont l'espèce craint les hiboux, leur principal prédateur naturel. Une fois encore, Ti-Bou est victime de sa race et comme de fait, malgré ses tentatives de premiers contacts amicales, c,est un échec: Ombre en a viscéralement peur. C'est Vermi qui réussi a établir un premier contact. Mais alors que les deux nouveaux amis observent les étoiles et finissent ensuite par dormir au sommet d'un arbre, un incident survient dès le lendemain. Vermi chute de l'arbre et se blesse. Ti-Bou étant incapable de voler, il n'a pas pu se porter à son secours. Cela lui laisse une bien amère culpabilité, mais aussi un désir de renouer avec les exercices de vol. Autrefois, son petite gabarit et son inaptitude au vol lui valurent des moqueries, mais cette fois, c'est l'amitié qui le motive. Sera-t-il capable d'arriver à ses fins? Trouvera-t-il une façon de nouer une amitié avec Ombre? Un troisième tome sur le thème des peurs et des craintes, nous avons d'une part Ombre qui craint Ti-Bou, et Ti-Bou qui craint de ne jamais voler. Finalement, c'est conjointement qu'ils parviendront à surpasser les deux craintes, avec l'appuis de Vermi et Volette. Une autre jolie BD avec de charmants personnages, des bulles mi-lettrées mi-imagées où le lecteur a donc le choix de la démarche, et une belle leçon de courage en prime. Pour un lectorat préscolaire-scolaire, 4-6 ans.
Shaynning a aimé ce livre

Ti-Bou : No 3 - Le premier vol

Par Andy Runton
(5,0)

1 personne apprécie ce livre

Shaynning a coté ce livre

Ti-Bou : No 3 - Le premier vol

Par Andy Runton
(5,0)

1 vote

Shaynning a commenté ce livre

Le club de l'ours polaire T.3 : L'atlas fantôme

Par Alex Bell et Tomislav Tomic
(4,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Dernier opus de la trilogie, on se retrouve enfin sur le fameux pont de Glace Noire mentionnée dans les deux autres tomes et une fois encore, l'aventure est au rendez-vous. Exclue du Club de l'Ours polaire, de même que son père Félix, Stella doit cela en partie du fait d'être une princesse des glaces , la version enfant des reines des neiges, en somme. Le fait d'avoir voler le dirigeable d'un autre Club n'est pas étranger à l'affaire également. Néanmoins, l'urgence de traverser le pont se fait sentir avec l'état de Shay et sa louve Koa, frappés par un mal inconnu lié à une blessure magique, dont les effets sont inconnus également, mais qui ne laissent rien présager de bon. Leur seul remède envisageable de trouve dans le livre du Gel spolié par un mystérieux Collectionneur, qui se trouve quand à lui quelque part au-delà du pont. Du moins, à ce qu'on dit... J'ai apprécié cette série, très créative, très facile à suivre puisque chronologiquement linéaire et au vocabulaire accessible. Une bonne série pour les amateurs d'aventures magiques. Le dernier tome doit en principe clôturer la série, mais arrivé à la fin, franchement, on sent un désir de suite. Il y a plusieurs éléments qui vont rester en suspend. On figure que ce sont là les éléments que Stella, ses amis et son père vont entreprendre à l'avenir. En outre, j'ai aimé l'inclinaison environnementale qui apparait dans ce tome-ci. Un bel élément pour les générations actuelles et à venir pour qui l'enjeu de sauvegarde de la planète et des écosystèmes vont être pleinement partie prenante de leur société. Un élément qui porte à réfléxion, qui plus est, on peut même en faire un débat. Je ne vous en dit pas plus, ce serait divulgâcher une part importante du final, mais gardez ça en tête, professeurs! Ensuite, j'aime les liens apportés par l'autrice sur les ethnies, sur leur façon de se percevoir et de se comporter. Stella tiens la vedette bien sur, étant d'origine un être magique liée au froid, perçue avec crainte et condamné de ce fait. Ce fut le cas avec Jezzabelle, la socrière du tome 2, condamnée sans même avoir eu sa version des faits, juste parce que c'est une sorcière. Dans le tome 3, on rencontre d'autres groupes ethniques et raciaux, eux aussi souvent au prises avec des stéréotypes et des jugements hâtifs, pour mieux en sortir une fois rencontrés. Bref, un tome fidèle aux deux autres, qui se termine bien et qui apporte une belle ouverture avec un sujet actuel. Ça reste très enfantin dans son genre, avec une violence très minimale, un inconfort lui aussi assez moindre ( bon sang, cette tente avec des bains et des chocolats chaud!) et des "méchants" pas si méchants, c'est surtout une aventure remplie de péripéties et d'univers magiques. Pour un lectorat de 10-12 ans, mais je pense que même de très bons lecteurs de 9 ans s'en sortiront assez bien.
Shaynning a aimé ce livre

Le club de l'ours polaire T.3 : L'atlas fantôme

Par Alex Bell et Tomislav Tomic
(4,0)

1 personne apprécie ce livre

Shaynning a coté ce livre

Le club de l'ours polaire T.3 : L'atlas fantôme

Par Alex Bell et Tomislav Tomic
(4,0)

1 vote

Shaynning a commenté ce livre

Pétronille inc. : Ongles d'orteils équitables

Par Annie Bacon et Boum
(4,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Incontournable Octobre 2021* *À L'intention des bibliothécaires, profs et usagers(ères) de Monet Pro : Je n'ai pas pu présenter ce tome lors des capsules "Incontournables de la librairie" pour le mois de novembre, mais il y aurait été autrement. Je le classe donc dans mes incontournables personnels. Voici donc le quatrième tome des aventures de la jeune sorcière Pétronille, que j'attendais de pieds ferme, croyez moi! D'ailleurs, en parlant de pieds, il sera question d'ongles d'orteils cette fois. En effet, notre petite entrepreneuse en herbe a involontairement assisté à l'Assemblée des sorcières et entre un ordre du jour et de longs conciliabules, il est question de tenir une fête pour l'arrivée de l'équinox d'automne. Voilà qu'une rivale mesquine confronte la Baba ( la chef) en lui rappelant que lors de cette fête, il était de tradition de faire un feu d'artifice. Hélas, il manque un ingrédient pour faire lesdits feux. Fidèle à sa nature serviable et heureuse d'aider cette sorcière qui n'hésite pas à lui apporter son soutient à elle, la seule sorcélève sans mentor, Pétronille part donc pour le pays des trolls grâce à un portail-chaudron. Une occasion pour elle de revoir sa sœur de pousse Séraphine, sa seule amie, qui habite ce pays, puisqu’elle et son mentor Cunégonde y sont ambassadrices de paix. Bien sur, vous vous en doutez, il y aura plusieurs péripéties pour trouver cet ongle d'orteil de troll manquant, et cette fois, ce sera à travers une certaine diplomatie. J'adore cette série où perce un vocabulaire si moderne et féministe: ambassadrices pour la paix, commerce équitable, Assemblée, diplomatie, relations inter-nation, on navigue une fois encore sur des enjeux très actuels, mais facile à comprendre. L'idée du commerce équitable est bien trouvée, avec ce partenariat que fera Pétronille avec son nouvel associé en terres trolles. Une belle notion à mettre de l'avant qui permet de parler de traitement égalitaire, de juste rémunération et du sens des affaires. Autre nouveauté, Pétronille s'essaie plus fermement à la magie en solo, mais l'autodidacte pose quand même un peu de soucis pour la jeune sorcière. Un autre tome rempli de magie, de rencontres et de débrouillardise, toujours écrit dans le gros format qu'on connait de la série, où pointe des accent d'automne pile à temps pour sa parution en octobre. Une excellente série pour les 8-10 ans amateurs de magie et d'entreprenariat.
Shaynning a aimé ce livre

Pétronille inc. : Ongles d'orteils équitables

Par Annie Bacon et Boum
(4,0)

1 personne apprécie ce livre

Shaynning a coté ce livre

Pétronille inc. : Ongles d'orteils équitables

Par Annie Bacon et Boum
(4,0)

1 vote

Shaynning a commenté ce livre

Martin T.2 : J'aime pas !

Par Till the Cat et Carine Hinder
(5,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Incontournable Petite enfance 2021 Cette année, j'ai découvert cette jolie série destinée à la petite enfance, un lectorat trop souvent mal desservi, mais qui grâce à des auteurs comme le duo de Till the cat et Madame Hinder, compte une série d’œuvres pertinentes, actuelles, intelligentes, visuellement attrayante et textuellement bien montée de plus. Dans cet opus, il est question de l'alimentation, plus spécifiquement la variation alimentaire, comme le fait de surmonter le dégoût que peuvent susciter certains aliments comme les légumes puants, par exemple. Martin, parce qu'il sent une soupe de poireau dont l'effluve ne lui plait pas du tout, refuse de goûter la soupe en question et statut unilatéralement qu'il "n'aime pas". Pourtant, il aime certains légumes, notamment quand ils sont gratinées. Lors d'un repas où justement Papy F a fait son gratin, Mimoune, sa grand-maman, confie alors à Martin qu'elle et Papy F cachaient des légumes à sa maman, quand elle était enfant. Dès lors, Martin, ébranlé à l'idée d'être lui aussi victime de cette tricherie alimentaire, surveille tout, refuse même certains aliments qu'il adore, comme les gaufres. Martin mange de moins en moins. Un jour, il surprend même sa mère faire le constat que les saucisses végétariennes goûtent la viande en dépit de leur absence de viande, Martin pense avoir la preuve que ses parents rusent contre lui. Là ( et je dis "Bravo, maman!") maman prend Martin dans ses bras et lui confie que non, ils ne cachent rien, que c,est normal de ne pas tout aimer et que même, il arrive que les goûts évoluent en grandissant, avec à l’appuie son expérience personnelle avec les tomates. Le soir, Papa propose à Martin de cuisiner, ce qui enchante le jeune garçon. Finalement, Martin se confie à Doudou Lapin: Il goûte aux mets avant de statuer s'il aime au non, puisque c'est normal de ne pas tout aimer, mais il récolte des félicitations pour avoir essayer. Il suggère du même coup à son lapin de varier son alimentation. Tsé, des carottes et des choux, ce n'est pas très varié... Ah, encore une fois, j'adore la façon de traiter le sujet, c'est positif, rigolo, constructif et Martin comprend le comportement attendu grâce à des mises en contexte concrètes et réalistes que même nous, lecteurs adultes, pouvant relayer. En effet, on a tous passé un certain stade en jeunesse où on prenait conscience d'avoir une palette de goûts, même alimentaires. Le piège dans lequel il ne faut pas tomber en tant qu'adultes est de mélanger cela avec l'idée d'être "difficiles", capricieux. Je ne dis pas que ça arrive avec certains cas, mais il ne faut pas oublier que les enfants peuvent ne pas aimer certains aliments, c'est normal. C'est le message que j'ai beaucoup aimer dans le livre, d'ailleurs. J'ai envie d'extrapoler ici, parce que c'est un sujet que je connais de ma formation en nutrition et par expérience personnelle, et aussi parce que c'est important: Remarquez le comportement que s'est mit a avoir Martin après la confidence de Mimoune: il est devenue anxieux. Il anticipait de trouver des trucs qu'il n'aiment pas dans les aliments, même ses préférés. Sa confiance envers les adultes, ses parents ( ses figures d'attachement principales) ont été ébranlées. Il a même diminuer son alimentation (alors qu'il est en pleine croissance). Ce comportement est justement l'illustration du risque assez important de compromettre quelque chose chez l'enfant qu'on appelle "relation alimentaire". Son rapport aux aliments. Si ce rapport devient précaire et source d'anxiété, il existe des risques réels comme des troubles alimentaires. C'est très sérieux. En outre, il n'est pas dit que les enfants qui sont spécifiques sur certains aliments qu'ils n'aiment pas ont en réalité ce qu'on appelle des "défenses sensorielles", une sorte de sensibilité accrue qui rend certaines odeurs ou textures ou saveurs irritantes, pouvant même engendrer des nausées. Ce n'est pas leur faute. Tout ça pour dire que le fait est que d'être souple et honnête avec nos petits cocos peut éviter de gros problèmes avec la nourriture, le besoin essentiel numéro 1. Donc, j'aime les nuances de ce petit livre, on sent encore l'apport du fait réel ici. La maman se montre franche avec Martin, elle dédramatise le fait qu'il n'aime pas certains aliments ( parce que c'est normal) et appelle même à l'espoir et au changement quand elle précise ( très avisé comme précision) que les goûts changent avec le temps - c'est bien vrai! Je pose aussi une loupe sur la scène de papa avec Martin. Les 4 ans sont allumés, avides de nouveauté, ils sont dans la phase "Pourquoi", c'est l'âge de l'exploration et des trucs nouveaux! De vraies petites éponges vivantes! Cuisiner est une belle activité qu'il est opportun de mettre tôt de l'avant dans la vie des enfants, car non seulement c,est une activité agréable qu'on devra faire toute notre vie, c'est aussi une occasion pour les petits explorateurs de la 4e année de vie de se familiariser avec les aliments, les techniques manuelles et surtout de bâtir des habilités. En outre, c'est du temps de qualité avec les membres de la famille en plus d'un occasion de se valoriser ( renforcement de l'estime de soi). Par ailleurs, cuisiner soit-même, même partiellement, rend peut-être plus tentant le fait de goûter et manger le met préparé. Ne surtout pas minimiser l'importance de cette activité et de ses étonnants bienfaits! Ah! Et j'aime le fait que papa cuisine, on oublie pas qu'en 2021 les rôles se partagent entre les conjoints et que des gars qui aiment "popoter", ça existe, n'en déplaise aux puristes. Mon propre grand-père était le cuisiner de sa famille, j'étais étonné cependant de ne pas en voir en littérature jeunesse. Comme les autres tomes, vous pourrez observer les acquis de Martin au travers de son monologue avec son lapin, à la fin. J'aime l'idée que ce soit l'enfant qui aborde la leçon apprise plutôt que l'adulte. Les enfants ont besoin de voir que des personnages de leur âge peuvent comprendre et enseigner des choses, qu'ils peuvent être porteur du message eux-aussi. C'est aussi une belle façon de résumé le cheminement personnel du personnage. Comme pour les autres albums, je salue les jolis dessins aux riches couleurs, aux belles bouilles sympathiques et aux positions corporelles variées et maitrisées. J'aime la manière simple d'aborder le sujet des variations alimentaires sans tomber dans le moralisme ou le négativisme. Ça laisse place à un apprentissage en nuances, avec des exemples concrets et une finesse de traitement qui ne prend pas le petit(e) lecteur/rice pour un(e) imbécile. Je réitère encore que les enfants sont plus vifs d'esprit que certains adulte le croient et que bien formulée, une histoire a un réel impact sur son développement. C'est pour eux l'occasion de voir des situations du quotidien qui peuvent leur parler et démystifier certains questionnement, ou offrir de nouvelles perspectives. D'où l'importance de faire de bons livres! Une autre belle réussite pour la série. Je vous invite à voir les autres tomes, tout aussi mignons et pertinents, autant pour les petits garçons que les petites filles. Une belle série à mettre dans les garderies, les maternelles, les bibliothèques jeunesse, les centre jeunesse ou centres d'intervention sociale, ainsi que votre biblio personnelle pour vos enfants. Pour un lectorat petite enfance, 3-5 ans.
Shaynning a aimé ce livre

Martin T.2 : J'aime pas !

Par Till the Cat et Carine Hinder
(5,0)

1 personne apprécie ce livre

Shaynning a coté ce livre

Martin T.2 : J'aime pas !

Par Till the Cat et Carine Hinder
(5,0)

1 vote