Activités de Shaynning

Voici les activités récentes de Shaynning :

Shaynning a aimé ce livre

Rois et reines de Babel

Par François Place

1 personne apprécie ce livre

Shaynning a coté ce livre

Alyson Ford T.1: Le temple du jaguar

Par Joris Chamblain et Olivier Frasier

1 vote

Shaynning a commenté ce livre

Alyson Ford T.1: Le temple du jaguar

Par Joris Chamblain et Olivier Frasier
1 commentaire au sujet de ce livre
Le scénariste des "carnets de Cerise" nous présente une nouvelle héroïne dans ce premier tome qui flaire l'aventure, la Nature et le mystère. Si elle a grandi en Angletterre, à bien des égards, Alyson Ford n'est pas la petite anglaise "comme il faut" traditionnelle. Préférant grimper aux arbres, marcher pieds nus et arborant une crinière rousse, pour certains de ses pairs, elle est une sauvage. Pourtant, elle est aussi polyglotte, connait une trentaine de cultures étrangères et sait se battre, notamment avec la technique-danse Capoeira. C'est aussi une petite fille qui a grandis au milieu d'adultes érudits, chercheurs et aventuriers. La jeune fille apprend un jour que la dernière aventure de ses parents et de son grand-père ne s'est pas déroulée comme prévu et ils sollicitent son aide. Elle part donc pour le Brésil. Sur place, elle fera la connaissance de Paolo, un jeune du coin et d'un écureuil, Flèche. Grâce à quelques alliés adultes locaux et à une tribu amazone, les Flèches d'Or, Alysson part sur les traces d'un vieux grimoire, l'objet que ses parents tentaient de préserver d'un propriétaire de mines d'or malveillant. Sur certains points, cette Bd fait fort. Le dessin est vraiment beau, les couleurs maitrisés. L'entrée en matière est bien amenée et je trouve le nombreux clin d’œil vraiment amusants. Pour ceux qui ont une certaine culture générale en matière de Bd et de films d'aventure, vous trouverez au détours du chemin des objets tirés de ces univers: Princesse Mononoké, Tintin, Blacksad, Indiana Jones, Tomb Raider, Atlandide ( celui de Disney), etc. J'aime les clin d’œil et autres petites allusions quand ça ne nuit pas à l'originalité de l’œuvre à proprement parler. Ceci-dit, j'ai eu l'impression de voir en Alysson un mélange entre Spirou ( cheveux roux, aventurière, écureuil comme animal domestique) , Indiane Jones ( look vestimentaire, connaissances de divers cultures, son nom - Harrisson Ford est le nom de l'acteur qui joue Indiana) et Lara Croft ( Anglaise, connaissances de divers cultures, sait se battre, enfant Haut Potentiel). Au final, que reste-il d'original à Alysson? Son collier à pierre bleu est identique à ceux des Atlandes, dans "Atlandide" et il brille lui aussi! Et les Esprit Totem sont sortis tout droit de "La croisée des Mondes". Humph. Niveau histoire, je ne peux pas dire non plus que c'est original. La BD Konhgoro a le même scénario à peu de choses prêt: deux enfants, l'un natif et l'autre européen anglophone, qui doivent arrêter un autre européen riche qui va s'en prendre aux natifs et à un vieux temple. Donc, rien de nouveau sur la trame. On exploite une fois de plus l'enfant génial et différent, ça non plus ça ne sort pas des sentiers battus et on colle même un personnage masculin du même âge à la jeune fille, pas nouveau ça non plus. Mais ce qui m'a un peu irrité vers la fin, c'est l'escalade des incohérences. Une fois encore, c'est l'enfant qui est plus rusé et intelligente que l'adulte ( plusieurs adultes). Déjà que je ne sois pas sure de croire au fait que des parents ont demandé à leur fille de 11 ans de venir les sauver au Brésil ( ça, c'est hautement improbable). Et quand Alysson se promène au hasard dans la jungle en cherchant un temple qu'elle n'a jamais vu, elle évoque le fait qu'elle se sens "chez elle". C'est bien joli, mais de là à se repérer dans une jungle sans boussole, sans repères et surtout sans jamais s'y être promenée, là je dois dire que c'est tiré par les cheveux. Et comment sa nounou peut-elle savoir qu'un écureuil va venir la chercher quand elle arrivera à destination, en lui conseillant de garder un biscuit pour l'attirer? Je dois dire que le fait que le scénariste ait écrit deux séries relativement cohérentes avec les "Carnets de Cerise" et "Lulu & Nelson" me rend perplexe face à cette nouvelle série. Je vois la tentative de faire un personnage féminin fort, mais là, ça frise un peu l’héroïne de Comics. Et le tout est un peu trop clivé entre les bons natifs et les méchants commerçants. Ça aussi, j'ai déjà lu. Donc, au final, c'est une jolie BD, qui amalgame divers univers d'aventure, mais qui perd des plumes avec son scénario soit déjà-vu soit incohérent. Au moins, la fin ne se solde pas par un "et elle les a tous battu, a sauvé le monde et ils vécurent heureux", c'est déjà ça. Mais si je devais dire en quoi elle est différente des autres BD, là je suis embêté. Une réussite mitigée, donc.
Shaynning a coté ce livre

Ils étaient dix

Par Agatha Christie

1 vote

Shaynning a coté ce livre

Dix Petits Nègres

Par Agatha Christie

1 vote

Shaynning a commenté ce livre

Ils étaient dix

Par Agatha Christie
1 commentaire au sujet de ce livre
[Réécriture de la critique du 18 nov 2019 en ce jour du 2 mars 2021] Autrefois connu sous le nom "Dix petits Nègres", "Ils étaient dix" est une version où la comptine fut modifiée dans la foulée de dénonciations de certains termes liés à la ségrégation raciale. Le terme n'était pas employé à des fins discriminatoires dans le livre. Il agissait d'une vieille comptine pour enfant, qui date d'une autre époque, tout comme ce livre. Maintenant, l'Île du Nègre se nomme "L'île du soldats et il en va de même pour la comptine. Dix personnes sont invitées à un manoir situé sur une île par un mystérieux inconnu, mais ce n'est pas lui qu'ils trouveront. Un meurtrier fait partis des dix . Les survivants tentent d'élucider l'affaire, mais le meurtrier est convaincu d'avoir mit en scène le «crime indéchiffrable parfait». C'est un classique dans le monde des polars. Et pourtant...et pourtant. Je viens de terminer la lecture d'une longue et pointilleuse critique d'un autre Lecteur et ce qu'il a à dire sur le sujet viens de changer mon opinion face à ce roman. J'ai lu ce livre étant ado et je constate que je manquais d'expérience et de lucidité, visiblement. Je garde un très bon souvenir de ce roman, qui est captivant, assurément. Néanmoins, à la lecture de ladite critique, je suis aussi d'avis qu'il manque une chose au roman: une certaine logique. Je ne vais pas réécrire tout ce que j'ai lu, mais essentiellement, il y a en effet des invraisemblances, voir des "facilités" accommodantes dans le livre. La tempête est un excellent exemple. S'il y a bien quelques choses sur lesquelles nous n'avons pas d'emprise, ce sont bien les caprices de Dame Nature. Et pourtant, le scénario macabre élaboré par le criminel en présence repose sur le fait que les dix victimes doivent impérativement se retrouver bloqués sur l'Île. Comment alors s'est-il assuré d'avoir la tempête pour les retenir prisonnier? Et s'il avait fait beau? Même nos chaines de météo ne savent pas prédire au delà d'un certain nombre de jours, alors imaginez à l'époque. Autre exemple: la difficulté géographique. Comme le faisait remarquer le lecteur, et ce en tenant compte de l'époque en plus, comment expliquer que dix personnes aient accepté de se rendre sur une île aussi difficile d'accès, pour des raisons plutôt maigres? Et que personne ne se soit désisté pour cette simple raison? Bref, sans élaborer plus, je vois bien qu'en effet, c'est un scénario qui souffre d'invraisemblances. Et comme c'est un aspect qui aujourd'hui me saute aux yeux dans mes lectures et que je n'apprécie pas du tout, ce serait hypocrite de laissé cette note parfaite à ce livre, même s'il est glorifié au panthéon des polars. Ce qui m'amène justement à me dire que nous avons peut-être tendance à surévaluer les "classiques" simplement parce que ce sont des classiques et que l'avis général est positif et c'est pourquoi je réécris ma critique aujourd'hui. Il est possible également que pour l'époque de Christie, le lectorat n'avait guère de comparatifs pour se faire une idée de ce qui peut être cohérent ou non dans une histoire, mais avec l'incroyable nombre de polars aujourd'hui, et à cela s'ajoute une considérable amélioration de nature éducative de la population, il est plus difficile de pardonner ce manque de rigueur. Quoiqu'il en soit, je ne pense pas que du jour au lendemain, les gens se mettent à considérer "Ils étaient dix" autrement que comme un "Chef d’œuvre", mais je vous invite à approfondir vos réflexions au-delà de la simple célébrité d'un roman.
Shaynning a aimé ce livre

Mon amie la licorne

Par Briony May Smith

1 personne apprécie ce livre

Shaynning a commenté ce livre

Mon amie la licorne

Par Briony May Smith
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Cet album jeunesse m'aura réconcilié avec les licornes, car loin d'être l'animal un brin "débilisé", multicolore, mangeur de barbe-à-papa et déféquant des arc-en-ciel ( et je ne parle pas des paillettes!) ici, nous avons une licorne beaucoup plus réaliste. Enfin, disons plus près d'un animal. Lily vient d'emménager en campagne avec sa famille quand au hasard d'une balade elle découvre un bébé licorne. Grâce aux conseils de sa grand-mère ( parce que visiblement, y a rien d'anormal à trouver une licorne) Lily prend soin du petite cheval à corne, tout en sachant, cependant que lorsque viendra le printemps, il devra rejoindre les siens, quelque part entre ciel et terre. Cela n'empêche pas la jeune fille de prendre soin de la licorne jusqu'à ce fameux jour. Heureusement, après la départ de la licorne , Lily se fait une nouvelle amie, avec qui elle jouera aux dinosaures, se baladera et aura beaucoup de plaisir. Puis, un jour, Lily reçoit la visite de la licorne, devenue adulte, le temps de brèves retrouvailles avant de retourner chacune à leur vie. Une histoire vraiment mignonne, beaucoup plus terre-à-terre que ce que je vois en albums jeunesse licorneresque ces derniers temps. La licorne est ici vaguement similaire à un faon croisé à un narval, avec ses fines pattes et ses taches blanches et j'adore sa longue queue qui ressemble à un plumeau. C'est vraiment une belle version. Le rendu visuel aussi est assez différent, presque pictural, avec des paysages sereins détaillé. La palette de couleur est dans les nuances de terre, de verts et de gris, très naturelles encore une fois. J'ai beaucoup aimé tout ces pulls de laine à motifs que portent les personnages, ça donne un petit côté campagnard nordique. De tout cela se dégage une belle chaleur. J'attire votre attention sur la fait que Lily joue avec des dinosaures et non des poupées! Sympa! Finalement, j'aime cette histoire où une petite fille prend soin d'un animal et a la maturité de comprendre qu'il devra un jour réintégrer son milieu naturel. J'ai aussi apprécié le fait que la jeune fille ne s'est pas morfondue dans sa perte de la licorne et s'est fait une amie. Cela dénote encore une fois une certaine maturité, celle de passer à autre chose, d'aller de l'avant. Un bel album pour tous les jeunes amateurs d'animaux et d'histoire touchantes.
Shaynning a coté ce livre

Mon amie la licorne

Par Briony May Smith

1 vote

Shaynning a coté ce livre
Shaynning a aimé ce livre

Starfell T.1 : Violette Dupin et le jour perdu

Par Dominique Valente

1 personne apprécie ce livre

Shaynning a commenté ce livre

Starfell T.1 : Violette Dupin et le jour perdu

Par Dominique Valente
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Premier tomes des aventures d'une charmante petite sorcière, Starfell fait parti de ses romans magiques qu'on a tôt fait d'adopter comme lecture, avec un univers créatif, des personnages originaux ( et un brin timbré) et une flopée de créatures fantastiques attachantes. Petite dernière d'une famille de sorcières, Violette a le don de retrouver les objets disparus, un pouvoir qui, en comparaison de ceux de ses sœurs, fait pâle figure. Néanmoins, c'est sur elle que se porte le choix de Moreg Vaine, plus puissante sorcière de son époque, afin de retrouver un certain Mardi volé. Si cela semble en apparence assez insignifiant, voir loufoque, perdre une journée a des conséquences bien réelles, comme le constatera la jeune sorcière au cour de son périple. Il lui faudra trouver un Diseur de Vieille Aventure, un voyant du passé, afin de trouver le voleur du Mardi et sur sa route, elle trouvera bon nombre d'alliés aussi variés d'espèce que bons de nature. En voilà un univers sympathique! Un peu dans la ligné de "La fille qui avait bu la Lune" ou du "Chateau de Hurle", Starfell nous amène dans un monde où la magie opère dans un contexte où les humains causent des soucis. Ici, on a même l'impression de revivre l'Inquisition, car à l'instar de celle-ci, les Frères de Wol sont des religieux fanatiques qui par crainte de la magie, ont assassiner des sorciers et des sorcières, et contraint les autres à des restrictions injustes. On navigue dans ce roman avec fluidité, ramassant des brides d'infos au fur et à mesure, donc sans lourdeur de descriptions. La cadence est bien menée, le suspense est bien présent. On est avide de savoir comment ce groupe hétéroclite de magiciens et de créatures qui accompagnent Violette vont dénoué ce mystère de jour volé. Les personnages sont attachants, spécialement Nolin Tantôt, qui passe le plus clair de son temps dans les vapes, ainsi qu'Oswin, le chat-Pardon! Le kobold ( qui ressemble à un chat) qui m'aura fait rire plus d'une fois, surtout avec ses "Oh, am fichue Tante!". J'ai beaucoup aimé que les femmes occupent la tribune de cette manière, ce roman a un côté agréablement rafraichissant pour cela. En outre, le message général est positif et constructif, en misant sur la "petite parte extraordinaire" en chacun de nous qu'il faut mettre à contribution sans la comparer à plus "impressionnant" que nous. Du moment que l'on croit en soi et ses capacités, il n'existe pas de limites au potentiel extraordinaire. Beau message, vraiment! Violette est par conséquent un beau modèle pour les jeunes filles. C'est donc un ouvrage magique pour tous les amateurs du genre ou un bon roman pour s'introduire aux univers de sorciers. Il correspond environ au lectorat de second cycle primaire, 9 ans en montant, donc. Une belle découverte.
Shaynning a aimé ce livre

Soeurs jumelles

Par Varian Johnson et Shannon Wright

1 personne apprécie ce livre

Shaynning a commenté ce livre

Un petit bisou de loin

Par Eoin McLaughlin et Polly Dunbar
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Après "Un petit bisou", voici son petit-frère remanié au goût ( et contraintes) du jour. Si ce n'est pas spécifiquement mentionné, il demeure que cette histoire est spécialement conçu pour traiter de la distanciation sociale requise pour lutter contre la pandémie de Covid-19. C'est l'histoire courte, mais touchante deux amis, un hérisson et une tortue, qui ne peuvent plus de démontrer leur amitié physiquement. Que faire alors? Comme le dit le hibou "Il y a plein d'autres manières de montrer à quelqu'un qu'on l'aime". Se faire des "coucou" de loin, s'écrire des lettres, s'envoyer des bisous volants, danser à bonne distance, les moyens trouvés sont variés. Les dessins sont adorables et coloré à l'aquarelle, ce qui rend le tout très doux et apaisant. Un tout petit livre à offrir à ceux que vous aimez en ces temps particuliers, qui rappelle que la force de nos liens trouveront toujours un chemin entre nous, même de loin.
Shaynning a aimé ce livre

Un petit bisou de loin

Par Eoin McLaughlin et Polly Dunbar

1 personne apprécie ce livre