Activités de Jean-Yves Bernard

Voici les activités récentes de Jean-Yves Bernard :

Jean-Yves Bernard a commenté ce livre

Chagrin (Le)

Par Lionel DUROY
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre

La saga et les lamentations de Lionel Duroy contre sa mère sont parfois captivantes mais aussi lassantes. Il y a un tragique narcissisme à se raconter ainsi, bousculé par la vie (victime ?) et en vouloir autant à sa mère. Car même bourgeoise déçue par son mari irresponsable, comment ne pas comprendre ses crises de nerfs alors qu’elle enchaîne 11 grossesses dans une insécurité totale à cause des chèques sans fond et petites magouilles de son mari ? Il y a une certaine complaisance, un apitoiement sur soi-même du narrateur-auteur qui met mal à l’aise alors qu’il tente de développer une vie amoureuse et parentale qui lui échappe à cause de ses lamentations morbides…Comme s'il s'agissait de régler des comptes avec sa famille 10 ans après un premier récit autobiographique (Priez pour nous).

Jean-Yves Bernard a aimé ce livre

Chagrin (Le)

Par Lionel DUROY

1 personne apprécie ce livre

Jean-Yves Bernard a commenté ce livre

Partition amoureuse

Par Tatiana de Rosnay
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre

Une lettre à son premier amour défunt, chef d’orchestre comme elle, de 50 ans son aîné. Pour ses 40 ans elle lui explique qu’elle invite ses 3 anciennes amours, chacun étant un chapitre noté en musique (andante, intermezzo, scherzo). Habile exercice où la musique et l’amour s’entremellent en un bal sensuel bien écrit.

Jean-Yves Bernard a aimé ce livre

Partition amoureuse

Par Tatiana de Rosnay

1 personne apprécie ce livre

Jean-Yves Bernard a commenté ce livre

Cas Sneijder (Le)

Par Jean-Paul Dubois
2 personnes apprécient ce livre
2 commentaires au sujet de ce livre

Traumatisé par un accident d’ascenseur tragique à Montréal, un français qui cherche à se reconstituer se voit enfermé par sa femme et ses fils qui le trouvent délinquant et menace leur mode de vie conventionnel et élitiste. Une belle satire de la pression sociale, l’ascenseur devenant la métaphore symbolique du développement urbain et individuel de nos sociétés. Très bien écrit.

1 commentaire plus ancien
Jean-Yves Bernard a commenté ce livre

Ce livre va vous sauver la vie

Par A.M. Homes
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre

Drôle et farfelu, ce roman-satire de la vie à LA est écrit comme un scénario avec des dialogues savoureux et absurdes. Tout y passe, le cinéma, Dysneyland, la cure de silence, les divorces, le feu, la terre qui tremble, les plages de Malibu, le resto bio, la richesse, les voitures, les amours passagères et les querelles de famille.

Jean-Yves Bernard a aimé ce livre

Ce livre va vous sauver la vie

Par A.M. Homes

1 personne apprécie ce livre

Jean-Yves Bernard a coté ce livre

Cas Sneijder (Le)

Par Jean-Paul Dubois

2 votes

Jean-Yves Bernard a commenté ce livre

Une vie française

Par Jean-Paul Dubois
1 commentaire au sujet de ce livre

Avec talent, émotion et autodérision, la vie d’une famille à Toulouse, des années 60 à 2001, avec, en arrière fond la politique, du gauchisme à Le Pen en passant par de Gaule, Chirac et Mitterrand. La France se transforme comme cette famille qui voit ses repères disparaître et cherche un sens à la vie. Excellent. « Oui, mes parents ressemblaient à ces hommes et ces femmes débordant de sève et d’espérance alors qu’ils n’étaient que deux troncs creux, absents, immobiles au milieu du fleuve ...Telle était ma famille de l’époque, déplaisante, surannée, réactionnaire, terriblement triste. En un mot, française. Elle ressemblait à ce pays qui s’estimait heureux d’être encore en vie, ayant surmonté sa honte et sa pauvreté. Un pays maintenant assez riche pour mépriser ses paysans, en faire des ouvriers et leur construire des villes absurdes constituées d’immeubles à la laideur fonctionnelle. En même temps, les boîtes des automobiles passaient de trois à quatre vitesses. Il n’en fallait pas plus pour que le pays tout entier fût convaincu d’avoir enclenché la surmultipliée... Picasso était mort et ma jeune vie, confuse, désordonnée, ressemblait au plus cubiste de ses tableaux.»

Jean-Yves Bernard a coté ce livre

Une vie française

Par Jean-Paul Dubois

1 vote

Jean-Yves Bernard a commenté ce livre

La servante écarlate

Par Margaret Atwood
6 personnes apprécient ce livre
5 commentaires au sujet de ce livre

La vie monacale d’une femme soumise à un régime totalitaire qui réduit les femmes à leur fonction reproductrice en s’appuyant sur la bible et un contrôle militarisé. Enfermée dans le silence, elle explore les interstices de liberté que lui laisse son imagination, ses souvenirs, les confidences d’autres «servantes» et deux hommes en situation de pouvoir. On s’attache à ce personnage qui respire malgré tout dans le rêve, la lumière des saisons et le désir. Mais il n’y a pas d’échappatoire. Comment est illustrée cette dystopie en télé-série à succès ? Je l’ignore, mais la qualité de l’écriture vaut la peine de lire plutôt que de se faire imposer une vision actuelle sûrement bien ficelée dans le genre sexe et suspens…

4 commentaires plus anciens
Jean-Yves Bernard a commenté ce livre

Reflets dans un oeil d'homme

Par Nancy Huston
2 personnes apprécient ce livre
2 commentaires au sujet de ce livre

Sujet central dont la thèse est mal développée malgré de nombreuses références. La thèse: les femmes sont, depuis la nuit des temps, contraintes de se faire une image d'elles-mêmes qui satisfasse l'image que les hommes souhaitent qu'elles aient, sous la pression de leur appétit sexuel insatiable, phénomène naturel inscrit dans les gènes de l'espèce humaine. L'homme est un fauve qui n'a qu'une finalité, féconder la femme pour assurer la survie de l'espèce. Les développements, souvent intéressants, s'appuient malheureusement sur des affirmations simplistes ou des généralisations sans fondement qui font de l'homme un sauvage uniquement motivé par sa satisfaction sexuelle. Les mises en situation ou les témoignages deviennent des arguments préfabriqués d'où elle tire des conclusions hâtives, même si plusieurs références historiques parlent d'elles-mêmes (les vies tragiques de Marilyn Monroe, Jean Seberg, Nelly Arcand). Bien sûr elle énonce les horreurs masculines, de l'inceste à la guerre en passant par la prostitution, la violence physique, la domination historique, etc. Mais la beauté, l'amour, la diversité des rapports humains, le contexte social et historique sont systématiquement orientés de façon négative sur la base d'un déterminisme sans appel. Le discours négatif de cette canadienne installée à Paris est influencé et imprégné par les dégâts du machisme français largement partagé et véhiculé par les médias (entre autres) dont l'hypocrisie de la saga DSK en est une illustration. La réalité des rapports homme-femme au Québec, sensiblement différente, est ignorée, ce qui rend la lecture de son essai pénible par son décalage et le pessimisme déterministe qu'il contient. Malgré tout, une somme nécessaire, ne serait-ce que par les notes comme celle qui rappelle qu'une femme meurt tous les 3 jours en France sous les coups de son homme !!!!

1 commentaire plus ancien
Jean-Yves Bernard a coté ce livre

Reflets dans un oeil d'homme

Par Nancy Huston

2 votes

Jean-Yves Bernard a aimé ce livre

Reflets dans un oeil d'homme

Par Nancy Huston

2 personnes apprécient ce livre

Jean-Yves Bernard a coté ce livre

Invisible

Par Paul Auster

1 vote