Activités de André Lebeau

André Lebeau a apprécié, commenté et noté ce livre

Une rose seule

Par Muriel Barbery
(3,0)
1 personne apprécie ce livre
2 commentaires au sujet de ce livre
Dans « Une rose seule » de Muriel Barbery, j’ai retrouvé l’auteure de « L’élégance du hérisson » qui m’avait tant plu. On y suit le parcours d’une femme arrivée à Kyōto pour y entendre le testament de son père qu’elle n’a jamais connu. En visitant les temples de la ville, elle trouvera en chacun de leurs jardins zen apaisement et métamorphose. Les paysages y sont magnifiques, tout comme l’évocation de toute la beauté, la puissance et la profondeur qu’une fleur ou une pierre peuvent offrir à qui les regarde vraiment.
1 commentaire plus ancien
André Lebeau a apprécié, commenté et noté ce livre

Novembre avant la fin

Par Alain Beaulieu
(3,57)
4 personnes apprécient ce livre
3 commentaires au sujet de ce livre
Dans le très intéressant essai-fiction « Novembre avant la fin » (2020), Alain Beaulieu nous parle du processus de l’écriture d’un roman à travers les conseils d’un grand-père déjà mort à sa petite-fille. J'y ai vu une similitude avec « Lettres à un jeune poète » (1929) de Rainer Maria Rilke. Cet essai d’à peine 85 pages saura plaire à tous ceux et celles qui s’intéressent à l’écriture pour le plaisir ou de façon plus sérieuse tout en découvrant une très belle histoire remplie de bienveillance.
2 commentaires plus anciens
André Lebeau a apprécié, commenté et noté ce livre

Combats et métamorphoses d'une femme

Par Édouard Louis
(5,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Dans « Combats et métamorphoses d’une femme » (2021), Édouard Louis raconte sa mère sans fla-flas ni gants blancs. Il présente son petit livre d’à peine 120 pages en ces mots : « Pendant une grande partie de sa vie ma mère a vécu dans la pauvreté et la nécessité, à l’écart de tout, écrasée et parfois même humiliée par la violence masculine. Son existence semblait délimitée pour toujours par cette double domination, la domination de classe et celle liée à sa condition de femme. Pourtant, un jour, à quarante-cinq ans, elle s’est révoltée contre cette vie, elle a fui et petit à petit elle a constitué sa liberté. Ce livre est l’histoire de cette métamorphose. » Je ne savais pas que l’on pouvait écrire de telles choses, en dire autant en si peu de mots. Une vie, des vies en une centaine de petites pages. Une révélation pour moi.
André Lebeau a apprécié, commenté et noté ce livre

En finir avec Eddy Bellegueule

Par Édouard Louis
(4,0)
3 personnes apprécient ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Dans « En finir avec Eddy Bellegueule » (2014), Édouard Louis – de son vrai nom, Eddy Bellegueule – se raconte sans artifice, sans honte, sans scrupule. Il dit : « En vérité, l’insurrection contre mes parents, contre la pauvreté, contre ma classe sociale, son racisme, sa violence, ses habitudes, n’a été que seconde. Car avant de m’insurger contre le monde de mon enfance, c’est le monde de mon enfance qui s’est insurgé contre moi. Je n’ai pas eu d’autre choix que de prendre la fuite. Ce livre est une tentative pour comprendre. » Je n’aurais pas pu écrire ce livre, mais j’aurais voulu pouvoir le faire : parler de ma fuite silencieuse en moi-même pendant tout ce temps, pendant trop longtemps. Dire. Libérer. Vivre. Un livre absolument nécessaire à la compréhension du vécu de beaucoup d'homosexuels.
André Lebeau a apprécié, commenté et noté ce livre

Lettres à un jeune poète

Par Rainer Maria Rilke
(4,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Dans « Lettres à un jeune poète » (1929), Rainer-Maria Rilke répond aux dix lettres du jeune Monsieur Kappus qui lui demande, entre 1903 et 1908, conseil sur ses poèmes et sur ce qu’est véritablement le processus de création littéraire. Quelle magnifique correspondance qui pourrait se résumer par cet extrait : « Confessez-vous à vous-même : mourriez-vous s’il vous était défendu d’écrire ? ». Une magnifique réflexion sur la vie et la création littéraire.
André Lebeau a apprécié, commenté et noté ce livre

Louée (La)

Par Françoise Bouffière
(4,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Dans « La Louée » (2009), Françoise Bouffière ouvre un volet sur une France rurale du début du XXe siècle plutôt sombre où la pauvreté et la misère sont amplifiées par le jugement et la condamnation de la communauté. Mais rien de mieux à Paris et à Lyon où la bourgeoisie abuse des pauvres qui se louent pour survivre et où l’abus moral et l’abus physique font bon ménage. Une écriture précise et percutante.
André Lebeau a apprécié, commenté et noté ce livre

Né d'aucune femme

Par Franck Bouysse
(5,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Quel roman grandiose que « Né d’aucune femme » (2019) de Franck Bouysse ! C’est un univers très dur porté par une plume magnifique. La vie de certains êtres, comme celle de Rose dans ce roman, est si sombre qu’on a peine à croire à un destin aussi miséreux, mais force est de constater que la misère est une spirale infinie de laquelle il est parfois difficile de s’extraire. J’ai été soufflé par cette histoire campée dans la France du XIXe siècle et qui m’est apparue extrêmement vraisemblable. Je n’ai pu m’empêcher de penser aux destins tragiques d’Aurore l’enfant martyre, de la fillette de Granby, des Afghanes, des Indiennes des castes inférieures et à tant d’autres enfants victimes d’esclavagisme et de maltraitance. À voir la noirceur ainsi décrite, on ne peut qu’espérer que s’ouvre une brèche d’où jaillira la lumière.
André Lebeau a apprécié, commenté et noté ce livre

Manam

Par Rima Elkouri
(3,85)
7 personnes apprécient ce livre
4 commentaires au sujet de ce livre
Le très beau roman de Rima Elkouri, « Manam », raconte, à travers le souvenir de sa Téta, sa grand-mère, le génocide arménien survenu en 1915. Malgré toute l’horreur que représente ce drame épouvantable, le roman est empreint de tendresse et de douceur. Je l’ai lu d’un seul trait.
3 commentaires plus anciens
André Lebeau a commenté et noté ce livre

Orléans

Par Yann Moix
(4,0)
2 commentaires au sujet de ce livre
La puissance évocatrice des antithèses de Yann Moix me fait prendre conscience de la dualité des combats intérieurs auxquels nous sommes confrontés à certains moments critiques de notre vie : "J’étais différent des autres, comme tout le monde." "Dans ce qui naissait, quelque chose mourait." "Je n'avais plus une seconde à perdre. En même temps, je me persuadai que j'avais débuté dans la vie en commençant par la mort." Malgré la beauté de la prose, Orléans m'a un peu laissé sur ma faim. Sa première partie est magnifique malgré l'indicible violence psychologique et physique vécues par le jeune Yann, mais sa deuxième partie, où les références scientifiques et littéraires fusent et côtoient le parcours du jeune amoureux maladroit, ne m'a pas interpellé.
1 commentaire plus ancien
André Lebeau a apprécié, commenté et noté ce livre

Liseur du 6h27 (Le)

Par Jean-Paul Didierlaurent
(3,28)
5 personnes apprécient ce livre
3 commentaires au sujet de ce livre
Quel beau petit roman que "Le liseur du 6 h 27". Lecture idéale pour une journée ensoleillée sur la plage, mais tout aussi délectable, je crois, par une journée grise et froide à Montréal ou partout ailleurs. C'est un roman qui vous parfume l'esprit d'une aura de bien-être et vous procure le bonheur tout simple que les gens ordinaires inspirent lorsqu'ils parlent et agissent avec la bonté des êtres généreux de nature. Le liseur du 6 h 27, on en voudrait un dans sa vie comme ami, comme voisin, comme collègue ou comme amoureux. Jean-Paul Didierlaurent, à travers ses personnages, nous émeut autant qu'il nous fait rire. J'ai l'impression d'avoir ressenti, à travers ce roman, le même genre de bonheur que celui que j'avais éprouvé en voyant pour la première fois "Le fabuleux destin d'Amélie Poulain".
2 commentaires plus anciens
André Lebeau a apprécié, commenté et noté ce livre

Mon voyage en Amérique

Par Kim Yaroshevskaya
(3,33)
5 personnes apprécient ce livre
2 commentaires au sujet de ce livre
Dans « Mon voyage en Amérique », Kim Yaroshevskaya, alias Fanfreluche, va raconter un beau conte à sa manière. Fanfreluche va raconter un beau conte pour vous amuser. Un beau conte, un beau conte pour vous amuser. Approchez, regardez ! Née le 1er octobre 1923 à Moscou, Kim Yaroshevskaya perd ses parents alors qu'elle est très jeune. Sa mère se suicide. Son père meurt dans un camp de prisonniers politiques. Elle grandit dans un orphelinat avant d'être recueillie par sa grand-mère paternelle. Se voyant de plus en plus malade, elle souhaite que sa petite-fille rejoigne les parents de sa mère à New York. Les cotas d'immigration aux États-Unis étant atteints, elle sera plutôt accueillie chez la sœur de sa mère à Montréal, à l'âge de dix ans. J'écouterais encore et encore cette femme extraordinaire, avec toute la douceur qu'on lui connait, me raconter sa vie.
1 commentaire plus ancien
André Lebeau a apprécié, commenté et noté ce livre

L'absente de tous bouquets

Par Catherine Mavrikakis
(3,66)
4 personnes apprécient ce livre
5 commentaires au sujet de ce livre
L’univers floral dans lequel nous invite la Québécoise Catherine Mavrikakis dans « L’absente de tous bouquets » m’a complètement ravi. Dans ce récit-hommage à sa mère morte en juin 2019, il est question de fleurs, de renaissance, d’appel à des temps meilleurs et du monde qui refleurit. C’est comme une longue lettre à sa mère qu’elle partage avec nous, les hauts et les bas de leur relation tout au long de la vie.
4 commentaires plus anciens
André Lebeau a apprécié, commenté et noté ce livre

Sois toi et t'es belle

Par Ève Salvail
(3,5)
2 personnes apprécient ce livre
3 commentaires au sujet de ce livre
2 commentaires plus récents
Dans « Sois toi et t'es belle », la top model québécoise Ève Salvail se révèle en toute simplicité. Une vie peu banale racontée sur le ton de la confidence. J'ai lu cette biographie d'un seul trait, comme si cette femme qui m'a toujours fasciné m'avait invité chez elle pour se confier à moi. Je me suis senti privilégié d'une si grande confiance en mon écoute et ma capacité d'accueillir sans juger son parcours atypique, ses moments de gloire comme ses passages à vide.
André Lebeau a apprécié, commenté et noté ce livre

Un bref instant de splendeur

Par Ocean Vuong et Marguerite Capelle
(4,5)
2 personnes apprécient ce livre
2 commentaires au sujet de ce livre
Dans « Un bref instant de splendeur », Ocean Vuong écrit à sa mère, fille d’un soldat américain et d’une paysanne vietnamienne. Elle est analphabète, parle à peine anglais et travaille dans un salon de manucure aux États-Unis. Il parle de lui, de sa mère, de sa grand-mère, de la guerre du Vietnam, de leur vie aux États-Unis, du garçon qu’il a aimé. J’aime ces livres qui commencent ainsi : « Chère Maman, », qui se poursuivent par « Il y a tant de choses que je veux te dire, Maman. », même si la mère ne lira jamais la lettre. Catherine Mavrikakis l’avait aussi très bien fait dans « L’absente de tous bouquets ». Ici, Vuong m’enchante en écrivant à sa mère le récit de leurs vies remplies de douleurs et de douceurs, de déchirures et de réconciliations. Les images sont fortes et belles. La première partie est d’une grande intensité, la guerre, parfois difficile à supporter. Vient ensuite l’adolescence, la découverte de l’amour, l’Amérique dans ce qu’elle peut offrir en rêves, mais aussi en laideur et en petit. Et enfin le retour à la mère et à la grand-mère, à lui, à l’avenir.
1 commentaire plus ancien
André Lebeau a apprécié, commenté et noté ce livre

Vestiges du Jour (Les)

Par Kazuo Ishiguro
(4,0)
2 personnes apprécient ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Dans « Les vestiges du jour » (Booker Prize 1989), le Britannique d’origine japonaise Kazuo Ishiguro (Prix Nobel de littérature 2017) nous dépeint admirablement bien le rôle d’un grand majordome qui se questionne sur la dignité requise pour servir adéquatement son employeur et son pays. Le roman nous décrit aussi à merveille ce à quoi on peut penser du flegme légendaire des Anglais. Je lirai assurément d’autres romans de cet auteur. Ce livre plaira à qui aurait aimé le personnage de Mr Carson dans la télésérie « Downton Abbey » de Julian Fellowes. Une adaptation cinématographique mettant en vedette Anthony Hopkins a été réalisée en 1993.
Suggestions de lectures pour André Lebeau

Voici des recommandations de livres personnalisées pour André Lebeau.

Par Christian Guay-Poliquin
Éditeur BIBLIOTHEQUE QUEBECOISE
Collection Bibliotheque Québecoise
Paru le 29 septembre 2016
Par Christian Guay-Poliquin
Éditeur La peuplade
Collection Roman
Paru le 12 septembre 2016