Activités de Maryse Gagnon

Maryse Gagnon a aimé ce livre

Le talisman du loup

Par Myriam Dahman, Nicolas DIGARD et Julia Sarda

1 personne apprécie ce livre

Maryse Gagnon a coté ce livre

Le talisman du loup

Par Myriam Dahman, Nicolas DIGARD et Julia Sarda

1 vote

Maryse Gagnon a coté ce livre

Faire corps : Guerre et paix autour de la prostitution...

Par Véronique Côté et Martine B. Côté

1 vote

Maryse Gagnon a aimé ce livre

Faire corps : Guerre et paix autour de la prostitution...

Par Véronique Côté et Martine B. Côté

1 personne apprécie ce livre

Maryse Gagnon a aimé ce livre

Changer l'eau des fleurs

Par Valérie Perrin

17 personnes apprécient ce livre

Maryse Gagnon a aimé ce livre

Coco & Sissi

Par Nathalie Doummar

2 personnes apprécient ce livre

Maryse Gagnon a aimé ce livre

Pleurer au fond des mascottes

Par Simon Boulerice

1 personne apprécie ce livre

Maryse Gagnon a coté ce livre
Maryse Gagnon a aimé ce livre

On pleure pas au bingo

Par Dawn Dumont

5 personnes apprécient ce livre

Maryse Gagnon a aimé ce livre

À train perdu

Par Jocelyne Saucier

2 personnes apprécient ce livre

Maryse Gagnon a commenté ce livre

Sam

Par François Blais
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Gros coup de coeur pour ce roman métafictionnel. On s'attache à Sam, malgré son journal intime d'une platitude absolue. Et on suit le narrateur dans ses enquêtes bancales avec plaisir.
Maryse Gagnon a aimé ce livre

Sam

Par François Blais

1 personne apprécie ce livre

Maryse Gagnon a coté ce livre

Sam

Par François Blais

1 vote

Maryse Gagnon a aimé ce livre

L'arbre d'Halloween

Par Ray Bradbury

1 personne apprécie ce livre

Maryse Gagnon a commenté ce livre

Le bal des folles

Par Victoria Mas
2 commentaires au sujet de ce livre
Discussion entamée dans le club de lecture Les lettrés de l’IRSST
À travers ce récit, mettant en scène des patientes de l’Hôpital de la Salpêtrière et une employée, l’autrice brosse le portrait de la condition féminine en France au 19e siècle. À cette époque, la société patriarcale gardait les femmes sous l’emprise de leur père, puis de leur mari. Ce sont d’ailleurs ces figures masculines qui les font interner. Les femmes internées passent alors sous la garde de médecins qui les utilisent à titre de cobayes pour leurs expériences, mais qui les offrent également en spectacle lors de représentations devant public. Une fois l’an, la haute société de Paris est même conviée à assister au « bal des folles » où les bourgeois ont l’occasion de côtoyer les malades. Avec le recul historique, on peut avancer que plusieurs des femmes qui étaient internées n’étaient pas malades, mais se retrouvaient à cet endroit parce qu’elles s’opposaient à l’oppression qu’elles subissaient.
1 commentaire plus ancien