Activités de Murmures_numériques

Murmures_numériques a coté ce livre

Hochelagurls

Par Audrey Hébert
(4,0)

3 votes

Murmures_numériques a commenté ce livre

Maquillée

Par Daphné B.
(4,0)
4 personnes apprécient ce livre
3 commentaires au sujet de ce livre
2 commentaires plus récents
#maquillée de @daphnebblue je crois profondément que c’est le meilleur moment de ma #pandemie. La douceur de la compréhension et la finesse de l’analyse n’ont probablement d’égal que dans le #care qui nous englobe : quand la #sociologie prend en compte les vécus secrets ? Se sentir incarnée dans les mots d’une autre.
Murmures_numériques a aimé ce livre

Maquillée

Par Daphné B.
(4,0)

4 personnes apprécient ce livre

Murmures_numériques a coté ce livre

Maquillée

Par Daphné B.
(4,0)

5 votes

Murmures_numériques a aimé ce livre

Moebius, No 158

(5,0)

1 personne apprécie ce livre

Murmures_numériques a commenté ce livre

Moebius, No 158

(5,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Dans mes lectures, il y a aussi des amours fou pour des revues. J’en parlerai au fil mais cette fois j’aimerais m’arrêter sur le n° 158 de @revuemoebius : (filles, sœurs et complices de ceux qui vont pieds nus à l’envers de la vie). J’ai tellement aimé cette phrase quand je m’y suis cogné au chaud d’une librairie en plein hiver. L’ouverture de @chloesavoiebernard et @kariann.tb m’avais laissée sans voix : ces murmures fait pour être hurlés, ce souffle fou d’une sonorité à incarner… tout y était de ce numéro si vivant, si instantané. Du #play qui réchauffe le cœur (j’en avais bien besoin au début de mon premier #hiver québécois !). Toutes ces filles qu’on est ou aurait pu être et qu’on enterre parfois… La nécessité « D’OUVERTURE DES VALVES » de ces mots de ces sons qui s’entassent et se bousculent au dedans pis au dehors…
Murmures_numériques a coté ce livre

Moebius, No 158

(5,0)

1 vote

Murmures_numériques a commenté ce livre

Corps

Par Chloé Savoie-Bernard
(4,0)
2 personnes apprécient ce livre
2 commentaires au sujet de ce livre
Je parlais de chaire et de corps, justement ! Ici, sous la direction de @chloesavoiebernard, nous parcourons ces vies de corps abruptes. Souvent dans la violence, dans la quête d’une harmonie qui ne se fait pas. Ce sont des « efforts de guerre » et des « douleurs ». J’ai particulièrement aimé la multiplicité des voix, des fragments d’expériences. Il y a quelque chose de multiple qui dit merveilleusement nos expériences intimes. Emmanuelle Riendeau le résume bien : « looking for trouble looking for sex » Ce sont des viscères chevillés à la vie, qu’on essaie de faire en quelque chose de plus qui soit nous, qui soit quelque part un être plus important que sa mécanique.
1 commentaire plus ancien
Murmures_numériques a coté ce livre

Corps

Par Chloé Savoie-Bernard
(4,0)

4 votes

Murmures_numériques a commenté ce livre

Désinhibée

Par Emmanuelle Riendeau
(5,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
J’me sens fucked up. J’me sens elle, cette nous en filigrane dans tout le recueil, à même la peau, à même la chaire à vif de pas savoir vivre correctement. Je sais pas si je suis désinhibée ou juste perdue. Mais Emmanuelle Riendeau est parfaite pour dire notre #violence de cracher à la face d’un monde qui nous laisse pas la place qu’on veut. Ce qui n’est pas juste. On mérite mieux. On mérite d’être libres et bourées, s’il le faut, On a bien le droit de prendre l’air quand la société est trop croche. C’est peut-être pas de notre faute, il ne reste que notre force de faire face. Notre force au moins nous appartient en propre.
Murmures_numériques a aimé ce livre

Désinhibée

Par Emmanuelle Riendeau
(5,0)

1 personne apprécie ce livre

Murmures_numériques a coté ce livre

Désinhibée

Par Emmanuelle Riendeau
(5,0)

1 vote

Murmures_numériques a commenté ce livre

After

Par Jean-Guy Forget
(3,0)
3 personnes apprécient ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
After. Après, après quoi je ne sais pas. Pour moi c’est le #roman du pendant. Pendant mon premier passage à #Montréal, Pendant que la vie me roulait dessus… En somme, comme notre narrateur. Que j’ai aimé sa #langue brute, la frontalité de ses #amours mortelles, de celleux qui l’entourent, l’aimant, le quittant. Il nous laisse fluide, n’impose aucun genre à personne, aucune forme. C’est doux pour une fois. L’équilibre est violemment honnête : une grande douceur pour les autres, alors que tout lui tombe dessus, sans cesse, qu’il n’y a nulle part où se planquer de la vie. Même à 3gr par bras faut faire face à ses amis, à ses ex, ses #souvenirs et ses attentes ; c’est pas de bol, mais c’est vrai. Toujours pris dans des amours emmêlées. Je pense que c’est la colonne vertébrale de ce texte : il est férocement vrai. Dans ce parlé si juste, acrobatiquement contemporain, où chaque mot, même momentanément indisponible dans les dictionnaires montre, sonorise, son sens.
Murmures_numériques a coté ce livre

Une sorte de lumière spéciale

Par Maude Veilleux
(4,25)

4 votes

Murmures_numériques a commenté ce livre

Une sorte de lumière spéciale

Par Maude Veilleux
(4,25)
7 personnes apprécient ce livre
3 commentaires au sujet de ce livre
Ce #trash populaire qui est plus vrai que la folie, plus vrai que tous nos désirs de nous élever loin de cette crasse qui nous colle toujours ; cette énonciation contradictoire de « pouvoir faire pauvre » pour cacher-retrouver une misère dont on s’arrache. « La vraie pauvreté, c’est l’absence de sortie de secours. L’absence de rêves » Devenir traître ou menteuse ? Être l’adulte bizarre qui passe à travers les crises comme iel peut. Survivre.
2 commentaires plus anciens