Activités de Murmures_numériques

Voici les activités récentes de Murmures_numériques :

Murmures_numériques a commenté ce livre

Sagesse

Par Paul Verlaine
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
On plonge dans l’intimité de l’auteur, au plus près de sa croyance. Tout contre son esprit : il nous parle de la profondeur de sa foi. Ce sont les premiers volumes qu’il consacre au christianisme, sa « conversion » (qui n’en est pas vraiment une puisqu’il était baptisé mais qu’il n’a jamais investi cette foi de son enfance) Il se dégage une grande douceur dans ces prières. Si j’aimais la force (le cri) des poèmes saturniens, j’ai trouvé ici quelque chose de la confession, du murmure intime. Cette mise à nu est presque crue, Verlaine s’expose totalement, dans un domaine inattendu. J’aime toucher, approcher, l’intériorité de ce poète que j’ai adoré pendant toute mon adolescence.
Murmures_numériques a aimé ce livre

Sagesse

Par Paul Verlaine

1 personne apprécie ce livre

Murmures_numériques a commenté ce livre

Des châteaux qui brûlent

Par Arno Bertina
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Peut-on être secrétaire d’état et militant ? Quand une usine est bloquée, que se passe-t-il ? Nous, qui vivons ces moments de révolte, qui parle de nous ? Un peu de bonheur, ça vous dit ? couv16285678Je suis sortie de cette lecture avec une joie forte, un sourire entendu de la connivence. Malgré la fin « ouverte ». J’aime profondément ce livre. C’est mon premier de l’auteur, je ne savais pas trop à quoi m’attendre, alors j’ai plongé de point de vue en point de vue, dans la mosaïque de cette grève. Tentant de comprendre chacun et de reconstituer le tableau de cette Générale Armoricaine (promis je ne fais pas exprès de lire des bouquins qui se passent en Bretagne, promis) avec ces milliers de poulets morts. Pour une végétarienne ce n’est pas simple, soutenir des gens qui massacrent des animaux et broient des poussins. Pourtant on voit dans leur propre souffrance l’impossibilité de cette vie : l’homme dont la fille affiche des posters de poussins et qui ne peut pas le tolérer m’a profondément touchée. Ils sont humains, profondément. Alors, bien sûr, ce politicien « de gauche » pose de nombreuses questions : il est tout de même presque volontaire pour être leur détenu et les aide, sincèrement je crois. Dans ses yeux j’ai perçu la peur et l’espoir, la foi profonde dans la révolte et la fête. J’aime cet homme ! L’assistante de ce Pascal est aussi incroyable avec sa vie bancale de parisienne classique : entre les hommes et l’absence d’amour, l’engagement et l’appel du fric, le désir de pouvoir et la fatigue. Elle est saisie avec humour, elle me plaît bien cette minette ! La réflexion qu’elle est amenée à poursuivre sur Don Quichotte appuie à merveille l’aventure de son chef, tout en nous permettant de souffler en dehors de cette usine-hangar. Le saut d’un personnage, d’un narrateur à l’autre, est très bien géré : on parvient sans problème à situer chacun et à percevoir leur liens et leurs évolutions personnelles, jusqu’à leurs déraillements. Ils sont vivants, ils déconnent, jouent et se révoltent. Chacun a son ton, sa parole, son langage plus ou moins autonome, qui fonctionnent : le contraste est bien rendu entre ces fonctionnaires de haut niveau et ces ouvriers dont la majorité n’ont pas le brevet. Ce roman est une impro de Jazz, musique qui s’immisce dans le quotidien de l’occupation. Elle monte comme gronde la fête (foraine ?) imminente d’un ras-le-bol total.
Murmures_numériques a aimé ce livre

Des châteaux qui brûlent

Par Arno Bertina

1 personne apprécie ce livre

Murmures_numériques a coté ce livre

Des châteaux qui brûlent

Par Arno Bertina

1 vote

Murmures_numériques a commenté ce livre

Cendorine contre les sorciers

Par Patricia C. Wrede et Yves Besnier
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Il s’agit du tome 2 de « Cendorine et les dragons ». Comme je vous en parlais récemment et en disais beaucoup de bien ! Ce tome 2 me plaît … moins. On retrouve Cendorine en bibliothécaire du roi des dragons, elle continue sa vie : potions contre les brûlures et lutte contre les dragons ! Les méchants sont de retour ! L’aventure en elle-même est aussi palpitante et juste : Les sorciers sont liés à grande eau, la forêt est sauvée !… Mais il y a la fin. On est dans une réécriture de conte et ce tome la conclut, à la fin du conte la princesse se marie ici aussi. (Oui je spoile mais ça m’est égal) Si son prince est tout de même plus ouvert que d’autres sur la cause féminine et accepte de lui donner une indépendance assez grande : que ce soit positif et presque montré comme généreux me choque. Il en fait sa reine et elle quitte les dragons et donc son « travail », sa fonction. Je trouve ça dommage pour une princesse indépendante de finalement mettre en avant le rôle d’épouse, hétéro-cis-normative ! Bon. On peut se dire que c’est l’époque, que c’’était attendu… et puis elle est peut être heureuse comme ça ! Peut-être. A mes yeux elle aurait pu aspirer à mieux qu’être la gentille femme d’un beau prince blond, riche, fort et intelligent (et valide, cis genre et hétéro). D’autant que la fin est rapide, j’aime me dire qu’elle était commandée, imposée d’une certaine façon, et non voulue par les créateurs… qui sait ? Les méandres éditoriaux sont impénétrables ! J’espère.
Murmures_numériques a aimé ce livre

Cendorine contre les sorciers

Par Patricia C. Wrede et Yves Besnier

1 personne apprécie ce livre

Murmures_numériques a coté ce livre

Cendorine contre les sorciers

Par Patricia C. Wrede et Yves Besnier

1 vote

Murmures_numériques a commenté ce livre

L'art de revenir à la vie

Par Martin Page
1 commentaire au sujet de ce livre
Je suis un écrivain qui a de quoi vivre, une femme superbe et un fils que j’aime. Je suis donc trop malheureux. Plein d’un spleen vague et morne alors que je vais à Paris pour rencontrer une réalisatrice qui veut un scénario. Vraiment c’est morne tout ça. Je m’ennuie je crois. Même quand je voyage dans le temps, je suis nul. Meh ! Voilà le sentiment que je retire de ce roman : Meh ! Ce n’est pas mauvais, au contraire, l’écriture est fluide et plutôt agréable. On sent bien ce début d’été parisien, le manque de l’être aimé et l’envie de « faire quelque chose ». Mais était-il nécessaire de faire intervenir cette sculpture-machine à voyager dans le temps ? Pour ne rien apprendre finalement à son jeune « lui »… et finalement revenir avec l’idée qu’il s’est embourgeoisé, qu’il doit chercher « le ridicule ». C’est bien une idée triste ça ! Ça et qu’il faut TOUJOURS se méfier des sculpteurs ! (haha coucou madame Colin) Que dire d’ailleurs de cette productrice richissime et glorieuse qui rêve de « ses années galère »? Elle qui veut changer de vie sans en avoir véritablement la force ni le courage, qui se sert des gens autour d’elle, les embauchant et les licenciant aussi facilement qu’on change de veste. Pour une fois j’étais d’accord avec le narrateur : quelle enfant (de 50 ans) capricieuse ! L’auteur a cependant raison : l’adulte que nous devenons est trop souvent ce que le « nous » de 12 ans aurait méprisé. On rêve de révolution, de musique Rock ou de littérature et on s’assoit derrière un bureau. Peu à peu la vie érode nos rêves « parce qu’il faut bien payer ses factures ». Peut-être, mais je ne veux pas y croire. Je ne veux pas que ce soit une telle évidence, comme cette grisaille morale me blase. En somme je n’ai pas adhéré, même si je reconnais une belle vision (panoramique) de la vacuité contemporaine.
Murmures_numériques a coté ce livre

L'art de revenir à la vie

Par Martin Page

1 vote

Murmures_numériques a commenté ce livre

Boussole

Par Mathias Enard
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Je ne sais pas parler des livres que j’adore, je ne suis toujours pas satisfaite de ma chronique sur « Croire au merveilleux » de Christophe Ono-dit-Biot… Aujourd’hui mon problème est de vous parler de « Boussole ». Enard nous plonge dans une nuit d’insomnie, de mémoire, de digressions et de littérature. On suit un universitaire, un orientaliste, viennois rêvant d’une femme, Sarah, qui a traversé sa vie et qui traverse sa nuit. Il l’aime, l’a aimée, peut-être. Il retrouve sa piste, réfléchit aux traces qu’elle lui a laissées, entre ses écrits et ses lettres, leurs voyages et son mariage… à elle. De bout en bout le romantisme se déploie, et quel meilleur décor que cet Orient rêvé. Il avoue l’enjolivement des souvenirs et ses propres doutes. On s’y perd, entre colloque et désert, rencontre et conférence. On oublie le déroulement du temps qui nous est rappelé par les titres des chapitres, suivant la quête existentielle de notre narrateur. Est-il malade ? Mourant ? Amoureux ? Son récit s’enroule en boucles obsessionnelles, ultra référencées et instruites, dans une immobilité toute germanique devant sa bibliothèque. Son amour des voyages, propulsé par sa force à elle, son poste de professeur. On plonge dans l’ambiance de pays pour lesquels on tremble : la guerre, la destruction, l’horreur rôde partout maintenant. Il garde, malgré quelques angoisses, le merveilleux littéraire des lieux. Cette femme en creux, me parle d’amour, mieux que si elle était là ; le trou qu’elle laisse dans cette existence douce et passionnée ; elle est parfaitement femme. Flamboyante, passionnée, libre. J’aime cette femme ! Que je l’aime ! Plus que je n’aurais pu l’estimer si elle était véritablement présente : la voir par les yeux d’un homme fou d’elle. Je voudrais l’ériger en modèle pour moi : modèle de l’entêtement de l’étude et de la fidélité à soi-même. La force qu’elle déploie pour être simplement celle qu’elle veut être me fascine. Je sais que je retournerai dans ce roman aux moments difficiles de mes études, j’y ai trouvé une assurance, comme si ce vieux professeur me rassurait, moi, au travers des pages. J’ai pris en plein cœur ce désir de savoir. Cette mécanique est parfaite ! Je comprends qu’il ait gagné le Goncourt (pour une fois que j’aime leur choix) !
Murmures_numériques a aimé ce livre

Boussole

Par Mathias Enard

1 personne apprécie ce livre

Murmures_numériques a coté ce livre

Boussole

Par Mathias Enard

1 vote

Murmures_numériques a commenté ce livre

En cuisine avec Kafka

Par Tom Gauld
4 personnes apprécient ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Forcément, ces strips m’ont pliée en deux ! On enchaîne les visions de notre futur livresque et des gags autour de la vie d’auteur/éditeur/libraire/bibliothécaire (oui, ça en fait du monde qui a une vie finalement pathétiquement drôle !) On sent la critique, tout en reconnaissant le confort de ces habitudes étranges qui en deviennent (presque) pathétiques ainsi pointées. Il y a quelque chose d’extrêmement cultivé et brillant dans ce jeu sur et autour de la littérature et de ces genres (mineurs ou non). Une sorte de familiarité qu’on expérimente tous par notre simple « vie commune » avec ces ouvrages mais que j’ai été très heureuse de retrouver ainsi mise en scène. Souvent à la limite de l’absurde, cet album est une véritable pépite !
Murmures_numériques a aimé ce livre

En cuisine avec Kafka

Par Tom Gauld

4 personnes apprécient ce livre