Activités de Dennis O'Sullivan

Voici les activités récentes de Dennis O'Sullivan :

Dennis O'Sullivan a commenté ce livre

L'histoire de Mô: jusqu'à la page vingt

1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre

Le titre du deuxième roman de Philippe-Daniel Clément, L’histoire de Mô jusqu’à la page vingt, ne manque pas d’intriguer. Pourquoi « jusqu’à la page vingt »? Qu’est-ce qui arrive après la page vingt? Regardons ce qui arrive avant. Pour le dire succinctement, L’histoire de Mô… c’est l’histoire d’une fille sans histoire. Dans un style simple et élégant, l’auteur raconte les faits marquants qui ont jalonné la vie de Mô, de sa plus jeune enfance jusqu’à la naissance de sa propre progéniture. À la fin du livre, elle dénombre vingt événements, un par page. En premier lieu, son arrivée au monde un vendredi 13 février et qui n’est pas sans rappeler La Création d’Adam de Michel-Ange, son amour des chapeaux auquel elle restera fidèle, au moins jusqu’à la page vingt, son apprentissage de la vie en famille à Montréal-Nord avec un père « paraskévidékatriaphobique » et une mère surmenée, l’école chez les bonnes sœurs, son amitié avec la voisine, la découverte de son chat, Chaperlipopette, le jour de son anniversaire, la mort du Père Noël, sa bande d’amis un peu délinquants les Fuck you, et ainsi de suite jusqu’à dix-neuf, vingt étant réservé à l’arrivée de son premier enfant. Le récit est parsemé de jeux de mots amusants, parfois très spirituels et à l’occasion tout à fait cocasses, comme lorsque encore toute jeune Mô décide de rebaptiser les types de nuages. Tout en conservant les terminaisons des noms scientifiques, elle en change les racines avec comme résultat que les nuages de pluie seront désignés Mucus, ceux « … disposés en cercle, Caucus; une suite de nuages entrecoupés d’espaces, Hiatus… ». On reconnaît dans de tels passages tout le merveilleux du langage des enfants qui nous surprennent avec leurs associations loufoques et leur compréhension très personnelle des mots, et toujours d’une logique implacable. Visiblement amoureux des mots et de la plus grande précision, Philippe-Daniel Clément n’hésite pas à parler de l’ « équipette » d’un coffre, de l’ « helixophilie » de la sœur surveillante de la cafétéria de l’école, et des « béquilles axillaires » que le père doit utiliser après un accident, sans oublier sa « paraskévidékatriaphobie ». Parfois l’auteur explique ces mots plutôt rares, ou nous donne la clé pour les comprendre, mais à l’occasion j’ai eu l’impression que c’était avec un petit sourire ironique qu’il invitait le lecteur à sortir ses dictionnaires. Sans intrigue directrice, le récit consiste en une suite d’anecdotes, les petits drames que connaît toute famille : les accidents, les inévitables affrontements avec les parents ou entre frères et sœurs, mais aussi les nombreuses joies, les vacances au lac Simon, les jeux avec son amie Michelle, la première partie, la découverte du surréalisme… Dans un tel livre on peut dire que le style c’est tout. Et le style de l’auteur évolue à mesure que son personnage avance en âge. Ainsi lors de l’enfance de Mô j’avais l’impression de lire un roman jeunesse. Mais lorsqu’elle arrive à l’université le style a évolué. S’il faut le définir, je le dirais ludique. Sachant que l’auteur, anthropologue, a également de nombreuses publications scientifiques à son actif (Zoologie des Montagnais, L’Hôte maladroit/la matière du mythe, etc.), j’ai tendance à croire que ce roman est un peu sa récréation où il se délasse et nous amuse. En cette époque où les auteurs de fiction n’hésitent pas à traiter les thèmes les plus sérieux tels le terrorisme, le climat et l’environnement, le harcèlement et les abus, l’identité sexuelle ou nationale et j’en passe, il est plaisant de pouvoir se détendre avec un livre qui raconte de façon fort distrayante cette histoire qui n’en est pas une, mais à laquelle tout un chacun peut s’identifier. Et après la page vingt? À nous lecteurs d’y voir.

Dennis O'Sullivan a aimé ce livre

L'histoire de Mô: jusqu'à la page vingt

1 personne apprécie ce livre

Dennis O'Sullivan a commenté ce livre

Noli me tangere

1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre

Très beau petit livre de Andrea Camilleri. À la suite de la disparition de la femme d'un célèbre auteur, Mattia Todini, le commissaire Maurizi est chargé de l'enquête. Il comprend assez vite que Laura Garaudo est disparue de son plein gré. Mais Todini prie Maurizi de ne pas abandonner l'enquête. Celui-ci, au fil de ses interviews avec amies et amants, de ses découvertes par le biais de lettres, de notes, etc. découvre une personnalité complexe, une personne qui, malgré les apparences, est insatisfaite de sa vie . Cette disparition est loin d'être une fuite, c'est plutôt une quête, la recherche d'un sens à donner à sa vie. Dans un style simple, Camilleri réussi à créer une image composite. Son mari l'adore, ses ex-amants lui en veulent, sa meilleure et seule amie l'estime. Qui est donc cette Laura, se demande-t-on? Maurizi poursuivra l'enquête jusqu'à la retrouver, pour être sûr de comprendre pourquoi cette femme s'apprête à tout quitter pour refaire sa vie. Livre touchant, écrit d'une main de maître.

Dennis O'Sullivan a aimé ce livre

Noli me tangere

1 personne apprécie ce livre

Dennis O'Sullivan a commenté ce livre

Philémon T.6 : Simbabbad de Batbad

3 personnes apprécient ce livre
3 commentaires au sujet de ce livre

Toute la série des Philémon sur les lettres de l'océan Atlantique est géniale! les autres albums de Fred le sont tout autant, en particulier Le petit cirque.

2 commentaires plus anciens
Dennis O'Sullivan a commenté ce livre

Buru Quartet T.1 : Le monde des hommes

2 personnes apprécient ce livre
2 commentaires au sujet de ce livre
1 commentaire plus récent

Minke, jeune indonésien fait l'apprentissage à la dure des réalités de son pays colonisé par les Néerlandais. Dans ce premier tome d'un quatuor (on a "traduit" par Buru quartet, mais si on peut dire le Quatuor d'Alexandrie, pourquoi pas le Quatuor Buru?) il prend peu à peu conscience des injustices dont son peuple est victime ainsi que de ses propres attitudes vis-à-vis les classes "inférieures". Ayant eu le privilège d'une éducation européenne il a tendance à dénigrer sa propre culture. C'est sa rencontre d'une "nyai", une concubine d'un colon, et de sa fille dont il tombera amoureux qui réorientera sa vie. Il y a un côté très mélo aux diverses péripéties qui m'a fait penser à Dickens. Mais cette critique éclairée du colonialisme m'a également fait penser à Frantz Fanon. Fait étonnant, même si c'est anecdotique, le quatuor qui fait plus de 2000 pages, a d'abord été créé oralement par l'auteur qui, emprisonné racontait à ses co-détenus, le soir venu, cette histoire du lent et douloureux éveil du jeune homme aux réalités de son pays.

Dennis O'Sullivan a aimé ce livre

Buru Quartet T.1 : Le monde des hommes

2 personnes apprécient ce livre

Dennis O'Sullivan a aimé ce livre

Le plongeur

26 personnes apprécient ce livre