Activités de SG★彡

Voici les activités récentes de SG★彡 :

SG★彡 a aimé ce livre

Vieux qui lisait des romans d'amour (Le)

2 personnes apprécient ce livre

SG★彡 a aimé ce livre

Les petites distances

4 personnes apprécient ce livre

SG★彡 a aimé ce livre

Faim

1 personne apprécie ce livre

SG★彡 a commenté ce livre

La scouine

2 personnes apprécient ce livre
2 commentaires au sujet de ce livre

Entre la laideur et la saleté, l’absurde se dénote de perversité, de désir et de plaisir. Gabriel Marcoux-Chabot a fait de La Scouine, et à huis clos, une lecture amorale et éhontée qui renvoie à réfléchir.

1 commentaire plus ancien
SG★彡 a commenté ce livre

L'oeil soldat

2 personnes apprécient ce livre
3 commentaires au sujet de ce livre
2 commentaires plus récents

L’œil soldat c’est les maux et les mots de la guerre. De là, et d’un rythme staccato et prompt, la hâte et la frénésie demandée à sa lecture évoque de main de maître le fracas et « c'est mots-là » ( p.65 ) de la guerre. On voyage de gauche à droite et s’oppose de droite à gauche. On pose son regard sur ces mots sales et meurtriers, non moins séducteurs et manipulateurs, où « [l’] œil soldat/n’arrive plus à se fermer » ( p.49 ). Puis « [on boit] du café/pour grandir plus vite » ( p.16 ), mais ce n’est pas suffisant, parce que Larry Tremblay nous transporte et nous noie dans la violence de ses poèmes.

SG★彡 a commenté ce livre

Frayer

5 personnes apprécient ce livre
6 commentaires au sujet de ce livre
2 commentaires plus récents

Frayer c’est un café sans sucre, c’est « cette impression d’avoir trop ri » ( p.34 ) d’un « je » et d’un « nous ». Puis « c’est [aussi] l’heure dégrisée/de la soif d’eau juste » ( p.63 ). De même, et parce que « […] savoir vivre/c’est arrêter de faire semblant » ( p.70 ), c’est de 75 pages et d’une postface que se charge un cri amer du cœur sur nous, au « je ». Puis si Marie-Andrée Gill a écrit Frayer à la première personne du singulier, c’est néanmoins au « nous » que se trouve le lieu d’arrêt. Autant dire, bel et bien, que Frayer est carrément une remise en question : « nous sommes le monde/mais nous le savons pas » ( p.47 ). Si on s’identifie et s’affirme comme on peut, il n’en reste pas moins qu’on est « pas capables de voler comme du monde » ( p.49 ). Saisissez dès lors que le problème d’identité est ici bien plus fort qu’un simple questionnement. Si on nous met et remet en jeu notre avenir, notre « je » ; c'est au beau milieu de ces vers libres qu’on en comprend l’importance vraie du « je », celui de notre identité, mais aussi celle du « nous », celui qui « [sourit] en carte de bingo gagnante » ( p.8 ). Et sans être trop fort de café, il est aussi vrai que « par ici on flatte le chaos/comme le meilleur avenir possible de l’homme/quand il se contente du cadeau glauque de la vie/offerte en quelques paiements faciles » ( p.71 ).

3 commentaires plus anciens
SG★彡 a aimé ce livre

La leçon de Rosalinde

4 personnes apprécient ce livre

SG★彡 a aimé ce livre
SG★彡 a aimé ce livre

Portrait de Dorian Gray (Le)

1 personne apprécie ce livre

SG★彡 a aimé ce livre

Heidi

1 personne apprécie ce livre

SG★彡 a aimé ce livre

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur

5 personnes apprécient ce livre

SG★彡 a commenté ce livre

Ce qu'on respire sur Tatouine

33 personnes apprécient ce livre
11 commentaires au sujet de ce livre

L’allure que donne Ce qu’on respire sur Tatouine, marqué de Star Wars et de courtes phrases, peut s’approcher d’une fanfiction, mais d’un discret lyrisme ; on se trouve vite adsorbé et étonné. Non moins, c'est avec un trop-plein d’aléas d’un homme dépourvu de tout charisme, malade de fibrose kystique et malade du désert ; de Tatooine, que piqué par-ci par-là de personnalités ; de chanteurs et d’acteurs, ou de marques ; à coup de McDonald’s et de Sidekicks, de trame sonore ou de chansons ; d’un Fell in Love With a Girl, qu’on retrouve dans l’écriture de Jean-Christophe Réhel un « lui » poétique et un « nous » québécois.

10 commentaires plus anciens
SG★彡 a aimé ce livre

Querelle de Roberval

21 personnes apprécient ce livre

SG★彡 a aimé ce livre
SG★彡 a commenté ce livre

Le Nouveau Monde: histoire d'un voyage fait en la terre du Brésil

1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre

Nouveau Monde et terres du Brésil ; sont ici synonymes de perroquets, d’ananas et de sauvages américains. Dès lors, sachez que c’est avec Jean de Léry un modeste cordonnier qu’on apprend aussi ce qu’est la vraie nature des hommes.

Liste de lecture de SG★彡
Voir sa liste de lecture