Activités de Élaine

Élaine a aimé ce livre

Hôtel Lonely Hearts

Par Heather O'Neill
(4,07)

29 personnes apprécient ce livre

Élaine a coté ce livre

Hôtel Lonely Hearts

Par Heather O'Neill
(4,07)

27 votes

Élaine a commenté ce livre

L'Arabe du futur T.4 : Une jeunesse au Moyen-Orient, 1987-1992

Par Riad Sattouf
(4,75)
4 personnes apprécient ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
J'avais très hâte de lire le 4e opus de L'Arabe du futur et vraiment, le plaisir croît avec l'usage. Riad, ado, voit son père se transformer sous ses yeux à chacun de ses retours en France. Ses séjours pour le travail en Arabie Saoudite, où il se retrouve seul sans sa famille, l'ont changé à tel point qu'une fracture se dessine au fil des bulles. Même les vacances en Syrie ou ailleurs n'y peuvent rien pour ressouder les liens familiaux. Riad Sattouf nous fait ressentir cette ambiance de fin de règne avec doigté et pudeur, évoquant les émois de l'adolescence, la maladie de sa mère et la déchéance de son père chez lequel la fourberie et la rage ne sont jamais très loin. Je croyais lire le dernier de la série mais suis fort contente d'en connaître la suite prochaine.
Élaine a aimé ce livre

L'Arabe du futur T.4 : Une jeunesse au Moyen-Orient, 1987-1992

Par Riad Sattouf
(4,75)

4 personnes apprécient ce livre

Élaine a coté ce livre
Élaine a commenté ce livre

L'échange des princesses

Par Chantal Thomas
(4,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
1721 : sur l'île des Faisans au milieu de la Bidassoa, frontière entre les royaumes de France et d'Espagne, Louise-Élisabeth d'Orléans, douze ans, fille du régent Philippe d'Orléans est donnée en mariage à Luis, prince des Asturies, quatorze ans, fils du roi d'Espagne Philippe V en échange d'Anna Maria Victoria de Bourbon, quatre ans, fille de ce même roi d'Espagne, promise quant à elle à Louis XV, douze ans, roi de France. « Débile ou trop précoce, trop grosse ou trop maigre, sans volonté ou trop décidée, déjà usée ou trop jeune, ni l'une ni l'autre désormais ne peuvent plaire. » Et déjà, en 1724, cet arrangement politique convenu entre les deux États afin de maintenir la paix, sans égard pour ces enfants issus de têtes couronnées, prendra l'eau sans avoir eu le temps de porter ses fruits. Chantal Thomas possède ce don de s'insinuer dans les replis de l'Histoire afin de nous en révéler les côtés plus sombres ou cachés des événements passés. Et son écriture évocatrice contribue évidemment au plaisir de la lire encore et toujours.
Élaine a aimé ce livre

L'échange des princesses

Par Chantal Thomas
(4,0)

1 personne apprécie ce livre

Élaine a coté ce livre

L'échange des princesses

Par Chantal Thomas
(4,0)

1 vote

Élaine a commenté ce livre

Vous aurez de mes nouvelles

Par Jean-Paul Dubois
(3,0)
2 personnes apprécient ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Jean-Paul Dubois me réconcilie avec le genre de littérature que constituent les nouvelles. Même si ce recueil en contient un bon nombre, je n'ai pas senti avec autant d'acuité qu'à l'habitude leur inachèvement et leur côté inabouti. Au contraire, j'ai tourné les pages avec bonheur, me régalant de la prose, de la verve et de cet humour que l'auteur parsème toujours dans ses livres. La dernière nouvelle intitulée La vie est un sport individuel termine superbement l'ouvrage, manière de boucler la boucle. Je n'en ai pas terminé avec Jean-Paul Dubois... heureusement!
Élaine a aimé ce livre

Vous aurez de mes nouvelles

Par Jean-Paul Dubois
(3,0)

2 personnes apprécient ce livre

Élaine a coté ce livre

Vous aurez de mes nouvelles

Par Jean-Paul Dubois
(3,0)

1 vote

Élaine a commenté ce livre

Bakhita

Par Véronique Olmi
(5,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
On ne sait jamais dans quoi on s'embarque lorsqu'on ouvre un livre et Bakhita en est un exemple parfait. Véronique Olmi nous convie au témoignage d'une fillette soudanaise soumise à l'esclavage et aux pires infamies et dont la puissance intérieure hors du commun lui a permis de s'élever au-dessus des bassesses humaines. Ce récit s'inscrit à la fin du XIXe siècle, alors que je croyais la fin de cet esclavage africain mené par les négriers britanniques et américains. Mais au Darfour, ce sont les Arabes qui incendient des villages entiers pour en extraire les meilleurs éléments afin d'alimenter les harems des riches marchands. C'est le lot de Bakhita à six ans (elle ne connaîtra jamais son vrai nom). Séparée de sa famille, elle vivra mille morts et mille maux mais connaîtra une certaine sérénité dans la deuxième moitié de sa vie. L'auteure a su faire parler Bakhita et c'est ce qui touche en plein coeur dans cette sorte d'hagiographie peu banale. Peut-on croire que le clergé catholique l'a récupérée pour ses propres oeuvres? Peut-être, mais c'est aussi cette foi profonde dans le Christ qui lui a permis de transcender ses souffrances pour mieux vivre. Un autre visage de cette résilience associée aux traumatismes les plus atroces. Une très belle lecture que je n'oublierai pas de sitôt.
Élaine a aimé ce livre

Bakhita

Par Véronique Olmi
(5,0)

1 personne apprécie ce livre

Élaine a coté ce livre

Bakhita

Par Véronique Olmi
(5,0)

1 vote

Élaine a commenté ce livre

Vous Plaisantez, Monsieur Tanner

Par Jean-Paul Dubois
(4,0)
2 personnes apprécient ce livre
2 commentaires au sujet de ce livre
« (...) un chantier est, par essence, constamment affamé (...) une rénovation est, par définition, un gouffre, (...) un artisan, est, par nature une menace latente ». Dans cette chronique de rénovations entreprises pour une maison laissée en héritage, M. Tanner, le propriétaire et narrateur, nous offre une panoplie de portraits d'hommes de la construction qui défilent quotidiennement pour exécuter leur prestation de services. Mais attention, ce sera loin d'être une partie de plaisir. Francine Ruel dans son roman joliment tourné, Et si c'était ça, le bonheur? avait abordé ce thème avec sa touche féminine un tantinet néophyte. Jean-Paul Dubois a plutôt choisi d'incarner le type du maître d'oeuvre qui en connaît un rayon sur les travaux à faire, donnant lieu à des affrontements épiques et à des confrontations pour le moins gênantes avec les professionnels engagés. Heureusement, l'humour est présent dans ces courts chapitres bien construits chronologiquement; l'écriture est précise sans être alourdie de termes pointus et le récit frappe dans le mille par sa cruelle réalité. Car qui n'a pas, un jour, vécu du découragement et de la déception lors de chantiers de réno?
1 commentaire plus ancien