Activités de Élaine

Élaine a commenté ce livre

A la recherche d'Hemingway

Par Leif Davidsen
(4,0)
2 personnes apprécient ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
« Je suis Cubain J’appartiens à cette race paranoïaque Car j’entends Les mêmes choses Depuis avant la perestroïka Et je vis le projet de ma propre vie Au ralenti » Ces paroles de chanson, scandées par un des personnages à un moment crucial du récit, résument à elles seules ce que vivent les habitants d’un des derniers bastion du communisme. Sur les traces de l’écrivain Ernest Hemingway, John Petersen, professeur d’histoire danois en congé de maladie, atterrit à Key West en Floride où il fait la rencontre d’un vieil exilé cubain, Carlos Guttierez. Les deux hommes fraternisent, le premier endeuillé de sa femme et le second, éloigné depuis plusieurs années de sa fille cadette, Clara, devenue citoyenne cubaine par son mariage avec un colonel proche du gouvernement castriste. Désoeuvré et quelque peu désorienté, Petersen se laisse embarquer dans un rôle de messager, à première vue inoffensif, mais qui prend une tournure plus dramatique une fois débarqué à Cuba. L’action du roman se déroule durant la longue maladie qui a éloigné peu à peu Fidel Castro du pouvoir en 2006, redonnant de ce fait un élan d’espoir aux Cubains, déjà éprouvés par l’abandon de l’aide russe après le démantèlement du communisme. Cet aspect historique est fort bien décrit ainsi que la psychologie des personnages et leurs motivations. Un roman brassant un heureux mélange des genres littéraires sous le soleil de la Floride et de Cuba, quoi de mieux pour débuter l’hiver…
Élaine a aimé ce livre

A la recherche d'Hemingway

Par Leif Davidsen
(4,0)

2 personnes apprécient ce livre

Élaine a coté ce livre

A la recherche d'Hemingway

Par Leif Davidsen
(4,0)

1 vote

Élaine a commenté ce livre

Des fleurs pour Algernon

Par Daniel Keyes
(4,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
« Qu’arriverait-il si l’on pouvait améliorer artificiellement l’intelligence humaine? » Cette idée, venue à l’esprit de Daniel Keyes bien avant qu’il ait pensé devenir écrivain, l’a poursuivie jusqu’à l’aboutissement de son roman le plus connu, Des fleurs pour Algernon. Son personnage principal, Charlie Gordon, 32 ans, accepte, avec l’autorisation de sa sœur Norma qu’il n’a pas vue depuis plusieurs années, de participer à une étude supervisée par d’éminents docteurs en psychologie à l’université Beekman. L’objectif : parvenir à corriger, chez l’être humain, des déficits cognitifs dus au déficit d’une enzyme dans le cerveau à l’origine de déficiences intellectuelles sévères. La première à tester ces prétentions scientifiques est une souris prénommée Algernon, à laquelle Charlie sera comparée tout au long du processus expérimental. Car Charlie souffre d’un retard mental depuis sa naissance et l’espoir d’être « normal », seriné par sa mère dans son enfance, le poursuit toujours. Une opération au cerveau, que l’auteur a choisi de ne pas expliciter, sorte de lobotomie non invasive, rend à Charlie une nouvelle capacité d’apprentissage dotée d’une mémoire phénoménale. Un succès bœuf. Sauf que, les mois passant, Charlie change de personnalité et ses tourments psychiques, couplés à des flash-back douloureux, le torturent sans que ses séances de psychothérapie ne parviennent à le soulager. Une descente aux enfers d’un homme-enfant qui, ayant atteint les sommets par des manipulations médicales, se met à régresser jusqu’à une finale crève-cœur. Une science-fiction qui paraît un peu décalée aujourd’hui, mais qui, à sa parution au début des années 1960, a dû certainement faire son effet. Dans la version du roman que j’ai lu, un texte fort intéressant de Daniel Keyes retrace la genèse de cette histoire ainsi que les aspirations de l’auteur à se définir pleinement comme écrivain. Voilà un beau complément à ce roman atypique que j’ai apprécié pour son originalité et son propos universel.
Élaine a aimé ce livre

Des fleurs pour Algernon

Par Daniel Keyes
(4,0)

1 personne apprécie ce livre

Élaine a coté ce livre

Des fleurs pour Algernon

Par Daniel Keyes
(4,0)

1 vote

Élaine a commenté ce livre

Né d'aucune femme

Par Franck Bouysse
(4,0)
6 personnes apprécient ce livre
4 commentaires au sujet de ce livre
On dirait une version non expurgée d’un conte des frères Grimm mais c’est bien de la plume d’un écrivain contemporain qu’est issue cette histoire d’une tristesse sans nom. Franck Bouysse a peut-être lui aussi puisé aux récits folkloriques anciens ou bien à l’oralité de récits transmis de génération en génération. Quoi qu’il en soit, ce roman est une réussite complète tant dans le ton, la construction et la langue. C’est beau à lire, c’est choquant à entendre et c’est captivant malgré la laideur et la méchanceté qui habitent certaines pages. Rien ne peut rendre justice au roman, même un résumé dithyrambique de François Busnel à La Grande Librairie, sauf à en tourner la première page sans coup férir et se laisser porter par le verbe enchanté et terrifiant de Franck Bouysse.
3 commentaires plus anciens
Élaine a aimé ce livre

Né d'aucune femme

Par Franck Bouysse
(4,0)

6 personnes apprécient ce livre

Élaine a coté ce livre

Né d'aucune femme

Par Franck Bouysse
(4,0)

6 votes

Élaine a commenté ce livre

Ce genre de petites choses

Par Claire Keegan
(4,0)
2 personnes apprécient ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
William (Bill) Furlong, père de cinq filles et honnête travailleur, est la figure centrale de ce court roman qui se déroule en 1985 dans une petite ville d’Irlande. On le suit d’octobre jusqu’à la veille de Noël au dépôt de charbon et de bois dont il est propriétaire, sur ses routes de livraison, dans son foyer auprès de sa famille, discutant parfois avec sa femme Eileen sur le sens de la vie, n’obtenant de celle-ci que des certitudes confortées par l’habitude. Le jour où il se rend au couvent Magdalen pour y déposer un stock de charbon commandé par les religieuses, il y découvre par hasard une pratique révoltante dont il soupçonnait vaguement l’existence. Claire Keegan réussit en peu de mots à restituer le déchirement de cet homme déambulant dans une communauté pourtant tissée serrée mais qui a choisi de fermer les yeux sur des agissements condamnables proférés depuis longtemps par des religieux dans des établissements fermés aux regards extérieurs. Histoire vraie malheureusement que l’auteure a transposée sobrement dans une fiction brève et émouvante.
Élaine a aimé ce livre

Ce genre de petites choses

Par Claire Keegan
(4,0)

2 personnes apprécient ce livre

Élaine a coté ce livre

Ce genre de petites choses

Par Claire Keegan
(4,0)

2 votes

Élaine a commenté ce livre

De sang et d'encre

Par Rachel Kadish
(5,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Helen Watt, spécialiste en études juives, est appelée à analyser d’un point de vue historique une série de documents anciens découverts dans un réduit sous un escalier d’une maison londonienne plusieurs fois centenaire. Assistée d’un doctorant juif américain, Aaron Levy, qu’on lui a recommandé et avec qui elle ne s’entend guère, Helen comprend sur-le-champ l’importance de cette découverte pour sa carrière dont elle devine la fin prochaine. À travers le décryptage des manuscrits conduit par les deux universitaires, on suit en parallèle l’histoire du rabbin Mohse HaCohn Mendes, juif séfarade parti d’Amsterdam en 1657 pour gagner Londres en vue d’y éduquer la communauté juive, ainsi que d’Ester Velasquez, une orpheline qu’il a accueillie chez lui avec son frère Isaac. Le vieil homme est aveugle depuis des tortures subies sous l’Inquisition espagnole, l’obligeant ainsi à avoir recours aux services d’un scribe, ce que feront Isaac et bientôt sa sœur, défiant les lois judaïques interdisant aux femmes toute activité intellectuelle. « (…) niant son sexe de sa plume et de son encre (…) », Ester ira encore plus loin que la simple transcription des phrases et des idées du rabbin, se heurtant alors à la moralité rigide de sa religion et de son époque. Rachel Kadish a accompli un travail de recherche impeccable dans ce roman conjuguant histoire et philosophie, sur fond d’épidémie de peste, de Shoah et de kibboutz en Israël. Le style littéraire adapté au XVIIe siècle est aussi parfaitement réussi, même dans la traduction, ce qui ne m’a pas empêché d’éprouver certaines difficultés de compréhension à la lecture. « Même en latin, elle n’a aucune patience pour les phrases qui s’étirent comme un long cou prêt à se démancher et qui nécessitent un examen approfondi pour savoir où se niche l’écoeurante ambition, et où l’insulte cachée. » L’effort en valait la peine et c’est avec regret, quoique mêlé de soulagement, il faut bien le dire, que je quitte Ester et sa soif de connaissance. Un féminisme avant l’heure dans un siècle teinté d’obscurantisme, une fenêtre ouverte dans un très lointain passé, un hommage senti à la grande Histoire.
Élaine a aimé ce livre

De sang et d'encre

Par Rachel Kadish
(5,0)

1 personne apprécie ce livre

Élaine a coté ce livre

De sang et d'encre

Par Rachel Kadish
(5,0)

1 vote