Activités de Élaine

Élaine a commenté ce livre

Appia

Par Paolo Rumiz
(4,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Je reviens tout juste d’un périple à pied avec Paolo Rumiz et ses compagnons, sur les traces de la Via Appia, mère de toutes les routes, « posant un pas tous les 64 cm, la foulée même des légions ». De Rome à Brindisi, sur la côte Tyrrhénienne, le fil de la route se perd parfois, comme le pouls d’un moribond, et prend tout à la fois forme de « borne, ruine, champ de blé, route provinciale, fontaine, méthanoduc, sillon de charrette sur la pierre vive, tilleul solitaire, mur de pierre sèche, grève, sentier de montagne, arrêt d’autobus, passage à niveau, peau de serpent ». Plus qu’un guide de voyage, le récit emprunte à la grande Histoire, au présent aussi avec une critique sentie à l’égard du peuple italien et de ses pouvoirs publics qui laissent aller le patrimoine au profit d’un capitalisme anarchique sur lequel l’ombre de la Camorra plane inexorablement. Paolo Rumiz se désole donc de l’incurie régnant autour des recherches archéologiques et de leur mise en valeur, du manque total de perspective patrimoniale et de la désolation économique du Mezzogiorno. « Des terres où la Rome antique survit dans chaque jardin, chaque cave et chaque sous-sol, mais où quiconque étudie les pierres – comme l’État et les lois – est plus redouté que la peste, parce qu’il incarne une entrave au marché des adjudications. » Un vrai beau récit de voyage, entre pèlerinage et randonnée pédestre, rempli de faits historiques et de rencontres étonnantes, serti dans un paysage d’une indescriptible beauté mais que des franges de laideur viennent parfois ternir. Une envolée virtuelle, soit, mais qui m’a comblée d’images fort dépaysantes en ces temps de confinement.
Élaine a aimé ce livre

Appia

Par Paolo Rumiz
(4,0)

1 personne apprécie ce livre

Élaine a coté ce livre

Appia

Par Paolo Rumiz
(4,0)

1 vote

Élaine a commenté ce livre

Emma dans la nuit

Par Wendy WALKER
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
J’ai emprunté ce titre à la bibliothèque municipale pour mon mari, amateur de romans policiers. Je comptais qu’il le lise en premier mais il était occupé avec Mécanique de la chute de Seth Greenland, qu’il a d’ailleurs beaucoup aimé. Bref, j’ai commencé la lecture de ce titre, Emma dans la nuit, ne m’attendant pas à grand-chose. Ô surprise, j’ai été envoûtée par la voix de Cassandra Tanner, dix-huit ans, disparue du domicile familial avec sa sœur aînée Emma et qui réapparaît au début du récit après trois ans d’absence. Une histoire imbriquée avec celle d’Abigaïl Winter, psychologue médico-légale du FBI, qui avait enquêté sur les disparitions à l’époque, soupçonnant le rôle déterminant de la famille immédiate mais sans rien trouver d’incriminant pour pouvoir résoudre le mystère. Une construction en plusieurs temps décortique les dessous d’une vie familiale qui se dégrade peu à peu sous l’emprise de la mère des deux adolescentes, personnalité narcissique remariée à un homme peu scrupuleux, dont le fils Hunter, plus âgé, distille sa toxicité auprès de tous. Un mélange explosif latent tout au long des pages qui défilent jusqu’à la finale détonante. Finalement, cette lecture était pour moi!
Élaine a aimé ce livre

Emma dans la nuit

Par Wendy WALKER

1 personne apprécie ce livre

Élaine a commenté ce livre

Deacon King Kong

Par James McBride
(5,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Cuffy Lambkin (Sportcoat), diacre de l’église baptiste des Five Ends se rince le dalot avec un tord-boyaux, bien nommé King Kong, concocté par son meilleur ami Rufus dans la chaufferie de son HLM de Brooklyn. Veuf, Sportcoat traînasse dans les rues de son quartier, enivré la plupart du temps, offrant ses services d’homme à tout faire à ceux qui veulent lui faire confiance. Ses déambulations aléatoires lui attirent parfois de sérieux ennuis, accrus par de fréquentes pertes de mémoire et des discussions imaginaires avec sa femme disparue, Hettie. James McBride atteint le sommet de son art de conteur avec ce roman jouissif faisant revivre une communauté d’Afro-Américains venus s’installer à New York City dans les années 1940, fuyant le pays sudiste hostile à leur émancipation. L’action se déroule en 1969 dans les rues et sur les docks de Brooklyn, que mafias et gangs se disputent pour le commerce très lucratif de l’héroïne, fléau dévastateur pour la jeunesse. Sur cette toile de fond horrifiante, une galerie de personnages hauts en couleurs évoluent avec truculence et une certaine naïveté, heureusement mise de l’avant par l’auteur car sinon le roman aurait sombré dans la noirceur totale. C’est une sacrée force que possède McBride : celle de captiver son lecteur par les tous premiers mots et ne plus le lâcher jusqu’à la toute fin. J’ai été emportée par ce récit donquichottesque, drôle et tragique à la fois, et dans lequel on sent poindre tout l’amour porté par l’auteur à ses créatures romanesques. Cinq étoiles sans hésitation.
Élaine a aimé ce livre

Deacon King Kong

Par James McBride
(5,0)

1 personne apprécie ce livre

Élaine a coté ce livre

Deacon King Kong

Par James McBride
(5,0)

1 vote

Élaine a commenté ce livre

Le dernier hiver du Cid

Par Jérôme Garcin
(4,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Je n’ai vu que deux films mettant en vedette Gérard Philipe (Le Rouge et le Noir et La Beauté du Diable), mais ils m’ont marquée, m’amenant par la suite à lire Le Temps d’un Soupir d’Anne Philipe. C’était il y a fort longtemps. Lorsque Jérôme Garcin s’est présenté à La Grande Librairie avec son récit biographique Le dernier hiver du Cid, j’en ai noté le titre avec empressement, attirée encore une fois par la figure mythique d’un acteur charismatique trop tôt disparu. Ce sont donc les derniers jours du « héros cornélien et romantique » que recrée l’auteur, gendre à jamais inconnu de son sujet. À travers les premiers malaises physiques, l’hospitalisation, l’opération chirurgicale et la convalescence, Garcin ramène du passé certains pan méconnus, pour ma part, de la vie personnelle de Gérard Philipe (je pense, entre autres, à son père qui fut jugé collabo après la guerre 39-45), en plus de citer son implication sociale à plusieurs niveaux. Un hommage inspiré au père de sa bien-aimée, Anne-Marie Philipe, et qui m’a fait redécouvrir des hommes et des femmes de l’art depuis longtemps oubliés.
Élaine a aimé ce livre

Le dernier hiver du Cid

Par Jérôme Garcin
(4,0)

1 personne apprécie ce livre

Élaine a coté ce livre

Le dernier hiver du Cid

Par Jérôme Garcin
(4,0)

1 vote

Élaine a commenté ce livre

Allah n'est pas obligé

Par Ahmadou Kourouma
(4,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Allah n’est pas obligé, disait sa grand-mère. Pas obligé d’exaucer toutes les prières des croyants prosternés. Birahima, le narrateur, en fait l’apprentissage de dure façon dans sa quête d’un avenir meilleur représenté par sa tante vivant au Libéria. À travers les guerres tribales des pays d’Afrique de l’Ouest, Birahima, accompagné d’un féticheur musulman, traversera de dangereuses frontières en tant qu’enfant-soldat, seule manière pour un orphelin de manger à sa faim, épousant toutes les causes à sa portée pourvu qu’elles le mènent à son but. « Et quand on n’a plus personne sur terre, ni père ni mère ni frère ni sœur, et qu’on est petit, un petit mignon dans son pays foutu et barbare où tout le monde s’égorge, que fait-on? » Au début, on ne sait trop à qui s’adresse son bla-bla, comme il dit. On sent une grande lassitude chez lui mais sitôt qu’il a commencé, il ne peut plus s’arrêter. Il raconte ses aventures « (…) avec les mots savants français de français, toubab, colon, colonialiste et raciste, les gros mots d’africain noir, nègre, sauvage, et les mots de nègre salopard de pidgin. » Un enfant devenu trop tôt un homme, assistant et participant aux pires exactions guerrières, drogué au haschich pour mieux tuer de sang-froid, dans un monde environné de superstitions et de fétichismes dans lequel la pitié et la compassion sont inexistantes. Un roman-choc que je ne suis pas près d’oublier. Une descente en apnée dans les profondeurs de la noirceur humaine.
Élaine a aimé ce livre

Allah n'est pas obligé

Par Ahmadou Kourouma
(4,0)

1 personne apprécie ce livre

Élaine a coté ce livre

Allah n'est pas obligé

Par Ahmadou Kourouma
(4,0)

1 vote

Élaine a commenté ce livre

Les vieux maudits

Par Leif Tande
(3,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Une série de suicides au Manoir Le Saule Rieur, résidence pour aînés, cause une inquiétude grandissante chez ses locataires et décime le club de bridge. Solange, rongée par la maladie d’Alzheimer, ne prend plus ses pilules depuis quelque temps, encouragée par Raymond, son vieil amoureux. Dopée des douces paroles et des conseils judicieux de ce dernier, Solange avoue volontiers être confuse et légèrement paranoïaque. Des soupçons pèsent d’abord sur le personnel soignant jusqu’à ce que tous évoquent de possibles complots entre les résidents. Une BD aux traits noirs, de gros plans sur les visages vieillis et torturés par la peur, voilà un ouvrage peu banal sur la vieillesse. Entre les médisances et les petites vexations de la vie communautaire, l’auteur s’attarde également sur la surmédication des personnes âgées, leurs passe-temps et activités dirigés comme en colonie de vacances. Ce n’est pas humoristique comme je le croyais et c’est peut-être ce qui manque le plus au récit.