Activités de Guillaume Houle

Guillaume Houle a coté ce livre

Glauque : Là où la terre se termine

Par Joyce Baker
(2,5)

2 votes

Guillaume Houle a coté ce livre

Noir métal

Par Sebastien Chabot
(1,0)

1 vote

Guillaume Houle a coté ce livre

De synthèse

Par Karoline Georges
(3,75)

24 votes

Guillaume Houle a commenté ce livre

On couche ensemble

Par Francis Juteau et Alice Lacroix
(3,0)
1 personne apprécie ce livre
2 commentaires au sujet de ce livre
1 commentaire plus récent
Un récit bien écrit et sympathique... et c'est à peu près tout. Je n'ai pas trouvé que leur histoire sortait de l'ordinaire. Une femme et un homme racontent leurs ébats avant de vivre ensemble. Ils vivent ce que beaucoup de couples vivent durant cette période : la passion. Le récit se termine lorsqu'ils emménagent ensemble... et c'est pourtant le bout le plus intriguant! Et après, qu'est-ce qui se passe? À titre personnel, j'aurais aimé lire ce qui se passe ensuite, par exemple trois ans après que le couple eut emménagé ensemble. La mise en marché est excellente par contre, on en dit juste assez pour accrocher le poisson. Dommage que celui-ci n'ait pas été aussi gros que je l'aurais pensé.
Guillaume Houle a coté ce livre

On couche ensemble

Par Francis Juteau et Alice Lacroix
(3,0)

2 votes

Guillaume Houle a commenté ce livre

Tinder Fucker

Par Marie Demers
(3,5)
1 personne apprécie ce livre
4 commentaires au sujet de ce livre
3 commentaires plus récents
Un nouvelle de « vengeance » du féminin sur le masculin qui mise sur la déception. Je suis effectivement déçu. Je m'attendais à mieux qu'une fable contemporaine sur la Guerre des sexes. Je suis d'avis qu'il y a mieux à faire que de se décevoir, au XXIe siècle. Pourquoi ne pas essayer de communiquer et d'aller de l'avant? Il y a sûrement des couples qui réussissent à s'entendre, malgré les histoires que les médias mettent de l'avant sous le feu des lampes grossissantes...
Guillaume Houle a coté ce livre

Tinder Fucker

Par Marie Demers
(3,5)

4 votes

Guillaume Houle a commenté ce livre

Future Sex

Par Emily Witt
(3,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Une lecture fascinante sur plusieurs sujets d'actualité, même si elle reste plutôt en surface. L'autrice elle-même semble préférer le flou artistique, l'exploration éphémère, papillonner d'un sujet à l'autre sans trop les approfondir. C'est aussi une des raisons pour lesquelles cette lecture a un goût de sucré, comme si chaque chapitre révélait un nouveau dessert.
Guillaume Houle a coté ce livre

Future Sex

Par Emily Witt
(3,0)

1 vote

Guillaume Houle a aimé ce livre

Future Sex

Par Emily Witt
(3,0)

1 personne apprécie ce livre

Guillaume Houle a commenté ce livre

Histoire populaire de l'amour au Québec T.1 : Avant 1760, de...

Par Jean-Sébastien Marsan
(4,5)
1 personne apprécie ce livre
2 commentaires au sujet de ce livre
Mon appréciation de la réalité, bien que j’ai conscience qu’elle soit subjective, me donne parfois l’impression de vivre à une époque où les configurations relationnelles possibles explosent pour la première fois en une myriade de possibilités. D’un autre côté, mon intellect me rappelle que l’Histoire comporte nombre d’exemples de peuples et d’individus qui ont vécu leur vie en dehors du cadre rigide et forcé des grandes religions monothéistes. C’est en dansant au rythme de cette dualité, de cette ambiguïté que le tome 1 de l’essai historique Histoire populaire de l’amour au Québec de Jean-Sébastien Marsan tente de nous dépeindre le fonctionnement et les moeurs de la société coloniale de la Nouvelle-France. L’équipe responsable de la mise en marché du livre a bien fait son travail : ce sont les éléments les plus croustillants de notre histoire qui se retrouvent sur la quatrième de couverture. En la lisant, j’ai eu tout de suite envie de découvrir ces irrégularités relationnelles de l’histoire du Québec. En effet, nombre de ces histoires, tout en étant grivoises, trouvent une résonance dans la façon dont des femmes et des hommes vivent leur vie au XXIe siècle. Bref, il y a dans ce livre de quoi affirmer que nous n’avons rien inventé. Or, si cette essai repose sur de nombreuses sources et ouvrages de références, il n’en demeure pas moins que les bases sur lesquelles il s’appuie – comme bien des livres d’histoire – demeurent sujettes à précaution. Contrats de mariage, documentation de procès en justice, journaux des responsables de la colonisation… tout cela pourrait n’être que la pointe du glacier. Tout en étant passionnant, cet ouvrage se révèle donc aussi frustrant : on y brosse d’un côté une société catholique et monogame bien rangée, bien ordonnée avec ses traditions et ses rites, et de l’autre les exceptions à cette règle, dont certaines auraient engendré la colère de zélotes catholiques, un peu comme ce que l’on voit sur les réseaux sociaux lorsque le « scandale-de-la-semaine » sort dans les médias… mais qu’en est-il vraiment? Comment pouvons-nous savoir comment les colons, illettrés pour la plupart, organisaient vraiment leur vie amoureuse et familiale? Que cachaient-ils aux autorités religieuses? L’auteur le mentionne d’ailleurs lui-même : le manque de curés pour surveiller les ouailles dans les villages éloignés a possiblement laissé cours à des pratiques jugées hors normes par le clergé. Bref, si l’auteur se plaît à raconter nombre de cas hors normes, le portrait qu’il brosse de la société en général demeure quand même celle de bons catholiques, monogames et bien rangés… faute de preuves du contraire. Je suis convaincu que cette vision de l’histoire n’est que façade, et que ce qui suit les cérémonies de mariage bien arrosées cache nombre de secrets, de tabous et de pratiques irrégulières, éthiques et non éthiques. C’est comme la distanciation sociale : les autorités gouvernementales (qui ont remplacé le clergé dans les années 1960) nous disent de le faire, mais dans les faits, combien d’entre nous oublient de rester à deux mètres des autres en tout temps – un sondage récent révèle d’ailleurs qu’environ 35 % des répondants ne respectent pas cette pratique ( Source : https://lactualite.com/actualites/sondage-covid-19-les-canadiens-majoritaires-a-approuver-le-deconfinement/ )? Au final, je recommande ce livre à toutes les curieuses et tous les curieux de notre passé : les informations qu’il contient sont pertinentes, éclairantes, amusantes. La section sur les moeurs sexuelles des amérindiennes et amérindiens est inspirante, même si elle repose sur une documentation parcellaire. Il y a dans cette section des éléments que l’on retrouve dans certaines de nos pratiques contemporaines, par exemple le fait d’être libre de changer de partenaire lorsqu’une relation est terminée, ou encore la possibilité d’entretenir des relations éthiques avec une tierce personne (concubin, concubine). D’autres exemples pourraient être inspirants dans le renouvellement de notre civilisation nord-occidentale, dont le rituel d’expérimentation ( « Courir l’allumette ») de la sexualité chez les jeunes, ou encore la possibilité de bâtir des familles où le rôle de mère et de père est partagé par plusieurs adultes – chez une des nations amérindiennes, c’était aussi de la responsabilité des tantes et des oncles, où les hommes étaient tous pères des enfants de leur frère, où les femmes étaient toutes mères des enfants de leur soeur. Pour ma part, je souhaite que la distanciation sociale ne soit qu’un mal nécessaire de courte durée, et que nous inversions la tendance à l’atomisation des familles en unités monoparentales. Je suis de ceux qui croient que ça prend un village pour élever un enfant, et je doute que la société puisse survivre, à long terme, un monde où un parent s’occupe seul plusieurs enfants, même si c’est une semaine sur deux… Je lève mon chapeau bien haut à celles et à ceux qui y parviennent!
1 commentaire plus ancien
Guillaume Houle a coté ce livre
Guillaume Houle a commenté ce livre

Histoire populaire de l'amour au Québec T.2 : 1760-1860

Par Jean-Sébastien Marsan
(2,0)
1 commentaire au sujet de ce livre
Moi qui pensant que le « tome 2 comme passerelle de remplissage entre le premier et le dernier dans une trilogie », ça n'existait qu'en fiction... j'ai été servi! Le premier tome m'avait littéralement jeté sur le cul. J'ai été séduit par le précédent, j'ai appris moult détails fascinants sur l'amour et la sexualité en Nouvelle-France, au point d'en inspirer ma vision du monde et de relations. Dans celui-ci, j'ai très peu appris. L'époque couverte - 1760 à 1860 - a été plusieurs fois remâchée par de nombreuses historiennes et histoires. L'éditeur "Clio" de mémoire a d'ailleurs publié dans les années 1980 un ouvrage fascinant au sujet des femmes au Québec. Vu mes lectures précédentes, j'ai lu ce tome 2 avec peu d'intérêt. Même les histoires « croustillantes » m'ont laissé sur ma faim. Je suis ressorti de cette lecture avec un sentiment d'antipathie accru pour la religion, qu'elle soit catholique ou autre. Je comprends que la période ultramontaine du Québec, où le clergé catholique a eu la mainmise sur le Québec après le départ de la France vu la conquête britannique, a été salutaire pour la démographie et pour la structuration de la société québécoise. Néanmoins mon sentiment de dégoût envers les institutions religieuses - qui a contrôlé d'une façon honteuse les relations conjugales - n'a été qu'amplifié par la lecture de ce livre. L'apologie que l'auteur présente à ce sujet dans les dernières pages peut sembler cohérent du point de vue d'un historien. Je ne ressens pourtant qu'une grand déception à la lecture de celui-ci. Peu importe où le Québec va à partir de 1960, je souhaite ardemment que personne ne pourra nous dicter comment gérer notre vie intime.
Guillaume Houle a coté ce livre

Histoire populaire de l'amour au Québec T.2 : 1760-1860

Par Jean-Sébastien Marsan
(2,0)

1 vote

Guillaume Houle a commenté ce livre

Pièces T.1: Faire l'amour

Par Anne-Marie Olivier
(3,0)
1 personne apprécie ce livre
2 commentaires au sujet de ce livre
Je n'ai pas eu l'occasion de voir la pièce, j'étais quand même curieux de la lire. Au final, je n'ai pas eu tant l'impression que la pièce parle de « Faire l'amour », mais plutôt de gens qui - en majorité - été déçus par la façon dont elles ou ils ont vécu l'amour. Une poignée des extraits étaient magiques. La plupart du temps, par contre, j'ai senti le fond judéo-chrétien qui empêchait les amantes et les amants de réellement s'aimer. Par moment, j'ai eu l'impression de revivre la prison du mariage du XIXe siècle ultramontain au Québec, dans laquelle un homme et une femme s'enfermaient et vivaient essentiellement de la déception. La pièce est plus que ça, bien sûr. En soi, elle est très bien. J'ai toutefois acquis ce livre en pensant qu'il serait plus homogène, dans le sens où les personnages « feraient l'amour », qu'ils en auraient le goût, l'envie, qu'ils en ressentirait l'extase, comme dans « Kink » par exemple - même si celui-ci n'est pas exempt de violence non consentie. Les histoire de partenaires violents, contrôlants, qui prennent leur compagne pour une ménagère, qui détruisent leur jardin, qui vivent de l'amitié pendant 50 ans avant le départ de l'autre... j'aurais préféré les lire dans une autre pièce, du genre « Avoir été en amour ». Je comprends bien sûr la parcours des autrices : elles voulaient des histoires de baise et elles ont plutôt reçu des histoires sur des relations conjugales positives ou négatives.
1 commentaire plus ancien