Activités de François-Alexandre Bourbeau

Voici les activités récentes de François-Alexandre Bourbeau :

François-Alexandre Bourbeau a commenté ce livre

Ton dictionnaire du bout de la terre

0 personnes apprécient ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre

TON DICTIONNAIRE DU BOUT DE LA TERRE est une lettre d’amour d’un père à son fils, aux siens, à sa terre, à sa Gaspésie. Car qu’est-ce qui nous rattache, nous Gaspésiens, à notre bout de pays? Qu’est-ce qui nous en éloigne? Devons-nous l’apprivoiser, cette Belle Sauvage, ou nous habite-t-elle tout le temps? Projet ambitieux, donc, mais ô combien lumineux, humain et fraternel. 132 définitions comme autant de pans de vie, de fragments de mémoire, d’amours fous, d’amis et de connaissances, d’attentes et de déceptions, de trouvailles et de petites victoires.

François-Alexandre Bourbeau a commenté ce livre

Miam miam fléau

0 personnes apprécient ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre

Les enceintes de petits villages nichés dans les collines sont percées les unes après les autres. Pas de danger outre cette créature ignoble qui vide toutes les réserves de nourriture (un fieffé gourmand!). Entre-temps, un souverain expansif pleure le départ inopiné de son goûteur. Bref, tout le monde en a ras le bol, et reste cette chose vorace... Une BD vive, rigolote et fort sympathique sur fond de cataclysme gastronomique.

François-Alexandre Bourbeau a commenté ce livre

Grande Plaine IV

0 personnes apprécient ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre

Dans GRANDE PLAINE IV, sorte de carnet de route sur trame d’espionnage et criblé de microfictions intestines, Bourbaki nous raconte une tranche de sa vie à une période où il est las comme jamais et prend la route pour mettre le cap sur n’importe où. On le découvre mystérieux, solitaire, songeur, engagé malgré un tantinet d’indifférence (il répond à ses courriels nonchalamment et oublie d’arroser les plantes), observateur, méfiant mais grandement humain. Au cours de sa traversée, il est projeté malgré lui dans un projet sombre de grande envergure et rencontre d’autres personnages hauts en couleur, dont l’un semble être sa copie exacte, lui aussi auteur, et qui aurait écrit le même roman que Bourbaki par coïncidence... Alexandre Bourbaki se double et se dédouble, s’entrecoupe et se multiplie. C’est une tache maculaire, un mirage, autrement dit un personnage drôlement efficace, toutes fictions confondues, qui déconstruit adroitement le quatrième mur.

François-Alexandre Bourbeau a commenté ce livre

Maître Glockenspiel

0 personnes apprécient ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre

Une dystopie humoristique et divertissante à souhait qui contient au passage des personnages délicieux et une ombre de réalité plutôt glauque.

François-Alexandre Bourbeau a commenté ce livre

Par la peau des couleuvres

2 personnes apprécient ce livre
2 commentaires au sujet de ce livre

Une poésie reptile, fougère, cutanée et bestiaire.

1 commentaire plus ancien
François-Alexandre Bourbeau a commenté ce livre

Preuves d'existence

0 personnes apprécient ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre

Intime, douloureux, sublime, à fleur de peau.

François-Alexandre Bourbeau a commenté ce livre

Etta et Otto (et Russell et James)

4 personnes apprécient ce livre
3 commentaires au sujet de ce livre

Une fable, une photo jaunie, une lettre d’amour sublime, striée par la terre sèche des champs sous le soleil brûlant, du sang des soldats tombés sur les galets, des larmes de ceux laissés derrière. Une bouffée d’humanité, de vie brûlante. Aimer intensément, toujours, de près, de très loin, plus que tout. Emma Hooper signe avec ce premier roman une fresque magistrale où l’on trouve des parents, des amis, des amoureux, de la poussière, des arbres, un coyote et beaucoup d’eau.

2 commentaires plus anciens
François-Alexandre Bourbeau a commenté ce livre

Sur un fond bleu

0 personnes apprécient ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre

Cérébral, brin d’ironie, un tantinet philosophique, facture visuelle impeccable. Un paysage narratif foisonnant!

François-Alexandre Bourbeau a commenté ce livre

Les États-Unis du vent

0 personnes apprécient ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre

Journal de bord et carnet de route, trajets sinueux à la conquête du vent, du grand air, des bourrasques éternelles, l’Amérique par la fenêtre.

François-Alexandre Bourbeau a commenté ce livre

La Petite Russie

16 personnes apprécient ce livre
7 commentaires au sujet de ce livre
2 commentaires plus récents

Hommage à ceux qui ont déboisé, défriché, labouré la terre pour la rendre habitable, sueur et sang, collection de portraits de famille, bribes de ruralité. Un album photo admirable!

4 commentaires plus anciens
François-Alexandre Bourbeau a commenté ce livre

Fair-play

9 personnes apprécient ce livre
5 commentaires au sujet de ce livre

FAIR-PLAY, publié en français chez La Peuplade à titre posthume, est le journal d’une poignée d’artistes dont le quotidien est rempli de tubes de peinture, de tableaux jamais accrochés, de cahiers de notes, de textes de théâtre, de films à faire développer et de tasses de thé pas assez fort. Jonna filme les couleurs et les textures, à la recherche de l’angle parfait. Mari dessine des idées et des univers. Toutes les deux sortent parfois en mer et hissent un vieux filet à bord. Chaque page nous emplit les poumons de l’air salin de la côte finlandaise, nous baigne de la lueur de vieux westerns sur cassette, nous trempe de la pluie fraîche d’un bel orage maritime. Tove Jansson fait dans ce recueil de microfictions l’éloge de la simplicité, de la solitude et de la lenteur. FAIR-PLAY est une collection d’instantanés.

4 commentaires plus anciens
François-Alexandre Bourbeau a commenté ce livre

Les terres

3 personnes apprécient ce livre
2 commentaires au sujet de ce livre
1 commentaire plus récent

Journal de topographie, devoir de mémoire, éloge du territoire et rencontres champêtres. Une collection de pages de notes et de croquis, une photographie au vent. Un roman rafraîchissant, d’une humble et sobre beauté.

François-Alexandre Bourbeau a commenté ce livre

Et vous avez eu beau temps ?

1 personne apprécie ce livre
2 commentaires au sujet de ce livre
1 commentaire plus récent

Delerm, le peintre de parenthèses, nous livre un nuage sur la présomption des locutions passe-partout, proclamées fourbes. Celles que l’on glisse furtivement à la fin d’un dialogue devenu aride, que l’on laisse tomber en guise de concession idéologique, que l’on profère pour entamer la conversation ou que l’on échappe par mégarde. Qu’elles sont nombreuses, nos maladresses verbales! Delerm nous invite à nous en rendre compte subtilement, ami en conseillant un autre, au moyen de brefs textes comme toujours parfumés, délicats, lents. C’est le genre de bouquin qu’on a l’impression de lire en plein soleil, assis au jardin, vent de printemps, réminiscence des bonheurs lointains en teintes de sépia. Car, comme nul autre, Delerm sait faire figer la goutte d’eau le long du verre de limonade.

François-Alexandre Bourbeau a commenté ce livre

Simone au travail

3 personnes apprécient ce livre
2 commentaires au sujet de ce livre

Dans ce dernier titre de Turgeon, raconté tout en humour et en chassé-croisé par un narrateur-protagoniste étrangement omniscient malgré sa distance, nous suivons Simone, personnage pour le moins coloré que l’on aura connu trois tomes plus tôt, cette fois empêtrée dans une trame rocambolesque aux allures d’espionnage. Au rendez-vous : une dessinatrice contrariée, un enseignant au collège qui passe ses nuits à orchestrer la trame musicale d’un club, un homme qui cumule identité sur identité, un agent secret anciennement as du rallycross, une fulgurante chanteuse, un coup d’État, un mystérieux diamant et quelques délicieux clins d’oeil aux autres tomes de la série. Bref, une recette à la Turgeon tout craché et un livre qu’il fait bon de déchiffrer!

1 commentaire plus ancien
François-Alexandre Bourbeau a commenté ce livre

Les artistes

0 personnes apprécient ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre

« Dans la nature, la ligne de contour n'existe pas. » C'est le genre de réflexion à laquelle se livre Clément de Gaulejac dans ce petit recueil de fragments tout en images et en silences. Atlas titube, quelques artistes se perdent dans la documentation, les cadres ne servent qu’à être éliminés, on tente de relever la géométrie des ombres… Il y a certes un brin de sarcasme, mais surtout une planante impression de remise en question : des propos énoncés, des décisions exprimées, du non-dit, des écoles de pensée et, inévitablement, de l'art. Le style de dessin minimaliste et les illustrations elles-mêmes se marient efficacement aux bribes de quotidien que contient LES ARTISTES. Un bouquin qu'on peut aisément laisser et reprendre à tout moment.