Activités de Sandrine Lazure

Voici les activités récentes de Sandrine Lazure :

Sandrine Lazure a commenté ce livre

L'évasion d'Arthur ou La commune d'Hochelaga

7 personnes apprécient ce livre
4 commentaires au sujet de ce livre

Après Anaïs Barbeau-Lavalette et son très beau Je voudrais qu'on m'efface, Simon Leduc fait de Hochelaga-Maisonneuve un personnage plus grand que nature dans ce premier roman. On y suit des hommes, des femmes et des enfants qui tissent leur vie dans ce quartier, à commencer par le petit Arthur et ses parents, quelques délinquants, les policiers qui surveillent le secteur et Choukri, ce géant à la tête qui vacille. Entre les claques, les chutes et les cris se glisse l'espoir qui prend bientôt la forme d'une révolution. C'est drôle et tragique à la fois. L'auteur est en diapason avec son temps ; de ses mots crus se dégage un bouleversant portrait de société.

3 commentaires plus anciens
Sandrine Lazure a aimé ce livre

L'évasion d'Arthur ou La commune d'Hochelaga

7 personnes apprécient ce livre

Sandrine Lazure a aimé ce livre

Le guide du mauvais père T.2

2 personnes apprécient ce livre

Sandrine Lazure a aimé ce livre

Le guide du mauvais père T.3

2 personnes apprécient ce livre

Sandrine Lazure a aimé ce livre

Le guide du mauvais père T.1

2 personnes apprécient ce livre

Sandrine Lazure a commenté ce livre

Les vieux fourneaux T.1 : Ceux qui restent

1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre

On tourne les pages de cette bande dessinée avec le sourire et on s'attache rapidement à ces vieux personnages parfois déjantés et irrévérencieux, parfois sages. On les quitte alors qu'il reste, en toile de fond, des questions sans réponse qui donnent envie de découvrir la suite. Assurément pour les adultes, car les enfants risquent de ne pas saisir la plupart des références à la source des dialogues et de l'intrigue. Et le passé à probablement meilleur goût chez les plus de 30 ans ! Bonne lecture !

Sandrine Lazure a aimé ce livre

Les vieux fourneaux T.1 : Ceux qui restent

1 personne apprécie ce livre

Sandrine Lazure a commenté ce livre

L'Arabe du futur T.1 : Une jeunesse au Moyen-Orient, 1978-1984

8 personnes apprécient ce livre
5 commentaires au sujet de ce livre

Ce premier livre de la série raconte l'enfance bien réelle d'un garçon dont le père est syrien et la mère française, et qui doit vite s'initier à la vie au Moyen-Orient. Retour au début des années 80 dans le quotidien des plus troublants de ce garçon né en France. Pour la qualité des dessins et du texte, et pour l'enseignement qui s'en dégage, il faut lire cette oeuvre de Riad Sattouf. Un roman graphique unique.

4 commentaires plus anciens
Sandrine Lazure a aimé ce livre
Sandrine Lazure a commenté ce livre

Sans domicile fixe

4 personnes apprécient ce livre
3 commentaires au sujet de ce livre
1 commentaire plus récent

Sitôt lu, ce roman pour ado se glisse parmi les coups de cœur de ma fille et moi. Une histoire qui nous fait passer par toutes la gamme des émotions. Un titre qui dit tout de son sujet... Ce garçon de 12 ans, on l'adopterait tout de suite! Suzin Nielsen est une auteure de littérature jeunesse des plus talentueuses. Bravo à Rachel Martinez pour la traduction si efficace qu'elle nous fait oublier que le roman a d'abord été écrit en anglais. Un bijou.

1 commentaire plus ancien
Sandrine Lazure a aimé ce livre

Tu peux toujours courir

1 personne apprécie ce livre

Sandrine Lazure a aimé ce livre

Deux soeurs

6 personnes apprécient ce livre

Sandrine Lazure a aimé ce livre

Sans domicile fixe

4 personnes apprécient ce livre

Sandrine Lazure a aimé ce livre

Pilleurs de rêves

3 personnes apprécient ce livre

Sandrine Lazure a commenté ce livre

Être du monde

3 personnes apprécient ce livre
4 commentaires au sujet de ce livre
3 commentaires plus récents

C’est une longue traversée que celle du deuil. Celle de l’Atlantique aussi, lorsqu’on y va par la voie des mers. L’auteure s’embarque sur un cargo dont l’équipage ne tolère qu’une poignée de voyageurs. Prenant le large, elle s’autorise à revenir sur ces mois passés auprès de sa mère, après que celle-ci ait reçu le terrible diagnostic de sclérose latérale amyotrophique (SLA). Elle s’ouvre sur ce rôle essentiel, mais difficile, de proche aidant ; des mois d’oubli de soi-même, alors qu’on sait la partie perdue d’avance. Dans ce va-et-vient doux-amer entre la routine au large et celle de l’accompagnement se dessine le portrait d’une femme aimante et admirable, qui chérissait la vie. Quand la nostalgie se mue en un récit d’une grande beauté.