DS
Deej Surgery
Intérêts littéraires : Bande dessinée, Biographies, Littérature, Jeunesse, Psychologie

Activités de Deej Surgery

D
Deej Surgery a apprécié, commenté et noté ce livre

Octobre

Par Soren Sveistrup
(3,75)
5 personnes apprécient ce livre
2 commentaires au sujet de ce livre
Kidnapping, pédophilie, démembrement, chasse à l’homme et pied d’nez aux services sociaux; ne manquait plus qu’une touche de vitriol pour que la recette soit complète, pour que justice soit rendue, qu’elle soit faite ! « Octobre » de Søren Sveistrup, ou quand le tueur aux marrons, avec un pied à l’ombre, l’autre dans porte, et galvanisé par un sanglant sentiment de vengeance, écho d’une enfance bafouée et meurtrie, reste tapi mais sans jamais être bien loin, à portée de main…l’épargnée…pas l’amputée…
1 commentaire plus ancien
D
Deej Surgery a apprécié, commenté et noté ce livre

Tout est ori

Par Paul Serge Forest
(3,71)
14 personnes apprécient ce livre
20 commentaires au sujet de ce livre
13 commentaires plus récents
Homard, horrible, horripilant, quand « Tout est ori », même pour une question de pigmentation, de semence, de succession, pas toujours terrible, la toxine. Et pas parce qu’elles sont écrites avec la verve de Paul Serge Forest que les incertitudes de la famille Lelarge, magnat de la clam et autres délices subaquatiques, se veulent moins lointaines, au contraire, parole de Mori, clameur de Baie-Trinité, là même où tout partit à vau-l’eau dès l’orgiaque chierie ! Malacologiste incompétent ou idiot du village vous demanderez. La réponse demeure, elle, tapie bien au chaud, à l’ombre du priapisme intoxiqué !
6 commentaires plus anciens
D
Deej Surgery a apprécié, commenté et noté ce livre

Pilleurs de rêves

Par Cherie Dimaline
(4,14)
6 personnes apprécient ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Et si un système réinventé des pensionnats resurgissait de ses cendres ? Et si après toutes ces peaux, les terres, les eaux, ces pilleurs, les Recruteurs, voulaient maintenant s’en prendre aux rêves, à ce qui reste de plus cher, ce qui se fait de plus beau ? Et si la fuite était devenue au nom de l’identité, sa dignité, son seul issu ? « Pilleurs de rêves » de Cherie Dimaline, dystopie teintée d’indélébiles très souvent vrais, trop souvent poignants, où le destin du peuple anishinaabeg se voit encore une fois à la merci, l’Île de la Tortue s’y trouvant assiégée, meurtrie, bafouée. Pioché dans le rayon jeunesse, roman permettant certes d’en prendre conscience, d’y voir plus clair !
D
Deej Surgery a apprécié, commenté et noté ce livre

Le jeu de la dame

Par Walter S. Tevis
(4,0)
2 personnes apprécient ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
D’abord l’abandon, ensuite le deuil maintes fois plutôt qu’une, enfin le rejet parce qu’affectionnant plus que tout ce jeu pour garçons. Alors que le monde de Beth se veut tout de noir et de blanc, de fuites éphémères, de soulagements incendiaires, avec un pied dans le bourbier et l’autre dans le bourbon, ce sont pourtant ces deux mêmes couleurs, celles-là mêmes composant l’échiquier pour lequel elle se voue sans compter, parfois même les yeux fermés, qui lui paveront la voie vers sa rédemption, vers son drapeau à damier. « The Queen’s Gambit » de Walter Tevis, depuis devenu phénomène Netflix, où la ligne entre l’accomplissement et la déchéance se veut parfois fine, d’autres fois plus que limpide.
D
Deej Surgery a apprécié, commenté et noté ce livre

Dalva

Par Jim Harrison et Brice Matthieussent
(4,0)
3 personnes apprécient ce livre
2 commentaires au sujet de ce livre
Retour en arrière pour mieux se saisir d’aujourd’hui, mûrir d’hier pour s’offrir un meilleur demain, Dalva lorgnant les racines de son arbre généalogique jusqu’au sein de ses origines, sous les firmaments du cœur sioux, au pied sacré des Black Hills, où résonna l’écho des vestiges de Little Bighorn jusqu’à cette constellation fragmentée par l’amour interdit, parce que donnant trop jeune naissance à cet enfant abandonné, adopté, mais certes jamais oublié. Teinté d’allusions salaces, d’humeur, de gnôle, de tragédies, « Dalva » de Jim Harrison propose ce prenant récit où s’entrelacent les aléas d’une femme dépossédée au trouble destin des Sioux, peuple déchiré, lui aussi à maintes fois pillé, méprisé, dépossédé.
1 commentaire plus ancien
D
Deej Surgery a apprécié, commenté et noté ce livre

Dîner (Le)

Par Herman KOCH
(3,66)
2 personnes apprécient ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Entre polémique et trou normand, bagatelle de l’anodin, qui de l’adoption, qui du racisme, de la ménopause, du cinéma, de la bouffe bio; apparat du glandeur de première qui zèle, qui glane, pour qui la réputation est en jeu, est l’enjeu. « Le dîner » d’Herman Koch, où quand pour une question de prestige, de renom, la désinvolture, la dérision, prennent le dessus sur la raison, sa déraison !
D
Deej Surgery a apprécié, commenté et noté ce livre

Five Little Indians

Par Michelle Good
(4,2)
2 personnes apprécient ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Quand les tourmentés cloîtrés sont de connivence, blasphèment tout autour et souillent la pureté de l’enfant, mais que la résilience de l’enfant pave la voie vers demain, vers un lendemain moins incertain, en faire son chemin rouge pour se défaire des chaînons du passé, du pensionnat, du poison. « Five Little Indians » de Michelle Good, une lecture d’actualité alors que charniers et enfants disparus enfin retrouvés ne cessent d’augmenter (même si on a cessé d’en parler). « She felt a certainty, from then on, that all the ones who had come before walked with her. Life was no longer just survival. It was about being someone. An Indian someone, with all the truth that was born into her at the moment she was placed in her mother’s womb. » ?
D
Deej Surgery a apprécié, commenté et noté ce livre

Apocryphe: thriller biblique

Par René Manzor
(5,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Reclus pour son propre bien dans le désert de Judée, c’est contre vents, marées sablonneuses et l’esprit tourmenté par le spectre du Golgotha que David de Nazareth se signa et fit, en quête de rédemption, son propre Chemin de croix, avec à sa poursuite, Saül de Tarse, dit saint Paul, d’abord affidé de Pilate, qui lui, en avait plein les baskets avec Barabbas le sulfureux, question que le message, coûte que coûte, se perpétue. D’une griffe saisissante, Aux dialogues percutants, Aux chapitres courts mais insufflants, Recette qui me fit dévorer, sans l’ombre d’un doute, cet « Apocryphe » de René Manzor !
D
Deej Surgery a apprécié, commenté et noté ce livre

Querelle de Roberval

Par Kevin Lambert
(3,72)
33 personnes apprécient ce livre
18 commentaires au sujet de ce livre
Clash de classes, de belligérants, où parvenus et prolétaires se font la main, se font la moue. Quand grève et griefs piétinent tête baissée vers l’impasse, quoi de mieux qu’un lock-out à saveur d’allumette pour que scintille le plus beau des brasiers. Odeur de mort à l’ombre du merdier, ou quand « Querelle de Roberval » de Kevin Lambert prend ses aises, prend son pied légendaire de tout son foutre…
17 commentaires plus anciens
D
Deej Surgery a apprécié, commenté et noté ce livre

Rituel de chair

Par Graham Masterton
(3,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Dévot, dévotion, décoction, Plaisir culinaire du long-porc, De la chair humaine, Fraîchement équarrie. Rite anthropophage, Du second avènement, Où ne se pointa finalement, Que lui seul, dit Baron Samedi. « Rituel de chair » de Graham Masterton, ou quand la chair de sa chair devient prétexte aux Célestins d’amadouer, de berner, d’endoctriner, qui devient course contre la montre pour sauver ses entrailles, sa raison. Cœurs sensibles, à proscrire !
D
Deej Surgery a apprécié, commenté et noté ce livre

Être sans destin

Par Imre Kertész
(4,5)
2 personnes apprécient ce livre
2 commentaires au sujet de ce livre
C’est sous ce ciel pourpre des vicissitudes, des cheminées, et drapé par l’aile bienveillante de Bandi Citrom, que cet « Être sans destin », prix Nobel de littérature, soliloque tout son soûl, survivant d’abord à la déportation, déjà en exploit en soi, les relatant ensuite les affres des camps, ses angoisses, les dépravations; misères perçues à travers les yeux du gamin qu’il est, âgé de 15 ans tout au plus. « Néanmoins, je leur ai fait comprendre qu’on ne pouvait jamais commencer une nouvelle vie, on ne pouvait que poursuivre l’ancienne. »
1 commentaire plus ancien
D
Deej Surgery a apprécié, commenté et noté ce livre

Le fossé

Par Herman KOCH
(4,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Les astres ligués envers et contre Robert, maire « silver » qui n’en finit plus de questionner, de ressasser, de soupçonner; des doutes qui polluent, qui pullulent comme un pustule qui se pointe et postule, qui se pose, se plaît et marque la peau de son estompe, son barbot. S’il n’était question que de « Sylvia », mais à se plat déjà rance, rendu froid, s’y ajoutent une touche d’abnégation, un autre de désinvolture, ses parents faisant fi du cours du lit, du lit de la plaie, les derniers sacrements étant inscrits ici-bas au calendrier, en date d’un avenir restreint certain. « Le fossé » d’Herman Koch, guet-apens projeté d’une gifle sociale amstellodamienne comme toile de fond, où la rixe est à deux doigts de battre le fer, la mère s’ensuit !
D
Deej Surgery a apprécié, commenté et noté ce livre

Né coupable

Par Florence Cadier
(4,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
La Caroline du Sud, les États-Unis d’Amérique, le monde carnassier tout entier contre George Stinney, 14 ans, seul dans le box des accusés, des condamnés sans jugement ni préavis, victime ségrégationniste d’une justice aveugle et assoiffée de sang, où qu’une question de pigmentation suffit pour mettre au pilori. « Né coupable » de Florence Cadier, si au moins ce roman jeunesse n’était rien d’autre que fiction, mais non…
D
Deej Surgery a apprécié, commenté et noté ce livre

Haute démolition

Par Jean-Philippe Baril Guérard
(3,88)
10 personnes apprécient ce livre
9 commentaires au sujet de ce livre
6 commentaires plus récents
L’humour comme façade, comme illusion, comme échappatoire, quand deep down, c’est gris, ça suinte, c’est glauque, quand ni les Olivier, ni la consécration des salles sold out suffisent pour fuir les maux, les cancans, les démons. « Haute démolition » de Jean-Philippe Baril Guérard, ou quand rires et délires baument la voie des rêves détchus du secondaire à la réalisation de soi; son épanouissement, sa destruction, sa rédemption. NB Les prédispositions psychiques sont de mise (sont requises ?) pour en apprécier sa lecture.
2 commentaires plus anciens
D
Deej Surgery a apprécié, commenté et noté ce livre

La sentence

Par John Grisham
(3,0)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
De la marche de Bataan au couloir de la mort et en passant par les champs de coton du Mississippi, une épopée tissée serrée autour d’un mensonge qui ne saura pardonner. « La sentence » de John Grisham, certes pas son meilleur mais quand-même divertissant !
Suggestions de lectures pour Deej Surgery

Voici des recommandations de livres personnalisées pour Deej Surgery.

Par Yvan Godbout
Éditeur ADA
Collection Les yeux jaunes
Paru le 18 juin 2013
Par Tristan Garcia
Éditeur Gallimard
Collection Histoire de la souffrance
Paru le 18 février 2019