Activités de Deej Surgery

Voici les activités récentes de Deej Surgery :

Deej Surgery a aimé ce livre

Une bouteille dans la mer de Gaza

Par Valérie Zenatti

1 personne apprécie ce livre

Deej Surgery a coté ce livre

Une bouteille dans la mer de Gaza

Par Valérie Zenatti

1 vote

Deej Surgery a commenté ce livre

Show Stopper

Par Hayley Barker
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre

Quand les Purs incarnent le mal, que le mal règne en maître, mais que ce maître n’est que marâtre, inévitablement, les Bâtards seront persécutés, vus comme abjects, pris pour obtus. Théâtre de leurres, de pleurs, de domination, alors que le cirque devrait raviver ces souvenirs d’enfant, ceux d’antan, avec « Show Stopper » d’Hayley Barker vient plutôt ce goût insipide de l’oppression; analogie à la Shoah, sinon à l’ire de sa majesté, du colonisé, sa consternation.

Deej Surgery a aimé ce livre

Show Stopper

Par Hayley Barker

1 personne apprécie ce livre

Deej Surgery a coté ce livre

Show Stopper

Par Hayley Barker

1 vote

Deej Surgery a commenté ce livre

Le dernier sur la plaine

Par Nathalie Bernard
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre

Jour, nuit. Été, hiver. Confiance, trahison. Liberté, Captivité. Vie, mort. S’effrite. S’éteint. Tourné vers demain. D’une même dualité ses ombres, ses défis; deux vérités qui s’entremêlent, s’entrechoquent, se saignent, s’achèvent et s’entretuent, où la vivacité du passé se plonge au cœur de la fiction pour donner « Le dernier sur la plaine » de Nathalie Bernard, sa trame de fond redonnant vie à Ranald Slidell Mackenzie, dit « Bad Hand », de l’Armée des États-Unis, à Cynthia Ann Parker ainsi qu’à son fils Quanah devenu, quant à lui, chef comanche. Pioché dans la bibliothèque de ma fille, une envoûtante lecture qui lève le voile sur ce mode de vie des Autochtones des plaines bafoué par le massacre de 15 millions de bisons aux USA à la fin des années 1800. Là où la mort guette, la gnôle attise, drapée d’une couverture infecte...

Deej Surgery a aimé ce livre

Le dernier sur la plaine

Par Nathalie Bernard

1 personne apprécie ce livre

Deej Surgery a coté ce livre

Le dernier sur la plaine

Par Nathalie Bernard

1 vote

Deej Surgery a commenté ce livre

La lamentation du prépuce

Par Shalom AUSLANDER
2 personnes apprécient ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre

Des terres d’Égypte au Mur des Lamentations, en passant par Monsey, par Manhattan également, « La lamentation du prépuce »...ou quand la religion dicte de ses dents acérées la voie à emprunter, où le précepte de peur fait un pied d’nez aux principes d’égalité, de mitzvah, de bonté. En quête de réponses, d’approbation, d’identité, mais sans cesse affligé du poids de toute sa culpabilité (ou comme lui-même le nomme si bien, de maltraitance théologique), des tourments inculqués par ces 613 commandements, ces 39 catégories d’activités prohibées durant Shabbat, c’est d’une verve habile, mais désopilante à la fois soit dit en passant, que Shalom Auslander nous guide au travers ses tumultes, vents et marées, la venue d’un enfant, d’un garçon et de son prépuce par surcroît, lui permettant enfin d’y voir plus clair, sinon tourné vers un jour meilleur ! D’une note de 4.5 sur 5, sa lecture en sera tout autant accaparante, son plaisir, lui, garanti !

Deej Surgery a aimé ce livre

La lamentation du prépuce

Par Shalom AUSLANDER

2 personnes apprécient ce livre

Deej Surgery a coté ce livre

La lamentation du prépuce

Par Shalom AUSLANDER

2 votes

Deej Surgery a commenté ce livre

Les moissons funèbres

Par Jesmyn WARD
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre

« Les moissons funèbres », ou quand la vie n’est que fardeau sciant les épaules de tous ses maux d’un plein fagot. Fin des années ‘80, plongé au cœur des terres arides et retranchées du Mississipi, le cauchemar des chaînes continuent pourtant de tinter, de garder à bonne distance, regard chargé de mépris du chien de faïence, d’exclure, de hanter; gangrène indélébile de cette haine abjecte mais tonitruante. Et avec ces États supposément Unis, mais qui se retrouvent pourtant encore à vif aujourd’hui, à cor comme à cri, lecture qui n’aurait pu être davantage d’actualité, Jesmyn Ward y relatant son histoire, sa vision, sa vie, où l’ombre de la fourche y faucha sans vergogne par 5 fois, raison même pourquoi elle décida de pleurer sa peine sur papier, tenter d’y exorciser ses cafards, ses gravats, pour que sa réalité, partagée par milliers, teints sombres comme yeux bridés, ne tombe pas dans l’oubli.

Deej Surgery a aimé ce livre

Les moissons funèbres

Par Jesmyn WARD

1 personne apprécie ce livre

Deej Surgery a coté ce livre

Les moissons funèbres

Par Jesmyn WARD

1 vote

Deej Surgery a commenté ce livre

Skagboys

Par Irvine Welsh
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre

Skag, skag, skag, obsédé, obsession. Skag, skag, skag, dépravé, dépravation. Skag, skag, skag; au cœur d’une Écosse étripée par la férule de sa Dame de fer, où optimisme d’après-guerre et illusions d’une vie meilleure sont partis batifoler sous d’autres drapeaux, sous d’autres yeux envieux, violence, pauvreté et délinquance pavent inéluctablement la voie à l’ire de son héroïne, sa dépendance, sa destruction. C’est donc dans cet univers un brin débridé, parsemé de clous rouillés et teinté d’une touche à souhait de vulgarité qu’Irvine Welsh nous ramène bien avant « Trainspotting », où Mark, Spud et Sick Boy découvrent les hauts et les bas toujours plus bas de la skag pour la toute première fois...qui s’achève être aussitôt, on s’en doute, déjà la fois de trop ! « Skagboys », aux cœurs sensibles aux coincés: à proscrire, à éviter !