Découvrez de nouvelles lectures, donnez votre avis et consultez les commentaires d’autres lecteurs, profitez de conseils exclusifs de vos libraires indépendants et, surtout, joignez-vous à la plus grande communauté de partage de lectures au Québec!

Activités de la communauté

Les écrivements

Par Matthieu Simard
(4,06)
27 personnes apprécient ce livre
10 commentaires au sujet de ce livre
J'aime bien cet auteur. Le regard qu'il partage de la vie me plaît beaucoup. Par contre ce titre n'est pas mon préféré car la partie qui se déroule ailleurs me faisait perdre de l'intérêt et n'ajoutait pas grand-chose au roman, en tant que tel. Mais tout le reste était vraiment très bon.

La guerre des pauvres

Par Eric Vuillard
(3,5)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Il se passe quelque chose en France, en ce moment, plusieurs écrivains (Jean Rouaud, Annie Ernaux, Edouard Louis, Alexandre Jardin) mêlant leur voix à la révolte des gilets jaunes. Quels moyens les pauvres ont-ils pour se faire entendre des bonzes du pouvoir qui, du haut de leur arrogance, n'ont que faire de leur revendication élémentaire au droit au bonheur ? Vuillard illustre brillamment le propos, l'universalise par le récit d'une révolte paysanne du XVIe siècle - ceci toujours à travers une plume à la fois simple, ciselée, savoureuse. Un bonheur de lecture trop vite consumé. Lire Vuillard, Goncourt 2017, c'est toujours une bonne idée.

Radio-Vérité : la radio du vrai monde

Par Jean-Jacques Pelletier
(3,75)
2 personnes apprécient ce livre
3 commentaires au sujet de ce livre
Encore une fois, Jean-Jacques Pelletier met un miroir devant la bêtise humaine pour que nous nous y mirions sans complaisance. Les «radio-vérité» ou «radio-poubelle» ne sont que l'écho de nos bas instincts de mort. L'auteur nous amène intelligemment dans un roman policier très bien ficelé, comme d'habitude! À lire pour mieux comprendre l'impact des commentaires haineux sur nos sociétés où l'on confond allègrement liberté d'expression et liberté de pensée...

Le grand marin

Par Catherine Poulain
(3,5)
2 personnes apprécient ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Un livre qui sort du commun. Des mots durs, sauvages, et en même temps très humains et sensibles. Je suis restée sur ma faim en refermant ce livre, mais j'avais hâte de le retrouver tous les soirs, de suivre cette femme à moitié homme, si dure avec elle-même.

Heimaey

Par Ian Manook
(4,33)
2 personnes apprécient ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Ian Manook, surnommé à juste titre, le romancier de la Mongolie aura fait connaitre à la plupart des lecteurs de polars, son policier au nom compliqué de Yeruldelgger. Avec ses trois romans, il nous a permis de mieux connaitre cette contrée inconnue, les paysages fascinants, les yourtes, la gastronomie mongolienne (pas toujours appétissante) leurs coutumes et leur spiritualité. On a tous l’impression d’avoir quand même voyagé un peu dans ces steppes immenses au côté de ce policier bien spécial. Avec Heimaey, Ian Manook nous transporte plus à l’ouest de la Mongolie, sur une île pas mal plus petite mais toute aussi étrange, l’Islande. Et nous transporter est vraiment le bon mot. Heimaey est tout d’abord un très bon polar, mais il est aussi une formidable invitation au voyage, une invitation à découvrir ce pays insulaire, à travers ses paysages époustouflants et ses sources d’eau chaude. Je vous présente rapidement l’histoire. Dans sa jeunesse, Jacques Soulniz est venu offrir son aide, suite à la terrible éruption du volcan Helgafell en 1973. Volontaire et jeune, évidemment, même si le drame se joue au pied de ce volcan, les aidants vont quand même s’amuser … jusqu’au moment du drame où l’une des filles du groupe meurt. Quarante ans plus tard, Soulniz revient avec sa fille Rebecca. Son but, renouer avec elle, les liens que se sont peu à peu perdus, tout en revisitant les paysages sur lesquels il a laissé ses traces. Mais, comme dans tout bon polar, ça ne se passe pas aussi bien que prévu ! Menaces anonymes, une auto rouge qui les suit continuellement, et … la disparition soudaine de Rebecca. Il semblerait que les fantômes du passé reviennent hanter Soulniz … Qui sont ces gens qui les poursuivent ? Que veulent-ils ? Quels sont les liens avec ces meurtres qui surviennent sur leur passage,dont un est marqué sous le signe de la légende de Nabrok, un rite traditionnel isalndais … ma foi, assez cruel. Que je vous laisse découvrir. Chargé de l’enquête sur des transaction de drogue et impliqué grandement dans cette histoire, Kornelius Jakobsson, ce policier très efficace mais un peu corrompu, aidera le père dans les recherches pour retrouver sa fille. Tenace, efficace et au fait des coutumes de son pays, ce policier nous étonnera par ses méthodes peu orthodoxes et sa passion pour le chant traditionnel islandais krummavisur. L’enquête, la poursuite et la recherche du passé vont vous accrocher. Ce policier un peu pourri, vous le trouverez bien sympathique, la relation entre Rebecca et son père pourrait vous rappeler des souvenirs. Mais ce voyage initiatique au pays des volcans aux noms imprononçables (rappelez-vous 2014 …l’Eyjafjallajokull) vous transportera dans des endroits majestueux et surprenants. Le passé de Ian Mannok comme journaliste spécialisé en rubrique touristique donne à ce polar prenant, un côté « road trip » qui est fort agréable. Un petit conseil, tenez-vous prêt de votre ordinateur ou de votre tablette, ouvrez votre moteur de recherche favori et regardez les images et photos des lieux visités par les personnages … Plaisirs garantis ! Ainsi, vous pourrez doublement apprécier la qualité des descriptions de l’auteur et son écriture très visuelle. Ian Manook est maintenant un incontournable du polar français. À lire, pour voyager, confortablement assis, dans votre salon.

L'outsider

Par Stephen King et Jean Esch
(5,0)
4 personnes apprécient ce livre
2 commentaires au sujet de ce livre
Stephen King revient à ses basiques. Une bande de détectives improvisés, qui ne se seraient jamais retrouvé ensemble si ce n'était par le fait de phénomènes bien étranges, dans une amérique des petites villes, ou tout semble parfait en surface. Mais dans ces univers de banlieues se cache un mal qui a pris racine dans les peurs les plus primaires de l'être humain, et qui se rassasie des malheurs et de l'obscurité. On retrouve les caractéristiques des plus grands Stephen King ! Salem's Lot, Cujo, Les régulateurs ... avec toujours ce quelque chose qui reste tapis dans l'ombre, sans forme ni visage. On ne le défini pas, on le sent simplement nous observer, avec ses propres desseins bien plus noirs que peut l'être notre imaginaire. Définitivement à lire les lumières allumés, et pourtant, j'en ai lu des romans d'horreur.

Le poids de la neige

Par Christian Guay-Poliquin
(4,23)
43 personnes apprécient ce livre
14 commentaires au sujet de ce livre
J'ai adoré ce livre. Bien rythmé, juste assez de mystère, beaux personnages bien étoffés. Un huis-clos super bien ficelé. J'aime tout ce qui est laissé à notre imagination. Superbe.

N'essuie jamais de larmes sans gants

Par Jonas Gardell
(4,57)
56 personnes apprécient ce livre
27 commentaires au sujet de ce livre
Avec ce livre, on accompagne Rasmus et Benjamin dans la découverte et l’exploration de leur homosexualité, au cœur des années 80 où le mot VIH fait son apparition. On comprend l’effervescence d’être pleinement qui on est, mais vite horrifié par ce qui sera le sort de la communauté homosexuelle de ces années tragiques. J’avais vu Philadelphia il y a longtemps, mais ce livre m’a permis d’être au plus près de cette souffrance physique et morale vécue. Bouleversant et nécessaire.

Enfermé.e

Par Jacques Saussey
(4,5)
2 personnes apprécient ce livre
2 commentaires au sujet de ce livre
D’entrée de jeu, je vous le dis, ce roman est très dur. Il vous parle d’une réalité qui n’est pas rose et l’auteur ne ménage pas ses lecteurs. Mais « Enfermé.e » est un très grand roman. Puissant. Sans concession ! « Enfermé.e » c’est l’histoire de Virginie. Virginie est une femme dans un corps d’homme. Enfermé.e commence d’une façon vertigineuse. Le lecteur rencontre Virginie à trois moments de sa vie : à sa naissance hautement risquée, à 18 ans où sa vie prend un tournant crucial et aujourd’hui où elle travaille dans un centre pour personnes âgées. Au fur et à mesure du récit, nous suivrons les étapes de sa vie, de sa petite enfance à son adolescence jusqu’à son âge adulte. En alternance, nous découvrirons pas à pas, l’horrible histoire de cette personne qui se construit malgré les nombreux embûches et la méchanceté de ceux qui l’entourent. Et sa vie actuelle, ce qu’elle est devenue et la fatalité où l’amène son parcours. " Si je ne peux pas être qui je suis, je préfère être morte plutôt qu'être emprisonnée dans un corps qui n'est pas le mien. " Ce roman a pour thème, la trans-identité. Un sujet assez troublant. En suivant le parcours de Virginie, l’auteur jette un regard acéré sur quatre milieux qui semblent très hostiles aux personnes différentes : la famille, l’école, la prison et le centre pour personnages âgées. Il ne reste plus beaucoup d’endroits où les gens différents se sentent acceptés et aidées. Jacques Saussey a écrit ce roman à la demande de sa nièce qui a vécu son coming out en 2015. Évidemment, comme auteur de romans noirs, il a enrobé son histoire de quelques scènes de fiction. Ou du moins qu’on espère loin de la réalité. Intimidation, violence physique et verbale, viol, meurtre, tout y passe. Âmes sensibles, j’oserais dire … ne vous abstenez pas car cette violence me semble loin d’être gratuite même si parfois, elle est difficilement insupportable. De plus, comme je suis la carrière de Jacques Saussey depuis le début, je me sens le droit d’affirmer qu’au niveau du style et de l’écriture, l’auteur nous propose de superbes passages bien écrits, souvent très poétiques et même parfois plein de tendresse. Le personnage de Virginie est attachant et elle est le seul personnage (sauf une exception) à qui l’auteur donne une identité. Elle possède un prénom et un nom. Cependant tous les autres personnages, ceux qui volontairement font tout pour renier son identité à elle, l’auteur a pris le parti de leur enlever leur identité. Donc, tout le long du roman, vous rencontrerez la cuisinière, le jardinier, le curé, le directeur, le père, la mère, Beau Gosse, la Fouine, le Bouledogue, de beaux personnages peu sympathiques. Enfermé.e est un roman qui donne le frisson, pas toujours dans le sens du plaisir. On n’en ressort pas indemne, mais convaincu qu’une réflexion s’impose sur notre rapport à la différence.

Équilibre du monde (L')

Par Rohinton Mistry
(4,38)
16 personnes apprécient ce livre
6 commentaires au sujet de ce livre
C'est vraiment un livre magnifique qui m'a fait mieux connaître la réalité des personnes qui vivent là-bas. Je l'ai lu il y a plusieurs années mais il est resté en moi . J'ai lu aussi les autres titres de l'auteur mais celui-ci est toujours mon préféré.

Équilibre du monde (L')

Par Rohinton Mistry
(4,38)
16 personnes apprécient ce livre
6 commentaires au sujet de ce livre
Un classique qui arrive dans mon top 5. Une invitation au voyage mais loin des cartes postales. Un réalisme poétique ou tout est paradoxale, des mondes qui se côtoient sans se connaître. L'Inde dans toute sa splendeur, capable à la foi du pire comme du plus beau, racontée par des personnages attachants. Ce roman est doté d'une intrigue solide qui fait que jamais nous ne nous perdons dans cette histoire chorale, composée de personnages attachants, eux aussi capable du meilleur comme du pire, dans un pays à l'histoire complexe. Un portrait de l'Inde sans détour, mais plein de poésie aussi. Au bout de tout, c'est l'humain qui triomphe.

La bête creuse

Par Christophe Bernard
(3,76)
12 personnes apprécient ce livre
2 commentaires au sujet de ce livre
C'est qu'on a tartiné épais ici. Oui monsieur on a pas lésiné sur le moyen. Pas de main morte en tout cas. Notre matière grise n'est pas épargnée, par bonheur, avec toutes ces circonvolutions langagières. Oh que non. Mais si l'on prête trop attention au style vigoureux, un brin amphigourique de l'auteur, ben , on y perd notre latin et le fil de l'histoire. Car histoire il y a ! Passons donc outre cette langue complexe mais belle et ce vocabulaire riche, nuancé, érudit et les formules d'une drôlerie de l'auteur et attardons-nous un peu au récit...Euh que vous dire ? Qu'est-ce qu'on rigole! C'est totalement fou, complètement déjanté. Christophe Bernard sait bien nous en mettre plein la vue . Une galéjade de la première à la dernière page. Personnages de la Gaspésie haut en couleur, des caricatures qui tiennent la route, un récit abracadabrant que je ne saurais vous résumer mais qui ne dure que 24 heures ponctué de retours en arrière au début du 20e siècle dans cette Gaspésie paysanne. Faut le lire pour le croire! Faut vraiment être attentif à notre lecture pour en apprécier toutes les subtilités. Pour l'exercice 100%, pour l'enflure verbale 100% , parce que tous les Gaspésiens sont des menteurs dit un personnage 100%, pour le plaisir de lecture 100%. Jouissif ! Très québécois .

Le poids de la neige

Par Christian Guay-Poliquin
(4,23)
43 personnes apprécient ce livre
14 commentaires au sujet de ce livre
Une œuvre sublime et un classique instantané !

Le poids de la neige

Par Christian Guay-Poliquin
(4,23)
43 personnes apprécient ce livre
14 commentaires au sujet de ce livre
Si vous êtes capable d'endurer le sentiment d'oppression, de désarroi, d'anxiété que peut provoquer la neige et l'hiver, alors cette lecture est pour vous. Car oui la neige, les tempêtes, peuvent être anxiogènes, peuvent faire naître le malaise. Christian Guay Poliquin joue avec la neige et en fait son immense personnage principal et il nous laisse le temps, le temps de l'apprivoiser. Le portrait ? Un petit village perdu, l'électricité est coupée, il n'y a plus aucun moyens de communication. Et, comme la situation perdure, l'essence, la nourriture sont rationnées, car malheuresement, tout de la quotidienneté viendra à manquer. Et la neige ne finit plus de s'amonceler. Voilà que le narrateur, que l'on ne nomme jamais , après 10 ans d'absence, revient dans son village pour revoir son père. Mais presqu'en arrivant, il a un accident qui lui brise les jambes. Il est retrouvé par des gens du village qui finissent par le reconnaitre. Ses proches, oncles et tantes ne peuvent s'occuper de lui car ils ont décidé de partir, de tenter de mieux vivre à leur camp de chasse. Notre narrateur handicapé, mal en point, sera donc recueilli par le vieux Matthias qui le soigne. Tous les deux, ils tenteront, tant bien que mal, de s'endurer, de s'acclimater, lui couché dans un lit dans la véranda et ce vieil homme qui le nourrit, le lave, lui offre la survie. Mais tous les deux sont pris au piège de l'hiver, au piège de leur vie à deux, seul. C'est un roman où tout n'est pas dit. On ne connaît pas l'origine de la panne d'électricité, du chaos provoqué, de ceux qui tentent de survivre. Par contre, on nous dit tout sur la neige, sur le vent, sur le verglas, sur les bancs de neige, sur les redoux et les coups de froid. C'est un roman d'une belle écriture, simple mais riche, teinté d'une ambiance tellement authentique, tellement réelle qu'elle en devient d'autant plus angoissante. À lire pour un dépaysement garanti.

Cette part d'obscurité

Par Michel Dufour
(4,0)
2 personnes apprécient ce livre
3 commentaires au sujet de ce livre
Une image m'a saisie d'horreur dans ce recueil : le jeu de "la pilule sans lendemain", (p. 73) imposé à des personnes âgées. Brrrr.

Les deuxièmes

Par Zviane
(3,5)
9 personnes apprécient ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
GE
Gwen E.
L'épopée musicale et sensuelle d'un couple mystérieux encabanés le temps d'un fugace week-end gris. Pourquoi cette douce mélancolie? Vous le découvrirez au fil des pages.

La revanche de l'écrivaine fantôme

Par David Turgeon
(3,5)
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
« Ça commence dans un train en marche. » [D.T.] David Turgeon aime raconter et il le fait si bien. Cette fois, c'est dans un dédale d'histoires mises en abyme qu'il nous invite, qu'il nous plonge, qu'il nous immerge. Cela débute par ce train qui déraille et par cet échange impromptu entre un dessinateur et l'une de ses lectrices dans un lieu hors du monde. Cette dernière veut connaître l'intrigue du prochain livre de son compagnon d'infortune. Il improvisera les premières lignes d'un roman autour d'une auteure obscure, Johanne Delambre, devenue écrivaine fantôme. On suit alors le travail de cette écrivaine, ses rencontres avec la jeune artiste à laquelle elle loue sa plume. Puis, on s'engage à l'intérieur d'un roman de Delambre, roman dont certains critiques et auteurs suspecteront la source. S'agirait-il ici d'un plagiat d'une oeuvre de Raymond Loquès qui a la particularité d'écrire des romans qui aborde tout justement le processus d'écriture de romans? On se laisse bercer par ces intrigues dont les fils s'entrecroisent entre les réalités et les fictions, entre les personnages et les auteurs, et on accepte sans fausse joie le jeu que nous propose David Turgeon en nous interpelant comme lecteur, en nous embobinant dans son délire imaginatif. « Le capitaine impassible embarque volontiers nos personnages ainsi que la suite des choses, ce qui poussera, du moins le temps que durera la traversée, la vitesse de l’intrigue à une bonne vingtaine de noeuds. » [D.T.] « … j’ai découvert dans ce livre, sous des abords presque racoleurs dans leur maniérisme, une attachante aisance dans la déambulation du récit, comme un piège qui se referme silencieusement sur son lecteur insouciant qui ne saura peut-être pas qu’il a été piégé,… » [D.T.] « Avec moi, ce sera différent, j’ai de l’imagination et je n’ai pas peur d’en faire usage. » [D.T.] [http://rivesderives.blogspot.com/2019/04/la-revanche-de-lecrivaine-fantome-david.html]

Bestiaire des fruits (Le)

Par Zviane
(4,28)
5 personnes apprécient ce livre
2 commentaires au sujet de ce livre
GE
Gwen E.
Petit guide des fruits exotiques, hilarant et plein de bons conseils! J'ai rarement autant ri en lisant une BD. Du génie!

Le poids de la neige

Par Christian Guay-Poliquin
(4,23)
43 personnes apprécient ce livre
14 commentaires au sujet de ce livre
Merci Julie Collin pour l'explication des titres des chapitres. J'ai adoré ce livre mais j'essayais jsutement de trouver l'explication des titres des chapitres...

Les femmes oubliées

Par Martha Hall Kelly
(4,66)
4 personnes apprécient ce livre
3 commentaires au sujet de ce livre
Ce très bon roman va paraître bientôt en format poche sous le titre: Le lilas ne refleurit qu'après un hiver rigoureux.
Club de lecture en vedette

Le comité de sélection du projet Une ville, un livre, composé de bibliothécaires et de libraires de Québec et de Wendake, présentait au début de cette année les quatre finalistes de l’édition 2022. C'est finalement la bande dessinée Rien de sérieux de Valérie Boivin (Nouvelle adresse) qui avait été lue durant le mois de mars! En compagnie de nos libraires, nous vous invitons à poursuivre de plus belle les discussions autour de ce livre.

L’initiative, inspirée de celle de la ville de Seattle, consiste à choisir un livre et de le célébrer par différentes activités auprès des concitoyens et concitoyennes. Rassembleur et polarisant, ce projet permet d’inspirer le goût de la lecture aux différentes communautés qui composent la ville. Ce projet nous a ainsi inspiré ce club de lecture!

Lecture en cours :

Rien de sérieux
Par Valérie Boivin
Éditeur FRONT FROID
Collection Nouvelle adresse
Paru le 2 mars 2021
Aller au Club de lecture
Joignez-vous à quialu.ca et participez à la discussion!
Créer un compte
Vous êtes un libraire du réseau?

Alimentez la discussion!

  • Faites profiter la communauté de vos connaissances.
  • Donnez votre avis au nom de votre librairie.
  • Devenez une référence pour les lecteurs.
Créer un compte
Plus de 800 000 titres disponibles :

Acheter local et en ligne n’a jamais été aussi facile!

La revue Les libraires, c’est :
  • un bimestriel distribué gratuitement;
  • des actualités littéraires d’ici et d’ailleurs;
  • des entrevues, des chroniques, des dossiers, des suggestions de vos libraires indépendants et bien plus encore!