Découvrez de nouvelles lectures, donnez votre avis et consultez les commentaires d’autres lecteurs, profitez de conseils exclusifs de vos libraires indépendants et, surtout, joignez-vous à la plus grande communauté de partage de lectures au Québec!

Octobre

Par Soren Sveistrup
5 personnes apprécient ce livre
2 commentaires au sujet de ce livre
Kidnapping, pédophilie, démembrement, chasse à l’homme et pied d’nez aux services sociaux; ne manquait plus qu’une touche de vitriol pour que la recette soit complète, pour que justice soit rendue, qu’elle soit faite ! « Octobre » de Søren Sveistrup, ou quand le tueur aux marrons, avec un pied à l’ombre, l’autre dans porte, et galvanisé par un sanglant sentiment de vengeance, écho d’une enfance bafouée et meurtrie, reste tapi mais sans jamais être bien loin, à portée de main…l’épargnée…pas l’amputée…

Klara et le soleil

Par Kazuo Ishiguro
2 personnes apprécient ce livre
2 commentaires au sujet de ce livre
Un vrai petit bijou de roman! On suit le parcours de Klara, la narratrice, qui se trouve à être une amie artificielle, de sa mise en vente à la boutique jusqu’à la fin de sa vie. La force de l’auteur est incontestablement la confiance qu’il met en l’intelligence de son lecteur selon moi. Nous sommes amenés à nous interroger sur plusieurs questions éthiques sans jamais que des démonstrations soient faites; seulement en observant le monde à travers les yeux de Klara. Quand pouvons-nous affirmer qu’un être est doté de conscience? Pouvons-nous utiliser un être conscient comme un objet utilitaire si celui-ci n’est pas constitué de chair et d’os? Sommes-nous aussi individuels et irremplaçables que nous le pensons? Est-ce que notre façon de percevoir le monde est la seule valable? À quel point sommes-nous davantage moraux et dotés d’émotions que les êtres artificiels que nous créons de nos mains? Est-ce que la technologie toujours plus avancée ne peut que créer un nouveau type d’eugénisme? Je conseille fortement ce roman qui rappelle par moments les films Her de Spike Jonze, Gattaca d’Andrew Niccol et Ex Machina d’Alex Garland, avec un angle que je juge inédit. La belle Klara est terriblement attachante dans son désir de plaire et de comprendre le monde qui l’entoure, et que dire de l’écriture si fine d’Yukio Ishiguro. Un roman qui plaira autant aux amateurs de science-fiction qu’aux lecteurs amateurs de livres bien écrits et prenants. Une lecture lumineuse et passionnante pour l’automne! Karine

Les corneilles de Diablevert

Par Valérie Fiset-Sauvageau
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Un excellent livre jeunesse! L’histoire nous mène dans le petit village de Diablevert où de mystérieuses corneilles ont envahi le terrain d’une des maisons du quartier. Afin de se débarrasser de ces oiseaux, les deux amis Yaomie et Nicolas enquêteront pour trouver la raison de leur venue et tenter de les chasser. En plus d’une super histoire, les éléments graphiques du livre sont très beau et complètent bien le récit. Je recommande fortement!

Pétronille inc. : Ongles d'orteils équitables

Par Annie Bacon et Boum
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Incontournable Octobre 2021* *À L'intention des bibliothécaires, profs et usagers(ères) de Monet Pro : Je n'ai pas pu présenter ce tome lors des capsules "Incontournables de la librairie" pour le mois de novembre, mais il y aurait été autrement. Je le classe donc dans mes incontournables personnels. Voici donc le quatrième tome des aventures de la jeune sorcière Pétronille, que j'attendais de pieds ferme, croyez moi! D'ailleurs, en parlant de pieds, il sera question d'ongles d'orteils cette fois. En effet, notre petite entrepreneuse en herbe a involontairement assisté à l'Assemblée des sorcières et entre un ordre du jour et de longs conciliabules, il est question de tenir une fête pour l'arrivée de l'équinox d'automne. Voilà qu'une rivale mesquine confronte la Baba ( la chef) en lui rappelant que lors de cette fête, il était de tradition de faire un feu d'artifice. Hélas, il manque un ingrédient pour faire lesdits feux. Fidèle à sa nature serviable et heureuse d'aider cette sorcière qui n'hésite pas à lui apporter son soutient à elle, la seule sorcélève sans mentor, Pétronille part donc pour le pays des trolls grâce à un portail-chaudron. Une occasion pour elle de revoir sa sœur de pousse Séraphine, sa seule amie, qui habite ce pays, puisqu’elle et son mentor Cunégonde y sont ambassadrices de paix. Bien sur, vous vous en doutez, il y aura plusieurs péripéties pour trouver cet ongle d'orteil de troll manquant, et cette fois, ce sera à travers une certaine diplomatie. J'adore cette série où perce un vocabulaire si moderne et féministe: ambassadrices pour la paix, commerce équitable, Assemblée, diplomatie, relations inter-nation, on navigue une fois encore sur des enjeux très actuels, mais facile à comprendre. L'idée du commerce équitable est bien trouvée, avec ce partenariat que fera Pétronille avec son nouvel associé en terres trolles. Une belle notion à mettre de l'avant qui permet de parler de traitement égalitaire, de juste rémunération et du sens des affaires. Autre nouveauté, Pétronille s'essaie plus fermement à la magie en solo, mais l'autodidacte pose quand même un peu de soucis pour la jeune sorcière. Un autre tome rempli de magie, de rencontres et de débrouillardise, toujours écrit dans le gros format qu'on connait de la série, où pointe des accent d'automne pile à temps pour sa parution en octobre. Une excellente série pour les 8-10 ans amateurs de magie et d'entreprenariat.

Quand la lumière décline

Par Eugen RUGE
1 commentaire au sujet de ce livre
Émouvante saga familiale dans l’Allemagne de l’Est. On passe de la Sibérie des goulags au Mexique de Frida Khalo et de Trotski à la confortable misère du Berlin communiste et de ses mythes soviétiques jusqu’à la chute du mur de Berlin. On aime chacun des membres de cette famille tiraillée entre les honneurs factices du passé, la nostalgie d’une époque révolue, la fierté des patriarches, la résistance des femmes qui veillent aux traditions (l’Oie à la Bourguignone de Noël), aux fêtes de famille et qui sombrent dans l’alcool, et les incertitudes de la réunification qui divisent les générations. Une certaine «Ostalgie» se dégage qui permet de saisir un peu le désarroi de ces allemands de l’Est bousculés par l’histoire.

Tout écartillées

Par Marie-Eve Bourassa
2 commentaires au sujet de ce livre
Après nous avoir concocté l’excellente trilogie Red Light, Marie-Ève Bourassa nous propose un polar dont l’action se déroule en plein cœur de Montréal de 1967 à 1976; années où le Québec vit naître le FLQ, le mouvement de libération de la femme et les Jeux olympiques. D’entrée de jeu on fait la connaissance avec Georges Kirouac, ex-flic devenu détective privé végétant entre quelques rares contrats et ses vieilles habitudes de se tenir au bar topless du coin à siroter bières sur bières avec toujours le désir de se retrouver en la belle compagnie de Roxy dont il est secrètement amoureux. Alors, lorsque celle-ci lui demande de retrouver un film porno dans lequel elle serait la vedette, Georges n’hésite pas et se met subito presto à la recherche du dit film. Débute alors une série de rebondissements qui causeront de nombreux maux de tête à notre détective d’autant plus qu’il devra aider son Raoul, son ex-collègue policier à retrouver Simon Saint-Amour, celui-là même qui aurait mis fin à la carrière policière de Kirouac. Ouf, de l’action au quart de tours dans ce polar. Des personnages de tout acabit, ancien felquiste, motards vendeurs de drogue, policier corrompu, une cliente trompée par son mari bref, de quoi occuper nos deux acolytes pour des jours et des jours. Oui vraiment; ça bouge dans cette histoire, au point où j’avoue m’être perdue dans tout ce brouhaha d’enquêtes, de recherches, de disparitions, de méfaits mettant en scène beaucoup de personnages, (trop peut-être?). Pourtant j’ai vraiment aimé ce que j’ai lu de l’auteure jusqu'à présent et j’aime lorsqu’elle nous présente des êtres marginaux et différents mais dans Tout écartillées, je ne suis pas arrivée à m’imprégner de l’ambiance du roman. Bref, entre ce roman et moi, c’est un rendez-vous manqué mais ça ne m’empêchera aucunement d’être présente pour un prochain rendez-vous au fil des mots de l’auteure.

Rage de sucre

Par Mikaël Archambault
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Le commentaire de Lynda : Petite mise en garde, si vous avez faim et encore plus si vous êtes amateur de sucré, et bien faites vos provisions, parce que vous allez avoir le goût de toute sorte de gâteries. Je dois aussi dire que je considère ce roman comme un roman léger, il se laisse tout simplement lire, et ce, sans cassage de tête. Flavie est accro, elle est accro au sucre, comme d'autres le sont pour toute sorte de choses, c'est vraiment une mangeuse de desserts et on peut aussi dire compulsive, la chanceuse malgré tout, ne prends pas de poids du tout. À cause de ça, son chum la laisse, et ça la déprime, mais ça ne l'empêchera pas de manger, son amie Mel décide alors de la pousser à fréquenter un groupe d'entraide, où elle fera la connaissance de Tommy. Celui-ci, va l'inviter elle et Mélissa, à son chalet dans le nord, où Flavie pourrait faire une pause dessert et Mélissa une pause réseaux sociaux, parce que oui, du côté de Mélissa, c'est une addiction. Hésitantes d'abord, elles finissent par accepter... Mais dans quelle galère se sont-elles embarquées ? Une fin de semaine de repos, on n'a sûrement pas la même définition de ''repos'', une fin de semaine qui tourne au cauchemar. Vous avez de tout dans ce roman, un côté psychologique avec les addictions, un suspense avec ce qui se passe au chalet, une petite romance qui pourrait bien donner quelque chose, et de l'humour à volonté. En bref, un excellent moment de lecture, qui se lit en un rien de temps, et quand on referme, on a apprécié cette bonne lecture, comme un bon divertissement. Des personnages que vous allez sûrement reconnaître dans votre entourage. Une plume fluide, pas de temps mort. Pas un coup de coeur, mais tout près! Et j'oubliais de vous dire, les titres des chapitres, et bien vous donneront encore plus le goût de dessert, et quand j'ai eu terminé le livre, j'ai cuisiné un bon gâteau au fromage LOL... Ce n'est pas le premier livre de Mikaël Archambault que je lis, et ça ne sera sûrement pas le dernier ! https://lesmilleetunlivreslm.over-blog.com/2021/10/rage-de-sucre-mikael-archambault-les-editions-goelette-par-lynda-massicotte.html

Nina Volkovitch T.1 : La lignée

Par Carole Trebor
1 commentaire au sujet de ce livre
J'aime bien! Un roman pour ados assez court, une écriture abordable, et surtout, un moment fascinant de l'histoire et qui est rarement utilisé en litérature : la Russie de Staline. Ceux qui en veulent plus pourront lire le tome 2.

Les enquêtes de Sgoubidou

Par Cathon
1 personne apprécie ce livre
2 commentaires au sujet de ce livre
J'adore Cathon. Ses références culturelles me parlent, elle a un bon sens du kitch et j'adore le style un peu naif des illustrations. On retrouve tout ça dans ce livre, mais vous verrez aussi qu'elle prend un virage par rapport à ses autres contributions -- elle s'engage ici profondément dans l'absurde! Les enquêtes de Sgoubidou sont en fait les non-évènements de son maître Sammy, un pauvre mec qui se croit fin limier et qui se cache à lui-même la souffrance profonde que lui cause sa solitude. Personellement, j'adore, mais ce n'est pas pour tout le monde.

La chronique des Bridgerton T.3 : Benedict

Par Julia Quinn
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Bon livre quoique l’histoire soit un peu redondante. Il s’agit du troisième livre, d’une série de 8, qui raconte l’entrée dans la vie adulte de chacun des 8 enfants Bridgerton. Les personnages sont attachants, chacun ayant ses propres traits physiques et psychologiques. La qualité d’écriture, le vocabulaire, les tournures de phrases et les expressions sont très riches. Bonne histoire romanesque.

Les cordes à linge de la Basse-Ville : nouvelles

Par Lyne Richard
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Lyne Richard, Les cordes à linge de la Basse-Ville - Nouvelles - 2018 - ⭐️⭐️⭐️⭐️ Voici un autre beau recueil de Lyne Richard où les dénouements se font souvent plus doux à tel point qu’on pourrait presque parler de proses-atmosphères. En effet, la poésie n’est jamais loin même quand l’auteure met en scène la souffrance. Ici, la douleur est enveloppée, discrète. On aime se promener dans les rues de Saint-Sauveur et découvrir la petite vie de quartier et les personnages colorés comme le petit Nathan, l’enfant triste, qu’on retrouvera dans deux ou trois nouvelles. J’ai préféré les œuvres Primascolor no. 325 et Hurler sans trop faire bruit, mais celle-ci m’a tout de même donné un beau moment de lecture.

Y'en a marre !

Par Alison Ritchie et Hannah George
1 commentaire au sujet de ce livre
Très belles images et bonne histoire sur les responsabilités et l'amitié

Hurler sans trop faire de bruit

Par Lyne Richard
1 commentaire au sujet de ce livre
Lyne Richard, Hurler sans trop faire de bruit - Nouvelles - 2014 - ⭐️⭐️⭐️⭐️ J’ai découvert l’auteure avec Prismacolor no 325 et j’ai eu le goût lire d’autres œuvres. Je ne le regrette pas. Ce recueil a pour thème la vieillesse. Ce sont des écrits très puissants et très évocateurs avec des chutes finales à faire trembler. Lyne Richard explore en profondeur le passé de ses personnages, leur regret, leur nostalgie, leurs blessures aussi qui les amènent parfois à poser des gestes forts et irréparables. L’écriture est magnifique ! Je me demande pourquoi son nom ne circule pas plus dans le milieu littéraire et pourquoi je ne la connais que maintenant. Une auteure à découvrir !

Couple en thérapie

Par Geneviève Cloutier
3 personnes apprécient ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Le commentaire de Lynda : ♥COUP DE COEUR ♥ Si vous êtes comme moi, vous en avez assez d'entendre parler de la pandémie, mais c'est pourtant une réalité, elle est là, elle existe. Alors ce roman de Geneviève Cloutier, arrive à point dans ma vie, et ce sera de même pour vous, parce que ça fait du bien d'en rire, ça fait du bien d'y voir autre chose que la gravité de cette pandémie. Notre héroïne se retrouve comme beaucoup d'entre nous, avec plein de temps sur les bras, mais elle doit aussi concilier tout ce que ça implique. Les enfants à plein temps à la maison, le manque de sorties pour évacuer toute cette pression. Par chance, elle a ses amies, Mel en profite quand elle est en conversation avec elles, pour vider son sac, et croyez moi, vous allez en entendre de toutes les couleurs. Le sexe, les problèmes avec les ados, et la cerise sur le sundae, la belle-mère qu'elle surnomme Lucie-Fer, qui s'en vient habiter chez elle, assez pour lui enlever le peu de lucidité qu'elle a encore. Pendant une évasion de son petit enfer, évasion bien méritée, assise au sommet d'une montagne, en conférence téléphonique avec ses amies, elle croise la tentation sur 2 pieds, oui, il a un nom, Jean-Philippe. Une belle surprise de la vie, mais ne viendra-t-il pas compliquer les choses encore plus, ou bien la belle se laissera-t-elle tenter par cet apollon ? Les conversations de Mel et de ses amies, m'ont littéralement fait pleurer de rire, et on réalise, que ça fait du bien de voir d'autres personnes, oui même dans un livre, vivre et parler des mêmes choses que nous, on vit, et surtout d'en rire et de dédramatiser ce cauchemar que l'on vit depuis presque 2 ans. Geneviève Cloutier, a une plume fluide, drôle par moment, tout en mettant l'accent sur le vrai. Tout en nous offrant des fous-rire, elle nous fait quand même réfléchir à tout ça. Ce n'est pas le premier roman de cette auteure, et je n'hésite jamais à la lire, j'adore tout simplement sa plume. Elle nous offre des personnages hauts en couleur, attachants, sympathiques, oui même les belles-mères, quelquefois. Pour se changer les idées, pour une petite évasion loin des tracas, et bien prenez cette lecture et je vous garantis que pendant quelques heures, tous vos soucis, seront relégués plus loin dans vos priorités. Coup de cœur pour ce petit bonheur que Mel m'a offert via la plume de Geneviève Cloutier. https://lesmilleetunlivreslm.over-blog.com/2021/10/couple-en-pandemie-therapie-genevieve-cloutier-les-editions-de-mortagne-par-lynda-massicotte.html

Prismacolor No 325

Par Lyne Richard
1 commentaire au sujet de ce livre
Lyne Richard, Prismacolor no. 325 - Nouvelles - ⭐️⭐️⭐️⭐️ Il y a de tout dans ce recueil : du doux, du frémissant, du saisissant. Même situant ses nouvelles dans le quartier Saint-Sauveur de Québec, l’auteure ne s’est pas sentie obligée d’utiliser le langage parlé dans sa narration et ses dialogues qui demeurent tout de même très naturels. Ça me plaît. On aime ses personnages et les voir revenir d’un récit à l’autre comme dans un presque roman. Le titre est bien choisi puisque ces crayons légendaires jouent un rôle important, le rouge surtout, couleur de sang et de vie. La nouvelle est un art, celui du raccourci et de l’image saisissante. Sur ce plan, l’œuvre est parfaite. J’ai beaucoup aimé.

Rivage de la colère

Par Caroline LAURENT
1 personne apprécie ce livre
2 commentaires au sujet de ce livre
Archipel des Chagos, océan indien. En 1971, les britanniques, intiment l'ordre: «Les ordres sont les ordres. Vous avez une heure pour rassembler quelques affaires. Pas de meubles, pas de choses encombrantes. Le strict minimum. Une heure.» Sans aucun préavis, les habitants de l'archipel seront déportés à l'île Maurice. Ces faits historique sont révoltants. Cela s'est passé il y a moins de 50 ans... Caroline Laurent raconte ces faits historiques à travers les quelques habitants. Une déportation inhumaine. Quitter un paradis tropical pour un bidonville. Mais l'histoire n'est pas terminée, malgré les jugements internationaux, les britanniques refusent toujours de rendre accessible l'île à ses habitants. Un roman qui doit être lu. Pour la partie historique, je donne un 5 pour l'écriture un 3,5

Étrange Odd Thomas (L')

Par Dean Koontz
1 commentaire au sujet de ce livre
J'ai vraiment aimé ce livre, et pourtant, je n'aime pas spécialement l'horreur. Je n'aime pas l'horreur parce que le sang, la peur, la torture des personnages est souvent gratuite. Pas dans l'étrange Odd Thomas. Il y a une histoire. Bien plus, il réussit à nous faire rire au travers d'un humour qui est bien propre à Dean Koontz. J'ai vu le film et je l'ai aimé assez pour lire le livre. Même si je connaissais déjà l'histoire, ce livre m'a captivé et j'ai même acheté la suite. Mon seul drame est qu'il n'y a que les 2 premiers livres de la série Odd Thomas qui ont été traduits. J'ai assez apprécié pour me forcer à lire les autres livres en anglais. Je vous les recommande.

Martin T.2 : J'aime pas !

Par Till the Cat et Carine Hinder
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Incontournable Petite enfance 2021 Cette année, j'ai découvert cette jolie série destinée à la petite enfance, un lectorat trop souvent mal desservi, mais qui grâce à des auteurs comme le duo de Till the cat et Madame Hinder, compte une série d’œuvres pertinentes, actuelles, intelligentes, visuellement attrayante et textuellement bien montée de plus. Dans cet opus, il est question de l'alimentation, plus spécifiquement la variation alimentaire, comme le fait de surmonter le dégoût que peuvent susciter certains aliments comme les légumes puants, par exemple. Martin, parce qu'il sent une soupe de poireau dont l'effluve ne lui plait pas du tout, refuse de goûter la soupe en question et statut unilatéralement qu'il "n'aime pas". Pourtant, il aime certains légumes, notamment quand ils sont gratinées. Lors d'un repas où justement Papy F a fait son gratin, Mimoune, sa grand-maman, confie alors à Martin qu'elle et Papy F cachaient des légumes à sa maman, quand elle était enfant. Dès lors, Martin, ébranlé à l'idée d'être lui aussi victime de cette tricherie alimentaire, surveille tout, refuse même certains aliments qu'il adore, comme les gaufres. Martin mange de moins en moins. Un jour, il surprend même sa mère faire le constat que les saucisses végétariennes goûtent la viande en dépit de leur absence de viande, Martin pense avoir la preuve que ses parents rusent contre lui. Là ( et je dis "Bravo, maman!") maman prend Martin dans ses bras et lui confie que non, ils ne cachent rien, que c,est normal de ne pas tout aimer et que même, il arrive que les goûts évoluent en grandissant, avec à l’appuie son expérience personnelle avec les tomates. Le soir, Papa propose à Martin de cuisiner, ce qui enchante le jeune garçon. Finalement, Martin se confie à Doudou Lapin: Il goûte aux mets avant de statuer s'il aime au non, puisque c'est normal de ne pas tout aimer, mais il récolte des félicitations pour avoir essayer. Il suggère du même coup à son lapin de varier son alimentation. Tsé, des carottes et des choux, ce n'est pas très varié... Ah, encore une fois, j'adore la façon de traiter le sujet, c'est positif, rigolo, constructif et Martin comprend le comportement attendu grâce à des mises en contexte concrètes et réalistes que même nous, lecteurs adultes, pouvant relayer. En effet, on a tous passé un certain stade en jeunesse où on prenait conscience d'avoir une palette de goûts, même alimentaires. Le piège dans lequel il ne faut pas tomber en tant qu'adultes est de mélanger cela avec l'idée d'être "difficiles", capricieux. Je ne dis pas que ça arrive avec certains cas, mais il ne faut pas oublier que les enfants peuvent ne pas aimer certains aliments, c'est normal. C'est le message que j'ai beaucoup aimer dans le livre, d'ailleurs. J'ai envie d'extrapoler ici, parce que c'est un sujet que je connais de ma formation en nutrition et par expérience personnelle, et aussi parce que c'est important: Remarquez le comportement que s'est mit a avoir Martin après la confidence de Mimoune: il est devenue anxieux. Il anticipait de trouver des trucs qu'il n'aiment pas dans les aliments, même ses préférés. Sa confiance envers les adultes, ses parents ( ses figures d'attachement principales) ont été ébranlées. Il a même diminuer son alimentation (alors qu'il est en pleine croissance). Ce comportement est justement l'illustration du risque assez important de compromettre quelque chose chez l'enfant qu'on appelle "relation alimentaire". Son rapport aux aliments. Si ce rapport devient précaire et source d'anxiété, il existe des risques réels comme des troubles alimentaires. C'est très sérieux. En outre, il n'est pas dit que les enfants qui sont spécifiques sur certains aliments qu'ils n'aiment pas ont en réalité ce qu'on appelle des "défenses sensorielles", une sorte de sensibilité accrue qui rend certaines odeurs ou textures ou saveurs irritantes, pouvant même engendrer des nausées. Ce n'est pas leur faute. Tout ça pour dire que le fait est que d'être souple et honnête avec nos petits cocos peut éviter de gros problèmes avec la nourriture, le besoin essentiel numéro 1. Donc, j'aime les nuances de ce petit livre, on sent encore l'apport du fait réel ici. La maman se montre franche avec Martin, elle dédramatise le fait qu'il n'aime pas certains aliments ( parce que c'est normal) et appelle même à l'espoir et au changement quand elle précise ( très avisé comme précision) que les goûts changent avec le temps - c'est bien vrai! Je pose aussi une loupe sur la scène de papa avec Martin. Les 4 ans sont allumés, avides de nouveauté, ils sont dans la phase "Pourquoi", c'est l'âge de l'exploration et des trucs nouveaux! De vraies petites éponges vivantes! Cuisiner est une belle activité qu'il est opportun de mettre tôt de l'avant dans la vie des enfants, car non seulement c,est une activité agréable qu'on devra faire toute notre vie, c'est aussi une occasion pour les petits explorateurs de la 4e année de vie de se familiariser avec les aliments, les techniques manuelles et surtout de bâtir des habilités. En outre, c'est du temps de qualité avec les membres de la famille en plus d'un occasion de se valoriser ( renforcement de l'estime de soi). Par ailleurs, cuisiner soit-même, même partiellement, rend peut-être plus tentant le fait de goûter et manger le met préparé. Ne surtout pas minimiser l'importance de cette activité et de ses étonnants bienfaits! Ah! Et j'aime le fait que papa cuisine, on oublie pas qu'en 2021 les rôles se partagent entre les conjoints et que des gars qui aiment "popoter", ça existe, n'en déplaise aux puristes. Mon propre grand-père était le cuisiner de sa famille, j'étais étonné cependant de ne pas en voir en littérature jeunesse. Comme les autres tomes, vous pourrez observer les acquis de Martin au travers de son monologue avec son lapin, à la fin. J'aime l'idée que ce soit l'enfant qui aborde la leçon apprise plutôt que l'adulte. Les enfants ont besoin de voir que des personnages de leur âge peuvent comprendre et enseigner des choses, qu'ils peuvent être porteur du message eux-aussi. C'est aussi une belle façon de résumé le cheminement personnel du personnage. Comme pour les autres albums, je salue les jolis dessins aux riches couleurs, aux belles bouilles sympathiques et aux positions corporelles variées et maitrisées. J'aime la manière simple d'aborder le sujet des variations alimentaires sans tomber dans le moralisme ou le négativisme. Ça laisse place à un apprentissage en nuances, avec des exemples concrets et une finesse de traitement qui ne prend pas le petit(e) lecteur/rice pour un(e) imbécile. Je réitère encore que les enfants sont plus vifs d'esprit que certains adulte le croient et que bien formulée, une histoire a un réel impact sur son développement. C'est pour eux l'occasion de voir des situations du quotidien qui peuvent leur parler et démystifier certains questionnement, ou offrir de nouvelles perspectives. D'où l'importance de faire de bons livres! Une autre belle réussite pour la série. Je vous invite à voir les autres tomes, tout aussi mignons et pertinents, autant pour les petits garçons que les petites filles. Une belle série à mettre dans les garderies, les maternelles, les bibliothèques jeunesse, les centre jeunesse ou centres d'intervention sociale, ainsi que votre biblio personnelle pour vos enfants. Pour un lectorat petite enfance, 3-5 ans.

Proposition

Par Marie-Soleil Hébert
1 personne apprécie ce livre
4 commentaires au sujet de ce livre
Le commentaire de Lynda : ♥COUP DE COEUR ♥ Vous est-il déjà arrivé d'être obligé de refermer un livre et de prendre une pause, parce que les émotions étaient trop fortes ? Et bien, c'est ce qui m'est arrivé à quelques reprises durant cette lecture, gros coup de cœur ! Ce ne sera pas facile de vous en parler, non pas parce qu'elle n'était pas bonne, mais parce que je ne veux surtout pas en dire de trop. Nolan est vraiment ce que l'on pourrait facilement appeler le super beau gars. Pour gagner sa vie, il est danseur dans une boîte de nuit, bon jusque-là, je me disais, ouin, l'histoire typique du beau gars. Mais voilà, qu'il est approché par une cliente, qui veut lui faire une proposition, et tenez-vous bien, elle lui offre un beau montant d'argent pour passer du temps avec une amie à elle, qui ne va pas très bien. Son nom est Sacha, bien sûr Nolan, a senti quelques choses quand il a vu Sacha la première fois, et il veut en savoir plus. Il finit par accepter le contrat, pas vraiment pour l'argent, mais parce qu'il est curieux, et de toute façon Nolan, est le gars qui aime bien aider, et ce, de toutes les façons possibles, que ce soit pour ses parents, sa sœur, ses amis, et surtout Sacha. Un drôle de marché et une proposition des plus bizarres. À tous les jours, il se doit de faire une activité planifiée avec Sacha, l'attirance devient plus forte du côté de Nolan, mais du côté de Sacha, il y a tellement de secrets que c'est difficile pour lui d'y voir clair. D'un autre côté, il y a Karine, sa coach de conditionnement physique, pour Nolan, c'est une amie, et pour lui, pas question de s'attacher et de se mettre la corde au cou, alors on est comme dans un cul-de-sac avec cette relation. On avance dans le contrat, et on se pose de plus en plus de questions, Sacha a un comportement qui amène un questionnement. D'autres personnes sont dans l'entourage, les amis de Nolan, les amis de Sacha, et même Julien, l'ex ou encore le chum actuel, on ne sait pas trop. Quel est le secret de Sacha ? L'amitié est bien représentée dans cette histoire, avec Nolan et ses amis. La famille également avec Camille, la sœur de Nolan, qui lui en fait voir de toutes les couleurs, avec Karine qui ne peut plus se contenter d'une amitié, avec Nolan, avec Sacha, qui elle tout ce qu'elle voulait, c'est un ami, un vrai ! On se rendra compte, qu'autant Nolan apportera du bon pour Sacha, que celle-ci, en fera tout autant pour Nolan. Tellement bien écrit, on a l'impression de voir un film, Marie-Soleil Hébert, nous fait vivre des émotions très fortes, plus on approche de la fin, plus c'est fort. Quand les mots d'un auteur font couler des larmes, et bien, on peut dire que les mots sont des mots du cœur, écrits avec le cœur, et ça, je peux vous le confirmer. Un secret que l'on ne devine pas vraiment, même s'i y a quelques indices, et une histoire que je vais me rappeler très très longtemps. https://lesmilleetunlivreslm.over-blog.com/2021/10/la-proposition-marie-soleil-hebert-les-editions-de-l-apotheose-par-lynda-massicotte.html

Martin T.5: Martin et la couleur des mains

Par Till the Cat et Carine Hinder
1 personne apprécie ce livre
1 commentaire au sujet de ce livre
Incontournable pour la petite enfance 2021 Voici un autre tome d'une très sympathique série créé pour la petite enfance, Martin, et je dois dire que j'affectionne particulièrement celui-ci, non seulement pour son adorable formulation, mais la haute pertinence de son sujet. Bon avant d'entreprendre une critique plus poussée, voici l'histoire: Dans la cours d'école, on est en pleine guerre de pouces, quand un des garçons, Nolan, fait remarquer à Lola que sa mains n'est pas comme la sienne, elle est plus foncée. De son côté, Alice fait remarquer à Martin que ses yeux sont plus allongés que les siens. Ce dernier demande donc à son/au professeur/maître si avoir des yeux allongés est moins bien ou mieux et celui-ci répond que c'est simplement différent. Fort des questions de ses petits étudiants, il décide de faire une activité dans laquelle il propose aux petits cocos de mettre leur photo sur une mape monde ou une carte de la France. Il prend d'ailleurs le premier tour en posant la sienne sur la Pologne, son pays d'origine, alors que son assistante est posée sur une partie nord de la France. C'est donc l'occasion pour Martin d'interroger ses parents sur ses origines et il comprend que ses yeux allongés viennent de ses origines japonaises du côté maternel. Dans le cadre des activités entourant la découverte de leurs origines, certains amènent même des objets issus de leurs pays d'origine et le papa de Rahul vient même faire un petit concert de sitar. Martin termine sa journée en parlant à son lapin, Doudou Lapin, en lui disant qu'il ne devrait pas croire qu'avoir des plus longues oreilles que Monsieur Ours est mieux, c'est différent, tout simplement! Alors, comme je l'explique souvent, la littérature jeunesse a souvent souffert d'un manque chronique de diversité ethnique et de représentativité sociale, mais heureusement, cette tendance est à la baisse. Avec ce cinquième opus, le duo Till the Cat et madame Hinder propose de prendre part à cette avancée et articule même une approche inclusive sur le sujet. Nous avons donc non seulement une représentativité visuelle avec des petits enfants issus de divers ethnies, mais en plus, nous avons une histoire qui met de l'avant le questionnement des enfants sur le sujet. La question de la différence n'est pas aussi compliqué qu'on peut le croire, car de base les enfants n'extrapolent jamais aussi loin que les adultes. Les considérations d'ordre religieuses, sociales ou politiques sont loin au dessus d'eux, ce qu'ils veulent savoir c'est "Pourquoi on est pas pareils?" Dans l'histoire, j'adore la réponse du professeur, simple et concrète: parce qu'on est pas tous issus des même endroits, mais rien n'est meilleur ou pire, juste différent". Simple comme ça! En outre, j'aime l,activité proposée. C'est concrêt, facile à faire et ça donne une chance aux petits cocos d'être tous mit de l'avant, de questionner leur passé et de comprendre la diversité. La France étant un pays cosmopolite, le fait est que bon nombre d'ethnies y coexistent, c'est donc d'autant plus important d'en parler. Un fois encore, le texte est écrit de manière clair, ne tombe pas dans la formule infantilisante et les dialogues sans clichés. Une fois encore je salue les jolies illustrations, les belles bouilles des personnages et le rendu des couleurs. Mention aux positions corporelles et aux jolies mains. J'invite donc les garderies, les maternelles, les biblios jeunesse et les familles avec de jeunes enfants à regarder de prêt cette série, qui compte actuellement six tomes. C'est une série vraiment bien construite, intelligente, actuelle et qui ne prend pas les petits cocos pour des idiots. Une belle manière d'aborder facilement certains thèmes et aussi de belles histoires sur la famille. Pour la petite enfance des 3-5 ans.
Club de lecture en vedette

Le Vecteur (Blogue littéraire québécois) propose une lecture d'un roman d'ici incontournable. Le Vecteur (Billy Robinson) va choisir une nouvelle parution qui mérite votre attention par sa qualité littéraire, son originalité et son potentiel à se retrouver entre toutes les mains. Vous pouvez en discuter ici !

Lecture en cours :

Une odeur d'avalanche
Par Charles Quimper
Éditeur Alto
Paru le 13 septembre 2021
Aller au Club de lecture
Joignez-vous à quialu.ca et participez à la discussion!
Créer un compte
Vous êtes un libraire du réseau?

Alimentez la discussion!

  • Faites profiter la communauté de vos connaissances.
  • Donnez votre avis au nom de votre librairie.
  • Devenez une référence pour les lecteurs.
Créer un compte
Plus de 800 000 titres disponibles :

Acheter local et en ligne n’a jamais été aussi facile!

La revue Les libraires, c’est :
  • un bimestriel distribué gratuitement;
  • des actualités littéraires d’ici et d’ailleurs;
  • des entrevues, des chroniques, des dossiers, des suggestions de vos libraires indépendants et bien plus encore!